background preloader

Facebook, nouvelle porte d'entrée dans l'adolescence

Facebook, nouvelle porte d'entrée dans l'adolescence
Deux tiers des 11-13 ans ont un profil. Et doivent apprendre, à peine sortis de l'enfance, à gérer une seconde identité. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pascale Krémer Il est le dénominateur commun d'une génération. 93 % des 15-17 ans et 81 % des 13-15 ans disposent d'un compte sur le réseau social Facebook. Chaque année, l'association Calysto, qui sensibilise au bon usage des outils numériques, questionne 35 000 enfants et adolescents. Les deux tiers des 11-13 ans détiennent un "profil", en dépit d'un âge minimum officiellement fixé à 13 ans par l'opérateur. Quid des autres réseaux sociaux ? L'inscription sur Facebook vaut désormais marqueur d'avancée en âge, rite d'initiation à l'adolescence. Entrée facilitée en adolescence, donc… Et aussi plate-forme d'entraide pour les devoirs. Xavier Pommereau, psychiatre en charge du pôle adolescents du CHU de Bordeaux, connaît bien "ces enfants de l'image qui se construisent à travers elle". Deux élèves prennent un professeur en grippe ?

Etude Ipsos : Comment séduire les jeunes en 2013? Soumis par INTERNET SANS C... le mar, 29/01/2013 - 12:37 psos publie jeudi dernier son enquête annuelle « Junior Connect » effectuée auprès de 14,4 millions de jeunes âgés de 1 à 19 ans. Garçons et filles se ressemblent-ils en 2013 ? A l’heure où la construction des identités sexuelles fait débat, suscitant même la polémique et divisant le pays, Ipsos fait le point. Les filles ne partagent pas toujours les mêmes valeurs et les mêmes rêves que les garçons. Internet atténue les clivages entre les garçons et les fille 90% des jeunes filles et garçons, entre 13 et 19 ans se connectent à Internet au moins une fois par jour43% des 7-13 ans et 6% des moins de 7 ans se connectent à Internet au moins une fois par jour Leurs activités sont similaires également sur le web : Réseaux sociaux Plus de 80% des filles et des garçons entre 13 et 19 ans utilisent Facebook contre un petit 20% pour Twitter pour les filles et 13% pour les garçons. Equipements Les jeunes sont aussi hyper équipés : Multitasking

Inde : une concurrence encore faible qui favorise l'implantation de startups étrangères Les nombreux atouts de l'Inde, aussi bien économique que social, en font une destination de choix pour les startups. D'autant plus que la concurrence dans le domaine n'y est pas encore accrue. L'Inde est un écosystème jeune. L'Inde rattrape dangereusement la Chine Ainsi, l'India Startup Report met l'accent sur le fait que l'Inde n'est plus en train d'émerger. Rien ne sert de courir, il faut partir à point... Cependant l'étude rappelle aux compagnies étrangères qui souhaiteraient s'implanter en Inde, qu'il faut savoir se montrer patientes.

Les réseaux sociaux, l’empathie et les adolescents Selon un sondage effectué pour l’ONG 30 Hour Famine, 55% des adolescents questionnés affirment que des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter les a rendu plus conscients des besoins des autres. La même question avait été posée en 2011, et seulement 44 pourcent des adolescents s’étaient lors sentis concernés. Pour Regina Corson, la Vice Présidente de l’association, cette augmentation est un signe des temps. Les trois étages de l’empathie L’empathie est un phénomène complexe qui plonge ses racines dans jusque dans le secret de nos cellules. Dans le travail qu’il a consacré à l’empathie, Serge Tisseron distingue trois niveaux différents. Le second étage de l’empathie est constitué par la reconnaissance mutuelle. Enfin, le dernier étage correspond à ce que Serge Tisseron appelle l’empathie extimisante. L’empathie et les mondes en ligne. Au vu de ce qui précède, les mondes en ligne posent pour l’empathie un double défi.

La technologie est-elle toujours la solution ? (1/2) : le biais de l’internet-centrisme Par Hubert Guillaud le 27/03/13 | 2 commentaires | 3,375 lectures | Impression De 2005 à 2007, le chercheur et éditorialiste, spécialiste de politique étrangère d’origine Bielarusse, Evgeny Morozov (@evgenymorozov), pensait que la technologie numérique était peut-être un moyen pour nous débarrasser des régimes autocratiques. Sa déception a été racontée dans un livre, The Net Delusion, où il s’en prenait à l’utopie du projet internet. Dans son nouveau livre Pour tout sauver, cliquez-là, le chercheur iconoclaste élargit sa critique pour comprendre les schémas de pensée à l’oeuvre derrière la révolution numérique. Internet-centrisme : appliquer au monde les solutions de l’internet Pour cela, il définit deux concepts. Morozov nous invite toutefois à réfléchir plus profondément sur la façon dont les internets de 1993, 2003 ou 2013 pourraient être une même continuité. Et Morozov de renvoyer dos à dos les grands gourous de l’internet, comme Clay Shirky ou Yochaï Benkler. Le risque du numérisme

Dossier : Les réseaux sociaux et les jeunes 22 janvier 2012 dans Dossiers & présentations, Réseaux sociaux Internet fait désormais partie de notre vie quotidienne depuis plusieurs années. Les jeunes sont nés avec et l’utilisent quasiment tous, de plus en plus jeunes et presque tous les jours. Pour réaliser ce dossier nous nous sommes appuyée sur trois études : Le 4ème volet de l’étude « Digital Diaries », publié en novembre 2011 et dirigé par la société AVG. Avant de rentrer dans le vif du sujet, il semble important de faire un état des lieux sur les équipements des jeunes et leur utilisation d’internet. L’étude « Digital Diaries » précise, quant à elle, que les enfants de 10 à 13 ans utilisent leur ordinateur personnel majoritairement dans leur chambre (69%). Concernant l’utilisation d’internet, l’étude TNS-Sofres nous indique que 96% des jeunes de 8 à 17 ans utilisent Internet, et 93% des jeunes sont âgés de moins de 13 ans. Plusieurs axes seront développés sur le sujet des réseaux sociaux.

Vitesse et efficacité d'une langue à transmettre l'information Une chose qui m'a toujours étonné est la propension qu'ont les Espagnols à parler comme une mitraillette. Il n'est pas alors étonnant que l'oral devienne bien plus difficile que l'écrit pour certaines langues. La question qui se pose est alors de savoir si la rapidité d'élocution d'une langue donnée a un impact sur l'information réellement transmise. L'étude a consisté à demander à des gens natifs des pays concernés par ces langues de lire une vingtaine de courts textes (5phrases), tous traduits dans les langues étudiées. Les jeunes et internet : Deux enquêtes instructives Viennent de paraître deux enquêtes qui étudient les pratiques des adolescents sur internet : l’une porte sur les usages de Facebook par les collégiens et lycéens ; l’autre analyse le rapport des jeunes à la culture à l’ère du numérique. Les résultats de ces enquêtes s’avèrent particulièrement intéressants et édifiants dans la mesure où ils permettent de confronter le discours dominant et la réalité des pratiques. Ils peuvent ainsi éduquer notre regard sur les élèves en combattant certaines idées reçues. Ils constituent aussi une invitation à faire d’internet à l’école un véritable espace éducatif. Le Dictionnaire des Idées reçues version 2012 Jeune : individu décérébré, c’est-à-dire illettré (il n’aime pas lire, il ne s’intéresse pas à la culture…) et irresponsable (sur internet, il se met en danger et met en danger autrui). Réseaux sociaux : lieu de dérives diverses, de vains échanges et de mauvaises rencontres (à filtrer en priorité dans tous les établissements scolaires).

Critiquer (vraiment) Facebook Facebook est le miroir de nos ambivalences. Et il serait sans doute utile d’être plus lucide à l’égard de nos propres pratiques si l’on voulait rendre cohérentes les multiples critiques que nous adressons aux réseaux sociaux de l’Internet. Un paradoxe, en effet, ne cesse de traverser notre rapport aux nouveaux mondes numériques. Nous nous méfions, et ceci de plus en plus, des risques relatifs à la capture de nos données personnelles par les grands acteurs commerciaux du web, mais nous continuons toutefois à nous exposer sans grand scrupule. De la quête d'authenticité à l'auto-observation Nous sommes en quête d’expériences authentiques, mais pour les vivre, nous nous auto-observons afin d’en faire le récit sur les réseaux sociaux de l’Internet. Ces critiques, le plus souvent, nous les destinons aux autres. La multiplication des discours critiques, sans effet sur les comportements Imaginaire libéral de l’individualisme

