background preloader

À la source des fake news, l’interdépendance presse/réseaux sociaux

À la source des fake news, l’interdépendance presse/réseaux sociaux
Les acteurs dominants du numérique développent une stratégie de séduction des producteurs de contenus C’est une considération qui fait l’unanimité : la presse a besoin des réseaux sociaux (et des moteurs de recherche). Cette certitude, appuyée par quantité d’études montrant que les internautes s’informent de plus en plus sur les réseaux sociaux, est devenue quasiment une doxa, une considération indiscutable. Pourtant, si la presse, notamment écrite, dans la mesure où les éditions papier subissent d’importantes pertes d’audience année après année, a effectivement besoin de ces relais d’audience que sont les réseaux sociaux et moteurs de recherche, les acteurs dominants de la conversation numérique (Facebook, Google, Snapchat ou Twitter) ont tout aussi besoin de la presse. Facebook a, par exemple, créé en 2015 un outil taillé spécialement pour les rédacteurs : les « articles instantanés », un format dédié à la lecture mobile.

http://www.inaglobal.fr/idees/article/la-source-des-fake-news-l-interdependance-pressereseaux-sociaux-9650

Related:  fausse infosA classer-a lireMédias de l'informationFake newsGare aux infaux! Canulars, rumeurs, fake news, réinformation...

Une proposition de loi pour lutter contre les «fake news» en France, pour qui, pourquoi ? Un projet de loi créant une peine allant jusqu'à un an de prison et 15 000 euros d'amende pour punir la diffusion de «fake news» sera présenté au Sénat. Quelle est son ambition ? Réponse avec l'avocat Dan Shefet, co-auteur de cette proposition. RT France : Vous allez présenter avec la sénatrice Nathalie Goulet le 30 mars prochain au Sénat une proposition de loi visant à lutter pénalement contre les «fake news».

Les invariants de la fiche d'activité(s) La fiche d'activité, ou « fiche élève », est sans aucun doute l'outil didactique qui vient le plus à l'esprit des professeurs documentalistes lorsqu'ils conçoivent une séance pédagogique. Ces fiches sont quantitativement bien plus présentes sur le web que les fiches de préparation au motif qu'elles sont jugées plus indispensables et plus utiles aux élèves. Elles accompagnent en effet son travail en répondant à des attentes diverses, comme orienter et guider l'activité pas à pas, faciliter la compréhension de la tâche en décomposant l'activité ou en proposant des tableaux, grilles et autres dispositifs graphiques permettant le recueil de données, compléter le cours, aider à la structuration des connaissances ou encore organiser l'évaluation de l'apprentissage. Chaque fiche d'activité se trouve être pour ainsi dire unique, mais vouée à connaître de nombreuses retouches et ajustements au fil de ses réutilisations et des mutualisations successives.

Florian Philippot assure n’avoir pas relayé de fausses informations, et pourtant… Interrogé sur Europe 1, lundi, au lendemain du second tour de la présidentielle, le vice-président du FN a nié, contre l’évidence, avoir relayé des intox pendant la campagne. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adrien Sénécat Florian Philippot se dédouane de toute intox pendant la campagne présidentielle. Interrogé sur Europe 1 lundi 8 mai, sur sa part de responsabilité dans la défaite de Marine Le Pen, et notamment sur le fait qu’il a diffusé de fausses informations pendant la campagne, le vice-président du FN a contesté : Florian Philippot : « Non, je n’ai pas relayé des fake news… »

Le 4e pouvoir dans l’ère de la « post-vérité », un colloque à l’UNESCO Un colloque, organisé le 23 mars à l’UNESCO, s’intéressera à l’impact des mutations qui redessinent aujourd’hui le journalisme, comme la fragmentation du public, la désinformation ou le concept de « fausses nouvelles ». Intitulée Le journalisme sous le feu des critiques : relever les défis contemporains, cette conférence réunira des représentants de médias de premier plan, des journalistes, des spécialistes en sciences sociales, des représentants des réseaux sociaux et des organisations de développement des médias. L’objectif est de dresser un état des lieux des défis que rencontrent la profession.

Faits alternatifs, fake news, post-vérité… petit lexique de la crise de l’information Théorie selon laquelle l'émotion et la croyance comptent désormais plus que les faits Post-truth, en anglais, fut le mot de l'année 2016, selon l'Oxford Dictionnary. Il se rapporte, explique la publication britannique, aux « circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d'influence sur l'opinion publique que ceux qui font appel à l'émotion ou aux croyances personnelles ». Si Ralph Keyes consacrait déjà un livre au sujet en 2004 (The Post-truth Era), c'est véritablement avec la campagne britannique sur le Brexit et la campagne présidentielle américaine que l'expression s'est démocratisée.

Les trois matrices disciplinaires de l'Information-Documentation 1. Le concept de « matrice disciplinaire » 1.1 Définition Une de ces nouvelles était fausse. Voici la solution 1. Avez-vous utilisé Google News? S’il s’agit d’actualités récentes (c'était le cas), et si elles sont authentiques, elles vont nécessairement apparaître (malheureusement, des fausses nouvelles vont aussi y apparaître). 2. Avez-vous utilisé Google News en anglais ? Toutes ces nouvelles avaient été délibérément choisies par le Détecteur de rumeurs parce qu’elles apparaissaient plus souvent en anglais qu’en français. Fake news, la complexité de la désinformation - First Draft News FR Aujourd’hui, nous reconnaissons tous que le terme fake news, particulièrement répandu en anglais et toujours plus utilisé en français pour désigner des fausses informations, ne s’avère pas très utile. Cependant, sans qualificatif pour le remplacer, nous sommes contraints à employer cette formule en mimant des guillemets. Trouver une expression de remplacement n’est pas chose aisée, car il s’agit d’évoquer bien plus que des simples actualités.

"Fake news", ça veut dire quoi ? - L’expression a été popularisée par le nouveau président américain, Donald Trump, qui l’a employée à innombrables reprises depuis son élection (et avant), comme ici : Dans le viseur de Donald Trump quand il parle de « fake news », le New York Times, CNN ou encore le Washington Post, c’est-à-dire des journaux très sérieux, parmi les plus réputés de la planète. Alors, les « fake news », c’est quoi ? Des informations qui ne plaisent pas au président américain, ou bien des rumeurs, de l’intox, qui n’a rien à voir avec de l’information ? « «Au début, il y avait les “hoax” qui circulaient par mail puis sur des blogs. Avec l’avènement des réseaux sociaux, les “fake news” ont atteint en quelque sorte leur paroxysme», rappelle Guillaume Brossard.

Related: