background preloader

Mohenjo Daro (Indus, Pakistan), une grande civilisation matriarcale, égalitaire, et pacifique

Mohenjo Daro (Indus, Pakistan), une grande civilisation matriarcale, égalitaire, et pacifique
Related:  Mohenjo-Daro

Mohenjo Daro Some of the skeletons found at Mohenjo Daro May 08, 2013 Some have suggested ancient technology glassified these Indus Valley ruins but electricity is a more plausible explanation. Mesopotamia and the Fertile Crescent region are thought to be the “birthplace” of civilization and the central focus for human culture dating back to the beginning of recorded history. There are many ways to date ancient artifacts and there are just as many ways to interpret the results from those techniques. There is one intriguing aspect to Mohenjo-Daro that sets it apart from most ancient ruins. The oldest myths of the Hindu religion, itself one of the oldest religions in the world, speak of gods flying in vehicles composed of dazzling light and intricately carved platforms called vimanas, that waged war with one another using energy beams of incredible power. There are many speculations about what the vimanas were or what the Iron Thunderbolt might have been. Stephen Smith

Arkaim : l’ancienne cité russe et l’origine arctique de la civilisation ››› Victoria Lepage Des forces immenses et imprécises sont en mouvement en Asie Centrale – ou plutôt dans la plus vaste région que nous appelons Eurasie –, des forces qui pourraient changer pour toujours la face de notre société et de notre civilisation mondiale. Même si l’équilibre des forces géopolitiques est en train de basculer inexorablement en faveur des superpuissances eurasiennes – principalement la Russie, la Chine, les Etats d’Asie Centrale ainsi que l’Inde –, un nouveau souffle spirituel souffle depuis l’Asie Intérieure et ses nombreuses écoles mystiques cachées, annonçant la montée de la nouvelle alliance à des hauteurs jamais vues de pouvoir international, politiquement et culturellement. L’immensité de la future turbulence occasionnée par ce basculement de l’Occident vers l’Orient est incalculable, c’est le symptôme extérieur d’une révolution globale de la conscience. Une race oubliée Arkaim : une ville de l'âge de bronze dans le Sud de l'Oural « L’Orient et l’Occident fusionnent ici.

Mohenjo-daro Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mohenjo-daro — littéralement le Mont des morts, un nom qu'il partage avec Lothal — est un site important de la civilisation de la vallée de l'Indus, on y trouve les vestiges d'une des plus grandes cités de l'âge du bronze Indien. Il est situé au Pakistan à 300 km au nord-nord-est de Karâchi. Ayant subi peu de dégradations modernes, son état de conservation est meilleur que celui d'Harappâ, et par suite, c'est une importante source d'informations sur la civilisation à laquelle la ville appartenait. Elle a été construite durant le IIIe millénaire avant J. Découverte d'une civilisation inconnue[modifier | modifier le code] Les travaux effectués sur le site ont permis de dégager une centaine d'hectares des ruines de la ville, dix fois plus que ce qui avait été révélé dans les années 1920, mais probablement seulement un tiers de la surface totale à étudier. Les deux villes[modifier | modifier le code] La société[modifier | modifier le code]

Le citadin et les liens tribaux à Mohenjo-daro Notes Je tiens à remercier chaleureusement Himanshu Burte, Hans Claessen, Ken Hammond, Peter Nas, Richard G. Fox, Laurence Bastit et Roshun Birdy, pour leurs observations et remarques. L’article ci-dessous a été rédigé à Leyde, en 2002, dans le cadre d’une bourse de recherches Jan Gonda. SHEREEN RATNAGAR, Enquiries into the political organization of Harappan society, Pune, Ravish, 1991. JOHN MARSHALL, Mohenjo-daro and the Indus civilization, Londres, A. Partout, les petits sites sont trop souvent sous-représentés. V. HÉLÈNE GUETAT-BERNARD, « Diversification of economic activities in rural India », in C. JONATHAN MARK KENOYER, Shell working industries in the Indus civilization, Ph. JAN VANSINA, The children of woot : a history of the Kuba peoples, Madison, University of Wisconsin, 1978, pp. 184-196. « La demande d’excédents émanait d’en haut, des autorités politiques. DIETRICH RUESCHEMEYER, Power and the division of labour, Cambridge, Polity Press, 1986, p. 183 sqq. Voir Y. RICHARD G. R. J.

Nan Madol: le trésor secret des Pacific501 Places Approaching Nan Madol by boat there is little sense of the scale of the ruins that are about to surround us. The choppy waves of the Pacific subside as we make our way through narrowing mangrove channels until finally we see the first basalt columns above the clear water. A moment later there is no doubt the size of this ancient site, sitting to the south-east of the Micronesian island of Pohnpei. Nan Madol is probably the world’s most important historical treasure not to have been added to the UNESCO World Heritage list. Facts and legends about Nan Madol merge freely, leaving those looking for knowledge about the site unsure what to accept. Why was it built? While the part about magic powers is disputed by scientists, what is clear is the abandonment of Nan Madol in the 16th to 17th centuries. If Nan Madol was anywhere else in the world it would attract thousands of visitors every day. You can see more photos from our visit to Nan Madol here.

Ruines archéologiques de Mohenjo Daro Archaeological Ruins at Moenjodaro The ruins of the huge city of Moenjodaro – built entirely of unbaked brick in the 3rd millennium B.C. – lie in the Indus valley. The acropolis, set on high embankments, the ramparts, and the lower town, which is laid out according to strict rules, provide evidence of an early system of town planning. Ruines archéologiques de Mohenjo Daro Ce site conserve les ruines d'une ville immense de la vallée de l'Indus, entièrement construite en brique crue et remontant au IIIe millénaire av. آثار موهنجودارو يحافظ هذا الموقع على أنقاض مدينة الوادي الهندوسي الكبيرة التي بنيت بكاملها من الآجر الخام والتي تعود إلى الألفية الثالثة ق.م. source: UNESCO/ERI 摩亨佐达罗考古遗迹 这座规模宏大的城市坐落在印度河河谷中,它建于公元前3000年,建筑材料完全是毛坯砖。 Археологические памятники Мохенджо-Даро Руины огромного города Мохенджо-Даро, целиком построенного из необожженного кирпича в 3-м тысячелетии до н.э., находятся в долине реки Инд. Ruinas arqueológicas de Mohenjo Daro モヘンジョダロの遺跡群 インダス川下流シンド州カラチから約300km北のインダス文明の遺跡の一つ。

Mohenjo-Daro : Mystère. Reconstitution 3d La civilisation de la vallée de l’Indus En 1921, des fouilles débutèrent à Harappa. Les archéologues mirent au jour les maigres vestiges d’une grande cité. En 1922, un archéologue indien qui cherchait les vestiges d’un ancien temple bouddhiste mit au jour à 640 km d’Harappa les ruines d’une civilisation protohistorique. C’est une véritable métropole qui sortit de terre. Vestiges de la ville d'Harappa. Il faut imaginer un peuple qui a vécu sur un immense territoire. Cette civilisation a construit de grandes villes divisées en quartiers mais avec une logique qui nous échappe. Puis, entre 3 200 et 1 800 ans avant notre ère, de grandes villes s’épanouirent. Les chercheurs ont d’abord pensé que cette civilisation était constituée de colonies provenant de Mésopotamie. Depuis la découverte de Mohenjo-Daro, d’autres cités antiques de l’Indus ont été retrouvées comme Dholavira ou Ganweriwala. Apparemment, ce peuple était un peuple de marchands. Mohenjo-Daro : une cité très évoluée Liens externes

Dans le dédale de Nan Madol "Le canot s’égare dans le dédale des canaux où les lianes ont tissé leur toile sur les temples effondrés ..." Ile de Pohnpei. Au milieu d’un lagon, émergent canaux, murailles, rochers sacrés...La cité lacustre du XIième siècle, désertée par les Micronésiens qui la croient maudite, se dégrade mais garde ses secrets. Il fallait attendre. Que la mer revienne, que la marée monte vers la terre, s’infiltre entre les racines des palétuviers et gonfle les canaux où les pirogues pourraient naviguer sans racler leur coque sur la vase. Une histoire portant racontée jusqu’à plus soif dans les années 1830 par James O’Connell mais personne ne l’avait cru. Le canot s’égare dans le dédale des canaux où les lianes ont tissé leur toile sur les temples effondrés dont les colonnes gisent sur la rive. Magistrale leçon d’architecture pour les colonisateurs qui se succédèrent à rapide cadence dès 1886 sur Ponhpei et dont les vestiges de leur présence se résume à peu de choses. Libération. 2003

Explosions nucléaires il y a des milliers d'années Mohenjo-Daro explosions nucléaires il y a des milliers d'années villes antiquse décimées par bombe nucléaire Explosions nucléaires, il y a des milliers d'années ! Nous avons été éduqués à concevoir une Histoire de l'humanité une et évolutive; dans cette conception, on pense que notre civilisation est l'aboutissement de progrès depuis des temps archaïques où l'Homme utilisait encore des outils rudimentaires de pierre. On nous parle de certaines grandes civilisations anciennes, comme l'Egypte des pharaon, dont il convient de rappeler que la population était celle des coptes, aujourd'hui chrétiens persécutés, et non pas la population d'arabes musulmans arriérés qu'on y trouve de nos jours. On nous dit que la plus ancienne écriture est celle de Sumer, mais ça dérange énormément lorsqu'on découvre des écritures bien plus anciennes, dont Glozel en France, ou encore celle de la civilisation dite de Fontainebleau, toujours en France, pour ne citer que deux cas, territoralement proches !

Nan Madol - Inclassables de Histoire, Mythes & légendes Nan Madol est un site de contruction mégalithique humaine remarquable, situé sur l'île de Ponhpei (île volcanique) dans le Pacifique, en Micronésie : Le site de Nan Madol se situe sur l'île de Tewmen rattachée à Pohnpei au sud(est. Pohnpei est la plus grande île de Micronésie et à l'époque de sa découverte elle comptait pas moins de 30 000 résidents. Il n'en reste aujourd'hui que 200. Le site de Nan Madol est construit sur la côte rocheuse de l'île de Temwen avec nombres de colonnes en basalt. La plus proche région basaltique se trouve très loin (pas trouvé où). Chaque colonne a un poids variant de 20à 30 tonnes. certains ont essayé de transporter des colonnes de même types, mais la limite de flotaison d'une barge en bambou est de 1 tonne. Nan Madol s'étend sur 1,5 Km de long et 500 m de large. Les bases des constructions ont été "plantées" sous l'eau, sous le niveau de l'eau. Certains scientifiques disent que la cité fut bâtie il y a 1500 ans. Vidéo avec pas mal d'images du site ;

Mohenjo-Daro Note utilisateur: Détails Catégorie : Archéologie Écrit par Sam Porter Affichages : 10323 Ce site constitue un véritable mystère, affirment les archéologues, qui auraient juré, avant la découverte de Mohenjo-Daro, qu’aucune véritable civilisation n’avait pu exister dans la vallée de l’Indus, au Pakistan, il y a environ 4 500 ans. En 1921, des fouilles débutèrent à Harappa. Il faut imaginer un peuple qui a vécu sur un immense territoire. Le caractère le plus stupéfiant des villes harappéennes est la complexité de leur urbanisme. A proximité, des bains publics avaient été construits. Ce peuple était apparemment épris d’ordre et d’hygiène. Les chercheurs sont parvenus jusqu’ici à identifier environ 400 pictogrammes et à découvrir qu’ils s’écrivaient de droite à gauche. Plan détaillé de Mohenjo-Daro. Parallèlement à ce problème, des squelettes portent la trace de blessures à l’arme blanche. Plus récemment, une théorie assez révolutionnaire a été énoncée.

Related: