background preloader

Petrole

Facebook Twitter

Pourquoi le principe de « l’offre et de la demande » est inopérant pour le pétrole - Gail Tverberg. Le 23 Novembre 2015, article de Gail Tveberg, blog : Our Finite World L’idée traditionnelle de l’offre et de la demande est applicable dans certains cas limités – un fabricant fera-t-il des robes bleues ou rouges ?

Pourquoi le principe de « l’offre et de la demande » est inopérant pour le pétrole - Gail Tverberg

Le choix du fabricant n’affecte pas vraiment le système économique général, si ce n’est peut-être la quantité de teinture rouge et bleue vendue, et c’est donc assez facile de s’en accommoder. Figure 1. From Wikipedia: The price P of a product is determined by a balance between production at each price (supply S) and the desires of those with purchasing power at each price (demand D). The diagram shows a positive shift in demand from D1 to D2, resulting in an increase in price (P) and quantity sold (Q) of the product. Un transfert graduel des préférences du consommateur du bœuf vers le poulet est facile à intégrer dans le système, avec un plus grand nombre de producteurs de poulet et un moins grand nombre de producteurs de bœuf. Figure 2. Pétrole : ça déborde ! Les placards universitaires regorgent de débats sur l’évolution du prix du pétrole.

Pétrole : ça déborde !

Les controverses y sont nombreuses. Mais personne ne conteste cette évidence centrale : fer, cuivre, poivre, caoutchouc, coton, charbon, fret maritime, nickel, déchets… les matières premières sont le miroir du monde. A 37 dollars le baril (au 1er janvier 2016), le cours du pétrole illustre à merveille ce précepte. L’ère du pétrole pas cher ne fait que commencer. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Jean-Michel Bezat Un chiffre symbolique s’est inscrit sur les panneaux de nombreuses stations-service durant la semaine de Noël.

L'ère du pétrole ne fait que commencer Chute des cours du pétrole (37 dollars le baril de Brent à Londres), retour au prix de 2008. Raisons : - déséquilibre offre demande dû à la décision de l'OPEP de ne pas fixer de plafond de production +brut iranien disponible à l'export depuis la levée des sanctions internationales contre le programme nucléaire + surcroît de pétrole lybien + exportation de brut américain. Conséquences : - hausse du pouvoir d'achat français car baisse du prix à la pompe, - augmentation des marges pour les entreprises consommatrices (pétrochimie, chimie, agriculture, compagnie aérienne... ) - chute des bénéfices pour les grands pétroliers entrainant des réductions dans les investissements + réduction de l'effectif (-250 000 pers dans ce secteur en 2015 au niveau mondial) - finances publiques : réduction des dépenses d'importation énergétique (3% du PIB) mais compensé par l'inflation nulle. Augmentation des recettes due à la hausse des consommations (TVA, etc. ) – jasongras

Le gazole, carburant le plus vendu en France avec environ 80 % des volumes écoulés, valait en moyenne 99,35 centimes d’euros le litre contre 1,0018 euro la semaine précédente, d’après les relevés du ministère de l’écologie et de l’énergie, publiés lundi 28 décembre.

L’ère du pétrole pas cher ne fait que commencer

Le diesel n’avait plus atteint ce niveau depuis juillet 2009. Ce passage sous la barre symbolique de 1 euro est la traduction concrète de la chute des cours du pétrole, tombés sous les 37 dollars le baril à Londres (Brent) comme à New York (WTI). Ce niveau, atteint pour la dernière fois fin 2008 en pleine crise financière post-Lehman Brothers, devrait se maintenir une bonne partie de l’année à venir en raison d’un excès d’offre de brut sur le marché mondial, préviennent de nombreux experts du pétrole. Un déséquilibre offre-demande persistant. En Arabie saoudite, le prix du carburant augmente d’au moins 50 % Une hausse massive du prix de l’essence, dans l’un des pays où il est le moins cher au monde.

En Arabie saoudite, le prix du carburant augmente d’au moins 50 %

Quelques heures après avoir annoncé un déficit budgétaire record en 2015, l’Arabie saoudite a décidé, lundi 28 décembre, d’augmenter d’au moins 50 % le prix des carburants. Les subventions du diesel et des produits pétroliers, mais aussi de l’électricité et de l’eau, vont être révisées. Confronté à la chute des cours du pétrole, en baisse de plus de 60 % depuis l’été 2014, le royaume saoudien a adopté son budget 2016 avec un déficit prévu de 79,3 milliards d’euros. Cette année, le premier exportateur mondial de pétrole a indiqué avoir enregistré un déficit budgétaire record de 89,2 milliards d’euros. Lire aussi : « C’est le pétrole, idiot ! Baisse des subventions Le géant pétrolier Aramco a annoncé la fermeture immédiate des stations-service jusqu’à lundi minuit afin de permettre la reprise des ventes mardi avec les nouveaux prix.

Lire aussi : Pétrole : l’OPEP laisse les vannes ouvertes. La chute du pétrole en cinq chiffres. Pétrole. De bien étranges ballets sur l’Atlantique. En cette fin d’année 2015, près de 100 millions de barils de pétrole se baladent en mer.

Pétrole. De bien étranges ballets sur l’Atlantique

Ils sillonnent les océans ou attendent au mouillage.