background preloader

Devenez incollable sur le pistage

Devenez incollable sur le pistage
Chaque fois que nous nous connectons, nous laissons derrière nous des traces de notre activité. Elles sont parfois appelées nos « empreintes numériques » pour une bonne raison : car le pistage consiste en quelque sorte à suivre nos pas. Cependant, nos empreintes numériques révèlent bien plus que les endroits que nous avons visités. Elles révèlent tout, de nos préférences à nos identités. Le pistage en action Imaginons une journée en ligne classique : vous commencez par consulter vos messages électroniques, vous partagez peut-être un article amusant que vous venez de lire. Cela ne représente que quelques sites mais ce que vous ne voyez pas, c’est qu’il y a bien plus de « tiers » (comprenez des entreprises qui ne sont pas liées aux sites que vous visitez) qui consultent et enregistrent tout ce que vous faites.

https://www.mozilla.org/fr/teach/smarton/tracking/

Related:  iNFORMATIQUE LOGICIELS LIBRESPrendre conscience des traces laissées sur Internetidentité numériqueEDUCATION AUX OUTILS NUMERIQUESDésinformation

Comment réduire l’empreinte environnementale du web Par Frédéric Bordage - 04/06/2015 Dans un précédent article, nous avons vu que l’empreinte annuelle moyenne d’un internaute est de l’ordre de : 350 kWh d’électricité ; 200 kg de gaz à effet de serre ; 3 000 litres d’eau. Les équipements des internautes et les objets connectés concentrent les impacts associés à la fabrication (scope 3) : épuisement des ressources naturelles non renouvelables, impacts environnementaux et sanitaires associés à l’extraction des minerais et à la fabrication des composants électroniques, changement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre sont également réparties entre fabrication (48 %) et utilisation (52 %). En revanche, la consommation électrique (68 %) et d’eau (84 %) est prépondérante sur la phase d’utilisation.

Apprendre avec le Jeu Numérique Nés après la Seconde Guerre mondiale dans les campus universitaires américains, les jeux vidéo forment aujourd’hui la première industrie culturelle mondiale. Apanage des pays développés dans les années 1980 et des garçons des classes moyennes, le jeu vidéo s’est « démocratisé » à l’échelle mondiale. Il est aujourd’hui pratiqué en tous lieux, par les hommes et les femmes, de tous âges et de toutes catégories sociales et professionnelles. Google veut vous (re)donner la main sur vos infos personnelles Google est à la tête d’une dizaine de services différents. Grâce à ces outils, il sait pas mal de choses à notre sujet et il connait ainsi notre formation, nos différents lieux de résidence ou même notre parcours professionnel. Effrayant ? Un peu, c’est vrai mais le géant américain est visiblement bien décidé à nous (re)donner la main sur nos infos personnelles.

Bruno Devauchelle : Former les enseignants au numérique ? Faut-il former encore les enseignants ? L'exemple de près de quarante années de formation à l'informatique, aux TIC, TUIC et autre numérique, pédagogique ou non, peut laisser le formateur désespéré. Plan après plan, circulaire après circulaire, projet après projet, on peut se demander pourquoi tant d'argent est mis dans la formation pour des résultats aussi "modestes". Citons le questionnement de Peraya, Viens et Karsenty en 2002 : "il serait intéressant de chercher à mieux comprendre l’apport de divers facteurs individuels, organisationnels, institutionnels ou sociétaux dans l’intégration pédagogique des TIC à la pratique éducative des nouveaux enseignants." (1). S'il faut interroger la formation, ses modalités et ses pratiques, il faut aussi questionner plus globalement le contexte dans lequel se développe le numérique au sein duquel la problématique de formation se pose. Apprentissage technique / Apprentissage conceptuel

La radicalisation violente commence-t-elle vraiment sur Internet ? Pour comprendre les processus de radicalisation des jeunes et les processus de rupture qui conduisent la jeunesse à adhérer à des idées radicales et violentes, on a souvent tendance à mettre en accusation les médias sociaux, et plus généralement le Net. En effet, la facilité d’accès aux discours les plus marginaux et les plus violents, le déploiement de plus en plus visible des discours et idéologies violentes, xénophobes, complotistes, les usages généralisés à travers les réseaux sociaux des conversations et des opinions semblent accréditer la thèse d’une responsabilité première des médias numériques et du cyberespace. Une stratégie médiatique construite et moderne de déploiement Dès la Seconde Guerre mondiale, l’utilisation de l’informatique naissante pour décrypter et diffuser des informations a été au cœur des stratégies de combat. La propagande, la désinformation, l’accès aux informations ont été depuis toujours un élément de la stratégie de combat.

50 alternatives pour remplacer tous les produits Google Source : linuxmanua.wordpress.com Google, c’était bien avant. C’est maintenant devenu un cancer. Traces numériques Cet article à été initialement diffusé dans le numéro de mai du journal Epicure (version collège en page 15 et version lycée en page 17) Commander en ligne, renseigner un formulaire, publier des photos, partager son opinion sur un film, effectuer une recherche : toute activité sur le web crée des traces. Les informations ainsi collectées sont conservées et analysées. Mais par qui, dans quel but et que deviennent-elles ?

6 astuces indispensables pour savoir ce que Google sait de vous Google sait tout de nous ou presque tout mais saviez-vous que la majeure partie des données collectées par le géant américain étaient également accessibles à l’utilisateur. Voici comment les consulter. A lire également : comment protéger sa vie privée sur Android Dossier comparatif de 12 solutions de curation Christophe Deschamps, consultant-formateur en intelligence économique et en veille et auteur du blog Outils Froids publie un dossier comparatif de 12 solutions de curation (« ensemble de pratiques et une gamme d’outils destinés à des opérations de republication web ») qui fait écho à l’article de NetPublic.fr : Curation : Méthodologie, objectifs, pratiques et choix des outils. Ce dossier analyse la pertinence d’utilisation de ces solutions (gratuites dans leur version de base) en terme de pertinence mais aussi de 32 critères formels regroupés en 7 catégories majeures : 7 catégories de critères de pertinence des solutions de curation Sources : comment le service de curation est-il alimenté en informations nouvelles susceptibles d’être diffusées ?Types de contenus intégrés : quels sont les types de contenus publiés parl’outil de curation ?

Controverse autour de Décodex, un outil contre la désinformation ? Entre démarche citoyenne et enclosures Décodex est une boîte à outils des Décodeurs rubrique du site Lemonde.fr, lancée le 1er février 2017 qui cherche, en accès gratuit, à permettre aux internautes de distinguer les sites d’information fiables, de ceux qui ne le sont pas, à l’aide d’une classification couleur selon plusieurs critères. Sont concernés les sites, les blogs, les sites de presses mais aussi les comptes Youtube ou Twitter. Or, impossible de tout vérifier : les internautes sont donc mis à contribution pour répertorier les sites avec la possibilité d’envoyer une requête aux Décodeurs, ce qui place le projet dans une "démarche citoyenne", mais aussi d’éducation aux médias pour tous et dans les écoles.

Related: