background preloader

Le quatrième choc pétrolier

Le quatrième choc pétrolier
XEnvoyer cet article par e-mail Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Classez le dans vos favoris en cliquant sur l’étoile. Vous pourrez le lire ultérieurement (ordinateur, tablette, mobile) en cliquant sur « votre compte » Fermer Energie La flambée du prix de l’essence traitée comme un simple accident de parcours Derrière le prix élevé des carburants qui focalise l’attention des candidats à la présidentielle, il y a la réalité négligée d’un véritable troisième choc pétrolier rampant. Pourtant, la tendance est là : le monde est pendant encore plusieurs décennies extrêmement dépendant des énergies fossiles, avec un rapport tendu entre une offre qui s’appuie sur des ressources de plus en plus coûteuses à extraire et une demande en progression constante. Fait divers ? Phénomène structurel Et il ne s’agit pas d’un phénomène transitoire. Addition sociale Les conséquences sont profondes. Les questions devraient affluer. “L’Allemagne a fait un choix de la société. Chiffres cles Henri Nijdam

http://www.lenouveleconomiste.fr/le-quatrieme-choc-petrolier-14483/

Related:  énergies fossiles, peak oil / fin du pétrole

Fin du pétrole : quand l'industrie automobile prépare sa reconversion - Transition écologique La fin annoncée du pétrole et l’envolée des prix de l’essence compromettent l’avenir de l’industrie automobile. Au royaume du moteur à combustion, élus, syndicats et entreprises anticipent cette nécessaire transition. Le Bade-Wurtemberg, État-région le plus riche d’Allemagne et capitale européenne de l’automobile, prépare sa mue industrielle. L’enjeu : préserver les emplois et des conditions de travail correctes tout en développant de nouvelles activités. Enquête au pays de Porsche, Audi et Daimler. C’est la patrie de l’automobile et la première région industrielle allemande.

Selon une étude sur les émissions de GES - Les gaz de schiste plus polluants que le charbon Une étude de l'Université Cornell, sur le point d'être publiée dans la revue scientifique Climatic Change, estime que l'impact des gaz de schiste sur le réchauffement du climat pourrait dépasser de 20 % celui du charbon. C'est une fuite sur le site Internet TheHill, un journal parlementaire des États-Unis, qui a permis de rendre public le texte préliminaire préparé par l'équipe du professeur Robert W. Howarth. L'automne dernier, le professeur Howarth avait déclaré au Devoir qu'il préparait pour l'Agence de protection environnementale américaine une version remaniée de son étude, laquelle avait été critiquée pour l'imprécision de certaines données de base. Cette critique vaut toujours, note l'étude, car un certain nombre de données utilisées dans cette étude se réfèrent aux résultats d'autres chercheurs, souvent avec des marges d'imprécision importantes.

Pic all, pénurie de tout, énergie et minerais Un excellent dossier de Science & Vie, « Alerte à la pénurie »* dont voici un résumé : « Depuis deux siècles, cornucopiens et malthusiens s’affrontent. D’un côté les éternels optimistes de la corne d’abondance qui pensent que sous l’effet de l’économie de marché, de la technologie et du génie humain le spectre du manque sera toujours repoussé. Mais cuivre, phosphore, uranium, or…, des éléments toujours plus nombreux connaissent des signes annonciateurs de pénurie. Nous entrons dans une nouvelle ère, celle des malthusiens. Le pétrole, qui a connu son pic de production en 2006, n’est que la première d’une longue liste de matières premières appelées à nous manquer.

Les prix du pétrole continuent d'alimenter l'inflation Après une baisse en janvier, les prix ont connu une hausse de +0,4% en février, rapporte l'Insee. En cause notamment, les carburants et les produits frais. L'inflation repart à la hausse. Combustible fossile Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On appelle combustible fossile tous les combustibles riches en carbone — essentiellement des hydrocarbures — issus de la méthanisation d'êtres vivants morts et enfouis dans le sol depuis plusieurs millions d’années, jusqu’à parfois 650 millions d’années[1]. Il s’agit du pétrole, du charbon, de la tourbe et du gaz naturel. Parmi ces derniers, le méthane (CH4) présente le rapport H/C le plus élevé, tandis que l’anthracite et certaines houilles sont composés de carbone presque pur. Ces sources d'énergie ne sont pas renouvelables car elles demandent des millions d'années pour se constituer et parce qu'elles sont utilisées beaucoup plus vite que le temps nécessaire pour recréer des réserves. Impacts environnementaux[modifier | modifier le code]

Le prix de l'essence atteint un nouveau record La spirale haussière continue. Le litre de super sans plomb 95 (SP95) a atteint 1,6546 euro et le super sans plomb 98 (SP98) s'est hissé à 1,6999 euro, dépassant tous deux leurs précédents records établis une semaine plus tôt (à 1,6506 et 1,6929 euro respectivement), indiquent les relevés hebdomadaires publiés lundi 2 avril par le ministère du Développement durable. Parallèlement, le gazole est au contraire descendu à 1,4429 euro le litre, continuant ainsi à s'éloigner de son sommet historique de 1,4584 euro atteint à la mi-mars. Ces prix de vente à la pompe sont des moyennes nationales calculées par la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) à partir de données fournies par les stations-services. Ces prix moyens dépassés dans certains points de vente

Charbon - Wikipédia-Namoroka Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'anthracite, forme du charbon au plus haut rang d'houillification. Affleurement naturel d'une veine de charbon bitumineux (sur le littoral de la Nouvelle-Écosse). Atténuer le choc du pic pétrolier dans le secteur des transports La décrue du pétrole conventionnel aura des effets sensibles dans le secteur des transports, dépendants à 95% de cette énergie fossile. Lors de la dixième conférence de l'ASPO, plusieurs communications ont été consacrées au sujet. Les violentes manifestations de colère des taxis ont transformé Durban (Afrique du Sud) en paysage de guerre le 18 mai dernier. Passé inaperçu, cet événement donne la mesure de la vulnérabilité du secteur des transports confronté à la hausse du prix du baril. Certains analystes proches de l'ASPO (Association pour l'étude du pic pétrolier et gazier), tels que Harald Frey, de l'Institut des transports de l'université de technologie à Vienne (Autriche), se plaisent à souligner que l'ère du transport automobile de masse ne durera pas plus de 200 ans.

comprendre l'actualité économique Le problème économique : la rareté Respire à l’intérieur de la phrase, mais ne respire pas aux points.Louis Jouvet. L'actualité économique est rarement peuplée de bonnes nouvelles.

Related: