background preloader

Pétrole

Facebook Twitter

2015 L’énergie des esclaves (le pétrole et la nouvelle servitude) d’Andrew Nikiforuk. Editions Ecosociété, 282 pages, 20 euros Edition originale 2012 (The Energy of Slaves : Oil and the New Servitude) Avant d’être ce liquide noir, sale et puant qui nous pollue l’existence, le pétrole est une des substances les plus prodigieuses que la vie sur Terre ait jamais crée.

2015 L’énergie des esclaves (le pétrole et la nouvelle servitude) d’Andrew Nikiforuk

Pour produire chaque litre de pétrole, il a fallu que 25 tonnes d’algues métabolisent, pendant des millions d’années, l’énergie solaire qu’elles avaient emmagasinée avant d’être ensevelies. Après 150 ans de forages intensifs, on annonce maintenant l’épuisement de la ressource et notre entrée dans l’ère du pétrole extrême. Si le pétrole a nourri l’orgueil et l’arrogance des puissants, son emprise sur notre monde doit être brisée comme ont été brisées les chaînes de l’esclavage. 1/7) Esclavage, le maintien d’un ordre culturel injuste Alfred North Whitehead se demanda un jour pourquoi il avait fallu attendre si longtemps pour parvenir à l’abolition d’une chose aussi cruelle et injuste que l’esclavage. Give Ringed Seals the Home They Need. Detroit’s dirty petcoke piles disappear, but where did they go? Using aging, retrofitted pipelines to ship oil — what could go wrong?

Until the Pegasus pipeline ruptured on March 29, leaking an estimated 147,000 to 210,000 gallons of heavy crude oil into the town of Mayflower, Ark., few Arkansans knew it was even there.

Using aging, retrofitted pipelines to ship oil — what could go wrong?

In fact, thousands of miles of pipelines snake through the heart of the United States. Proponents insist that pipelines are the safest way to transport oil — safer than trucks or trains or tankers. Yet, in recent years, the Yellowstone River spill in Montana, the Kalamazoo River spill in Marshall, Mich., and now the Mayflower spill have alerted Americans to the dirty dangers that lurk underneath the country. There are 175,000 miles of onshore and offshore “Hazardous Liquid” pipelines pumping petroleum and its byproducts across the United States, according to the U.S.

Department of Transportation’s Pipeline & Hazardous Materials Safety Administration, which oversees all pipelines. Pipelines — and the content they carry — have changed vastly since World War II. BP Suspended By EPA From New Contracts With Federal Government. Laissons le pétrole sous terre ! - Omniscience. Interview de l'auteur par Sébastien Madau Interview publiée dans La Marseillaise du 14 octobre 2012.

Laissons le pétrole sous terre ! - Omniscience

Yasuní. Ce nom de parc naturel de l’Amazonie équatorienne ne disait pas grand-chose à grand monde il y a quelques années. Sauf que depuis, il est devenu le symbole d’une nouvelle manière d’appréhender les politiques énergétique et environnementale. La mobilisation a, au départ, été menée par les indigènes Huaorani. Sébastien Madau. - Quelle est l’origine du projet Yasuní-ITT ? Itm0394_La_preface_d_Yves_Paccalet.pdf (Objet application/pdf) Itm0396_La_postface_de_Catherine_Greze_et_Yves_Coc.pdf (Objet application/pdf)

Historique et suivi

Biopetroleum - BFS bio fuel systems. Bio Fuel Systems (BFS), micro-algues + CO2, une révolution énergétique. Une surface de 52 000 kilomètres carrés permettrait d’obtenir 95 millions de barils de carburant par jour.

Bio Fuel Systems (BFS), micro-algues + CO2, une révolution énergétique

Actualité : Une société espagnole, Bio Fuel Systems, basé à Alicante, affirme qu’elle est sur le point de produire une source de biocarburant à base de plancton (algues). Son principal avantage est la vitesse à laquelle le carburant “culture” peut être cultivé et récolté. Bernard Stroiazzo-Mougin, président de l’entreprise, estime que le produit est un excellent candidat dans la course au bio carburant et qu’il pourrait remplacer l’essence: “Elle partage ses avantages, mais pas ses inconvénients, et le prix sera moins élevé”.

Le système va produire des quantités massives de biopétroleum de phytoplancton, dans un espace limité et à un coût très modéré. Cette nouvelle source d’énergie est beaucoup plus productive et plus rentable que n’importe quel produit développé à ce jour dans le domaine des biocarburants. Avantage : A savoir : A lire également: Tags Biocarburants Ecologie.

Du pétrole (et du fossile), jusqu'où ?

Diesel. Du pétrole, jusque quand ?