background preloader

Pic pétrolier

Pic pétrolier
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le pic pétrolier est le sommet de la courbe de production d'un puits, d'un champ pétrolier ou d’une région de production ; l’expression pic pétrolier (ou Peak Oil en anglais) désigne le plus souvent le pic pétrolier mondial, le moment où la production mondiale de pétrole plafonne avant de commencer à décliner du fait de l'épuisement des réserves de pétrole exploitables. Les méthodes de prévision de ce pic s’inspirent des travaux du géologue Marion King Hubbert qui avait, dans les années 1950, pronostiqué avec succès le pic de la production de pétrole américaine (cf. le Pic de Hubbert)[1],[2]. Les limites de sa théorie et de ses méthodes ont été montrées par Steven M. Gorelick[3]. Cette prédiction a surtout été popularisée par les travaux pilotés par les grandes compagnies pétrolières américaines. Courbes cumulées de production de pétrole (schéma datant de 2005) Histoire[modifier | modifier le code] Définitions[modifier | modifier le code]

Pic de production Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En économie, on parle de plus en plus de pic de production pour désigner le moment où la production mondiale d'une ressource non renouvelable atteint un maximum, à partir duquel elle baisse de façon irréversible par suite de l'épuisement de la ressource. Dans ce sens, le pic de production correspond à la théorie du géophysicien Marion King Hubbert (voir pic de Hubbert), qui date des années 1940, et a été exhumée récemment au sujet du pétrole. L'expression pic de production peut également être employée dans un sens conjoncturel au sujet d'un maximum de production, suivi d'une baisse de production passagère, à la suite de laquelle la production repart à la hausse. Il convient de distinguer deux cas : Exemples[modifier | modifier le code] On trouvera des informations sur les exemples suivants : Conséquences[modifier | modifier le code] Note[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Lien externe[modifier | modifier le code]

Chris Martenson - The Crash Course - Chapitres, Crash Course, Economie, Energie, Environnement, Pic Pétrolier, Vidéos Nouvelle chronologie La nouvelle chronologie, ou récentisme[1], est une théorie marginale de l'académicien russe Anatoli Fomenko, considérée par le monde universitaire comme relevant de la pseudohistoire, du négationnisme[2] voire de l’imposture pure et simple[3]. Elle constitue une critique de la chronologie officielle. Elle affirme que la chronologie universellement admise des faits historiques — initiée d'après eux par Joseph Juste Scaliger — serait incorrecte. Elle se fonde pour cela sur les mathématiques par le calcul de la répartition quantitative dans le temps des citations de faits historiques dans les sources écrites de différentes époques. Une autre partie de l'analyse repose sur l'étude des ressemblances entre les toponymes de différentes langues. Cette théorie se fonde sur les idées de Nikolai Alexandrovich Morozov. Réfutation[modifier | modifier le code] Thèses[modifier | modifier le code] Selon François de Sarre, notre calendrier compterait environ 800 ans de trop.

Pic gazier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Moins médiatique que le pic pétrolier, le pic gazier ou Peak Gas est le moment où la production mondiale de gaz naturel culminera, et où les réserves mondiales seront donc à moitié consommées. Pays producteurs[modifier | modifier le code] La Russie, l'Iran et le Qatar détiennent tous trois près des 2/3 des réserves mondiales de gaz naturel, avec respectivement 27 %, 15 % et 14 % du total. Viennent ensuite "16 nains", avec des réserves comprises entre 1 et 5 % du total (par ordre décroissant des réserves) : Arabie saoudite, Émirats arabes unis, États-Unis, Nigeria, Algérie, Venezuela, Irak, Kazakhstan, Turkménistan, Indonésie, Malaisie, Australie, Norvège, Chine, Ouzbékistan et Égypte. Le gaz naturel est donc une richesse beaucoup plus concentrée géographiquement que le pétrole si l'on s'intéresse uniquement aux réserves prouvées. Particularités géostratégiques[modifier | modifier le code] Le gaz est compliqué à transporter. Portail de l’énergie

Accueil Théorie du pétrole abiotique La théorie du pétrole abiotique est une théorie alternative sur l'origine chimique du pétrole, qui serait selon celle-ci formé dans les couches profondes de la Terre ; elle s'oppose à l'hypothèse communément admise de la formation par transformation progressive de détritus biologiques fossilisés à des profondeurs relativement faibles. Cette théorie, apparue au XIXe siècle, fit l'objet de nouvelles recherches et d'une mise en pratique en Union soviétique dans les années 1950 et 1960. Largement ignorée en Occident du fait des faibles volumes de pétrole abiotique découverts, elle n'a jamais suscité de réel intérêt parmi les géologues, hormis les russes par le passé[1] et est de nos jours majoritairement considérée comme scientifiquement invalide[réf. nécessaire]. Historique[modifier | modifier le code] Le terme de « pétrole » est attesté pour la première fois dans l'ouvrage de Georgius Agricola De Natura Fossilium en 1546[5]. Théorie russo-ukrainienne[modifier | modifier le code]

Ressource non renouvelable Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une ressource naturelle est qualifiée de non renouvelable ou épuisable lorsque sa vitesse de destruction dépasse, largement ou non, sa vitesse de création. Ainsi un sol se forme en quelques siècles à plusieurs millénaires suivant les conditions chimiques, physiques et biologiques et est actuellement détruit dans certaines régions en quelques dizaines d'années, voire quelques années. On peut aussi rapprocher l'actuelle destruction accélérée des espèces d'une utilisation de ressources non renouvelables. On parle au contraire de ressource renouvelable lorsque leur production est possible sur un temps court (production animale, végétale, etc.) et ne consomme pas elle même une ressource non renouvelable, ou lorsque la ressource n'est pas détruite par l'usage (énergie marémotrice, énergie éolienne, énergie solaire). Modèles économiques[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] Situation actuelle[modifier | modifier le code]

Conférence de Jean-Marc Jancovici - Le 27 mars 2008 au Parc Saint-Christophe Nous écrire recrutement Brainsonic recrute.Rejoignez nous ! Voir les offres Plan d'accès Métro République - Strasbourg St DenisLigne 3,4,5,8,9,11 Metro Perrache Données cartographiques Données cartographiques ©2014 Cybercity, Google Plan Agrandir le planReduire le plan Identité remarquable Représentation graphique de l'identité remarquable Identités remarquables du second degré[modifier | modifier le code] Dans toute la suite, a et b désignent des nombres, qui peuvent être des entiers, des rationnels et réels, ou même des complexes. Ces identités sont vraies plus généralement dans un anneau commutatif, ou même dans un anneau quelconque où a et b commutent. Énoncés[modifier | modifier le code] Les trois identités remarquables du second degré sont[1] : La deuxième de ces identités peut être vue comme un cas particulier de la première, en prenant, au lieu de b, –b dans la première égalité. Définition d'un produit remarquable[1] — Les trois expressions suivantes sont appelées produit remarquable : On définit de même : Définition d'une somme remarquable[1] — Les trois expressions suivantes sont appelées somme remarquable : Exemples[modifier | modifier le code] Développement et réduction[modifier | modifier le code] L'expression A est la somme de deux termes. , et De même,

Réserve mondiale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En économie des matières minières, les réserves mondiales correspondent aux total des ressources connues dans le monde, et exploitables dans les conditions économiques connues (c'est-à-dire courantes). Quelques dizaines d'années de réserves? Pour pratiquement toutes les matières premières, les réserves mondiales sont limitées à quelques dizaines d'années. Cette limitation, régulièrement exploitée par des prévisions alarmistes, est en fait une donnée artificielle, qui résulte structurellement des conditions de prospection et de valorisation des gisements potentiels. Les sociétés minières n'investissent sur la prospection que s'il est économiquement nécessaire d'augmenter leur portefeuille de gisement identifié. Réserves connues et au-delà[modifier | modifier le code] Discussion des réserves[modifier | modifier le code] Liens internes[modifier | modifier le code]

Related: