background preloader

Refuser l'oppression quotidienne : la prévention du harcèlement à l'École - Rapport d'Éric Debarbieux

Refuser l'oppression quotidienne : la prévention du harcèlement à l'École - Rapport d'Éric Debarbieux

Agir contre le harcèlement à l'École - Ministère de l'éducation nationale "Harcèlement : briser la loi du silence" Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale Si le climat scolaire est le plus souvent propice aux apprentissages dans les écoles et les établissements scolaires, nous y découvrons chaque jour trop de cas de harcèlement. Qu’il s’agisse de brimades, de racket, d’insultes, de messages intimidants, ou encore de violences physiques, nous ne pouvons accepter que nos enfants soient victimes de ce genre de comportements. Parce qu’il est souvent dissimulé ou insidieux, le harcèlement n’est pas facilement détecté par les adultes, qu’il s’agisse des parents, des enseignants ou de l’ensemble des personnels de l’éducation. Le harcèlement est source d’humiliations, si bien que les victimes osent rarement évoquer les souffrances qu’elles traversent. Nous ne lutterons efficacement contre le harcèlement à l’École qu’en brisant cette loi du silence. Agir contre le harcèlement : lancement de la campagne, intervention de Vincent Peillon Un plan de formation I. II.

Agir contre le harcèlement à l'École La lutte contre le harcèlement est une priorité du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Priorité car le harcèlement va à l’encontre des valeurs défendues par l’école : le respect de chacun, l’acceptation des différences, l’apprentissage de la citoyenneté. La loi du plus fort ne peut pas régir les rapports entre élèves. Pendant longtemps, et parfois encore aujourd’hui, le harcèlement entre élèves a été considéré comme anodin, voire constitutif de la construction de nos enfants et de nos jeunes, laissant souvent entendre que ces violences "forgeaient le caractère". Ce phénomène, qui touche plusieurs centaines de milliers d’enfants et de jeunes, est l’affaire de tous. Pour que la lutte contre le harcèlement soit efficace, elle doit s’inscrire dans un temps long, celui de la prévention, de la vigilance au quotidien. la République.. Najat Vallaud-Belkacem,ministre de l'Éducation nationale,de l'Enseignement supérieuret de la Recherche Sensibiliser

Prix "Non au harcèlement" Lancé en septembre 2013, le prix "Non au harcèlement" organisé par le ministère de l’Éducation nationale avec le soutien de la Mutuelle MAE, a pour objectif de donner la parole aux jeunes des écoles, collèges, lycées et structures péri et extrascolaires pour qu’ils s'expriment collectivement sur le harcèlement à travers la création d’une affiche ou d’une vidéo, qui servira de support de communication pour le projet qu’ils souhaitent mener dans leur établissement. Un prix pour la lutte contre le harcèlement à l'école Le prix "Non au harcèlement" a pour objectifs de : sensibiliser enfants et adultes au harcèlement à l'école et le cyber-harcèlementdonner la parole aux enfants et aux jeunes en les rendant acteurs de la préventioninciter à la mise en place de projet pérenne dans les écoles, établissements et structures concernées Ce prix récompense les projets collectifs dénonçant ce phénomène ou proposant des solutions pour lutter contre le harcèlement entre pairs. Catégories de présentation :

Présentation de la première journée nationale "Non au harcèlement" Mesdames, messieurs, J’avais annoncé, en février dernier, de nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement à l’École qui touche chaque année 700 000 de nos élèves. 700 000 enfants qui souffrent au quotidien de brimades, de moqueries, de mises à l’écart voire de violences physiques. Il me semblait indispensable d’interpeller l’ensemble de la société en créant une journée nationale de mobilisation, ce 5 novembre, pour dire "Non au harcèlement". La campagne et les annonces que nous vous dévoilons ce jour s’adressent prioritairement aux enfants de primaire et aux témoins. Des solutions existent, cette journée a pour objectif de les faire connaître. Chaque professionnel doit être formé et outillé pour savoir répondre aux situations rencontrées dans son école, dans son collège ou dans son lycée. Le harcèlement ne pourra diminuer que si chaque école et chaque établissement met en place un plan de prévention.

Harcèlement scolaire - Violences scolaires - Provocation au suicide Porter plainte contre les auteurs La victime mineure ne peut pas porter plainte seule. Toutefois, elle peut signaler les faits, par le biais d'une main courante, en se rendant (seule ou accompagnée) dans les locaux de la police ou de la gendarmerie. Mais si la victime mineure veut être impliqué dans le reste de la procédure, elle devra obligatoirement être représenté par une personne majeure (parent, tuteur,...). En revanche, la victime émancipée ou majeure peut porter plainte contre les élèves qui ont commis les faits de harcèlement, quel que soit leur âge. Mais aussi contre les membres du personnel éducatif, s'ils n'ont pas pris les mesures appropriées après avoir été informés de la situation. Dans tous les cas, la victime a 6 ans, après les faits, pour déposer plainte. Sur place Vous pouvez vous adresser à un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie de votre choix. La plainte est transmise au procureur de la République par la police ou la gendarmerie. Par courrier

6 choses que vous devez savoir sur le harcèlement à l’école #NAH (1) 700 600 élèves français, de l'école au lycée, sont victimes de harcèlement* Parmi eux, 383 830 élèves sont victimes d'une forme sévère de harcèlement*. Plus précisément : 12% des écoliers (CE2, CM1, CM2) souffrent de harcèlement, soit 295 600 élèves sur 2 463 065. Et 5 % des élèves subissent un harcèlement sévère, soit 123 000 écoliers de cycle 3. (Enquête réalisée par l’Unicef et l’Observatoire international de la violence à l’école). 10% des collégiens subissent un harcèlement, soit 332 000 élèves sur 3 332 000 collégiens. Et 7% des collégiens sont confrontés à un harcèlement sévère, soit 233 000 élèves. (2) 1 élève sur 5 est confronté au cyber-harcèlement 6% des collégiens sont victimes du cyber-harcèlement. (3) en novembre : journée nationale de mobilisation contre le harcèlement Chaque premier jeudi de novembre est organisée une Journée nationale pour dire "Non au harcèlement". (4) Un numéro gratuit : le 3020 (6) 1 500 formateurs pour sensibiliser 300 000 personnes

L'Observatoire International de la Violence à l'Ecole - OIVE Date limite de Soumission prolongée Télécharger l'appel à communications Le colloque " Les jeunes et l'incitation à la haine sur Internet: victimes, témoins, agresseurs? Comparaisons internationales" dans la presse : Reportage azur TV Parution du deuxième numéro du Journal International sur le Climat Scolaire et la Prévention de la Violence Pour accéder à ce numéro thématique, merci de cliquer ci-dessous : Les enjeux de l'ethnicité à l'école : contributions pour penser les inégalités et les discriminations --------------------------------- Colloque "Les jeunes et l'incitation à la haine sur Internet: victimes, témoins, agresseurs ? Les 23 et 24 janvier 2017 au théâtre du Grand Château - Campus Valrose - Nice Pour retrouver toutes les informations, merci de cliquer ci-dessous : Appel à Communications "The UNESCO Week for Peace and Sustainable Development: The Role of Education" Date limite d'application : 23 décembre 2016 Sous la direction de Eric Debarbieux Dans la presse :

Cyberharcèlement netecoute.fr Le cyberharcèlement, c'est quoi ? Ce type de harcèlement qui utilise les technologies comme le mobile ou l'Internet, peut blesser une personne non seulement à l'école mais aussi jusque dans sa maison. Comme ça se passe dans le monde virtuel, c'est du 24h/24, 7j/7 et ça peut rendre fou ou effrayer quelqu'un sans qu'il ne sache quoi faire pour s'en sortir. Ce harcèlement en ligne peut prendre différentes formes comme la création d'un faux profil à ton nom, l'envoi de messages d'insultes ou la diffusion de fausses rumeurs. Quoi qu'il en soit il ne faut pas laisser faire et en parler à un adulte de confiance. La seule chose positive c'est que ce type de harcèlement laisse des traces. Que faire si quelqu'un d'autre est harcelé ? Si tu connais quelqu'un qui est harcelé en ligne ou si tu as vu des profils ou des commentaires méprisants, c'est ton devoir de le signaler. Ne fais pas suivre de photos, de vidéos ou de messages insultants ou dégradants pour une personne.

Harcèlement en ligne, pressions psychologiques Les cas les plus fréquents de sexting parmi les adolescents sont les cas où un jeune échange des images ou vidéos dévoilant son intimité avec son petit copain, sa petite copine comme preuve de son amour, ou suite à une demande qu'il ne sait refuser (si tu m'aimes, montre-moi...). Parmi les autres pratiques communes, on citera le phénomène des dedipix (voir article), l'envoie de textos assez crus, et la mise en ligne d'images explicitement sexuelles sur les réseaux sociaux. L'exposition de son corps à l'adolescente ne date pas d'hier et n'est pas forcément un problème en soi. Dans la plupart des cas, il s'agit pour les adolescents de s'assurer de l'approbation, l'admiration de l'autre (phénomènes de reconnaissance et réassurance) et en rapport à un corps qui se dessine, se transforme et pose souvent question. Le sexting est souvent lié à une confusion des genres entre la nudité et la sexualité, dans les cas où la nudité est considérée négativement, à travers des tabous. Les conseils

Related: