background preloader

Tout savoir sur l’impression 3D en 200 pages papier

Tout savoir sur l’impression 3D en 200 pages papier
Livre "L'impression 3D" publié chez Eyrolles, par Mathilde Berchon, avec la collaboration de Bertier Luyt et la préface de Joël de Rosnay Si vous vous demandez que bouquiner cet été et souhaitez monter en gamme sur tout ce qui est lié à l'impression 3D, L'impression 3D (Ed. Eyrolles, collection Serial Makers) est LE livre qu'il vous faut. Rencontre avec son auteur, Mathilde Berchon. Bonjour Mathilde, depuis quand vous intéressez-vous à l'impression 3D et pour quelle raison? Mathilde Berchon J'ai commencé à m'intéresser au sujet il y a presque trois ans en partant en exploration dans la Baie de San Francisco pour rencontrer le mouvement maker, d'où est né mon site MakingSociety.com dédié aux makers entrepreneurs. Qu'est-ce qui vous fascine le plus dans l'impression 3D? Le plus fascinant est pour moi réside dans l'essence même de l'impression 3D, qui implique un vrai changement de société. Combien de différents types d'imprimantes existe-t-il ? Modèles pour moulage dentaire imprimés en 3D. Related:  `test 1023`test 1023

L’imprimante 3D, ce gadget qui change le monde Imprimante 3D de la marque Makerbot Le salon des techniques de l'information et de la communication (Cebit) se déroule cette semaine à Hanovre en mettant à l'honneur l'économie du partage. On entend beaucoup parler de l'émergence de cette économie, mais ce partage croissant de connaissances, de ressources, de contacts, d'échanges ou d'emprunt d'objets peut-il changer le monde ? Bienvenue dans l'industrie du bricolage Dans Makers, la nouvelle révolution industrielle, l'américain Chris Anderson estime que l'impression 3D et la multiplication des possibilités données à chacun de bidouiller par lui-même et en réseau, de manière libre et ouverte, dessinent les contours d'un nouveau modèle économique de fabrication. Oui mais voilà : quand on y regarde de plus près, il est important de distinguer les vecteurs de cette révolution annoncée. Ses clients sont plus des professionnels qui produisent à petite échelle et peuvent ainsi maîtriser toute la chaîne de production. Une impression pas nette

HP veut se lancer dans le marché des imprimantes 3D Lors d’une conférence à Bangkok en Thaïlande, Meg Whitman, P-DG de HP, a annoncé que le constructeur compte lancer un modèle d’imprimante 3D rapide et économique pour le milieu de l’année prochaine. C’est Meg Whitman, la patronne de HP elle-même, qui a expliqué lors d’une conférence en Thaïlande suivie par The Register que le constructeur allait bientôt se lancer dans la fabrication d’imprimantes 3D. Ce serait alors le premier grand constructeur à proposer ce type de produit au grand public, sur un marché qui, pour le moment, se cantonne essentiellement au domaine du libre avec des modèles reposant sur la RepRap ou encore la Makerbot. Pour marquer sa différence, HP souhaite proposer un modèle capable d’imprimer des pièces en plastique très rapidement, pour un coût inférieur aux modèles actuels.

Création de la première arme imprimée en métal Après le premier pistolet en plastique créé à l'aide d'une imprimante 3D, voici la première arme imprimée en métal. La société Solid Concepts a présenté, jeudi 7 novembre, une réplique fonctionnelle du pistolet Colt M1911, imprimée en acier inoxydable. Dans une vidéo, l'entreprise montre l'assemblage et des séances de tir de l'arme, bien plus résistantes que le premier pistolet en plastique, le Libetator, qui ne pouvait tirer que quelques balles. Contrairement aux créateurs de la première arme imprimée en 3D, l'objectif affiché n'est pas politique. La société américaine Defense Distributed, menée par un "crypto-anarchiste" revendiqué, a construit plusieurs pièces d'armes en plastique puis le Liberator, en réaction à la volonté du gouvernement de réguler la vente d'armes aux Etats-Unis. Lorsque l'entreprise a créé sa première pièce pour une arme existante, le bureau de régulation ne se disait pas inquiet, l'objet n'étant pas assez solide pour concurrencer les "vraies" armes.

En Bourse, l’impression 3D fait un peu moins fantasmer LE MONDE | • Mis à jour le | Par Guillaume Jacquot La bulle autour de l'impression 3D est-elle en train d'éclater ? Ce procédé consistant à fabriquer des objets avec une imprimante qui superpose des milliers de fines couches de matière fait fantasmer une partie de la planète high-tech depuis au moins trois ans. De fait, ses débouchés semblent considérables : électronique, automobile, aéronautique, aérospatiale, santé… Récemment, la société chinoise Shanghai WinSun Decoration Design Engineering se vantait d'avoir produit, par ce procédé, dix maisons individuelles en l'espace de 24 heures ! Ses partisans assurent que l'impression 3D va bouleverser les modes de conception et de production. Lire aussi : « Super-technologie », l'impression 3D entre dans l'univers de la production Mais sur les marchés financiers, les investisseurs semblent douter depuis quelques semaines de l'avenir réputé mirifique du procédé. Pourquoi une telle débâcle aujourd'hui ?

(vidéo) Comment l'impression 3D va modifier le web et l'économie Les mots Sud et Web sont à l’instar des termes Paris et Web. Parisweb est une conférence annuelle incontournable pour tous les professionnels du web, principalement ceux qui le font, le conçoivent et le produisent. C’est ainsi qu’est née sa petite sœur, SudWeb, pour proposer ce type de messe dominicale en dehors de la capitale. Lors de l’événement sudiste de 2013, qui s’est déroulé les 17 et 18 mai dans le lieu mythique du Palais des Papes à Avigon, Marc Lipskier a tenu une conférence sur l’impression 3D. Dès aujourd’hui, des plans numériques circulent sur le web et nous pouvons fabriquer ce que les films nous présentaient comme science-fiction il y a 30 ou seulement 20 ans : une robe de haute coutureun gâteaudes bonbons à votre imageun pistoletun avionune voiture (en seulement 25 pièces assemblées)des os du visageune oreille bioniquede la moelle épinièredes lunettes de vue ou encore :

L'imprimante 4D : quand les objets se construisent eux-mêmes Un chercheur du MIT et une start-up israélienne mettent au point des matériaux capables de changer de forme dans le temps. Et si les objets se fabriquaient eux-mêmes ? Fini l'enfer de l'étagère Ikea, les vis qui manquent, les chevilles qui disparaissent, les plans incompréhensibles. Finis aussi, peut-être, les robots industriels... et les ouvriers. Les composants intelligents de Skylar Tibbits adoptent une forme prédéfinie dès qu'ils entrent au contact de l'eau. Une telle révolution est-elle possible ? C'est-à-dire ? Pour l'instant, voici ce que peut réaliser de lui-même un tube en polymère plongé dans un bassin. L'impression 4D en est donc clairement au stade expérimental.

Les beacons, ces petits capteurs qui vont révolutionner le commerce En entrant dans un grand magasin, votre téléphone portable sonne. C’est un message de bienvenue. Vous passez ensuite dans un rayon, vous vous attardez devant un produit. Nouveau message: un bon de réduction. Il n’en fallait pas plus pour vous convaincre ! Alors que l’usage des smartphones ne cesse d’augmenter, certains commerçants pensent avoir trouvé le moyen d’en profiter: utiliser les capacités Bluetooth de ces appareils pour identifier puis localiser les personnes présentes dans leurs boutiques. Depuis fin 2013, Apple est le premier à les utiliser à grande échelle. Cette technologie gagne aussi les enceintes sportives. Le potentiel du marché est immense. “Nous créons le futur du shopping”, explique Cyriac Roeding, PDG et co-fondateur de Shopkick, une start-up de la Silicon Valley qui fournit la technologie à Macy’s et American Eagle Outfitters. Pour les commerçants, les beacons ouvrent de nombreuses possibilités. Les commerçants ne doivent cependant pas être trop envahissants.

Le silicène sur les traces du graphène La structure monocouche du silicène. L'essentiel - Le silicène est constitué d'une monocouche d'atomes de silicium. - Le silicène a été synthétisé pour la première fois en 2009. - Ses propriétés pourraient combiner celles du graphène et celles du silicium, élément essentiel des dispositifs électroniques. - Les chercheurs commencent à mesurer ses caractéristiques : sa structure cristalline et ses propriétés électroniques. L'auteur Guy LE LAY est professeur émérite à l'Université d'Aix-Marseille et au Laboratoire de physique des interactions ioniques et moléculaires, unité mixte du CNRS. Un diamant ne ressemble guère à une mine de crayon, l'un est rare et cher, l'autre banal et bon marché. Il est assez rare de découvrir de nouveaux allotropes. En 2004, un autre allotrope du carbone a suscité l'émoi : le graphène. Or du carbone au silicium, il n'y a qu'une case dans le tableau périodique des éléments : juste au-dessous du carbone, on trouve le silicium.

Related: