background preloader

La rue, fief des mâles. Fanny Arlandis. Le Monde.

La rue, fief des mâles. Fanny Arlandis. Le Monde.
LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Fanny Arlandis Sur le trottoir ou dans le métro, on croise des vieux, des jeunes, des hommes, des femmes. A première vue, l'espace public est mixte. A première vue seulement. Car l'espace urbain demeure un espace où les déséquilibres entre les deux sexes restent profonds. De jour, ça se voit peu. Surtout, contrairement à ces derniers, "les femmes ne font que traverser l'espace urbain, elles ne stationnent pas", explique le géographe Yves Raibaud, coproducteur d'un rapport, en 2011, commandé par la communauté urbaine de Bordeaux. Sifflées, collées, insultées, autant de situations que vivent les femmes dans la rue. Pour la sociologue Marylène Lieber, professeur à l'Institut des études sur le genre, à Genève, les femmes subissent des "rappels à l'ordre sexués, des petits actes qui n'ont rien de grave mais qui leur rappellent sans cesse qu'elles sont des "proies" potentielles dans l'espace public : commentaires, regards soutenus, etc.".

http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/10/04/la-rue-fief-des-males_1770418_3246.html

Related:  Les collectivités, actrices de l'égalité femmes-hommes...Harcèlement de rueDiscriminationTFEFéminisme/Sexisme/Discriminations

Au-delà du masculin singulier, penser les espaces des sexualités. Mélanie Gourarier. Métropolitiques. Paru à l’automne 2012, le numéro spécial de la revue Géographie et Cultures s’inscrit dans la perspective d’une géographie des sexes, genres et sexualités à partir de l’étude des espaces des masculinités. Le projet est à la fois innovant et ambitieux. Les recherches consacrées aux masculinités sont, en effet, longtemps restées le parent pauvre des sciences humaines et sociales et tout particulièrement des disciplines géographiques, ainsi que l’explique l’article cosigné par Charlotte Prieur et Louis Dupont, coordinateurs du numéro.

le harcèlement ! J’ai un truc qui me démange, sur la langue un goût étrange, comme une crampe à la phalange. Hey ! Oui je me plains tout le temps. Déjà, il paraît que c’est un sport national, ensuite, c’est quand même la base quand on est de gauche. Projet Crocodiles “Mi-Juillet, donc 5 mois après avoir porté plainte et 9 mois après l’agression, deux enquêteurs du Comité P m’ont contacté, ils voulaient me rencontrer pour éclaircir l’enquête. Tout d’abord, ils ont insisté sur le fait que j’avais fait le pire parcours imaginable, qu’ils étaient surpris que ça soit possible, que la procédure ne s’était pas du tout déroulée comme prévue et qu’à chaque fois qu’un professionnel aurait pu me venir en aide ça n’a pas été le cas. Ma plainte a donc permis de cibler plusieurs fautes graves et pas seulement le comportement de madame S.

Je ne veux pas d'enfants, et alors ? — Publié initialement le 29 mai 2014 Je ne veux pas d’enfants. Voilà, c’est dit. J’ai lâché le dossier, me voilà devenue aux yeux du monde une vieille aigrie qui refuse de profiter du miracle de la vie, qui n’est pas capable de donner de l’amour ou de supporter quelqu’un plus de trois heures de suite. « Je n’aime pas les enfants. Genre et transports publics : la guerre des territoires C’est en errant sur Twitter la semaine dernière que nous sommes tombés sur une énième conversation lancée par la blogueuse étiquetée “féministe” (ce n’est pas son unique engagement), Mar_Lard. Les débats auxquels elle participe sur les réseaux sociaux soulèvent bien souvent des questions piquantes de discrimination. Cette fois, la discussion abordait plus ou moins directement un bouquet de thèmes qui nous sont chers tels que la place des femmes dans l’espace public, et plus précisément les incivilités teintées de machisme. La polémique est partie de remarques sur les codes sociaux sexistes attribués à certains gestes du quotidien : les femmes se tiennent les jambes croisées, les hommes les jambes écartées. “Your balls are not that big”

Genre et urbanisme : "La ville est un espace de loisir pour les hommes". Les Inrocks. Chercheur en géographie au CNRS de Bordeaux, Yves Raibaud travaille depuis plusieurs années sur la répartition de l’espace urbain en fonction du genre. Dans un article publié sur le site du CNRS, il fait un constat accablant : la ville est construite pour les garçons. Interview. Quelles sont les différences de pratiques entre hommes et femmes dans la ville ? L’agression sexuelle dans les lieux publics : vos réactions J'ai récemment demandé sur twitter qui avait déjà été "peloté" (je n'aime pas cette expression qui minore la réalité mais elle est bien comprise par tous et toutes) par un-e inconnu-e dans un espace public. J'ai eu énormément de réponses, par twits, DM et emails et nous allons tenter de les analyser. J'emploierai le terme "peloter" dans le texte car c'est avec ce terme que la question a été posée et certain-e-s peuvent souhaiter en conserver la symbolique pour des raisons qui leur appartiennent.

les films issus du concours Scénarios contre les discriminations Bien dans ma peau (Cure bien-être) (5'53") Réalisé par Blandine Lenoir Avec Axelle Laffont, Zakaria Gouram, Eriko Takeda, Mata Gabin, Lila Redouane, Marie Bertoliatti, Nathalie Guisset Sur une idée originale de Nour-Eddine Maamar Production: Local Films Evidemment Madame Agathe n'est pas raciste puisque son bonheur est de se livrer toute entière aux mains expertes du personnel de toutes origines du spa où elle se rend régulièrement. voir le film télécharger aux formats 3gp / Mpeg4-H264 / WMV (Windows mobile) * Dirty Slapping (5'34") Réalisé par Edouard Molinaro Avec Héléna Noguerra, Tanel Derard, Caroline Portes De Bon, Kevin Coelho, Barthélémy Guillemard, Deborah Ganem Sur une idée originale de Béatrice Guéret Production: Local Films Thomas, jeune adolescent, est confronté à l'homophobie de ses camarades... voir le film télécharger aux formats 3gp / Mpeg4-H264 / WMV (Windows mobile) * Un excellent dossier!

Pourquoi les hommes ont tant de mal à repérer la misogynie Si des hommes ont été surpris par la réaction autour de #YesAllWomen après les meurtres d'Elliot Rodger, c'est parce que les hommes ne voient pas ce que vivent les femmes. Le mois dernier, quand la police de Santa Barbara s'est présentée au domicile d'Elliot Rodger – suite à un signalement de sa mère qui venait de découvrir ses vidéos YouTube dans lesquelles il détaillait son hostilité à l'égard des femmes qui avaient refusé d'avoir des relations sexuelles avec lui, étalait sa jalousie envers les hommes qu'elles avaient pu lui préférer, tout en faisant part de ses intentions de remédier à cette «injustice» en exhibant toute sa «puissance» et sa «magnificence» –, les officiers allaient repartir avec l'impression que Rodger était un «être humain merveilleux, gentil et tout à fait courtois». Ce week-end, les informations sur la tuerie ont rapidement fait le tour du monde, et le réveil a une nouvelle fois été très dur sur les médias sociaux. Amanda Hess

Related: