background preloader

Urbanisation

Facebook Twitter

Sans titre. 1La campagne électorale pour les élections municipales de 2008 a mis sous la lumière médiatique un phénomène peu discuté en France : le déclin des villes.

sans titre

Différents articles de presse (Les Échos, 12 février 2008) ont évoqué les difficultés de villes devant faire face à la fois à des mutations économiques et à une perte de population. Alors que les analyses du déclin étaient en France cantonnées jusque-là surtout aux espaces ruraux et aux régions industrielles en crise, ces analyses électorales témoignent de l’émergence dans notre pays d’un enjeu qui occupe et anime depuis déjà plusieurs années la scène politique et les débats académiques dans d’autres pays. 2 Le déclin des villes n’est pas un phénomène récent. 3 Jusqu’aux années soixante-dix et 80, le déclin urbain était l’apanage quasi exclusif des pays développés, qui accueillaient environ 70 % des villes en décroissance, particulièrement concentrées aux États-Unis, au Royaume Uni et en Allemagne. Quartiers fantômes et propriétaires invisibles. Les propriétés abandonnées, symptômes de la crise des villes américaines.

En révélant les logiques du trafic de drogue dans les quartiers péricentraux de Baltimore, la série américaine The Wire [1] a également mis sur le devant de la scène la question du délaissement urbain dans ces quartiers.

Quartiers fantômes et propriétaires invisibles. Les propriétés abandonnées, symptômes de la crise des villes américaines.

Les "vacants" (bâtiments inoccupés) sont omniprésents dans le paysage des épisodes, au point de devenir parfois des quasi-personnages [2] au cœur de l’intrigue. Sous l'influence de The Wire, Baltimore a rejoint Détroit au rang des métropoles emblématiques de la crise urbaine américaine. À Baltimore, 16 % des logements étaient vacants en 2010, et à Détroit, 23 %, soit deux fois plus qu'en 2000 [3]. Ces deux villes sont loin de représenter des cas isolés : entre 2000 et 2010, le nombre de logements vacants aux États-Unis a augmenté de 44 % [4].

Pauvres. Riches.

Lagos

Los Angeles. Bangkok. Liverpool & Manchester. Unequal Scenes. Habiter en ville : l’avenir du monde ? S’il existe un phénomène géographique universel, c’est bien la ville. Et il ne va que s’amplifier : selon les Nations unies, 54 % des habitants de la planète sont urbains en 2014, un taux qui n’était que de 30 % en 1950 et devrait atteindre 66 % en 2050 (1). Habiter la Terre se fera donc principalement dans ces territoires présentant une certaine densité de constructions, d’individus et de réseaux. Manhattan Sud : entre mondial et local, les mutations d'un espace urb. Légende de l’image Cette image a été prise par un satellite Pléiades le 25/06/2013.

Manhattan Sud : entre mondial et local, les mutations d'un espace urb

Il s’agit d’une image en couleurs naturelles, de résolution native à 0,70m, ré-échantillonnée à 0,5m. Accéder à l'image globale sans légendeContient des informations PLEIADES © CNES2013, Distribution Airbus DS, tous droits réservés. Les villes ne cessent de grossir, la planète en surchauffe. La planète a chaud.

Les villes ne cessent de grossir, la planète en surchauffe

Trop chaud. Parmi les causes de cette poussée de fièvre : la croissance incontrôlée des villes. Aujourd'hui, plus d'un homme sur deux vit en ville. Il n'y en avait qu'un sur dix en 1900. Villes du futur, futur des villes : quel avenir pour les villes du monde ? (Analyses) Shrinking cities : une chance pour la ville de demain ? 1En 2008, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, la proportion de la population urbaine mondiale a franchi la barre symbolique des 50 % : un Terrien sur deux vit dans une ville, tout au moins dans un territoire urbanisé.

Et cette tendance devrait se poursuivre sous l'effet de l'urbanisation à marche forcée des pays émergents (Brésil, Chine, Inde). Dans les pays anciennement industrialisés, la proportion s'élève déjà à plus de 75 %. Nos villes sont mortelles ! (Pour écouter l'émission, cliquez ici.

Nos villes sont mortelles !

Invitées : Emmanuèle Cunningham-Sabot, maître de Conférences en Aménagement à l'Université de Rennes 2 et Hélène Roth, maître de conférences en géographie à l'Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand). Notion à la une : shrinking city. Bibliographie | citer cet article Le regard des enseignants Shrinking city ou « ville rétrécissante », est une notion complexe à laquelle les professeurs sont de plus en plus confrontés en abordant en terminale la mondialisation et le continent américain (en DNL ou non) Ce court article permet de comprendre la complexité de la notion avec des exemples concrets, européens pour la plupart.

Notion à la une : shrinking city

L’article permet d’actualiser les connaissances et d’améliorer la maîtrise de ce concept assez récent dans la géographie scolaire et de ne pas le cantonner au seul continent américain, ouvrant l’utilisation de la notion vers les horizons des programmes de seconde et de première. A. F. / Atelier pédagogique de l’APHG de Lyon. Singapour : la démesure d'une cité du futur.

Londres

Mexico. Tokyo. Detroit. Istanbul, entre Orient et Occident. Pérouse J.-F., 2017, Istanbul Planète. La ville-monde du XXIe siècle, Paris, La Découverte, 220 p. 1 Jean-François Pérouse a publié en 2011 un ouvrage sur Istanbul en turc chez İletişim (Pérouse, 2011 (...) 1Treize ans après La Turquie en marche, Jean-François Pérouse dresse un bilan des grandes mutations qui ont affecté Istanbul ces quinze dernières années.

Pérouse J.-F., 2017, Istanbul Planète. La ville-monde du XXIe siècle, Paris, La Découverte, 220 p.

Si le « face-à-face » avec cette « ville-monde » est au cœur des préoccupations de l’auteur depuis une vingtaine d’années, il manquait une synthèse de ses travaux en un seul volume et en langue française1. C’est désormais chose faite avec Istanbul-Planète. La ville monde du XXIe siècle publié aux éditions de la Découverte. URBANISATION : Les mégalopoles (Lagos, Shanghai, Los Angeles, Paris)

L'urbanisation du monde. L’étalement urbain des grandes métropoles de 1900 à nos jours – MT. ESRI, l’entreprise de cartographie a publié « The Age of megacities », une collection de cartes qui montrent l’étalement des aires métropolitaines de 10 mégapoles mondiales au cours du XXe siècle.

L’étalement urbain des grandes métropoles de 1900 à nos jours – MT

Le phénomène de l’étalement urbain est une des problématiques les plus actuelles des grandes villes, regardez bien l’opposition qu’on a essayé de faire entre 1900 – 2014 à partir de l’étude de l’ESRI, le résultat est assez impressionnant. Paris Paris 1900 – 2014 Tokyo. 4G1 : L'urbanisation dans le monde by Mikael NOAILLES on Prezi. Des villes toujours plus grosses. Les mégacités, ces villes de plus de dix millions d’habitants, sont aujourd’hui plus de trente dans le monde.

Des villes toujours plus grosses

Elles devraient être cinquante en 2050. Retour sur une tendance lourde et ses conséquences sur nos modes de vie. La ville est-elle l’avenir de l’homme ? Le classement des villes mondiales/globales, version 2016. Le groupe de travail sur les villes mondiales du département de géographie de l'université de Loughborough a publié en mars 2017 la version 2016 de son glassement des villes mondiales/globales (le GaWC utilise cette double dénomination, voir notre entrée de glossaire Villes globales, villes mondiales).

Le classement des villes mondiales/globales, version 2016

En voici les premières lignes (le tableau complet ici) : Le haut du classement connaît quelques réajustements par rapport à la version de 2012 : Paris passe derrière Singapour, Tokyo derrière Pékin, Sydney derrière Doubaï. Le GaWC propose également un portail de ressources pédagogique (en anglais) où on trouvera la carte de 1998 en forme d'archipel des villes mondiales, ou encore celle de 2010 qui insiste sur les interrelations entre les villes : Villes en décroissance. ▼ Voir le sommaire du dossier ▼ Aux États-Unis, la décroissance urbaine s’est principalement concentrée dans les villes et les régions qui étaient dépendantes de l’industrie au cours du XXe siècle.

Ces villes sont entrées en déclin dès l’après-guerre, période à laquelle leur population commence à décroître. World of Change: Sprawling Shanghai : Feature Articles. Des cartes de villes chinoises dans des perspectives renversantes. Nos villes sont mortelles ! Logement social à la parisienne, par Anne Clerval (Le Monde diplomatique, décembre 2010) Paris n’a jamais cessé d’être le lieu de résidence privilégié de la bourgeoisie.

Le mégaprojet du Dubai Water Canal : fabrique d’une ville mondiale à travers la construction d’un réseau touristique. Bibliographie | citer cet article Le regard des enseignants. Approfondir - Mutations urbaines la ville est à nous ! Sciences, environnement, technologies. (1) De Moulinsart à Célesteville, panorama des villes de BD. L'an dernier, à l'occasion du Libé des géographes, était publiée une mappemonde des lieux de fiction. Ils ne sont bien souvent pas de simples toiles de fond, mais bien des personnages à part entière de séries télé, films culte, jeux vidéo ou romans.

De Springfield à Gotham City, panorama des villes de fiction. Espaces et paysages de l’urbanisation (4e – G1) – Kanaga. Qui vit dans les couronnes périurbaines-.png. Metropolenreporte. Des photos aériennes pour comprendre l’empreinte humaine. Les photographies aériennes d’Alex MacLean sont des témoignages éloquents de l’empreinte de l’Homme sur son milieu. La ville vue par Yann Arthus-Bertrand. 10 banlieues américaines vues d’en haut. Cherchant à illustrer l’étalement urbain, Christoph Gielen nous propose des photographies aériennes de grande qualité. La ville vue du ciel.

Voici différentes morphologies urbaines illustrées grâce à des vues aériennes particulièrement révélatrices. Urban world: Mapping the economic power of cities. Six hundred cities—the City 600—are projected to generate more than 60 percent of global growth to 2025. Within this group, companies need to adjust their strategy to include the 577 fast-growing “middleweight cities.” The urban world is shifting. Today only 600 urban centers generate about 60 percent of global GDP. While 600 cities will continue to account for the same share of global GDP in 2025, this group of 600 will have a very different membership.

Over the next 15 years, the center of gravity of the urban world will move south and, even more decisively, east. Open interactive popup Today, major urban areas in developed-regions are, without doubt, economic giants. But by 2025, one-third of these developed-market cities will no longer make the top 600; and one out of every 20 cities in emerging-markets is likely to see its rank drop out of the top 600. Companies looking for cities that will generate the most GDP growth will find another different list of potential urban hot spots. Cartographie. Les villes prennent le pouvoir. Intelligente et connectée - La ville du futur ?

The Age of Megacities. Villes et développement durable. The Burj Khalifa Pinnacle Panorama. Les mégalopoles, les villes qui n'arrêtent pas de grandir. Cités du monde. Infographie Urbanisation.