background preloader

Comment le groupe Total va financer la réforme de l'Éducation nationale - Mécénat

Comment le groupe Total va financer la réforme de l'Éducation nationale - Mécénat
A court d’argent et d’idées, le gouvernement a signé un accord avec le groupe Total, qui s’engage à verser plusieurs millions d’euros pour soutenir la réforme des rythmes scolaires, concoctée par le ministre de l’Education nationale. L’entreprise aidera financièrement les associations qui prendront le relai lorsque les enfants ne seront plus en classe. Les municipalités auront-elles également recours au mécénat d’entreprises pour financer leurs politiques éducatives ? Promu grand mécène d’État, Total semble en tout cas bien décidé à s’impliquer dans les politiques à destination de la jeunesse. Comment financer une réforme de l’Éducation nationale qui bat de l’aile ? Du côté des pouvoirs publics, le flou plane sur le financement de cette réforme. Y a-t-il un pilote ? L’éducation, nouveau « produit » ? Total et l’UIMM siègent au conseil de gestion de ce Fonds d’Expérimentation pour la Jeunesse, avec une voix délibérative, c’est-à-dire un droit de vote. Le modèle associatif selon Total Related:  Conscience sociale et politique

Le jour où j'ai cessé de dire "Dépêche-toi" | Rachel Macy Stafford Chaque minute compte dans nos vies modernes et effrénées. On a constamment l'impression qu'on doit cocher quelque chose de notre to do list (choses à faire), qu'on doit vérifier un écran ou un autre ou se presser pour se rendre à notre prochaine destination. Et peu importe comment on divise notre temps et notre attention, peu importe combien de tâches on tente d'accomplir simultanément, on finit toujours par avoir l'impression qu'il n'y a pas assez d'heures dans une journée pour arriver à tout faire. Ainsi allait ma vie pendant deux années totalement frénétiques. C'est que, voyez-vous, la vie m'a fait cadeau, il y a déjà six ans, d'une adorable enfant du type je-prends-mon-temps-rien-ne-presse-regarde-maman-les-jolies-fleurs-tu-veux-les-sentir? Lorsque nous devions quitter la maison en cata, elle prenait tout son temps pour se choisir un sac à main et une tiare. Mon enfant était, pour ma personnalité de Type A, une bénédiction, mais je ne m'en rendais pas compte. Loading Slideshow

Jardinons la planète | L'écologie sans l'anesthésie Au milieu de l'indifférence générale Tôt dans la matinée du mardi 2 juin, un important contingent de flics a procédé à l’expulsion du camp entre Barbès et la Chapelle où 400 personnes survivent depuis plusieurs mois sous le métro aérien. Pendant que les« migrants » se faisaient embarquer sous la commande du trio travailleurs de la mairie-crs-représentants associatifs, quelques dizaines d’individus solidaires étaient rassemblés à proximité, gueulant des slogans et manifestant leur solidarité derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire : « L’épidémie c’est le capitalisme et ses guerres, ses flics et ses frontières. Solidarité aux migrants. » Ce « camp de migrant », ce « bidonville », ces « abris d’infortunes », nous n’avons pas l’indécence de défendre leur occupation, car personne ne désirerait vivre dans de telles conditions. Le train train quotidien, la banalité et la surexposition à la misère la plus visible ont-il si bien atrophié notre sensibilité que l’on en est tristement parvenus à composer avec ?

Perrenoud : « Comprendre, c’est contester l’ordre des choses… » Par Marcel Brun Un nouvel ouvrage de Philippe Perrenoud est forcément un objet attendu, tant les travaux de l’universitaire genevois ont irrigué les milieux de la formation des enseignants, IUFM compris. Le titre est tout un programme, comme une preuve que le propos est pesé : « Quand l’école prétend préparer à la vie… Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ?» Il faut dire que ces derniers temps, les pédagos qui parlent des compétences ne sont pas sur une ligne unique. Où en est Perrenoud avec les compétences ? Du coup, pas étonnant que la construction de « référentiels » nécessaires en éducation tourne rapidement au dialogue de sourds : - « travailler par situations-problèmes » ne suffit pas pour développer automatiquement des compétences - les compétences ne se confondent pas avec les « habiletés », souvent enseignées ou évaluées à l’Ecole, mais qui ne sont que des « ressources » pour agir. Réorganiser les disciplines d’enseignement ? Notes : Liens : Le site d’ESF

Les rythmes scolaires, l’enfance et le droit à la paresse La réforme des rythmes scolaires en raccourcissant la journée de classe va laisser du temps libre, ou plutôt du temps à remplir, pour les élèves. Puisqu'il s'agit d'une réforme de la répartition des temps de classe et non une réduction des heures de travail des parents (en passant de 35 à 32h, par exemple), les enfants devront être « gardés». Les uns, les optimistes, disent que cela donne l'occasion d'organiser de nombreuses activités pour les enfants, notamment ceux qui n'ont pas de réel accès aux loisirs. Je me souviens, lors de ma première année de formation en IUFM, qu'un reportage sur France 5, suivait la vie « d'enfants à la clef ». Et si l'une des clefs de la réussite de la réforme se cachait dans la capacité à organiser un temps libre pour les élèves, un temps où ils ne font rien, un droit à la paresse. Et voilà que l'on ne manquera pas de me dire que défendre le droit à la paresse, c'est abaisser les ambitions affichées par la réforme. Sébastien Rome

Histoire-géographie au collège : des programmes allégés ou réorientés ? | Journal d’un prof d’histoire Vincent Peillon (Education nationale), François Hollande et George Pau-Langevin (Réussite éducative), dans un collège de Trappes (Yvelines), le 3 septembre 2012 (Thibault Camus/AP/SIPA) On les a réclamés, on les a attendus, on les a obtenus et on n’en revient toujours pas. Je veux parler des allègements aux programmes d’histoire-géographie de la classe de troisième dont la liste vient de paraître, en attendant son passage pour avis devant le Conseil supérieur de l’éducation le 19 septembre. L’épreuve d’histoire-géographie au diplôme national du brevet (DNB) en juin dernier avait, on s’en souvient, donné lieu à un concert de protestations – une unanimité plutôt rare dans la corporation – visant principalement l’amoncellement des thèmes de travail imposés aux élèves dans un temps nécessairement limité et débouchant de fait sur des questions d’examen au mieux infaisables, au pire ridicules. Des choix très orientés L’intouchable éducation civique C’est vraiment cela, l’histoire ?

Ne pas reconnaître nos différences est une grave erreur Pourquoi la fiction ? Est-il fondamental de reconnaître nos différences biologiques ? A quoi ressemble le processus de création ? Conversation avec Nancy Huston, écrivain, essayiste, musicienne canadienne et française, auteur de plus d’une quarantaine d’ouvrages parmi lesquels Instruments des ténèbres (Prix Goncourt des Lycéens et prix du Livre Inter 1996), Lignes de faille (prix Femina 2006 et prix France Télévision) et tout dernièrement Reflets dans un œil d’homme, essai qui fit couler beaucoup d’encre… Cyril Dion : Vous êtes en train de finir un nouveau roman. Nancy Huston : Il s’appelle Danse Noire. D’où vous vient cette soif de raconter des histoires ? Avec ce livre, j’ai compris un peu mieux d’où me venaient les voix auxquelles je peux donner corps dans mes romans. Et pour la société ? Selon moi, raconter des histoires est une capacité sélectionnée à travers les âges, donc une question de survie pour l’espèce humaine aussi. Plus libres oui… et plus malheureux ! Bien sûr. Oui.