Les réseaux sociaux en perte de vitesse chez les adolescents Les réseaux sociaux deviendraient-il de moins en moins cools? C'est ce que suggère une étude menée par la banque d'investissement américaine Pipper Jaffray rapportée par le site Cnet. Le réseau social de Mark Zuckerberg est le plus touché par cette perte de popularité. Au début de l'année 2013 déjà, un sondage de Survata montrait la préférence des jeunes Américains pour Tumblr. publicité Selon l'enquête de Pipper Jaffray, seuls 23% des 5.200 jeunes sondés ont cité Facebook comme le réseau social le plus important. La popularité de Twitter, Instagram et Tumblr stagne depuis début 2012. En mars 2013, Slate citait la lettre de démission de Black Ross, ancien directeur de produit chez Facebook: L'interface du site, trop compliquée, et la présence de la famille sur le réseau seraient la cause de cette perte d'attrait. Les adolescents sont plongés dans les technologies et les réseaux sociaux. À lire aussi sur Slate.fr

8.7 M de “Digital Mums” en France ! Il faut peut-être enfin ranger au rayon « histoire de la publicité » le fameux concept de ménagère de moins de 50 ans pour définir les nouvelles cibles en rapport avec les réalités de consommation des nouveaux médias. C’est ce que fait WebMediaGroup avec la « Digital Mum », une femme ayant au moins un enfant à charge et se connectant au moins une fois par semaine à internet. Elle a un rapport à la société et à la consommation qui mêle le réel et le numérique. Il y a 4 mois, WebMediaGroup tentait dans une première étude une approche de cette cible en collaboration avec Ipsos. La « Practical Digital Mum » (18% des Digital Mums). En juin prochain, WebMediaGroup et KR Media lanceront un Observatoire trimestriel de la Digital Mum.

Des usages d’Internet en progression chez les jeunes enfants Les jeunes enfants sont connectés au Web de plus en plus tôt. Pour les 3 à 6 ans, les usages sont encore modestes mais ils existent. C’est ce que révèle l’agence Aegis Media France qui vient de publier son étude « Kids & teens sur le Web ». 1 032 questionnaires en ligne ont été renseignés par 485 mamans d’enfants internautes de 3 à 6 ans et 557 enfants internautes de 7 à 12 ans. 31 % des enfants de 3 à 4 ans, 41 % des 5 à 6 ans, 67 % des 7 à 12 ans se connectent plusieurs fois par semaine, voire davantage sur Internet. Une partie des plus jeunes enfants ne sont pas accompagnés 14 % des enfants de 3-4 ans, 25 % des 5-6 ans, 42 % des 7-9 ans, 69 % des 10-12 ans sont seuls devant l’écran de l’ordinateur. 20 % des 3-6 ans ont leur propre ordinateur. 40 % des 3-6 ans et 50 % des 7-12 ans déclarent le visionnage de vidéos comme étant l’activité qu’ils pratiquent le plus souvent. Les 7 à 12 ans sont de loin les plus actifs

Des élèves exclus pour avoir injurié leurs profs sur Facebook 01net. le 08/02/13 à 11h37 Deux élèves de seconde du lycée Lakanal de Sceaux (92) ont été exclus définitivement et trois autres temportairement pour avoir injurié leurs professeurs sur Facebook a révélé la radio France Bleu 107.1. Les lycéens ont été victimes des conséquences de leur blague de très mauvais goût consistant à crééer de faux profils de quatre de leurs enseignants, profils assortis d'injures et, pour certains, de photomontages obscènes. La direction de ce lycée, plus connu pour ses classes préparatoires sélectives que pour les débordements de ses élèves, a obtenu la fermeture de ces profils et organisé des conseils de discipline dans la foulée visant les lycéens incriminés. Outre l'exclusion, les lycéens sont sous le coup d'une plainte déposée et d'une enquête de police pour « injure publique envers un fonctionnaire chargé du service public par parole, image écrit ou moyen de communication électronique » et « atteinte à la dignité ».

Ces lycéens qui se déchaînent sur Facebook Dans de nombreux établissements scolaires se développent des « hard spotted »: des pages Facebook où élèves et profs sont victimes d'insultes et de propos obscènes. Alarmant. « Un fantasme, une pulsion, une obsession ? Un « spotted » ? « Au début, je trouvais ça plutôt sympa et j'allais lire les messages », explique cette lycéenne. « Mais la version hard est allée trop loin... » Adieu les déclarations poétiques, place à des écrits violents, voire pornographiques sur fond de règlements de compte ou d'attaques. Découvrant le « hard spotted » de son établissement, le proviseur d'Émile-Zola a envoyé un courrier afin d'alerter les parents des conséquences pour leurs enfants. Pour Laëtitia Chaumontet, psychosociologue, « il n'y a plus de coupure entre la vie scolaire et la vie privée. Pourquoi un tel déchaînement de violence sur les réseaux ? Samuel NOHRA. Comment lutter contre ce phénomène ?

Related: