background preloader

1. Mexico

Facebook Twitter

Mexico, au risque de son développement. La capitale du Mexique a connu une croissance démographique et une extension très rapides entre 1940 et 1980, pendant une période de forte expansion qui avait conduit le président de la République Miguel Aleman à promettre une Cadillac à chaque Mexicain.

Mexico, au risque de son développement

L'ancienne ville coloniale de moins 350 000 habitants sur 27 km² du début du siècle dernier, la ville traditionnelle, fameuse "région plus transparente de l'air [1]", accueille plus de 18 millions d'habitants sur 1 540 km² en 2000. Au cours du XXe siècle, la population de la capitale a été multipliée par 52, alors que celle du pays ne l'a été que par 6, passant de 15 à plus de 100 millions d'habitants.

Le Recensement général de 1980, en attribuant 14 millions d'habitants à l'agglomération (qui n'en comptait que 12 à l'époque), a fait croire que Mexico était la plus grande ville du monde et qu'elle atteindrait 30 millions avant 2000. VIDÉO - Mexico à toute vitesse. C'est pas sorcier -VIVA MEXICO. MEXICO (5) : LA CROISSANCE D'' IZTAPALAPA ET SES RAISONS. Le nouveau visage de Mexico. Au coeur de la Ville. Le séisme de 1985 a révélé les fragilités de la ville et la nécessité d'en remodeler la structure.

Au coeur de la Ville

Mais malgré cette mauvaise gestion de l’urbanisation, la ville est organisée en plusieurs niveaux: la ville centre qui représente le Mexico des années 20 avec 4 delegaciones, ensuite le District Fédéral qui comporte 16 delegaciones dont la ville a dépassé les limites avec l’étalement urbain. Mexico multiplie les initiatives vertes. Mexico, vers le développement durable ? Mexico est la capitale du Mexique.

Mexico, vers le développement durable ?

Elle est la ville choisie pour étudier la croissance urbaine d’une ville du Sud et comprendre l’organisation et l’aménagement d’un territoire urbain en pleine expansion. Voyez avec les documents qui suivent. Ces vidéos vous permettent de voir et connaître Mexico aujourd’hui: => quelle problématique est soulevée par ces deux vidéos de l’AFP? Pour y répondre, voici l’étude de cas en trois grands temps. Chroniques / Se loger en périphérie de Mexico : une production résidentielle aux multiples visages.

À Mexico comme dans toutes les villes connaissant un processus de métropolisation, les mobilités résidentielles intra-urbaines ont, depuis les années 1980, pris le relais de la croissance naturelle et migratoire dans les reconfigurations des territoires urbains.

Chroniques / Se loger en périphérie de Mexico : une production résidentielle aux multiples visages

Malgré ses dimensions vertigineuses et ses 20 millions d’habitants en 2010, l’ancienne « monstruopole » (Monnet, 1993) est en réalité marquée par un tassement de sa croissance d’une part, et par des problématiques liées à la double dynamique d’expansion-densification des zones bâties en périphérie d’autre part. Entre 2000 et 2010, la population augmente en moyenne de 0,9 % chaque année ; par ailleurs, le stock de logements augmente de 2,1 % par an, révélant le décalage entre la croissance démographique et la production récente du parc résidentiel. Cette croissance – même ralentie – continue à se déployer en périphérie, notamment dans les parties orientale et septentrionale. 1. 2. Explorer les paysages résidentiels. Mexique Le sombrero de Mexico se réduit relativement. Le Mexique compte un fort taux d’urbanisation, avec une proportion de 75 % de population urbaine dans l’ensemble de la population, un pourcentage équivalent à celui de la France (75,5 %).

Mexique Le sombrero de Mexico se réduit relativement

L’émigration rurale ne représente plus que des flux assez faibles, sauf dans le Sud, et se dirige souvent vers les États-Unis plutôt que vers des villes mexicaines. L’armature urbaine compte une soixantaine d’agglomérations [4][4] Comme ailleurs dans le monde, la délimitation constitue... de plus de 200 000 habitants, où vit 55,1 % de la population du Mexique selon le dernier recensement (2005) contre 51,2 % en 1990, soit une progression de près de quatre points en quinze ans.

Aucune des agglomérations qui comptaient déjà plus de 200 000 habitants en 1990 n’a vu sa population diminuer entre 1990 et 2005, et une seule entre 2000 et 2005. 2 - L’évolution de la population des agglomérations de plus de 200 000 habitants au Mexique © Calcul Laurent Chalard, d’après Inegi. Mexico. Mexico (nom complet : Ville de Mexico, en espagnol : Ciudad de México /sjuˈða(ð) ðe ˈmexiko/ Écouter, en abrégé CDMX) est une entité fédérative[1] et la capitale du Mexique[2].

Mexico

Cette entité fédérative n'est ni une ville ni un État au sens des articles 43, 44 et 122 de la Constitution mexicaine[3]. Mexico est un centre financier et culturel important avec une économie agricole très présente dans les périphéries[4]. Une ville qui bouge, une ville qui change. 1L’évolution de la métropole mexicaine est le résultat d’un processus de redistribution interne de la population.

Une ville qui bouge, une ville qui change

C’est sous cet angle que nous souhaitons éclairer les nouvelles formes de mobilité dans l’espace urbain. Ce questionnement se retrouve dans d’autres grandes villes d’Amérique latine marquées par des phénomènes d’étalement, de fragmentation et de recomposition. Ce processus, qualifié de transition urbaine, prend-il des formes particulières à Mexico ? 3- Mexico : Le classement des villes les plus peuplées du monde. Schoolmouv - Réviser n'a jamais été aussi simple. CNDP. Métropoles en mutation. Métropoles en mutation. Tout ce qu'on raconte au sujet de Mexico est vrai : pollution, tremblements de terre, éruptions volcaniques du Popocatépetl tout proche (à 60 km), il n'en demeure pas moins qu'elle a été longtemps l'une des métropoles latino-américaines les plus paisibles et les plus agréables à vivre. […] Cependant la dolce vita qui prévalait encore au début des années 80 n'est plus qu'un lointain souvenir.

Métropoles en mutation

En quelques années, Mexico est devenue l'une des capitales les plus dangereuses des Amériques. Métropoles en mutation. Métropoles en mutation. Un des cinq fléaux de Mexico : le commerce informel.

Métropoles en mutation

Métropoles en mutation. Une prise en compte nouvelle de la ségrégation socio-spaciale : centralité et espace urbain, dynamiques, politiques et pratiques des centres au Mexique MELÉ P.

Métropoles en mutation

L'information géographique, n° 4, 1998, p. 187 (Extrait de la thèse de P. Melé, Paris III) Les villes latino-américaines sont souvent décrites comme caractérisées par la déficience des politiques publiques, par la faiblesse de l'État, par des dynamiques marquées par le libre jeu d'acteurs individuels dans le cadre de stratégies d'investissement, de spéculation ou de survie. Métropoles en mutation. Mexico, au risque de son développement. La capitale du Mexique a connu une croissance démographique et une extension très rapides entre 1940 et 1980, pendant une période de forte expansion qui avait conduit le président de la République Miguel Aleman à promettre une Cadillac à chaque Mexicain.

L'ancienne ville coloniale de moins 350 000 habitants sur 27 km² du début du siècle dernier, la ville traditionnelle, fameuse "région plus transparente de l'air [1]", accueille plus de 18 millions d'habitants sur 1 540 km² en 2000. Au cours du XXe siècle, la population de la capitale a été multipliée par 52, alors que celle du pays ne l'a été que par 6, passant de 15 à plus de 100 millions d'habitants. Le Recensement général de 1980, en attribuant 14 millions d'habitants à l'agglomération (qui n'en comptait que 12 à l'époque), a fait croire que Mexico était la plus grande ville du monde et qu'elle atteindrait 30 millions avant 2000.