Nous ne sommes pas en démocratie. Le pouvoir de manipulation des mots. Quand le mensonge prend l’ascenseur , la vérité prend l’escalier. Elle met plus de temps mais ne t’inquiètes pas, elle finit toujours par arriver. Voici une vidéo sur le pouvoir des mots. Aujourd’hui plus que jamais une majorité de citoyens a le sentiment que le monde politique n’a que faire de ses opinions. Cette vidéo est un extrait du film « Dette, crise, chômage : qui crée l’argent ?

le café pédagogique Le temps de travail en classe 40% plus important dans le primaire que dans le secondaire et bientôt une prime 3 fois plus petite Même si je me réjouis de pouvoir enfin, moi aussi, bénéficier bientôt d’une prime. Comment peut-on justifier un tel écart entre l’indemnité qui sera versée aux professeurs des écoles de 400 euros et la prime ISOE versée au enseignants du secondaire de 1200 euros ? Le travail fourni par les professeurs des écoles vaut-il trois fois moins que celui réalisé par leurs collègues du secondaire ? Fort heureusement, cet avis n’est pas partagé partout dans le monde et, il n’y a pas d’écart entre les salaires au primaire et au collège dans presque deux tiers des pays de l’OCDE. En France cependant, là ou les enseignants travaillent bien plus que leurs collègues (en moyenne par an 936 heures devant les élèves, soit 146 heures de plus que la moyenne de l’OCDE de 790 heures), l’écart entre le primaire et le collège est de 9 % avec 15 ans d’ancienneté Le ministre V Peillon a lui même qualifié cet écart de salaires "d’injustice".

L'égalité comme source de richesse, par Albert Jacquard Les hommes ne naissent pas égaux. Le constat est d’autant plus évident pour le biologiste que la naissance, il le sait bien, n’est qu’une transition dans un processus commencé neuf mois plus tôt. Le point de départ a été la procréation, résultat d’un mécanisme fort subtil qui permet de fabriquer un individu à partir de deux. L’essence de ce mécanisme est l’intervention d’une loterie portant sur un tel nombre de caractéristiques que les résultats possibles sont pratiquement inépuisables. Chacun des procréés est donc unique. Deux patrimoines génétiques ne sont jamais « égaux », à la seule exception des vrais jumeaux, issus d’une même fécondation mais, s’ils sont identiques au départ, ceux-ci ne le sont plus à la naissance, la vie intra-utérine les a différenciés. Cette non-égalité biologique, à la naissance ou à la conception, est un fait, mais, à ce stade, nous ne sommes pas en présence d’hommes, seulement de promesses d’hommes. Taille de l’article complet : 740 mots.

Agir concrètement contre le nucléaire Plutôt que de manifester contre le nucléaire, René Bickel a décidé d'agir à son échelle pour limiter sa dépendance à l'énergie atomique. Avec sa femme, il a donc construit une maison quasiment autonome en énergie. René porte autant de casquettes qu’un cumulard du Cac40. Officiellement, cet homme de 65 ans est retraité de la SNCF. Mais il est aussi auteur-dessinateur de BD sur le thème de la santé et les abus des labos pharmaceutiques, arboriculteur, moniteur en arboriculture et conseiller hygiéniste-diététicien. Mais c’est une autre raison qui m’a poussé à venir le rencontrer dans son village d’Ostheim, non loin de Colmar. « Le point de départ, c’est la construction de la centrale de Fessenheim dans les années 70. Agir concrètement contre le nucléaire Il a d’abord choisi la voie du militantisme pour tenter de faire cesser la prolifération de l’atome. Énergie locale et renouvelable Du coup, quand l’hiver arrive, il ne craint pas de voir sa facture d’électricité grimper. Un radiateur naturel

Les 10 stratégies de manipulation de masses · leprintempsdesconsciences Si nous voulons rester libres et maitres de notre destin, il faut connaitre ces dix techniques de manipulation de masses. Vous verrez que les techniques 1, 5, 6, 7 et 8 sont celles des médias et notamment de la télévision. Que les techniques 3 et 4 sont celles utilisées dans les lois sur le PACS, le mariage gay puis la PMA et la GPA, qui viendront en « différé ». Que la technique 9 est celle de la loi sur « l’homophobie » et toutes celles qui viendront sur la « non discrimination ». Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. 1/ La stratégie de la distraction Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. 2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions liberté.

Related: