background preloader

Visite de Paris au XVIIIe siècle (quartier du Grand Châtelet)

Visite de Paris au XVIIIe siècle (quartier du Grand Châtelet)

http://www.youtube.com/watch?v=YP__1eHeyo4

Related:  Reconstitutions 3D / SimulationsLe vieux ParisMOOC Hist Art - Lumières

La Rome antique en trois dimensions Rome attire les foules par sont histoire et aussi du fait qu’elle abrite le plus petit État au monde (le Vatican). Parce qu'au-delà du charme des Italiens, cette cité a marqué l'humanité. Nous parlons ici de la Ville éternelle qui a été le cœur pendant des siècles d’un des empires les plus impressionnants que le monde ait connu. Bien des vestiges sont encore debout en Europe alors qu’ils datent de l’Antiquité, dont le fameux Colisée, des routes, des aqueducs... Toutefois, malgré les traces toujours visibles de cette ère, il est difficile de s’imaginer ce qu’était celle qui luttait avec Constantinople comme la plus grande ville de l’Antiquité. Néanmoins, les découvertes des archéologues et le travail de moine de certains aficionados de la modélisation 3D permettent aux internautes, qu’ils soient férus de cette période ou élèves en histoire, d’analyser ce qu’a pu être l’urbanisme et l’architecture de l’époque.

Charles Marville, ou Paris avant les grands travaux d'Haussmann Pendant le Second Empire, Paris connut sous l’égide de Napoléon III et du Préfet Haussmann les plus importants travaux de son histoire. Des transformations qui permettront à la capitale d’entrer dans l’ère moderne, et qui feront de Paris une référence mondiale en matière d’hygiène et d’urbanisme. Charles Marville, de son vrai nom Charles-François Bossu, est un photographe méconnu qui fut pourtant au premier rang de ces métamorphoses. Histoire des femmes. Les femmes et la Révolution de 1789 : un espoir pour les femmes. Luttes et revendications, Militantes et revendications des femmes en 1789. Histoire des femmes et République, Florence Brissieux, Aurore Rubio Les femmes attendent beaucoup de la Révolution et expriment leurs revendications par le biais de pétitions, adresses et cahiers de doléances. Leurs revendications portent sur des problèmes auxquelles elles sont traditionnellement confrontées : absence d'instruction, mortalité en couches, droit d'exercer un métier, protection des travaux féminins (couturière, brodeuse…) Les revendications touchant aux droits politiques sont rares car rares sont celles qui ont conscience de leur importance. Les femmes de Provence protestent en 1789 contre la composition des Etats Généraux dont elles sont exclues. Les députés répondent alors à ces revendications : ne sont-ils pas, eux, les députés de tous et donc des femmes ? Par le biais d'un cahier de doléance, une madame B.B. du pays de Caux rétorque " Etant démontré avec raison qu'un noble ne peut représenter un roturier, […] les femmes ne pourraient donc être représentées que par des femmes "

Les paysages mous de Google – Geographica L’artiste new-yorkais Clement Valla a repéré des anomalies de calcul de GoogleMaps. Il en a fait des œuvres. Cela donne des images étonnantes, insolites, qui font apparaître GoogleMap pour ce que c’est: des images calculées, des approximations du réel mais en aucun cas un substitut ou un équivalent de la réalité… On a tendance à l’oublier. Portfolio initialement publié en novembre 2013 En une: Cincinnati

Il y a 100 ans, le banquier Albert Kahn engageait quatre photographes et leur demandait d’immortaliser la ville lumière. C’est en utilisant l’autochrome, procédé de restitution des couleurs que l’on doit aux frères Lumière, que ces images ont été réalisées. Musée Albert-Kahn – Département des Hauts-de-Seine De 1914 à 1918, en pleine Première Guerre mondiale, Léon Gimpel, Stéphane Passet, Georges Chevalier et Auguste Leon ont été chargés par le banquier français Albert Kahn de prendre des photos en couleurs de la ville lumière. Cent ans plus tard, le Huffington Post les a déterrés. Aujourd’hui, ces clichés sont exposés au musée Albert Kahn, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Écoutez le Paris du XVIIIe siècle Paris comme vous ne l’avez jamais entendu ! C’est l’expérience que propose la musicologue Mylène Pardoen, du laboratoire Passages XX-XXI, à travers le projet Bretez. Un nom qui n’a pas été choisi par hasard : la première reconstitution historique sonore conçue par ce collectif associant historiens, sociologues et spécialistes de la 3D1, a en effet pour décor le Paris du XVIIIe siècle cartographié par le célèbre plan Turgot-Bretez de 1739 – Turgot, prévost des marchands de Paris, en étant le commanditaire, et Bretez, l’ingénieur chargé du relevé des rues et immeubles de la capitale.

L’apparition en 1839 des premiers daguerréotypes nous offre les premiers clichés de Paris. A partir de 1854 la photographie se démocratise et l’on voit apparaître les premières séries de photographies sur Paris comme celles réalisées par Charles Nègre, Charles Marville ou Henri le Secq. Vous remarquerez que les photos datant d’avant 1900 sont généralement vides de toutes personnes. Cela s’explique par des temps de poses extrêmement longs à l’époque ne permettant pas de fixer le passage des parisiens pourtant nombreux dans les rues. Les photos ou l’on distingue des personnages (photo des ramoneurs en marche) sont le résultat de plusieurs heures de pose en position statique ! Au XVIIIe siècle Vers une nouvelle cuisine Dans les grandes cuisines règne une querelle sans merci, qui divise toujours avec autant d'âpreté les Anciens et les Modernes. Pour ces derniers, seules comptent la simplicité et la pureté "naturelles".

Robert Doisneau (né le 14 avril 1912) n’est plus un homme qu’on présente.est aujourd’hui considéré comme le plus grand photographe français d’après guerre… ce braconnier de l’éphémère est célèbre pour ses clichés d’écoliers et de parisiens lambda, tel le couple s’échangeant « Le Baiser de l’hôtel de ville ». Mais ces œuvres emplies de légèreté et d’humanisme font parfois oublier le caractère révolté du photographe, s’évertuant à traduire par images sa haine de la guerre, ses inquiétudes vis-à-vis du capitalisme et de ses méfaits dans la banlieue. Il a immortalisé Braque, Brassens, Picasso, Giacometti, Léger ou encore Prévert… Voici ses plus belles photos de Paris. Pèlerinage à l’île de Cythère Au lendemain de la mort de Louis XIV, en 1715, la régence de Philippe d’Orléans est une période qui voit fleurir dans la haute société le goût des fêtes et des plaisirs. Jean-Antoine Watteau, l'un des plus grands peintres français, est souvent associé à cette époque. Mais il la dépasse par la profondeur et la portée intemporelle de ses œuvres. Dans sa carrière très brève, Le Pèlerinage à l’île de Cythère [ image principale ], son morceau de réception à l' Académie royale de peinture et de sculpture en 1717, est la seule de ses œuvres que l'on peut dater avec certitude.

l'encyclopédie des sites clunisiens Découvrez les éléments sculptés en 3D : Moissac : le 1er cloître numérique clunisien ! La date de fondation de la très célèbre abbaye Saint-Pierre de Moissac, située près de la rivière du Tarn et du fleuve Garonne, reste inconnue mais les premiers documents attestant son existence datent du début du IXe siècle. La chronique de ce monastère bénédictin retient des premiers siècles de sa vie les événements chaotiques : saccages et destructions ; il semble pourtant qu’en dépit de grandes difficultés l’abbaye moissagaise continuait à fonctionner et même à agrandir son domaine. Au milieu du XIe siècle Moissac va sans conteste connaître une véritable renaissance : le comte de Toulouse, les évêques de Cahors et Toulouse placent Moissac sous la tutelle de Cluny. Son prestige, son rayonnement spirituel et intellectuel s’accroissent, le nombre des possessions augmente de façon spectaculaire.

Related: