background preloader

Biographie de Michel Eyquem de Montaigne

Biographie de Michel Eyquem de Montaigne
Montaigne est né en 1533 au château de Montaigne dans le Périgord. Son père, héritier d’une famille enrichie par le négoce, est le premier à abandonner sa profession pour vivre en gentilhomme. Il s’attache à donner une bonne instruction à son fils. À six ans, après avoir reçu les enseignements d'un précepteur allemand qui ne lui parle qu’en latin, Montaigne entre au collège de Guyenne à Bordeaux, réputé pour son enseignement. Il fréquente la Cour jusqu’à la mort de son père en 1568. Les Essais sont d'abord le livre d'un grand lecteur et le fruit de cette retraite intellectuelle que leur auteur décida de prendre en 1570. Montaigne n’a plus l’enthousiasme encyclopédique de Rabelais; son scepticisme est un fait nouveau dans l'esprit de la Renaissance, animé à sa source par une grande confiance en la nature humaine. Related:  Michel de MontaigneLettres

Michel Eyquem de Montaigne Écrivain français (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-id. 1592). Né dans un siècle politiquement troublé, Michel de Montaigne consacra la plus grande partie de sa vie à la rédaction de ses Essais, sans cesse remaniés, dans lesquels, tout en se peignant lui-même, il s'attacha à démontrer la faiblesse de la raison humaine et à fonder l”art de vivre sur une sagesse prudente, faite de bon sens et de tolérance. Ni stoïcien, ni épicurien, ni même sceptique pur, Montaigne ne se réfère aux grandes doctrines de l'Antiquité que pour jouer en définitive des unes contre les autres en une forme ouverte et dialogique, qui rend possible l'émergence d'une libre parole d'auteur. Sa touchante amitié avec Etienne de La Boétie est restée légendaire. Naissance 28 février 1533, au château de Montaigne, en Dordogne. Famille Formation Maturité Montaigne est conseiller à la cour des aides de Périgueux puis au parlement de Bordeaux (1554–1570). Mort 1. 1.1. 1.2. 1.3.

Biographie d'Erasme Rien ne destinait ce Hollandais de Rotterdam, d’origine modeste, à devenir une des plus grandes figures de son temps. Il suit d'abord les enseignements de diverses écoles dont celle des Frères de la Vie Commune, qui mêle vie active et contemplation, enseignements de la Bible et lectures des auteurs de l’Antiquité païenne. C'est alors que naît en lui l’ambition de débarrasser le christianisme de la scolastique qui, par ses commentaires interminables, son latin incompréhensible aux non-initiés, éloigne de la vérité profonde des Écritures. À l’âge de dix-sept ans, il prend le nom sous lequel il va devenir célèbre : Desiserius Erasmus Roterodamus (erasmos signifiant en grec « l’aimé »). Entre 1500 et 1503, il publie les Adages et le Manuel du Soldat Chrétien, qui propose une réforme catholique libérale, fondée sur la charité. Puis il retourne en Angleterre chez son ami Thomas More où il y rédige en quelques jours son fameux Éloge de la Folie.

Essais (Michel de Montaigne) - texte intégral - Philosophie C’est ici un livre de bonne foi, lecteur. Il t’avertit, dés l’entrée, que je ne m’y suis proposé aucune fin, que domestique et privée. Je n’y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire. Mes forces ne sont pas capables d’un tel dessein. Je l’ai voué à la commodité particulière de mes parents et amis : à ce que m’ayant perdu (ce qu’ils ont à faire bientôt) ils y puissent retrouver aucuns traits de mes conditions et humeurs, et que par ce moyen ils nourrissent, plus altiére et plus vive, la connaissance qu’ils ont eue de moi. Gustave Doré « Finablement arrivarent à Paris : onquel lieu se refraischit deux ou trois jours, faisant chère lit avecques ses gents, et s'enquestant quels gents sçavants estoient pour lors en la ville, et quel vin on y buvoit. » Livre premier [Gargantua], chapitre XVI Dessin de Gustave Doré. Fumé d'une gravure sur bois, 12,7 x 16,2 cm. Épreuve d'essai d'une planche hors texte destinée à illustrer les Œuvres de François Rabelais illustrées par Gustave Doré.J. Bry aîné (Paris), 1854, p. 64. BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC-298 (J, 2)-FOL © Bibliothèque nationale de France « Ce faict, vint à Paris avec ses gens. Livre II, chapitre VII Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois de Paul Jonnard. Fumé d'une gravure sur bois, 24,8 x 20 cm. BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC-298 (J, 4) -FOL « Comme si le père de famille estant à table opulente, en bon appétit au commencement de son repas, on voyait en sursault espouventé soi lever. Livre I, chapitre XVII « Plorerai-je ?

Essais Ouvrage de Michel de Montaigne. L'auteur se livre à une méditation sur l'« humaine condition » et sur l'art de vivre selon la nature, à partir de réflexions que ses lectures et son expérience de la vie lui ont inspirées. L'ouvrage a été publié en deux volumes en 1580, et réimprimé en 1582. Un titre modeste Montaigne est le premier auteur qui utilise le mot « essai » pour en faire un titre. Un nouvel art d'écrire Montaigne n'est pas de ces « écrivains indiscrets […] qui, parmi leurs ouvrages de néant, vont semant des lieux entiers des anciens auteurs pour se faire honneur » (I, XXV). En laissant, au gré de sa fantaisie, aller son esprit et sa plume, Montaigne vient de créer un nouvel art d'écrire. Réception et postérité des Essais L'accueil est mitigé chez les humanistes, contemporains de Montaigne puis de Marie de Gournay. Traduits dès 1603 en Angleterre par John Florio, les Essais influencent Bacon et Shakespeare.

La légende du roi Arthur En face de ces personnages profondément attirés par l’amour, capables de fidélité, apparaît un personnage qui, sans jamais avoir le premier rôle dans les romans de Chrétien de Troyes, incarne une autre position en face de l’amour. Gauvain, le neveu du roi Arthur, est parmi tous les chevaliers arthuriens celui qui incarne non seulement la prouesse, mais la mondanité, l’amabilité, la joie. Qualifié de "soleil de la chevalerie" ou de "fleur de la chevalerie", il met volontiers ses qualités au service de ceux qui souffrent ou ont besoin d’aide. Dans aucun texte il ne rencontre de jeune fille qui lui inspire un amour assez profond pour l’épouser ou se consacrer à elle, mais ne reste pas insensible au charme de certaines demoiselles qui croisent son chemin. Beau et séduisant, il plaît et n’hésite pas à échanger des propos charmants avec les jeunes filles et à proposer d’être leur champion. Dans le Conte du Graal, il parle d’amour avec la sœur du roi d’Escavalon qui répond à ses avances.

Le siècle des Lumières : un héritage pour demain Sous la direction de Diderot et d'Alembert, plus de deux cents collaborateurs connus ont collaboré à cette entreprise, l'une des plus ambitieuses qu'ait tentées l'édition française sous l'Ancien Régime. Médecins, écrivains, juristes, artisans, artistes, grands commis, officiers, amateurs d'art, prêtres ou pasteurs, ils avaient le projet commun de présenter à l'Europe cultivée de leur temps un tableau aussi clair que possible de l'ensemble des connaissances acquises depuis la Renaissance. Quelques-uns, les "Philosophes", pensaient en outre modifier chemin faisant la commune façon de penser en matière de religion ou de politique.

Candide ou L'Optimisme - Le Monde 1694 Naissance à Paris de François-Marie Arouet dans une famille de bonne bourgeoisie. Son père est notaire royal au Châtelet. Première édition du Dictionnaire de l'Académie Française. Leibniz, Système nouveau de la nature. 1697 Bayle, Dictionnaire historique et critique. 1699 Fénelon, Les Aventures de Télémaque. 1700 Avènement de Philippe V, petit-fils de Louis XIV, sur le trône d'Espagne. 1704 Élève des Jésuites au Collège Louis-le-Grand jusqu'en 1711. 1705 Crébillon, Idoménée. 1706 Naissance d'Émilie Le Tonnelier de Breteuil, future marquise du Châtelet. 1710 Leibniz, Théodicée. 1711 Arouet commence des études de droit. 1713 Paix d'Utrecht qui marque la fin de l'hégémonie politique de la France. 1715 Mort de Louis XIV. 1716 Exil à Sully-sur-Loire à cause de vers satiriques contre le Régent. 1717 Emprisonné à la Bastille pour des poèmes satiriques contre le Régent, Arouet commence La Henriade, épopée à la gloire d'Henri IV Galland traduit Les Mille et une nuits. 1723 Mort du Régent.

En Scènes Un théâtre d'avant-garde dans les années cinquante Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la forme dramatique, comme la majorité des formes artistiques, traverse une période de remise en question. Les auteurs ressentent la nécessité de modifier profondément la forme théâtrale, tant au plan de l'écriture qu'au plan de la mise en scène. Sur la rive gauche de la Seine se créent de nombreux théâtres de poche, qui révèlent bientôt une nouvelle génération d'écrivains, au premier rang desquels Eugène Ionesco et Samuel Beckett. L'Absurde Dans les années quarante se développe en France la philosophie existentialiste, dont le représentant le plus connu est sans conteste Jean-Paul Sartre. Sartre et Camus écrivent tous deux une littérature qui reflète leurs positions philosophiques. Les deux auteurs conservent cependant une approche assez traditionnelle du théâtre, leurs pièces étant construites de manière relativement classique. L'absurde selon Esslin [2] Idem, p.92. Samuel Beckett Ionesco

En Scènes Introduction C'est avec la tragédie grecque que l'histoire du théâtre occidental commence, aux alentours de 530 av. J.-C., où apparaissent les premiers concours tragiques. Eschyle, premier grand tragique Le poète tragique le plus ancien dont nous ayons des textes entiers est Eschyle (526-456), qui est aussi, nous apprend Aristote, à l'origine de l'introduction d'un second acteur sur la scène tragique. Le reste du théâtre d'Eschyle est aussi régulièrement mis en scène, en particulier sa trilogie de L'Orestie, qui est la seule trilogie qui nous soit parvenue. En 1992, Ariane Mnouchkine avait choisi de mettre la trilogie en perspective avec l' Iphigénie à Aulis d'Euripide pour faire apparaître de manière explicite les origines du conflit entre Agamemnon et Clytemnestre. Beaucoup moins souvent mise en scène, Prométhée enchaîné, premier volet d'une trilogie liée dont la suite a été perdue, a inspiré à Stéphane Braunschweig une méditation sur la démesure des ambitions de la science moderne.

En Scènes Introduction C'est au XVIIe siècle, avec la fin des guerres de religion et l'intérêt nouveau que le pouvoir royal porte aux arts, que se développe véritablement le théâtre professionnel en France. Plusieurs troupes de comédiens se sédentarisent dans des lieux exclusivement dévolus au théâtre et profitent du mécénat royal ou nobiliaire. Corneille, entre tragicomédie et tragédie Le triomphe du « Cid » Chef-d'œuvre du genre tragicomique, Le Cid, créée sur la scène du Théâtre du Marais en 1637, emprunte à une pièce espagnole de Guillen de Castro, Las Mocedades del Cid (1618), elle-même inspirée des chroniques historiques de l'Espagne. Toujours très étudiée au lycée, la pièce est également régulièrement mise en scène aux XXe et XXIe siècles, où le rôle de Rodrigue constitue même une étape de consécration pour un comédien. Les tragédies Après le choc du Cid et de sa querelle, Corneille se reporte prudemment sur la tragédie, plus régulière. Racine ou une nouvelle définition de la tragédie

En Scènes Introduction « Le voyageur qui visitait Venise et se rendait dans l'un des théâtres où les Zanni jouaient la comédie, se retournait, regardait le public autour de lui, les Signori et les courtisanes célèbres, et il voyait des masques partout. Même face à lui : parmi les personnages de la farce ou de la comédie, il y avait aussi des visages masqués. Plus tard, lorsqu'il rentrait chez lui, il parlait de la présence, en Italie, d'un théâtre masqué. C'est à de telles histoires que l'on doit le phénomène étrange de la survivance de la Commedia dell'Arte dans l'imagination d'aujourd'hui, sans qu'elle se fonde ni sur des textes théâtraux, ni sur une tradition vivante, mais uniquement sur des images et des descriptions. [1] Ferdinando Taviani et Mirella Schino, Le secret de la Commedia dell'Arte. La Commedia dell'Arte, entre fantasme et référence La Commedia dell'Arte jouit aujourd'hui d'un double statut : à la fois fantasme et référence. La Commedia dell'Arte souffre de sa propre mythologie.

En scènes : le spectacle vivant en vidéo Parcours thématique Céline Hersant Naissance et fortune d'un genre Le Vau-de-Vire et les voix de ville Quelques doutes planent sur les racines étymologiques du mot « vaudeville », mais les historiens s'accordent à retrouver son origine dans les couplets populaires qu'on chantait autrefois dans le Vau-de-Vire (ou Val-de-Vire, une localité normande). Petit à petit, ces couplets, qui conservent un ancrage très fort avec le fond populaire, seront mêlés à du texte, portés à la scène, et connaîtront un certain succès aux XVIIe et XVIIIe siècles, avant de passer dans le répertoire de l'opéra-comique, genre né de l'interdiction de parole dont le Théâtre de Foire sera frappé au début du XVIIIe siècle et où officient des hommes de théâtre, des paroliers et des chansonniers comme Lesage, d'Orneval, Fuzelier, Piron [ Voir le parcours sur le paysage théâtral à la fin de l'Ancien Régime ], genre dont Favart puis Meilhac et Halévy sont les représentants les plus célèbres de nos jours. [1] N. Le distrait

En Scènes Parcours thématique Céline Hersant Introduction Après la fin de l'Ancien Régime, la France entre dans une période trouble : grandeur et décadence du 1er Empire sous Napoléon, Restauration et Monarchie de Juillet, Deuxième République, Second Empire, débuts de la IIIe République... Le paysage artistique français s'inspire en grande part au début du XIXe siècle de la légende napoléonienne : la littérature devient patriotique, en rapportant l'histoire contemporaine sous forme d'épopée (par exemple dans les romans de Chateaubriand, d'Hugo ou de Stendhal). Le théâtre officiel Décrets et lois concernant le théâtre Au sortir de la Révolution, les décrets publiés par le Directoire abondent pour réglementer le spectacle parisien et les pièces qu'on doit jouer « pour former l'esprit public ». Avec l'arrivée au pouvoir de Bonaparte et l'instauration du Consulat en 1803, le Théâtre-Français donne ses représentations en qualité de « service de cour ». [4] Ibid., p. 335-339. Réformes et défis esthétiques

Related: