background preloader

Le mégaprojet du Dubai Water Canal : fabrique d’une ville mondiale à travers la construction d’un réseau touristique

Le mégaprojet du Dubai Water Canal : fabrique d’une ville mondiale à travers la construction d’un réseau touristique
Si Doubaïfascine, c’est en raison du nombre de projets pharaoniques que mène la cité-État pour se faire remarquer sur la scène internationale et s’inscrire définitivement dans le concert des villes mondiales attractives entre Occident et Orient. Doubaï et Singapour sont les deux nations pionnières dans le domaine des techniques de marketing pour obtenir une reconnaissance internationale ; c’est ce que l’on appelle le nation branding (Guéraiche, 2014) qui est une forme de marketing territorial : « Si le nation branding est enfant de la mondialisation, il est aussi l’héritier des professionnels du tourisme qui ont valorisé des « destinations » (selon l’expression consacrée) et des milieux de la finance soucieux d’attirer des investissements directs étrangers. » Avant la tenue de l’exposition universelle de 2020, plus d’une dizaine de mégaprojets devraient parvenir à leur terme (voir encadré). Tous ces projets ont le même objectif : développer le tourisme à Doubaï. 1. 1.1. 1.2. 2. 2.1. 3.

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/de-villes-en-metropoles/corpus-documentaire/doubai-canal-ville-mondiale

Related:  Villes et développement durableLes territoires dans la mondialisationDubaïzabeu

Cartographie. Les villes prennent le pouvoir Les mégalopoles sont les nouveaux moteurs de l’économie mondiale. De la Californie au delta de la rivière des Perles, en Chine, l’avenir s’écrit dans des pôles urbains tentaculaires. D’ici à 2025, il y aura au moins quarante de ces villes ultra-connectées dans le monde. Par-delà les frontières, elles inventent une autre forme de gouvernance et d’économie, affirme Parag Khanna, l’auteur de Connectography : Mapping The Future of Global Civilization (éd. Penguin Random House, avril 2016, non traduit en français). Dans ce livre, l’auteur, que le New York Times décrit comme “l’homme le plus connecté du monde” en raison de ses collaborations avec des universités du monde entier, décrit un futur où les frontières nationales reculeront et où les agglomérations – ainsi que les personnes – les plus connectées prendront le pouvoir.

Les intérêts chinois en mer de Chine méridionale La mer de Chine méridionale est pour la Chine une source d’intérêts stratégiques pour sa sécurité nationale. Pékin profite d’avantages conjoncturels pour en prendre le contrôle, avec un succès déconcertant. La République populaire de Chine (RPC) revendique sa souveraineté territoriale sur près de 90 % de la mer de Chine méridionale (MCM) en vertu de « droits historiques ». Ces droits s’appliquent sur une zone circonscrite par une « ligne en neuf traits », frontière virtuelle et imprécise qui comportait onze traits jusqu’à la cession de territoire au Vietnam en 1957. Les revendications chinoises portent ainsi sur tous les territoires et ressources compris à l’intérieur des neufs traits. Elles apparaissent contraires à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM) – que Pékin a signée et ratifiée –, qui définit les règles de délimitation des espaces maritimes.

Émirats arabes unis : une urbanisation folle Depuis plusieurs décennies, les Émirats arabes unis se sont lancés dans la diversification de leur économie. Trop dépendant des hydrocarbures, le pays a engagé d’immenses travaux, qui ont complètement modifié son littoral comme l’intérieur des terres, afin de créer de nouvelles opportunités. La côte a été transformée, avec la création de villes nouvelles dédiées au tourisme. La logistique et les ports, l’industrie, les transports, notamment aériens, la finance, et enfin le tourisme, sont les fers de lance de cette diversification. Agriculture intensive, urbanisation galopante, infrastructures géantes et souvent surdimensionnées par rapport aux besoins réels, il s’agissait de montrer au monde que les Émirats arabes unis ne sont pas qu’un champ d’extraction de pétrole au milieu du désert. Et de ce point de vue, c’est réussi.

Définir l'espace urbain : Centre historique : Espace compris à l’intérieur des anciens remparts. 1 : Les remparts ont été détruits pour construire un boulevard périphérique. Faubourgs industriels : Extension de la ville à l’époque industrielle, avec le développement des chemins de fer. Activité Éducation et Numérique Industrialisation et développement des échanges de marchandises Ces nouvelles terres ont donné aux puissances européennes des occasions de commercer, avec l'Afrique et l'Asie d'abord, puis avec les nouvelles colonies d'Amérique également. La première période de la colonisation a surtout touché l'Amérique, du Sud pour les Ibériques, du Nord pour les Français et les Anglais. Le commerce d'esclaves, dont le fameux "commerce triangulaire", était alors déjà fréquent, mais ce n'a été qu'à partir du XVIIIe siècle qu'il a vraiment pris un caractère généralisé.

Dubaï (émirat) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Dubaï. Fondés au XVIIIe siècle, l'émirat et le bourg prennent de l'importance en participant à la création des États de la Trêve (Trucial States en anglais) en 1853 puis des Émirats arabes unis actuels en 1971 dont l'émir de Dubaï assure la vice-présidence. Le bourg modeste et isolé du monde qui vit essentiellement de la pêche aux perles à la fin du XIXe siècle, Dubaï vit une période difficile pendant l'entre-deux-guerres, avant d'entrer de plein fouet dans la modernité dans la deuxième partie du XXe siècle. Ex. expansion urbaine rapide aux EU, Charlotte Pour ceux qui comme moi ont d’abord connu Charlotte par son équipe de basket, et feu le petit frelon bleu des Charlotte-Hornets , force est de constater qu’aujourd’hui encore ça bourdonne pas mal dans la plus grande ville de Caroline du Nord [1]: la croissance démographique y est de manière continue l’une des plus forte des États-Unis (réf. United States Census Bureau [2]) et son développement urbain semble frénétique. C’est cet aspect urbanistique que le travail d’animation-vidéo de Rob Carter traite de manière pédagogique et engagée. En permettant au spectateur de suivre en 9 minutes une histoire abrégée de la ville (à travers un processus de narration original mettant en mouvement des images aériennes de la ville), l’artiste fait revivre les strates de l’histoire urbaine de Charlotte, pour recréer le paysage de l’expansion d’une métropole américaine, jusqu’à son dénouement apocalyptique. Lien Vidéo.

Mers et Océans : un monde maritimisé Que dit le programme ? L’objectif est de sensibiliser les élèves à la spécificité de la géographie qui est de mettre en évidence des enjeux spatiaux liés à la mondialisation. Les mers et les océans sont des espaces emblématiques de ces enjeux.

Related: