background preloader

Le pétrole déclinera peu après 2015, selon un ancien expert de l’Agence internationale de l’énergie

Le pétrole déclinera peu après 2015, selon un ancien expert de l’Agence internationale de l’énergie
Olivier Rech a élaboré les scénarios pétroliers de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) durant trois ans, jusqu'en 2009. Il conseille désormais d'importants fonds d'investissements pour le compte de La Française AM, un gestionnaire d'actifs parisien. Ses pronostics sur l'avenir de la production de pétrole sont aujourd'hui beaucoup plus pessimistes que ceux publiés par l'AIE... Un élément de plus, et non des moindres, à ajouter à la liste déjà fort longue des sources de premier plan qui agitent la menace d'un déclin imminent des extractions mondiales de brut. Olivier Rech, responsable des questions pétrolières au sein de l'Agence internationale de l'énergie de 2006 à 2009. Quels sont vos pronostics ? Hors Opep, les choses sont claires : sur 40 millions de barils par jour (Mb/j) de pétrole conventionnel extraits des champs existants, on est face à un déclin annuel de l'ordre de 1 à 2 Mb/j. Oui, c'est à peu près ça. Il est toujours délicat d'avancer une date précise. C'est exact.

http://petrole.blog.lemonde.fr/2011/12/20/le-petrole-declinera-peu-apres-2015-affirme-un-ancien-expert-de-lagence-internationale-de-lenergie/

Related:  énergies fossiles, peak oil / fin du pétroleDu pétrole, jusque quand ?

Pétrole : une guerre mondiale entre les États-Unis, la Chine et l'Inde Atlantico : Alors que les États-Unis se retirent d'Irak, où les Chinois se sont emparés des plus gros gisements pétroliers, les forces Alliées sont accusées d'être intervenues en Libye pour freiner la Chine en Afrique. Parler de guerre mondiale du pétrole est-il pertinent ? François Lafargue : Je pense que nous ne sommes pas conscients qu’une bataille pétrolière mondiale se joue aujourd’hui entre les États-Unis, la Chine et l’Inde. Les États-Unis sont les premiers importateurs et les premiers consommateurs mondiaux de pétrole. En face, l’appétit de la Chine semble insatiable, deuxième puissance économique aujourd’hui, première vers 2030… Enfin il y a l’Inde, dont on parle peu, mais qui à la charnière de ce siècle comptera probablement parmi les cinq premières puissances économiques au monde, et qui est déjà le sixième acheteur mondial de pétrole.

Le protocole de la déplation du pétrole.(Protocole de Rimini ou protocole d'Uppsala). SACHANT QUE le cours de l’histoire a enregistré un rythme de changement toujours plus important, en conséquence de quoi la demande en énergie a augmenté rapidement durant les 200 ans écoulés depuis le début de la Révolution industrielle ; SACHANT QUE l’approvisionnement énergétique nécessaire provient essentiellement du charbon et du pétrole, constitués en quantité limitée dans le passé géologique, de telles ressources étant inévitablement sujettes à raréfaction ; SACHANT QUE le pétrole fournit 90 % du carburant pour les transports, essentiels au commerce, et joue un rôle critique dans l’agriculture, nécessaire pour nourrir une population en expansion ; SACHANT QUE le pétrole est réparti inégalement sur la Planète pour des raisons géologiques bien connues, l’essentiel étant concentré dans cinq pays bordant le Golfe persique ; 1. De réunir une convention de nations pour considérer le problème dans l’optique de parvenir à un accord sur les objectifs suivants :

Agrocarburants et déforestation : Paris et Bruxelles assument (tous comptes faits) En Indonésie, la forêt primaire est détruite afin de planter les palmiers destinés notamment à produire des agrocarburants (et du Nutella). [DR] Le gouvernement Sarkozy vient de doter la France d'un observatoire des agrocarburants. La “fosse pétrolière”, l’autre manière de voir le “pic pétrolier” Détails En inversant la courbe d'un pic, il prend la forme d'une fosse. Ce qui apparaît comme un déclin à l'origine devient une progression... Pic pétrolier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le pic pétrolier est le sommet de la courbe de production d'un puits, d'un champ pétrolier ou d’une région de production ; l’expression pic pétrolier (ou Peak Oil en anglais) désigne le plus souvent le pic pétrolier mondial, le moment où la production mondiale de pétrole plafonne avant de commencer à décliner du fait de l'épuisement des réserves de pétrole exploitables. Les méthodes de prévision de ce pic s’inspirent des travaux du géologue Marion King Hubbert qui avait, dans les années 1950, pronostiqué avec succès le pic de la production de pétrole américaine (cf. le Pic de Hubbert)[1],[2]. Les limites de sa théorie et de ses méthodes ont été montrées par Steven M.

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ? Alors, le peak oil, c’est pour quand ? Ce moment à partir duquel la production de pétrole mondiale va baisser, faute de réserves, arrive mais à une vitesse encore inconnue : "Impossible de répondre avec précision", reconnaît Jean Laherrère, l’un des membres de l’association Aspo (lire notre article), qui dénonce les surévaluations des gouvernements et des grands groupes pétroliers. "Le peak oil pourrait déjà être en cours. Au sein de l’Aspo, nous considérons tous qu’il est probable qu’il interviendra à un moment ou un autre au cours de la présente décennie, dit Laherrère, qui a été longtemps directeur des techniques de prospections du groupe Total, avant de prendre sa retraite. Compte tenu du flou savamment entretenu autour des réserves, on ne sera vraiment sûr qu’il a eu lieu qu’une fois que les prix de pétrole commenceront à augmenter de manière systématique (...) Reculer pour mieux chuter

Au Kazakhstan, les promesses douteuses de l’un des derniers champs géants Total est partenaire de l'exploitation de l'un des ultimes champs de pétrole géants de la planète... dont le développement s'annonce tellement difficile que le projet pourrait ne jamais être ni rentable, ni (donc) viable ! L'île artificielle "D" du champ de Kachagan, dans les eaux kazakhs de la mer Caspienne. Le champ kazakh de Kachagan, dans la mer Caspienne, est présenté comme le projet pétrolier le plus prometteur de ces trois ou quatre dernières décennies. Ses réserves, estimées entre 9 à 16 milliards de barils, constituent l'équivalent de 3 à 6 mois de consommation mondiale environ. Boycotter l'industrie pétrolière, « ennemi numéro un de la survie de notre civilisation » Les émissions de gaz à effet de serre augmentent à un rythme sans précédent, affirme le rapport du GIEC publié le 13 avril. L’urgence est telle que l’Onu pointe la responsabilité de l’industrie pétrolière et gazière. L’ancien prix Nobel de la Paix, l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, appelle même à boycotter les industries fossiles, en s’inspirant du boycott contre l’Apartheid.

futura energie petrole voiture camion La disparition du pétrole ne pourra pas être compensée par des pétroles synthétiques, ni par les agrocarburants, l'hydrogène ou l'électricité. Cela entraînera la disparition d'une grande partie des voitures et des camions. Les agglomérations démesurées devront céder la place à de petites villes autonomes en énergie et en nourriture. Au début 2007, le nombre de véhicules motorisés en France était estimé à 36.767.000, dont 31.002.300 voitures particulières (moins de 15 ans) et 5.764.700 véhicules utilitaires, répartis entre 92.100 autobus et autocars (<20 ans), 5.099.100 camionnettes et camions (<15 ans), 327.800 véhicules automobiles spécialisés (<15 ans) et 245.700 tracteurs routiers (<10 ans). On comptait par ailleurs 53.600 remorques et 330.400 semi-remorques, qui sont des véhicules utilitaires non motorisés. En 2005, le parc automobile mondial était estimé à 888.924.000 véhicules (647.577.000 voitures et 241.347.000 véhicules utilitaires).

ASPO France - Réponse à Claude Allègre La récente publication sur le site Slate d’un article « Claude Allègre : nous ne manquerons pas de pétrole » amène l'ASPO France à faire plusieurs mises au point. Les réserves de pétrole sont, bien sûr, un sujet sérieux. L'économie mondiale est étroitement liée à son approvisionnement en énergie primaire et le pétrole en constitue la part la plus importante (4,1 Gtep pour 12 Gtep d'après l'Agence Internationale de l'Energie AIE en 2007 ; tep : tonne équivalent pétrole, G : milliard. M : million). Plus de la moitié du pétrole est consacrée aux transports, en général totalement dépendants de ce liquide.

Non-conventionnels et extrêmes : gaz de schiste, pétroles lourds, agrocarburants, Arctique, deep offshore, GTL, CTL, etc. L'industrie est vouée à aller chercher les énergies fossiles dans des endroits toujours plus complexes. TOUTE l'augmentation future de la production mondiale de carburants liquides devra venir de ces sources non-conventionnelles et extrêmes, selon l'Agence internationale de l'énergie. Pas sûr que ça suffise, ou que ça suffise longtemps. Quel jeu !

Les centrales à capteurs cylindro-paraboliques Capteurs cylindro-paraboliques de la centrale Nevada Solar One crédit : Schott AG Construites dans les déserts et autres zones arides du globe, les centrales solaires à capteurs cylindro-paraboliques sont une filière du Solaire thermodynamique. La technologie de réflecteurs cylindro-paraboliques est la plus fréquente et est actuellement utilisée par les plus puissantes centrales solaires au monde dans le Sud-ouest des Etats-Unis et dans le Sud de l’Espagne . Principe de foncionnement d'une centrale à capteurs cylindro-paraboliques Ce type de centrale se compose d’alignements parallèles de longs miroirs hémicylindriques, qui tournent autour d’un axe horizontal pour suivre la course du soleil. Les rayons solaires sont concentrés sur un tube horizontal, où circule un fluide caloporteur qui servira à transporter la chaleur vers la centrale elle-même.

Related: