background preloader

Michel Serres : "Nous sommes face à une renaissance de l’humanité" - Société

Michel Serres : "Nous sommes face à une renaissance de l’humanité" - Société
Parler de demain, n’est-ce pas avant tout savoir décrire le monde d’aujourd’hui ? Seule Madame Soleil peut décrire le monde de demain. D’ailleurs, si vous consultez des personnes qui font de la prospective, cela devient vite tout à fait comique : ils se trompent à chaque coup… Forcément. Pour la simple et bonne raison que l’innovation est toujours inattendue. Elle passe le plus souvent par un endroit que l’on ne pouvait pas imaginer. Dans les années 1950, par exemple, beaucoup prédisaient aux maîtresses de maison de l’an 2000 l’aide de plusieurs robots pour faire la vaisselle et la cuisine, descendre la poubelle, etc. Comment doit-on alors s’y prendre pour évoquer l’avenir ? La question pertinente est : qu’y a-t-il de nouveau aujourd’hui ? Dérangez-nous encore une fois. L’avènement de Petite Poucette. Poucette est donc celle qui crée le monde nouveau. Rien de moins. C’est une vraie question, sur laquelle j’ai beaucoup travaillé. Vous dites qu’une nouvelle humanité commence.

http://www.lavie.fr/actualite/societe/michel-serres-nous-sommes-face-a-une-renaissance-de-l-humanite-16-05-2013-40284_7.php

Nous avons à nouveau un futur - Blogs InternetActu.net Le prospectiviste Jeremy Rifkin (Wikipédia, @jeremyrifkin), directeur de la Fondation des tendances économiques est un penseur important de notre modernité. Nombre de ses livres se sont révélés prophétiques comme La fin du travail (1996) ou L’âge de l’accès (2000). Son dernier livre, la Troisième révolution industrielle (voir également le site dédié), est certainement l’un de ses plus ambitieux, car il nous livre – rien de moins – qu’un futur de rechange par rapport à celui qu’on abandonne. La seconde révolution industrielle (1880-2006) n’est plus notre futur Rifkin dresse un double constat. D’une part, celui de la fin de la seconde révolution industrielle, fondée sur le pétrole et les énergies fossiles.

Michel Serres - Petite Poucette, la génération mutante Michel Serres, diplômé de l’Ecole navale et de Normale Sup, a visité le monde avant de l’expliquer à des générations d’étudiants. Historien des sciences et agrégé de philosophie, ancien compagnon de Michel Foucault, avec qui il a créé le Centre universitaire expérimental de Vincennes en 1968, il a suivi René Girard aux Etats-Unis, où il enseigne toujours, à plus de 80 ans. Ce prof baroudeur, académicien pas tout à fait comme les autres, scrute les transformations du monde et des hommes de son œil bleu et bienveillant. Son sujet de prédilection : la jeune génération, qui grandit dans un monde bouleversé, en proie à des changements comparables à ceux de la fin de l’Antiquité. La planète change, ils changent aussi, ont tout à réinventer.

La politique autrement, par Jeremy Rifkin Déjà Ministre de l'Ecologie entre avril 1992 et mars 1993, Ségolène Royal reprend les rênes de ce ministère, désormais élargi au développement durable et à la Transition énergétique. De son précédent passage au ministère de l'Ecologie, on retiendra 3 mesures : la loi sur le traitement et le recyclage des déchets de 1992, la loi de lutte contre le bruit, ainsi que la loi sur la « reconquête des paysages », obligeant à la prise en compte des paysages dans les permis de construire. Aujourd'hui, de nouveaux dossiers, plutôt épineux, attendent la nouvelle ministre : Gaz de schiste, nucléaire ou Notre-Dame-des-Landes, quelles sont les positions de la nouvelle ministre sur ces sujets ? 1er sujet sensible, le nucléaire.

Le temps des crises : quand le « raisonnable » devient mortel Michel Serres a bien titré son essai. Nous sommes entrés dans le temps des crises, inévitable quand l’enjeu est tout simplement pour l’humanité, donc pour chacun d’entre nous, de quitter une ère géologique « l’anthropocène »pour entrer dans le « noocène ». L’historien Eric Hobsbawm voyait, dans le XXème siècle, en observant conflits sanglants et totalitarismes, l’âge des extrêmes.

Internet : la deuxième chute du Jardin d'Éden Confidentialité à l’ère d’internet : la sphère privée devient de plus en plus difficile à protéger, comme le démontrent de récentes études scientifiques. Par Frédéric Prost. Adam et Ève, Rubens. Adam, Ève et les feuilles de figuier Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde" Michel Serres est une vigie plantée en haut du mât de notre époque. Du haut de son gréement, de ses 82 ans, de sa culture encyclopédique, de son temps partagé entre les cultures française et américaine qu'il enseigne, ce philosophe académicien nous décrit les changements qu'il observe sur l'équipage humanité que nous sommes. En curieux de tout qu'il est, il guette avec impatience et gourmandise les évolutions qui nous arrivent, comme un des matelots de Colomb aurait scruté l'horizon dans l'espoir de nouvelles terres. Son constat sur notre époque est simple : le monde, depuis cinquante ans, traverse une révolution comme l'humanité n'en a connu jusque-là que deux d'une telle ampleur. Avec un constat pareil, un autre que lui serait grognon et inquiet.

Le siècle de la troisième révolution industrielle (Article destiné au numéro 52 de la revue Questions internationales publiée par la Documentation française, novembre 2011). Version pdf Lorsqu'une société passe d'un système technique à l'autre (Gille, [1]) son rapport à la nature change : elle découvre de nouvelles possibilités, elle rencontre aussi de nouveaux dangers. Des phénomènes d'émergence s'enchaînent en cascade : au plan technique dans les équipements, au plan économique dans les marchés et les organisations, au plan sociologique dans les rapports entre classes sociales et entre personnes. La modification des conditions de l'action contraint les institutions à faire parmi leurs traditions, habitudes et valeurs un tri qui ne va pas sans délai ni conflits : les émergences se chevauchent alors dans un désordre qui confine parfois à l'absurde.

Eduquer au XXIe siècle Entre 1900 et 2011, tout a changé pour les écoliers qui vivent à présent dans le virtuel et dans une société multiculturelle, analyse Michel Serres. Il faut aider l'école à prendre la mesure de cette nouvelle ère. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Michel Serres, de l'Académie française Avant d'enseigner quoi que ce soit à qui que ce soit, au moins faut-il le connaître. Qui se présente, aujourd'hui, à l'école, au collège, au lycée, à l'université ? Ce nouvel écolier, cette jeune étudiante n'a jamais vu veau, vache, cochon ni couvée.

Paul Virilio: "La Terre est devenue trop petite pour le progrès." Paul Virilio est un urbaniste d'origine devenu peu à peu sociologue et philosophe à force de penser inlassablement la vitesse. Depuis 1977, date à laquelle il a publié Vitesse et politique, essai sur la dromologie, il réfléchit à l'accélération du monde et à ses conséquences sur l'homme, l'économie, l'environnement, la géopolitique. L'urbaniste a travaillé sur la ville et son territoire. Très vite, il lie le territoire aux technologies qui permettent de le parcourir et de le contrôler. TGV, pigeon voyageur ou internet, avion ou minitel, qu'il s'agisse des techniques de communication ou des techniques de déplacement, le territoire est défini, selon lui, comme un espace-temps qui, finalement, rapetisse.

Petit traité de manipulation à l'usage des professeurs et des formateurs Comment contourner la résistance des élèves à se mettre au travail et à respecter les règles ? Pour cela, les enseignants emploient souvent des ruses éducatives qui, lorsqu’elles sont bienveillantes, permettent de désamorcer les conflits et de susciter la motivation. Immorale la ruse ? Paul Virilio, les revers du progrès Philosophe et urbaniste autodidacte, disciple de Deleuze et proche de Merleau-Ponty, Paul Virilio décortique depuis quarante ans la question de la vitesse et de ses effets en tous domaines. « La planète est devenue trop petite pour le progrès.» Malgré ce constat alarmiste, Paul Virilio a le regard brillant des grands curieux.

10 méthodes pour réviser, mémoriser et apprendre Dans les situations d’apprentissage, le bachotage est décrié et tous les enseignants conseillent à leurs élèves de relire leur leçon le soir-même pour mieux mémoriser. Mais, pour les élèves, les questions demeurent les mêmes : comment faire pour relire efficacement ?comment éviter de bachoter ?comment mémoriser durablement ?

LGV TGV : un rapport universitaire confirme l'effet pigeon - limpacté sur LePost.fr (19:57) Une nouvelle étude universitaire vient, dans un rapport édité par Corinne Blanquart, maître de conférence à l'université de Reims début juillet 2011, confirmer l'effet pigeon du lobby LGV TGV. LGV : le miroir aux alouettes Un projet LGV est vendu par ses promoteurs politico industriels comme l'outil indispensable au développement économique du territoire desservi, et cela jusqu'à devenir l'enjeu majeur, sous forme d'un puissant lobby politico en lequel se cristallise toute l'ambition politique locale. Le discours est simple et tient en un seul slogan exprimé en boucle "il nous faut la LGV absolument !" Afin de cautionner le bienfait de cette ambition ruineuse pour les finances publiques, RFF et les CCI financent des études s'appuyant sur des sondages d'opinions auprès des populations, sondages qui tendent évidemment à confirmer les rumeurs déjà répandues via des campagnes médiatiques des bienfaits socio-économiques espérés pour venir ainsi les renforcer :

Related: