background preloader

Les politiques de distraction selon John Hattie

Les politiques de distraction selon John Hattie
Devant l’intérêt grandissant du monde de l’éducation envers les travaux de John Hattie, le RIRE vous propose quelques articles qui traduisent de façon synthétisée certains documents (disponibles gratuitement) produits par le chercheur. Aujourd’hui, nous vous présentons quelques critiques que Hattie adresse au système d’éducation en général, par l’intermédiaire de ce qu’il nomme les « politiques de distraction » en éducation. John Hattie est un chercheur australien qui s’est spécialisé dans les sciences de l’éducation. Il a obtenu une renommée internationale pour son travail original sur une base de données regroupant de près de 800 méta-analyses. Cette façon de procéder lui a permis d’évaluer plus ou moins 50 000 études traitant de divers aspects des sciences de l’éducation. En s’appuyant sur les résultats de sa précédente méta-analyse, Hattie revient sur le constat suivant : il y a une grande variabilité de la qualité de l’enseignement prodigué selon les enseignants. Référence

http://rire.ctreq.qc.ca/2016/08/politiques-distraction-hattie/

Related:  Textes inspirants, marquants...Ressources généralesApprendre à apprendreApprendre à l'ère du numériqueDidactique

Quand c'est un jeu, les garçons lisent mieux ! Se pourrait-il qu’à force de se faire dire qu’ils sont moins bons en lecture, les garçons aient fini par le croire et, pire, par le prouver ? Une étude menée en France et publiée récemment dans le tend à le démontrer. Plus encore, l’étude montre que si un contrôle de lecture est présenté comme un jeu, les garçons réussissent soudainement beaucoup mieux ! Intéressé depuis des années à l’apprentissage scolaire et en particulier à l’impact du contexte sur la réussite scolaire, Pascal Pansu, psychologue social de l’Université Grenoble-Alpes, et son équipe ont présenté une activité de lecture à 80 enfants de 9 ans. L’objectif : identifier le plus d’animaux possible dans un texte.

La rétroaction autrement Habituellement, lorsqu’on parle de rétroaction, on imagine les commentaires qu’adresse un enseignant à ses élèves. Aujourd’hui, inspiré par les articles de Dylan William et Shaun Killian ainsi que par le mouvement de l’enseignement explicite, le RIRE vous propose d’explorer une autre vision de la rétroaction avec quelques stratégies qui permettent de s’assurer de la compréhension globale d’un groupe d’élèves. Cette forme de rétroaction des élèves à l’enseignant (par opposition à celle de l’enseignant aux élèves) est utile pour confirmer la compréhension globale par le groupe d’un sujet d’enseignement avant de passer à une étape plus compliquée. L’habitude la plus courante est de poser instinctivement une question à l’ensemble du groupe et de donner la parole aux élèves ayant levé la main. William voit deux problèmes à cette procédure :

Quel support pour un apprentissage efficace ? Quel est le meilleur support média pour la mémoire et donc pour un apprentissage efficace ? Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’image et la télévision ne sont pas d’aussi bons supports que cela. Les Texte et illustrations : de l’ours Ruppert à la carte de géographie Dans notre expérience (7 portes), le manuel illustré ne donne pas de meilleurs résultats que le texte seul (lecture) probablement parce que beaucoup de documentaires étaient abstraits (par exemple, poussée d’Archimède).

Pratiques, objets et finalités de collaboration en lien avec l’intégration des tablettes numériques dans une école secondaire Pratiques, objets et finalités de collaboration en lien avec l’intégration des tablettes numériques dans une école secondaire | Practices, Objects and Collaboration Purposes Related to the Integration of Digital Tablets in a High School Nadia Cody, Sandra Coulombe, Patrick Giroux, Diane Gauthier, Suzie Gaudreault Abstract Bien que les technologies de l’information et de la communication (TIC) occupent une place de plus en plus prépondérante, tant au sein de la société que de l’école (Anderson, 2010), on remarque que leur intégration en contexte scolaire représente encore un défi de taille (Underwood et Dillon, 2011).

Clarifier le concept et les objectifs - École et Stratégies Qu’est-ce qu’accompagner? L’accompagnement est une relation : De soutien et de partage;Comobilisatrice;Contractualisée. « Accompagner, c’est se joindre à quelqu’un (ou à un groupe d’individus) pour aller quelque part1 ». On peut accompagner en proposant une relation de conseil, de guidance ou de suivi2.

9 activités pour éviter un déclin l'été - Aider son enfant L'été et le déclin des apprentissages Pour plusieurs enfants, la période des vacances d’été a un impact important sur leurs apprentissages, que ce soit en mathématiques ou en lecture. En effet, des recherches réalisées à partir d’épreuves standardisées ont démontré que les enfants performent moins bien à la fin de l’été qu’au début. Aux États-Unis, ce phénomène, appelé le « summer slide » est pris de plus en plus au sérieux par les décideurs. Les parents ont un rôle important à jouer et peuvent, par leurs interventions, diminuer les effets du « summer slide ». Des établissements qui changent les choses Les enfants issus de milieux socioéconomiques défavorisés obtiennent de meilleurs résultats scolaires à 12 ans s’ils ont fréquenté de manière intensive un service d’éducation préscolaire en bas âge. Et il y a plus : en sixième année du primaire, l’écart de réussite scolaire entre les jeunes issus de milieux aisés et ceux issus de familles pauvres disparaît lorsque ces derniers ont fréquenté un Centre de la petite enfance (CPE) avant leur arrivée sur les bancs d’école. Ces conclusions ont été dévoilées en décembre dernier dans un article de la revue scientifique Pediatrics, grâce aux données collectées à travers l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ). Les données de l’ELDEQ avaient déjà démontré auparavant que les services d’éducation préscolaire permettaient aux enfants en milieux défavorisés de mieux rattraper les enfants de milieux plus aisés dans leurs capacités d’apprentissage au moment d’amorcer leur parcours scolaire. Une première M.

Etudiez efficacement : réactivez votre mémoire Troisième étape de notre méthode pour étudier efficacement : la réactivation. La mémoire a besoin de répétition. Mais pas seulement. Lire et relire ses notes ou ses manuels ne suffit pas. Il faut « réactiver » la mémoire et la préparer à restituer.

Related: