background preloader

Vu par les philosophes 1 - Le Beau, l' Esthétique, l'Art

Facebook Twitter

Platon L'expérience du beau et la séparation des Formes chez Platon. Alexis Pinchard Professeur agrégé de philosophie au Lycée Militaire d’Aix-en-Provence (CPGE) Centre d’études sur la pensée antique « kairos kai logos Tout d’abord, l’universel n’est pas une simple disposition mentale, stabilisée parl’usage linguistique, par laquelle nous référerions indifféremment à une multituded’objets sans lien réel entre eux (nominalisme), mais il ne peut être connu que parce qu’ilest inscrit dans la nature même des choses : c’est une « Forme » (εδος, Phédon , 104c)effectivement associée au particulier donné mais « autre » que lui et que la « figure »qu’elle partage avec lui (µορφ , 103e ; cf.

Platon L'expérience du beau et la séparation des Formes chez Platon

Parménide. Platon 428 av. J.-C. L'esthétique d'Aristote. Après une étude sur La philosophie stoïcienne de l’art [1], Mary-Anne Zagdoun s’attache à ce qu’elle propose ici de nommer L’esthétique d’Aristote [2].

L'esthétique d'Aristote

Il y a donc une continuité aussi bien d’objet que de méthode puisque, comme elle l’avait fait pour les Stoïciens, il s’agit à nouveau de réinscrire la conception aristotélicienne des arts mimétiques dans l’ensemble de sa philosophie (ontologie, psychologie, physique, logique, éthique et politique). À ce projet, trois raisons essentielles sont avancées par l’A. : d’une part, la relative dispersion des ouvrages et articles sur ce thème, qui invite à opérer une synthèse offrant une sorte d’état des lieux de la question ; la nécessité, d’autre part, de confronter la pensée d’Aristote aux données récentes de l’archéologie, afin de déterminer le degré de proximité ou de « décalage » qui existe entre cette pensée et la réalité de son temps. Aristote 384-322 av J.C. Kant et l'esthétique. La place de l'esthétique n'est nullement marginale dans le système kantien.

Kant et l'esthétique

Elle est au coeur de la Critique du Jugement (troisième Critique) au sens large, en tant que faculté de juger en général, et aussi au sens plus étroit de jugement sur le beau. Qu'est-ce que le beau? Tout simplement ce qui plaît, c'est le point de départ de Kant. Mais dans ce qui plaît, l'accent n'est pas mis sur le plaisir, mais sur le jugement. Je produis en moi une idée par rapport à laquelle je définis mon goût. Emmanuel Kant 1724-1804 (Idéalisme transcendant) HEGEL - Esthetique - Philosophie de l'art. Esthétique ou philosophie de l'art Une science du beau Si nous jetons un coup d'œil sur tout ce qu'embrasse l'existence humaine, nous avons le spectacle des intérêts divers qui se partagent notre nature et des objets destinés à les satisfaire.

HEGEL - Esthetique - Philosophie de l'art

Nous remarquons d'abord l'ensemble des besoins physiques, auxquels correspondent toutes les choses de la vie matérielle, et auxquels se rattachent la propriété, l'industrie, le commerce ... A un degré plus élevé se place le monde du droit : la famille, l'état et tout ce que celui-ci renferme dans son sein. vient ensuite le sentiment religieux, qui, né dans l'intimité de l'âme individuelle, s'alimente et se développe au sein de la société religieuse.

Enfin la science s'offre à nous avec la multiplicité de ses directions et de ses travaux, embrassant dans ses divisions l'universalité des êtres. Toutes ces sphères différentes de la vie existent ; nous les trouvons autour de nous. Hegel 1770-1831 (Idéalisme absolu) Hegel - l'Esthétique. Hegel donne son sens moderne au terme d’« esthétique ».

Hegel - l'Esthétique

Avant lui, l’esthétique désignait la science du sens, de la sensation. Le rapprochement de l’art et de l’esthétique avait été initié par Wollf, car il considérait que les œuvres d’art devaient être étudiées par rapport aux sentiments qu’elles produisaient (la peur, la compassion). Hegel nomme esthétique la science qui considère le beau dans l’art, et c’est ce terme qui est retenu à présent dans l’usage commun. Il exclue de celle-ci l’étude du beau naturel, mais lui réserve l’étude du beau artistique. Il s’appuie sur l’idée que toute science peut se fixer les limites qu’elle veut, et sur l’argument, éminemment contestable et contesté, que le beau artistique est plus élevé que celui de la nature. Le beau naturel n’est qu’un reflet imparfait de la beauté qui appartient à l’esprit. Schelling : construction de l'art et récusation de l'esthétique. Le terme d’esthétique, si l’on fait abstraction de son acception proprement kantienne, est susceptible d’être pris lato sensu, en un sens large où il désigne tout ce qui a trait à l’art ou au beau artistique, ou stricto sensu, comme appellation contrôlée et pleinement assumée comme telle.

Schelling : construction de l'art et récusation de l'esthétique

Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling 1775-1854. Esthétique de Schopenhauer. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Esthétique de Schopenhauer

Schopenhauer pose que l'art permet la connaissance des idées platoniciennes et soulage ainsi temporairement des exigences du vouloir. L'Esthétique d'Arthur Schopenhauer résulte de sa doctrine de la primauté de la Volonté comme chose en soi, fondement de la vie et de tout être et cette primauté de la Volonté est aussi la "justification" de son jugement selon lequel la Volonté s'identifie au Mal. Schopenhauer juge que l'art offre une possibilité d'échapper temporairement à la souffrance qui résulte de la Volonté. Fondant sa doctrine sur le double aspect du monde comme volonté et comme représentation, il enseigne que si la conscience est entièrement immergée, absorbée, ou occupée par le monde considéré comme un ensemble de représentations ou d'images indolores, il n'y a alors plus de conscience du monde comme Volonté douloureuse.

Une extension de sa philosophie[modifier | modifier le code] Le génie chez Schopenhauer[modifier | modifier le code] Schopenhauer 1788-1860 (Idéalisme volontariste) Du stade esthétique de Kierkegaard à la clinique esthétique d’aujourd’hui. Du stade esthétique de Kierkegaard à la clinique esthétique d’aujourd’hui «Quelle est la force par laquelle Don Juan séduit ?

Du stade esthétique de Kierkegaard à la clinique esthétique d’aujourd’hui

C’est celle du désir : l’énergie du désir sensuel. Dans chaque femme, il désire la féminité toute entière, et c’est en cela que se trouve la puissance, sensuellement idéalisante, avec laquelle il embellit et vainc sa proie en même temps». Sören Kierkegaard Le mot esthétique comme tant d’autres a subi de nombreux déplacements sémantiques au fil du temps. Bibliographie : S. Jean-Luc Berlet. Søren Kierkegaard 1813-1866 (pré-existentialiste) L'art comme modèle pour la philosophie : Nietzsche – Lettres-et-Arts.net. Penser la vie : parvenir à cette lucidité sur soi et le monde qui ne masque rien du négatif et l'accepte sans résignation.

L'art comme modèle pour la philosophie : Nietzsche – Lettres-et-Arts.net

Penser la vie c'est surtout parvenir à vivre avec cette lucidité sur la vie. Nietzsche admire Hegel dans sa volonté de penser le négatif, mais il le raille dans son effort pour canaliser le négatif dans le mouvement dialectique du concept qui selon lui a pour effet d'en effacer tout tragique.

Vivre lucidement c'est pour Nietzsche affronter le tragique, la dissolution du sujet dans le destin, lucidité froide qui va au-delà de tout sentimentalisme : « une dose de froideur, de lucidité, de dureté » (Volonté de puissance,II451) est nécessaire au penseur plutôt que la bienveillance hégélienne. Au début de L'origine de la Tragédie, Nietzsche nous raconte une antique légende : le roi Midas part à la recherche du sage Silène, compagnon de Dionysos.

Friedrich Nietzsche 1844-1900. Le Génie méta-esthétique du sens commun deleuzien.