background preloader

Hannah Arendt

Hannah Arendt
Hannah Arendt en 1975 signature Hannah Arendt, née Johanna Arendt[1] à Hanovre le 14 octobre 1906 et morte le 4 décembre 1975 à New York, est une politologue, philosophe et journaliste allemande naturalisée américaine, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme, la modernité et la philosophie de l'histoire. Elle soulignait toutefois que sa vocation n'était pas la philosophie mais la théorie politique (« Mein Beruf ist politische Theorie »)[2]. C'est pourquoi elle se disait « politologue » (« political scientist »)[3] plutôt que philosophe. Son refus de la philosophie est notamment évoqué dans Condition de l'homme moderne où elle considère que « la majeure partie de la philosophie politique depuis Platon s'interpréterait aisément comme une série d'essais en vue de découvrir les fondements théoriques et les moyens pratiques d'une évasion définitive de la politique »[4]. Biographie[modifier | modifier le code] Vie et études en Allemagne[modifier | modifier le code]

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hannah_Arendt

Related:  Philosophes et psychanalystes (F)Hannah ArendtPhilosophiePeste brunePEOPLE

Marie Bonaparte - 1882-1962 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Marie Bonaparte Photographie de Marie Bonaparte vers 1909 Œuvres principales Absence de pensée et responsabilité chez Hannah Arendt. À propos d’Eichmann En 1961, Hannah Arendt assiste en tant qu’envoyée spéciale du journal The New Yorker au procès d’Adolf Eichmann à Jérusalem. Il s’agit alors pour elle d’une « obligation due à son passé », une cura posterior, comme le rappelait avec insistance sa biographe [1]. Elle bouleverse son emploi du temps pour se rendre à Jérusalem et écrit à la Fondation Rockefeller afin de différer la date d’entrée en vigueur d’une bourse : « Vous comprenez, je pense, pourquoi je dois couvrir ce procès ; je n’ai pas pu assister au procès de Nuremberg, je n’ai jamais vu ces gens-là en chair et en os et c’est probablement ma seule chance de le faire. » [2] Son reportage est d’abord publié sous forme d’articles en février et mars 1963, puis dans un livre intitulé Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal. Elle y décrit l’ancien chef de service du bureau IV-B-4 chargé de la « solution du problème juif en Europe » [3] comme un personnage ordinaire ayant commis des crimes incommensurables.

La liberté – Révisions Bac Philosophie La notion de liberté peut se définir au moins de deux manières, d'une part comme liberté objective et extérieure, définie par l'ordre social, juridique et politique, et d'autre part comme liberté subjective et intérieure, définie par l'âme ou la conscience. Le premier sens est le sens originel du mot "liberté", le sens antique grec et romain, par lequel on peut définir la liberté comme condition sociale, juridique et politique objective qui permet à l'individu d'agir au sein de la société, de concert avec les autres, et notamment de participer à la vie publique et politique en tant que citoyen. Mais la liberté peut également se définir comme faculté morale, psychologique et métaphysique, c'est-à-dire faculté subjective, intérieure à l'âme ou à l'esprit, qui permet à tout être humain d'agir ou de penser par lui-même quelles que soient ses conditions d'existence, notamment sociales, juridiques et politiques. Pour réviser les autres disciplines Producteur : Pythagora, France Télévisions

Adolf Eichmann Pour les articles homonymes, voir Eichmann. Adolf Eichmann, né à Solingen le 19 mars 1906 et exécuté dans la prison de Ramla, près de Tel-Aviv, le 31 mai 1962, est un criminel de guerre nazi, haut fonctionnaire du Troisième Reich, officier SS Obersturmbannführer et membre du parti nazi. Nommé pendant la guerre à la tête du RSHA Referat IV B4, qui s'occupe des « affaires juives et de l'évacuation », il est responsable de la logistique de la « solution finale » (Endlösung). Il organise notamment l'identification des victimes de l'extermination raciale principalement dirigée contre les Juifs prônée par le NSDAP et leur déportation vers les camps de concentration et d'extermination.

Frédéric Pagès Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Pagès. Frédéric Pagès est un journaliste, écrivain, ancien professeur agrégé de philosophie[1] français né en 1950 à Suresnes. Il a quitté l'enseignement pour rejoindre en 1985 Le Canard enchaîné. Trajet[modifier | modifier le code] Il a longtemps participé aux Papous dans la tête, émission de radio de France Culture. Suzanne Bachelard Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Suzanne Bachelard (née le 18 octobre 1919 à Voigny - morte le 3 novembre 2007 à Paris) est une philosophe et universitaire française. Biographie[modifier | modifier le code] Suzanne Bachelard est la fille du philosophe Gaston Bachelard.

Hannah Arendt - Du devoir de la désobéissance civile "Mon métier, c’est la théorie politique, je veux comprendre", disait Hannah Arendt. Née en 1906 en Allemagne, la brillante étudiante juive de Martin Heidegger, avec lequel elle entretient une relation intellectuelle passionnée, assiste à la montée du nazisme et s’engage, avant de choisir l’exil en 1933. Une expérience fondatrice qui imprégnera sa pensée et l’amènera à analyser l’essence des totalitarismes, avec une profonde acuité et un anticonformisme revigorant. Les révisions du bac BAC 2016 : Le grand enjeu de l'année de terminale montre le bout de son nez. Et voici venu le temps des révisions. En complément de vos cours et/ou pour faciliter votre mémorisation, retrouvez dans ce dossier "Spécial révisions" des conseils méthodologiques, des vidéos, des fiches de révisions et des quiz qui vous aideront à fixer les éléments de révisions. Gagnez votre tranquillité pour le bac : révisez ! Alerte résultats examens M'alerter dès que les résultats seront publiés ! topic Révisions Bac Français Méthodologie de la dissertation, du commentaire littéraire, analyse des personnages de roman, l'argumentation...

Orchestre rouge La dénomination d’Orchestre rouge (die Rote Kapelle) a été donnée par la Gestapo à un ensemble de groupes en contact avec l'Union soviétique qui ont résisté au nazisme durant la Seconde Guerre mondiale. À ces groupes appartenaient les cercles allemands autour de Harro Schulze-Boysen et d'Arvid Harnack à Berlin et, indépendamment de cela, les groupes de renseignement construits par Léopold Trepper à Paris et à Bruxelles. Ce dernier réseau opérait en faveur de l'URSS. Le réseau franco-belge[modifier | modifier le code] Edmund Burke Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Edmund Burke Philosophe irlandais XVIIIe siècle Biographie[modifier | modifier le code]

Related:  PhilosophieÉTUDES DIV