background preloader

Jacques Lacan

Jacques Lacan
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Lacan. Jacques Lacan, né le à Paris 3e et mort le à Paris 6e[1], est un psychiatre et psychanalyste français. Après des études de médecine, Lacan s'oriente vers la psychiatrie et passe sa thèse de doctorat en 1932[2]. Lacan a repris et interprété l'ensemble des concepts freudiens, mettant à jour une cohérence dégagée de la biologie et orientée vers le langage, en y ajoutant sa propre conceptualisation et certaines recherches intellectuelles de son époque (tel le structuralisme et la linguistique). Figure contestée, Lacan a marqué le paysage intellectuel français et international, tant par les disciples qu'il a suscités que par les rejets qu'il a provoqués. Biographie[modifier | modifier le code] Related:  Philosophes - psychanalystes (H)

Jean-François Mattéi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Mattei. Jean-François Mattéi Biographie[modifier | modifier le code] Jean-François Mattéi naît à Oran en Algérie en 1941. C'est en 1962, à 21 ans, comme la majorité des pieds noirs, que Jean-François Mattéi, issu d'une famille française d’Algérie, quitte l'Algérie[3]. Il est diplômé de sciences politiques à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence en 1965 et agrégé de philosophie en 1967. Marié à Anne Jaubert, il a trois enfants, Philippe, Alexandre et Isabelle[4]. Il décède le , à Marseille[5]. Fonctions universitaires[modifier | modifier le code] Professeur à l’université de Nice Sophia Antipolis depuis octobre 1980, il a dirigé le département de philosophie de 1984 à 1988, puis le DEA de la formation doctorale « Philosophie et Histoire des Idées » depuis 1995 et le master « Philosophie » depuis 2004. Il a été élu membre de l’Institut universitaire de France en 1996 et renouvelé en 2001.

Les Mathèmes de Lacan Anthologie des assertions entièrement transmissibles et de leurs relations dans les écrits de Jacques Lacan I am happy to present here the hypertext version of a book I wrote and that was published a few months ago by Lysimaque in Paris. This writing is dedicated to those who wish to navigate through the terms promoted by Jacques Lacan, while inventing their own progress. This route will build a personal labyrinth. This labyrinth has the structure of a knot which will wedge on each term. Users who wish to comment or criticize or report errors are more than welcome. If you found this Hypertext book useful, you can receive a hard copy of it. Cet ouvrage, présenté ici en format hypertext, est le portage sur Internet d'un livre que j'ai écrit et qui est édité par les éditions Lysimaque à Paris. Ce livre est mis à la disposition des utilisateurs qui souhaitent parcourir les termes lacaniens en inventant leur propre cheminement. Les lecteurs qui souhaitent rapporter des erreurs ou faire des commentaires ou des critiques sont les bienvenus. Paris, mai 1997. Paris, janvier 2000.

François Roustang Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. François Roustang (né le [1] et mort le [2],[3]) est un philosophe français. Ancien jésuite et ancien psychanalyste, il devient hypnothérapeute. Biographie[modifier | modifier le code] De 1965 à 1981, François Roustang est membre de l'École freudienne de Paris de Jacques Lacan et devient psychanalyste, après une analyse de deux ans avec Serge Leclaire. Le 3 novembre 1980, François Roustang participe activement à la fondation du « Collège des psychanalystes » avec Jacques Sédat, Anne Levallois, Conrad Stein, Geahchan, et Serge Viderman. À la suite de la publication d'Influence en 1991, puis de Qu'est-ce que l'hypnose? François Roustang continue à publier de nombreux livres, dont certains destinés au grand public sur l'hypnose et sur la psychanalyse: Comment faire rire un paranoïaque? Influences[modifier | modifier le code] Œuvres[modifier | modifier le code] Livres Articles Notes[modifier | modifier le code]

Publications de Guillaume Le Blanc sur Cairn.info ➜Recherche avancée Publications de Guillaume Le Blanc diffusées sur Cairn.info Contributions d'ouvrages Critique de la clinique, clinique de la critique Dans Travail et santé (ERES, 2010) Premières lignes Consulter 4 € Est-il possible de voir la vie ? Dans Peut-on voir la vie ? Premières lignes Consulter 4 € Articles de revues Nouvelles approches philosophiques Dans Cités 2013/4 (n° 56) Premières lignes Consulter 5 € Se moquer de la phénoménologie, est-ce encore faire de la phénoménologie ? Dans Les Études philosophiques 2013/3 (n° 106) Résumé Consulter 5 € De la French theory à l'American philo Dans Esprit 2012/3-4 (Mars/avril) Résumé Consulter 3 € Les nouvelles formes de précarité. Dans Sociologie 2011/4 (Vol. 2) Résumé Consulter 5 € Politiques de l'hospitalité Dans Cités 2011/2 (n° 46) Premières lignes Consulter 5 € L'invention de l'homme moderne. Dans Philosophie 2011/1 (n° 109) Premières lignes Consulter 4 € Vivre comme un étranger Dans Esprit 2010/10 (Octobre) Résumé Consulter 3 € Introduction

Edmund Husserl Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Edmund Husserl Philosophe allemand XXe siècle Biographie[modifier | modifier le code] Husserl est né le 8 avril 1859 à Proßnitz en Moravie dans l'Empire austro-hongrois (actuelle République tchèque). Il meurt le 26 avril 1938, alors que le national-socialisme menace de destruction ses manuscrits inédits. La radicalisation du projet cartésien[modifier | modifier le code] Mathématicien de formation, Husserl s'intéresse d'abord à la philosophie des sciences, notamment à partir de la question des objets mathématiques. un fondement absolu apodictiqueune méthode d'investigation permettant d'avancer dans ses recherches « Quiconque veut vraiment devenir philosophe devra « une fois dans sa vie » se replier sur soi-même et, au-dedans de soi, tenter de renverser toutes les sciences admises jusqu'ici et tenter de les reconstruire. »[3] Les quatre grands principes de la phénoménologie transcendantale[modifier | modifier le code]

Sigmund Freud signature Sigmund Freud (prononciation allemande : [ˈziːkmʊnt ˈfʁɔʏt] ; prononciation française [fʁøːd] ou [fʁœjd][1]), né Sigismund Schlomo Freud le 6 mai 1856 à Freiberg (Autriche) (actuelle République tchèque) et mort le 23 septembre 1939 à Londres, est un neurologue autrichien, fondateur de la psychanalyse. Freud regroupe une génération de psychothérapeutes qui, peu à peu, élaborent la psychanalyse, d'abord en Autriche, en Suisse, à Berlin, puis à Paris, Londres et aux États-Unis. En dépit des scissions internes et des critiques, la psychanalyse s'installe comme une nouvelle discipline des sciences humaines dès 1920. En 1938, Freud, menacé par le régime nazi, quitte Vienne pour s'exiler à Londres, où il meurt d'un cancer de la mâchoire en 1939. Le terme de « psycho-analyse » apparaît pour la première fois en 1896 dans un article écrit en français, publié dans cette langue le 30 mars 1896, puis en allemand le 15 mai 1896. Biographie[modifier | modifier le code] Sigmund Freud (trad.

OCTAVE MANNONI Pour comprendre l'importance et l'originalité de l'œuvre d'Octave Mannoni, il faut la situer avec son auteur dans la petite histoire de la psychanalyse française. Lorsqu'il commence son analyse avec Jacques Lacan en 1945, ce n'est pas un jeune homme en quête d'avenir qui se présente. Sa formation intellectuelle et personnelle est achevée. Ces commencements décisifs font comprendre pourquoi il ne manquera jamais d'indépendance d'esprit. En tout ce qu'il écrit, il reprend les questions à leur principe et dans leur infinie complexité. Il est tout l'opposé d'un dogmatique ou d'un tricheur. Quand les sirènes de la linguistique séduisent la mini-culture sur laquelle il est embarqué et laissent croire qu'elles savent où se trouve le havre des solutions, il redemande comment un petit d'homme naît au langage. Psychologie de la colonisation, Seuil, Paris, 1950, nouv. éd. augmentée sous le titre Prospero et Caliban. Freud, coll. Clefs pour l'imaginaire, ou l'Autre Scène, ibid., 1969

Jacques Lacan The psychoanalyst Jacques Lacan answers to questions submitted by his son-in-law Jacques-Alain Miller. The ORTF (french public TV) broadcast this programme called « psychanalyse ». Then, this intervention was re-written and published in 1974 under the name Télévision. This programme and the text which stemmed from it became famous because this is the only real televisual practise by Lacan. The way he (hardly) tries to adapt himself to TV's prosody provides us a video-object just as strange as singular. Broadcast by French Public Radio ORTF. Lewis Carroll (31 décembre 1966) Lacan's tribute to Lewis Carroll and Alice, broadcast by french radio France Culture. A perfect recording of this old and rare archive. Premier impromptu de Vincennes (03 décembre 1969) Text in French: Les après-midis de France Culture (1970) Interview broadcast on French Public Radio France Culture. Radiophonie (juin 1970) Answers to seven questions submitted by Robert Georgin.

Ludwig Wittgenstein Wittgenstein en 1930 signature Ludwig Wittgenstein ne publia de son vivant qu’une œuvre majeure[2] : le Tractatus logico-philosophicus, dont une première version parut en 1921 à Vienne. Dans cette œuvre influencée à la fois par la lecture de Schopenhauer et de Kierkegaard, et par Frege, Moore et Russell, Wittgenstein montre les limites du langage et de la faculté de connaître de l’homme. Son œuvre a eu – et conserve – une influence majeure sur le courant de la philosophie analytique[1] et plus récemment en anthropologie et ethnométhodologie[11]. Biographie[modifier | modifier le code] Ludwig Wittgenstein très jeune, 1890. « …Un jour, quelqu’un lui dit qu’il trouvait l’innocence enfantine de G.E. Ludwig Wittgenstein (en bas à droite), son frère Paul et ses sœurs. Ludwig, le plus jeune de huit enfants d’une des famille les plus riches de la Vienne habsbourgeoise, grandit dans un milieu d’une haute tenue intellectuelle, créatif et cultivé. Le site où Ludwig Wittgenstein résida à Skjolden.

Psychanalystes que faites-vous de Freud ? - SNPPsy L’affaire Onfray nous concerne Par Philippe Grauer L’honneur de la psychanalyse française, l’honneur intellectuel est en jeu. Fort heureusement constate-t-il la psychanalyse n’est pas propriété privée des psychanalystes. C’est à ce titre d’alliés de la psychanalyse que nous sommes heureux de participer à la campagne contre les cris de haine du grand imprécateur, adepte du complotisme. Psychanalystes que faites-vous de Freud ? Par Michel Rotfus Le 14 septembre 1674 commence une longue correspondance entre un jeune docteur en droit, avocat à la cour de Hollande, Hugo Boxel, et Spinoza. Parmi les psychanalystes qui sont intervenus dans les divers medias pour critiquer le livre de Michel Onfray beaucoup semblent être les héritiers de Boxel. Puisque Freud était ce qu’il était, donc la psychanalyse ne peut pas être ce qu’elle prétend. L’article que signe Daniel Sibony [1] est archétypique du genre. Dans un autre style, nettement plus châtié, Marc Strauss [3] rejoint D.

Jean Laplanche Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jean Laplanche Jean Laplanche, né le dans le 4e arrondissement de Paris et décédé le , est un philosophe de formation, et un psychanalyste français. Après le « retour à Freud » (J. Dans l'histoire de la psychanalyse, l'apport théorique principal de cet auteur consiste dans la théorie de la séduction généralisée (Nouveaux fondements pour la psychanalyse, 1987). Le Vocabulaire de la psychanalyse (1967) de J. Jean Laplanche s'est consacré à l'enseignement de la psychanalyse à l'université, en l'amenant, en tant que Professeur à la Sorbonne (Université Paris VII), au niveau de la recherche. Outre ses activités éditoriales aux Presses universitaires de France et son engagement dans l'institution psychanalytique française et internationale, Jean Laplanche fut le traducteur au long cours de nombreux textes de Freud, ainsi que le directeur scientifique de la traduction française des Œuvres complètes de Freud / Psychanalyse (OCF.P) aux P.U.F.

Richard Dawkins Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Dawkins. Il acquiert la consécration avec son livre de 1976 intitulé The Selfish Gene (en français : Le Gène égoïste), qui popularise la théorie de l'évolution centrée sur les gènes et introduit le terme de « mème ». En 1982, il développe cette théorie dans son ouvrage Phénotype étendu puis publie en 2006 The God Delusion (en français : Pour en finir avec Dieu), vendu à plus de deux millions d'exemplaires et traduit en 31 langues. Il est reconnu comme un ardent défenseur du rationalisme, de la pensée scientifique et de l'athéisme. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code] Richard Dawkins est né le 26 mars 1941 à Nairobi, au Kenya. Adolescent, il arrive à la conclusion que la biologie évolutive est une meilleure explication à la complexité de la vie, et devient athée[2],[3]. Carrière académique[modifier | modifier le code] Richard Dawkins en 2009.

Les cahiers psychologie politique Les C@hiers de psychologie politique sont une revue inter-disciplinaire des sciences humaines de réflexion et de recherche. Revue généraliste, ouverte et transversale, au sein d'un espace universitaire rigoureuse, c'est aussi un véhicule en langue française (mais ouverte à d’autres), dans le but d'informer et de brasser les idées par-delà les frontières mentales et géographiques, afin de mieux comprendre les controverses anciennes qui sont de retour dans la problématique sociétale actuelle. Cette revue n'évite pas les questions d'exception. Plusieurs chantiers transdisciplinaires nouveaux se sont (ré) ouverts ces dernier temps, notamment: la mémoire collective, le discours politique et les médias, le leadership charismatique, le néo-populisme, le machiavélisme et la démocratie représentative, les troubles sociaux (crises et révolutions), les préjugés raciaux, la guerre et toutes ses manifestations symboliques, la propagande et les discours idéologiques. Presentation

Jean-Bertrand Pontalis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jean-Bertrand Pontalis Jean-Bertrand Pontalis en 2011 Jean-Bertrand Lefèvre-Pontalis, né le et mort le , est un philosophe, psychanalyste et écrivain français[1],[2]. Biographie[modifier | modifier le code] En 2011, il reçoit le grand prix de littérature de l'Académie française, pour l’ensemble de son œuvre[1]. Il meurt dans la nuit du 15 janvier 2013, jour de son 89e anniversaire[6],[7]. Travaux[modifier | modifier le code] Psychanalyse[modifier | modifier le code] Il suit, en 1953, une analyse didactique avec Jacques Lacan, elle durera sept ans[4]. Vers 1960, avec Jean Laplanche, sous la direction de Daniel Lagache, Pontalis entreprend l’important travail qui aboutira, en 1967, à la première édition du Vocabulaire de la psychanalyse, qui a connu un grand succès en France et à l’étranger, ayant fait l'objet de nombreuses traductions. En 1979, il entre au comité de lecture des éditions Gallimard[12]. Œuvres[modifier | modifier le code]

Related: