background preloader

IDENTITE NUMERIQUE APRES LE DECES

IDENTITE NUMERIQUE APRES LE DECES
L’internet est un outil essentiel pour la liberté d’expression aujourd’hui, et afin que tout utilisateur puisse s’identifier sur la toile l’identité numérique est apparue. Cependant, que devient l’identité numérique d’un internaute après son décès ? Pour comprendre ces enjeux, il faut donc revenir de manière précise sur les contours de cette identité numérique (I), pour ensuite se pencher sur la problématique liée à sa gestion, notamment au regard de l'identité numérique après le décès des personnes concernées (II). Dans la mesure, et on le comprend, où l'identité numérique est un profil qui se remplit au fil de la navigation et de l'utilisation du réseau internet, l'identité numérique après le décès ne peut pas découler d'une "?gestion automatique?". En effet, cette gestion doit tout d'abord être prise en compte sur les plateformes en ligne, mais également par le droit. Dans ce cadre, on peut légitimement se demander ce que devient cette identité numérique après le décès. I. [2] J-M.

Protège ton image numérique : Jeu sérieux en ligne pour les jeunes (Suisse) Afin de sensibiliser les jeunes internautes à l’importance de veiller à leur image en ligne, l’Etat de Vaud (en Suisse) avec des partenaires : le Département des institutions et de la sécurité (DIS) par la Police cantonale, les polices communales et le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) ont lancé en mars 2015 une campagne de prévention basée sur un jeu sérieux en ligne (serious game) : Protège ton image numérique, ta réputation sur Internet. Dispositif ludo-pédagogique Ce dispositif ludo-pédagogique sur Internet questionne les jeunes joueurs sur différents comportements possibles sur les réseaux sociaux et leurs conséquences. Accompagnement dans les écoles Ce support est utilisé lors de cours de prévention destinés aux élèves de 11 à 13 ans des écoles vaudoises. Une règle avec des conseils et l’adresse internet du jeu, est distribuée à chacune et chacun. Campagne Sois-Net.ch Licence : Contrat spécifique : merci de prendre contactGéographie : Europe

La protection du patrimoine informationnel de l’entreprise Le CIGREF et la Fédération de l’Information Lifecycle Management (ILM), du Stockage et de l’Archivage (FEDISA) ont publié fin 2007 un livre blanc sur la protection du patrimoine informationnel de l’entreprise qui fait la synthèse des principaux éléments techniques et juridiques attachés au patrimoine informationnel.Ce dernier peut être défini comme étant l’ensemble des données, protégées ou non, valorisables ou historiques, d’une personne physique ou morale. Le patrimoine informationnel est l’une des composantes du patrimoine immatériel des entreprises. Ces dernières sont passées d’une économie industrielle à une économie de réseaux fondée sur la connaissance, ce qui implique, pour tout chef d’entreprise, d’analyser les différentes composantes de son patrimoine informationnel (système d’information et processus organisationnel). Le rapport définit les critères de sécurité technique qui doivent être traités dans une entreprise afin de préserver et conserver les informations.

Web 2.0 1La réputation est considérée comme une valeur du capital de l’entreprise (Gibson, Gonzales et Castanon, 2006) puisqu’un lien avec la performance de l’entreprise a été établi (Deephouse, 2000). La réputation représente 63 % de la valeur de l’entreprise (Weber Shandwick/KRC Research, 2011) et correspond à la priorité de 29 % des responsables des communications de Fortune 500 (Weber Shandwick/KRC Research, 2009), ce qui est logique dans la mesure où les effets à long terme dépassent les coûts à court terme engendrés par la création d’une excellente réputation (Fang, 2005). 2De ce fait, le risque de réputation est considéré comme plus problématique que tous les autres, que ce soit le terrorisme, le risque de change, le risque politique (Sims, 2009). 3N’existe-t-il pas un paradoxe dans la volonté de gérer son e-réputation puisque la majorité des conversations sont lancées par des personnes extérieures à l’entreprise sans aucun contrôle de l’organisation ? Tableau 1. L’analyse des cas Acadomia

Protection des bases de données | Matthieu PACAUD L’article L112-3 du Code de la Propriété Intellectuelle définit les bases de données de la manière suivante : « On entend par base de données un recueil d’œuvres, de données ou d’autres éléments indépendants, disposés de manière systématique ou méthodique, et individuellement accessibles par des moyens électroniques ou par tout autre moyen. » L’idée générale est celle d’un regroupement d’informations selon des règles logiques et rationnelles, ensuite mis à disposition par tout moyen à un public. Toute personne qui souhaite créer une base de données soit s’interroger sur la composition de celle-ci : en effet, elle ne doit pas utiliser des données protégées par un droit de propriété intellectuelle (en l’espèce, généralement le droit d’auteur) sans autorisation, en application de l’article L122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle. Les marques, les brevets, voire même les données personnelles peuvent être également concernées et nécessitent l’accord des titulaires de droit.

Qu’est-ce que l’identité numérique ? Qu’est-ce que l’identité numérique et l’e-réputation ? Cette question se pose aujourd’hui dans le cadre de l'écosystème internet pour les usages individuels et collectifs.Cet ouvrage présente de manière accessible l'état de la recherche sur ces questions et propose un tour d'horizon des enjeux fondamentaux à maîtriser pour pouvoir garder le contrôle sur sa présence en ligne ou sur celle de son organisation.Ce livre s'adresse à ceux qui, soucieux de découvrir la richesse de cette problématique, aux entreprises, organisations et collectivités à la recherche d'une méthodologie et de bonnes pratiques sur ces questions, ainsi qu'à toute personne qui s'est déjà, ne serait-ce qu'une fois, posé la question de savoir si la publication d'une information, d'une vidéo, d'une photographie, d'un statut Facebook, ne risquait pas de lui porter un jour préjudice, à lui, à l'un de ses proches ou à son employeur. Cet ouvrage a été réalisé avec le soutien du Labex Hastec.

Les données personnelles et la protection de la vie privée à l'heure des nouvelles technologies Introduction Si la notion de données personnelles d'un individu englobe une quantité non-négligeable et importante d'informations plus ou moins nominatives (nom, prénom, âge, sexe, lieu de résidence, loisirs préférés, pseudo, n°client, etc.), force est de constater que bon nombre de personnes ignorent précisément de quoi il s'agit, mais aussi par qui et dans quel but des fichiers sont créés. S'il est aisé d'imaginer que nous sommes tous fichés par l'Etat et les organismes qui lui sont rattachés (sécurité sociale, fisc, police à travers la carte nationale d'identité, la préfecture lors de l'établissement de la carte grise, le Pôle emploi, le médecin, etc.), par son employeur, par des associations indépendantes (club de sport, association à laquelle on fait un don, forum de discussion ou chat, etc.) ou encore par des sociétés commerciales (banque, assureurs, téléphonie, fichiers clients des commerces, etc.), on imagine moins être fichés par des sociétés que l'on ne connaît pas.

Bibliographie sur la (e)réputation Voici quelques éléments bibliographiques : des papiers/ouvrages de recherches (certains présentés ici à l’origine) et des ouvrages de praticiens (livres blancs/e-books). Rien d’exhaustif bien entendu, juste ce qui me parait essentiel pour bien appréhender ce que recouvre la notion de (e)réputation et ce qui y est associé. Avec, parfois, des commentaires de ma part pour montrer l’apport en termes de “vulgarisation”… Cette bibliographie est vouée à évoluer. Je privilégie les documents accessibles en ligne. Travaux scientifiques BEAUVISAGE, T., BEUSCART, J-S., COURONNE, T., MELLET, K., « Le succès sur Internet repose t- il sur la contagion ? Une revue de littérature critique sur la question de la viralité et des « influenceurs ». BOULLIER, D., LOHARD, A., Opinion mining et Sentiment analysis, Collection Sciences Po-médialab, 2012. Une bonne revue de littérature et surtout synthèse de la question. ORIGGI, G., « Un certain regard.

Justice : IBM condamné à verser 6,67 millions d'euros à la Maif Mise à jour le 20/03/2015 IBM précise "qu'il va se pourvoir en cassation" suite à l'arrêt rendu par la Cour d'Appel de Bordeaux. La décision de justice n'est donc pas pour l'heure définitive. IBM est condamné en appel à régler la somme de 6,67 millions d'euros à l'assureur français Maif, à titre de dommages et intérêts. Le litige portait sur la réalisation d'un contrat d'intégration. Le projet portait sur la refonte du CRM de l'assureur, dit projet Grs. « Le projet IBM ayant connu des dérives en termes de délais et de coût, dérives dont chaque partie se rejette la responsabilité, une mission de diagnostic a été confiée à la société Accenture » rappelle l'arrêt. Un devis qui fait des petits Mais IBM veut aller plus loin. En juin 2006, la Maif met cependant un terme au projet Grs. La prestation au forfait en question

Faire vivre un personnage fictif sur le web | Framapad annuel Connected. This pad seems to be opened in more than one browser window on this computer. Reconnect to use this window instead. Your permissions have changed while viewing this page. There are communication problems with the synchronisation server. Perhaps you connected through an incompatible firewall or proxy. Couldn't connect to the synchronisation server. This is probably due to a problem with your browser or your internet connection. The server is not responding. This could be due to problems with network connectivity. An edit you have made was classified illegal by the synchronisation server. This could be due to a wrong server configuration or some other unexpected behaviour. The pad you are trying to access is corrupt. This may be due to a wrong server configuration or some other unexpected behaviour. This pad has been removed. The connection to the server was lost The server may be unavailable.

aliaz - moi, version Web Il vend son identité numérique pour 20.000€ sur Ebay « Comment faire lorsqu’on veut suivre des études ambitieuses alors qu’on a déjà un prêt à la banque ? » Cette question, Kévin se l’est sans doute posé un million de fois et il n’est sans doute pas le seul. Quoi qu’on en dise, certains cursus supérieurs sont particulièrement coûteux, et difficilement accessibles pour le commun des mortels. Notre étudiant aux yeux baignés de lumière a ainsi eu une idée assez insolite, et même un poil délirante : vendre son identité numérique pour 20.000€ sur Ebay. Tout se vend sur la toile. Vendre son identité numérique sur Ebay, ça peut rapporter gros. En toute franchise, lorsque mes yeux se sont posés sur le tweet de Kévin, au début, j’ai cru à un simple canular. Cette dernière est plutôt claire : Salut moi c’est Kévin Brouillaud, j’ai 22 ans, je termine bientôt mon DU Mode Luxe et Arts de Vivre à Paris. Pas mal, non ? Tiens, d’ailleurs, il a même créé une école gratuite quelques années plus tard si ça t’intéresse.

Related: