background preloader

Fake news

Facebook Twitter

Attentat de Manchester : photos détournées, fausses infos et fausses personnes disparues. Après l’attentat qui a fait au moins vingt-deux morts à Manchester, de nombreuses fausses infos ou fausses photos ont circulé dans la nuit sur les réseaux sociaux.

Attentat de Manchester : photos détournées, fausses infos et fausses personnes disparues

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Après l’explosion qui a fait au moins vingt-deux victimes et une cinquantaine de blessés à la fin du concert d’Ariana Grande à Manchester, lundi 22 mai, de fausses informations ont commencé à circuler, parfois relayées par des médias. Comment les enfants apprennent à reconnaître les "fake news" Au fond de la jolie salle de classe trône une affiche de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

On y retrouve des allégories et symboles incarnant la philosophie du texte fondateur de la République française : le bonnet phrygien, la lance des sans-culottes, une table de Loi, le tout surmonté d’un œil – la raison – lui-même encadré d’un triangle équilatéral – l’égalité. Un jour, Géraldine Gythiel, enseignante dans cette école du XIe arrondissement de Paris, l’a montrée à ses élèves de CM2. “Ils m’ont tout de suite parlé des Illuminati pour évoquer l’œil, raconte-t-elle. Ils sont en plein dans les théories du complot, or ils n’ont que 10 ans ! « Tous Fact-Checkeurs » : photos chocs, infos fake. Florian Philippot assure n’avoir pas relayé de fausses informations, et pourtant… Interrogé sur Europe 1, lundi, au lendemain du second tour de la présidentielle, le vice-président du FN a nié, contre l’évidence, avoir relayé des intox pendant la campagne.

Florian Philippot assure n’avoir pas relayé de fausses informations, et pourtant…

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adrien Sénécat Florian Philippot se dédouane de toute intox pendant la campagne présidentielle. À la source des fake news, l’interdépendance presse/réseaux sociaux. Les acteurs dominants du numérique développent une stratégie de séduction des producteurs de contenus C’est une considération qui fait l’unanimité : la presse a besoin des réseaux sociaux (et des moteurs de recherche).

À la source des fake news, l’interdépendance presse/réseaux sociaux

Cette certitude, appuyée par quantité d’études montrant que les internautes s’informent de plus en plus sur les réseaux sociaux, est devenue quasiment une doxa, une considération indiscutable. Pourtant, si la presse, notamment écrite, dans la mesure où les éditions papier subissent d’importantes pertes d’audience année après année, a effectivement besoin de ces relais d’audience que sont les réseaux sociaux et moteurs de recherche, les acteurs dominants de la conversation numérique (Facebook, Google, Snapchat ou Twitter) ont tout aussi besoin de la presse. Facebook a, par exemple, créé en 2015 un outil taillé spécialement pour les rédacteurs : les « articles instantanés », un format dédié à la lecture mobile. Une de ces nouvelles était fausse. Voici la solution.

1.

Une de ces nouvelles était fausse. Voici la solution

Avez-vous utilisé Google News? S’il s’agit d’actualités récentes (c'était le cas), et si elles sont authentiques, elles vont nécessairement apparaître (malheureusement, des fausses nouvelles vont aussi y apparaître). 2. Vous avez dit Fake news ? Voici l'itinéraire de la fake news que propage Marine Le Pen sur le pseudo-compte de Macron aux Bahamas. PRESIDENTIELLE 2017 - "J'espère que l'on n'apprendra pas que vous avez eu un compte offshore aux Bahamas...

Voici l'itinéraire de la fake news que propage Marine Le Pen sur le pseudo-compte de Macron aux Bahamas

" Signée Marine Le Pen, cette petite phrase prononcée pendant le cacophonique débat d'entre-deux-tours n'était pas une outrance parmi d'autres. Ce jeudi matin, la candidate du Front national ainsi que Louis Aliot, vice-président du parti d'extrême droite, en ont chacun remis une couche. "Est-ce qu'on va découvrir des choses peut-être trop tard qui concernent Emmanuel Macron? J'ai posé la question à Emmanuel Macron. On n'a pas même plus le droit de lui poser des questions? " Internet sort ses armes anti-intox. Le 9 novembre, au lendemain de l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, Facebook et Google étaient déjà pointés du doigt, accusés d’avoir laissé les fausses informations prospérer sur le réseau social, et de les avoir même parfois fait remonter sur le moteur de recherche.

Internet sort ses armes anti-intox

C’est d’ailleurs ce qui s’est passé quelques jours après l’élection : un article publié sur un site de fake news explique que Trump a remporté le vote populaire (qu’il a en réalité perdu de 2,9 millions de voix). Factuellement faux, l’article se retrouve placé en deuxième position dans les résultats des recherches Google actualités. Fausses informations : cinq outils pour ne pas tomber dans le panneau. Huit médias français s’allient à Facebook contre les « fake news » Le réseau social va déployer en France son dispositif de signalement par ses utilisateurs d’une information qu’ils pensent être fausse.

Huit médias français s’allient à Facebook contre les « fake news »

Celle-ci pourra ensuite être vérifiée par des médias partenaires, dont « Le Monde ». LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Alexis Delcambre. Prospectibles Fake news, désinformation, post-vérité : quel rôle pour les professionnels de l’information ? - Prospectibles. La victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle aux Etats-Unis a fait émerger une nouvelle notion dans l’univers des actualités et de l’information : l’idée de ‘vérité alternative’.

Prospectibles Fake news, désinformation, post-vérité : quel rôle pour les professionnels de l’information ? - Prospectibles

Dès son installation à la Maison Blanche, une polémique s’est développée autour du nombre de participants à la cérémonie d’investiture du Président : comme le rappelle l’article du Guardian, Kellyanne Conway conseillère à la Maison Blanche a défendu la version du porte-parole du Président Sean Spicer , « la plus importante cérémonie d’investiture en terme d’audience » en déclarant que celle-ci se basait sur des ‘faits alternatifs’ (alternative facts). Depuis, la ‘post-vérité’ triomphe aux Etats-Unis dans une atmosphère quasi-orwellienne où la « majorité des journalistes sont malhonnêtes » …

Fake News - Le Big Data contre le fléau de la désinformation. Les « fake news », ou fausses informations, constituent l’un des principaux fléaux du siècle, à l’ère d’internet et des réseaux sociaux.

Fake News - Le Big Data contre le fléau de la désinformation

Pour lutter contre la désinformation à grande échelle et ses conséquences politiques désastreuses, le Big Data et l’intelligence artificielle constituent de précieux atouts, mais ne suffisent pas à résoudre le problème… Les récentes décisions politiques importantes comme le Brexit et l’élection de Donald Trump ont surpris les journalistes et les spécialistes de la prédiction en défiant toutes les attentes. Parmi les causes de ces résultats inattendus, on compte les « fake news ». Ces articles, basés sur de fausses informations, ont pu être créés spécialement pour influence le résultat de ces événements politiques. La question aujourd’hui n’est plus de savoir si les fake news ont eu un impact réel sur ces décisions politiques. Un guide de détection des fausses informations en ligne. Internet, socle de savoirs, là où des experts de tout acabit ont pu déposer leurs connaissances afin qu’elles soient partagées par tous et débattues par d’autres.

Un guide de détection des fausses informations en ligne

Une plateforme démocratique qui plus est, tous peuvent y mettre ce qu’ils veulent. Une liberté qui peut devenir un énorme défaut du fait que cette liberté ne garantit en rien la qualité et la valeur des informations. Or, pour bien des internautes, tout ce qui figure sur la Toile doit forcément être vrai. Une plateforme pour pister les “fake news” (et les autres) – Politoscope.

Dans le cadre du projet Politoscope le CNRS met à disposition des journalistes une plateforme inédite d’analyse de la circulation de l’information sur Twitter pendant la campagne présidentielle : . L’objectif : permettre aux journalistes et chercheurs de mieux contextualiser les informations circulant sur Twitter en terme de communautés émettrices. Ce dispositif est l’une des réponses apportées au phénomène des « fake news » qui à pris de l’ampleur lors de précédentes consultations démocratiques. Les “fake news” sont diffusées au cours de campagnes de désinformation brèves mais très virulentes menées par des communautés spécifiques. Les Fake News, c'est quoi ? Comment s'en prévenir sur les réseaux sociaux ? - Geek Junior - Fake News, une expression qu’on entend beaucoup dans les médias. Mais, qu’est-ce que cela veut dire ? Et comment s’en prévenir ? Rumeurs, théories du complot, fausses informations, manipulation médiatique… Depuis quelques mois, et notamment depuis la dernière campagne électorale américaine et l’élection de Donald Trump, un nouveau terme a débarqué dans les médias et a fait l’objet de nombreux débats, les « fake news » ou fausses informations en français.

Sous cette expression sont réunis des informations qui sont volontairement fausses et qui ont pour but de tromper le lecteur. L’objectif est de le manipuler pour notamment l’inciter à relayer ces fausses informations sur les réseaux sociaux. Un jeu qui sensibilise aux fausses nouvelles. Un texte de Maxence Matteau Amanda Warner a eu l’idée de créer Fake it to Make it lors de la campagne présidentielle américaine de 2016, après avoir appris qu’un groupe d’étudiants macédoniens avait créé et alimenté une centaine de sites de fausses nouvelles. Cette nouvelle avait fait grand bruit aux États-Unis et certains observateurs ont affirmé que ces sites avaient joué un rôle de premier plan dans l’élection de Donald Trump.

Je veux montrer aux gens la façon dont ces sites procèdent pour créer leur contenu et pour piéger les internautes. A qui confier la vérification de l'info ? La désinformation menace-t-elle les élections à venir ? Comment assurer la fiabilité des informations qui circulent ? Tous unis contre les "fake news", les fausses nouvelles. C’est le slogan qui pourrait résumer l’ambition du projet CrossCheck, qui sera lancé demain et qui, contrairement à ce que son nom semble indiquer, est un projet impliquant des médias français. Une douzaine de rédactions (pour l’instant) se sont associées au Google News Lab (la division médias du moteur de recherche) pour proposer un outil qui permettra d'"identifier et vérifier les contenus qui circulent en ligne, qu’il s’agisse de photos, de vidéos, de commentaires ou de sites d’actualités".

Pourquoi la vérité nous importe si peu. FEI16 : Rose-Marie Farinella : Info ou intox ? Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : « Personne ne vérifie. C’est effrayant »