background preloader

Un jeu qui sensibilise aux fausses nouvelles

Un jeu qui sensibilise aux fausses nouvelles
Un texte de Maxence Matteau Amanda Warner a eu l’idée de créer Fake it to Make it lors de la campagne présidentielle américaine de 2016, après avoir appris qu’un groupe d’étudiants macédoniens avait créé et alimenté une centaine de sites de fausses nouvelles. Cette nouvelle avait fait grand bruit aux États-Unis et certains observateurs ont affirmé que ces sites avaient joué un rôle de premier plan dans l’élection de Donald Trump. Je veux montrer aux gens la façon dont ces sites procèdent pour créer leur contenu et pour piéger les internautes. Beaucoup de gens ont délaissé les médias traditionnels et s’informent maintenant sur Facebook sans vérifier d’où viennent les informations qu’ils partagent. Le but de ce jeu accessible directement sur Internet est de créer un empire de fausses nouvelles afin d’attirer le plus de clics (et donc de revenus) possible. Lutte aux fausses nouvelles « Il faut avant toute chose éduquer la population à être plus vigilante. Un problème d’éducation?

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1025030/fausses-nouvelles-jeu-video-educatif

Related:  jeux sérieuxmémoire suiteInfo ou IntoxInfo intox désinformation complotisme...A voir a lire

Réagir contre le harcèlement au collège : arcel'g@me Le Conseil Départemental Jeunes (CDJ) est une Assemblée départementale représentative des collégiens tarnais. Il permet à 42 élèves de 5ème, élus par leurs pairs pour un mandat de 2 ans, de représenter les 42 collèges publics et privés du Tarn. "Ces jeunes citoyens engagés travaillent en commissions thématiques et élaborent des projets profitables aux 18 000 collégiens tarnais" ..et au-delà ! La commission « Respect et lutte contre le harcèlement » du mandat 2014-2016 du Conseil Départemental Jeune, avec huit élèves élus en classe de cinquième, a créé un jeu interactif pour réagir contre le harcèlement au collège. " Nous trouvons que le harcèlement est trop souvent présent au collège et ceci entraîne chez nous un sentiment de révolte. Nous avons envie de changer les choses.

Le publicitaire, l'assistant vocal intelligent et l'encyclopédiste. Chacun dans le salon vaquait à ses diverses occupations. Un spot de pub passait à la télé. Une publicité pour la marque Burger King. Le type de la publicité prononça la phrase "OK Google, c'est quoi le burger Whooper ?" A ce moment précis, à l'écoute du "sésame ouvre-toi" du boîtier Google Home, la voix féminine dudit boîtier s'activa et partit lire la description de la page Wikipédia du dénommé Whooper. Page Wikipédia que les publicitaires à l'origine de cette pub étaient allés modifier pour qu'elle corresponde bien à ce qu'ils souhaitaient que l'on entende.

Franceinfo junior. D'où viennent les fausses informations et comment les reconnaître ? L'élection de Donald Trump influencée par de fausses informations, des critiques à l'encontre des médias suite à l'affaire Fillon... Ces dernières semaines, les médias ont fait l'objet de nombreuses critiques, parfois virulentes. On leur reproche notamment d'être parfois à l'origine de la diffusion de fausses nouvelles. Mais à la source, d'où viennent ces informations données par les journalistes, dans les journaux, sur Internet, à la radio ou à la télé ? C'est justement le thème de la Semaine de la presse et des médias dans l'école (SPME) qui débute ce lundi 20 mars. Depuis plusieurs années, via des rubriques dédiées, des journalistes s'attèlent à détecter les vraies infos dans le flot "d'intox" qui circulent dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Comment reconnaître du faux contenu en ligne : Fiche pratique anti-Fake News Comment reconnaître du faux contenu en ligne : 5 questions de base, c’est le titre d’une fiche pratique conseil (4 pages, en PDF) publiée début avril 2017, un vade-mecum réalisé par HabiloMédias, centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique, qui non seulement fait le point sur le phénomène des « fake news » (fausses informations) mais propose un guide pour distinguer facilement le vrai du faux sur Internet. Nous sommes les acteurs du partage des fausses informations Depuis 2016, on entend de plus en plus parler de cet aspect de l’Internet en plein boom, en particulier sur les réseaux sociaux numériques. En effet, un quart des adultes ont déjà partagé une fausse nouvelle sur Internet et nous prêtons moins attention à valider les nouvelles et infos que nous voyons dans les flux en ligne de nos connaissances car nous leur apportons immédiatement crédit. 5 questions essentielles pour reconnaître des fausses infos Quels types de faux contenu devrais-je surveiller ?

Le smartphone devient-il le nouveau « crayon-livre » de l’élève ? – Veille et Analyse TICE Il y a eu la calculatrice électronique, y aura-t-il le smartphone dans la trousse de l’élève ? Rappelons d’abord la Loi : Article L511-5 Créé par LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 – art. 183 (V) qui dit : « Dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, l’utilisation durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur, par un élève, d’un téléphone mobile est interdite. » La formulation de ce texte est évidemment pleine d’interprétations (téléphone mobile, mais quid des fonctions déconnectées par exemple, des usages par wifi local etc.…). Pour enrichir le propos, la question de la protection de la santé des jeunes est abordée par les artefacts visibles mais pas par la question fondamentale de la nocivité plus globale de l’ensemble des dispositifs permettant de communiquer à distance, aussi bien sûr pour ce qui est des ondes que pour ce qui est des contenus et des modes d’usage de ces contenus. A suivre et à débattre

ET SI LES MEDIAS REDEVENAIENT INTELLIGENTS ? Après « digital », « mobile » et « social first », voici venu le temps d’une nouvelle injonction, d’un nouveau choc, pour un secteur en pleine transformation : « IA first » ! L’idée ? En profiter vite ! En gros, injecter dans des médias, souvent en déclin, une bonne dose de la nouvelle révolution industrielle qui est en train de définir le siècle : l’intelligence artificielle, cette évolution radicale du logiciel qui s’immisce actuellement partout. Dans notre sphère privée, comme professionnelle. Fausses infos : comment les reconnaître À l’occasion de la Semaine de la presse et des médias dans l’école, les p’tits journalistes de franceinfo junior se sont demandé comment reconnaître les rumeurs et les fausses informations qui circulent parfois dans les médias. Et surtout, comment les journalistes vérifient leurs sources. Cette semaine a eu lieu la Semaine de la presse et des médias dans l'école.

Antisèche : comment repérer une « fake news » ? - Le Parisien Ces fausses nouvelles, souvent liées à une opération de désinformation, envahissent les réseaux. Pour freiner leur diffusion, Facebook lance un outil de signalement. Les fake news (fausses informations) sont des mensonges ressemblant à de vraies infos, diffusées de manière délibérée par un individu ou une organisation. Ces contenus ont toujours existé, mais les réseaux sociaux accroissent leur visibilité, comme dans notre exemple. 1.

Panorama des médias sociaux 2017 Déjà la dixième édition de mon panorama des médias sociaux. Quand j’ai publié la première version en 2008, je ne me doutais pas que ces plateformes sociales allaient s’emparer du web et complètement modifier l’équilibre des forces de l’époque. Et pourtant… nous sommes en 2017 et les plateformes règnent en maitre sur le monde numérique. Si le panorama n’a pas beaucoup changé par rapport à celui de 2016, les annonceurs peinent à se conformer à ce nouveau contexte mobile-first. Je vous propose de faire le point sur les dernières tendances et pratiques à adopter. If you are looking for the english version of the article, here it is: Social Media Landscape 2017. Un fonds de recherche créé contre les «fake news» Le programme sera dirigé par l'école de journalisme de l'université publique de New York (CUNY), selon un communiqué publié lundi.

« Post-vérité » : nouveau mot ou nouvelles réalités Depuis au moins ces trente dernières années, un lent et méthodique travail de sape est à l’œuvre pour distordre les logiques de communication, au sens de permettre aux être humains d’être en contact et en intercompréhension les uns avec les autres, et les logiques d’information, au sens de faire des détenteurs de la souveraineté populaire des citoyens éclairés. Cela se faisant à travers la professionnalisation des métiers de la communication et de l’influence, ou les tactiques d’affaiblissement des médias présentés comme des ennemis. Dès lors, on peut identifier au moins trois racines profondes à la perception d’un basculement dans une ère de post-vérité où les fake news instillent le poison du doute. [3].

Un site Web en français de vérification des faits Face à un public naïf ou à des journalistes qui ne bossent pas tellement leurs dossiers ou qui sont justes, leurs faire-valoir, les politiques, hommes ou femmes, s'en donnent à cœur joie, dans tous les pays du monde et dans tous les médias, pour asséner des contre-vérités face à un auditoire qui se laissent embobiner par leurs sornettes. Donald Trump en est le parfait exemple aux États-Unis au point qu'il s'est fait le spécialiste des discours au mieux imprécis en devenant le théoricien des faits dits alternatifs. Évidemment, la France n'est pas épargnée par les approximations des candidats à l'élection présidentielle, ni même par les rumeurs les plus stupides qui circulent sur Internet, en particulier sur les réseaux sociaux, peuplés d'un bon nombre de gogos et d'écervelés prêts à avaler et à relayer n'importe quel bobard, fake, trolls, photo trafiquée ou autres hoaxes. Parmi les faits analysés pour le moment : Les gros mots du mobile Dans "Sites Web"

Related: