background preloader

Ecologie

Facebook Twitter

Tchernobyl

Chères abeilles, la ruche horizontale est faite pour vous ! Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), reportage « C’est bien mignon ton truc, mais est-ce que ça marche au moins ?

Chères abeilles, la ruche horizontale est faite pour vous !

» Cette phrase, Pierre l’a entendue à plus d’une occasion. Presque chaque fois qu’il présente son modèle de ruche horizontale en palettes. Il faut dire que cette grosse caisse, aux allures de sarcophage sur pattes et construite avec du bois de récupération, ne ressemble en rien à celles que l’on a l’habitude de voir. Et c’est justement pour cela que Pierre s’y est intéressé. Lorsqu’il a envisagé de mettre une ruche au fond de son jardin, il est d’abord tombé sur les modèles Dadant (les plus répandues) et Warré, mais n’y a pas trouvé son compte. « J’ai fait des recherches en anglais et j’ai assez vite découvert la “top bar hive”, ou ruche horizontale. » Contrairement aux ruches classiques, celle-ci ne nécessite pas de cadre ni de cire gaufrée.

Olivier-photographe! - Photo de Les 10 ans de La Courtade - La ferme de la Courtade. Claude Bourguignon - Proteger les sols pour préserver la biodiversité. L’agence International Sustainable Solutions (ISS) a pour objet « la recherche et l’identification des meilleures pratiques dans les domaines des transports, de l’énergie, de la planification urbaine et de la gestion des ressources et des déchets ».

Elle a réfléchi aux déplacements pendulaires entre le centre-ville de Seattle et sa périphérie, donc sur les impacts respectifs de la voiture et des moyens de transport alternatifs, comme la marche à pied, le vélo, le bus ou le train de banlieue. Pour rendre lisible les conséquences sur le paysage urbain de Seattle de ces différents moyens de transport, ISS a imaginé le montage photographique qui suit, inspiré de photos prises en Scandinavie dans les années 1970. En accord avec la municipalité de Seattle, une partie de le 2nd Avenue a été bloquée un dimanche matin pour la réalisation de ces photographies, avec l’aide de trois cents volontaires. Quelle place occupent 200 personnes dans 177 voitures ? Si on enlève les voitures ?

Première idée, commencer par le marché de Neuilly-sur-Seine.

L’ancien fief de Nicolas Sarkozy, dans les Hauts-de-Seine, est en tête des villes accueillant le plus d’habitants qui payent l’ISF (l’impôt sur la fortune), après Paris. En ce mercredi matin, la moyenne d’âge est élevée et les clients dispersés au marché des Sablons. Première difficulté, comment repère-t-on un riche ? Je vise une fourrure, qui s’échappe le mot « journaliste » à peine prononcé. Je me poste alors à proximité de l’étalage de coquilles Saint-Jacques du poissonnier. . « Les hors-bords, on pourrait s’en passer » Finalement un papy accepte de me répondre. « Faut faire des efforts, estime-t-il. . « Faut faire des efforts. Sourire bienveillant, Denise avoue habiter à Neuilly, « mais pas pour le plaisir ». Denise : « Il y a une influence humaine sur le climat, mais je crois que, de toutes façons, il y a aussi la loi de la nature. » « Une vaste fumisterie » « Je ne fais absolument rien » « Les pauvres polluent aussi »

Le plancton vit dans l’infiniment petit, cet univers accessible avec un microscope.

Se pencher sur son monde est similaire à explorer les étoiles, l’infiniment grand : cela donne le tournis. L’humanité est née et dépend encore aujourd’hui de cet être constitué d’une seule cellule. L’ensemble de la chaîne alimentaire de la planète se fonde sur lui. Quel est cet être qui échappe à nos sens et dont l’importance pour la vie sur Terre est vertigineuse ? Reporterre - Que représente l’écologie dans votre démarche ?

Jean-Luc Mélenchon - L’écologie, c’est le point de départ et le point d’arrivée. On ne peut plus faire de la politique comme avant, et comme moi-même j’en ai fait toute ma vie. Il y a un rapport au temps qui n’est plus le même. On pensait que, quoi qu’il arrive, on avait le temps. Mais la civilisation humaine est entrée dans une crise de l’écosystème et de l’augmentation vertigineuse de la dette écologique. Nous sommes dans des processus sur lesquels on ne peut pas revenir.

Concrètement, qu’allez-vous proposer ? La question, c’est comment allumer le moteur.