background preloader

Dubai - immobilier - crise

Facebook Twitter

Dubaï. Hier matin - vol Oman Air Muscat / Dubaï de 8h20 L'avion est à moitié rempli d'Indonésiens aisés qui après quelques jours de vacances à Oman, vont passer trois jours à Dubai avant de rentrer chez eux. Ils vont à Dubaï pour faire du shopping, et seulement du shopping. Ils me parlent de Dubaï comme de la ville idéale, internationale, intégrant toutes les nationalités, des Pakistanais aux Japonais, des Iraniens aux Américains. Ils parlent couramment anglais, et les femmes s'adressent à leur bébé en anglais. A midi, ils prévoient d'aller à l'Atlantis déjeuner.

Ils y ont déjà été. L'un d'eux me dit que la seule fois de sa vie où il a vue de la neige, c'était sur la piste artificielle installée sur le toit de l'Emirates Mall. Ils repartiront dans trois jours avec probablement un excédent de voyages. Hier soir - terminal 1 de l'aéroport de Dubai en attente du vol Oman Air Dubaï / Muscat de 19h20 La salle d'attente est remplie de jeunes hommes venant du Bengladesh et du Pakistan. Dubaï – qui a dit crise ? Dubaï. Le grand sujet du jour. A force de jeter l’argent par les fenêtres, cet état occupé par une poignée de magnats du pétrole, de princes de la finance et de cheikhs milliardaires habitant épisodiquement sur ce bout de désert transformé en quelques années en Mecque du capitalisme a fini par faire faillite.

Ou presque. En plein désert, il fait chaud. Normal d'installer la clim, non ? Pour l’instant, il ne s’agit que de demander un délai d’au moins six mois pour permettre à sa première entreprise publique, Dubaï World, d’éponger un dette modique de 3.5 milliards de dollars. Et alors me direz-vous ? Enfin, si l’on en croit les discours fanfarons des directeurs de banques européennes (BNP Paribas, Société Générale, Calyon et Natixis ont toutes annoncé qu’elles étaient peu exposées à la crise qui frappe cet émirat), il n’y a rien à craindre, tout va bien madame la marquise.

Bref, le mot d’ordre général, vous l’aurez compris, c’est l’optimisme ! Une chose cependant. Actualités : Mall of the emirates, mieux qu'un parc. Après Berlin, Le Figaro poursuit son tour du monde des grands magasins les plus prestigieux. Aujourd'hui, rendez-vous à Dubaï, au Mall of the Emirates, qui vient de fêter ses deux ans. En plein désert, le plus spectaculaire mall du monde séduit aussi bien les touristes, les expatriés que les Bédouins.

À 10 000 kilomètres à la ronde, c'est un lieu unique de loisirs, de shopping et de drague. Sous le soleil, sa coque métallique scintille entre les gratte-ciel de Cheikh Zayed Road. À l'entrée du Mall of the Emirates s'élève un immense sapin de Noël et, bien sûr, le portrait de rigueur de Son Altesse Mohammed Ben al-Maktoum. Même en photo, «Cheikh Mo» a sa tête des mauvais jours comme s'il pensait à la plaisanterie qui court chez les expatriés. Ce mégacentre commercial qui fait la fierté du monarque a été surnommé le «suppositoire». Le nec plus ultra, c'est quand même Ski Dubaï, qui domine le Mall. Pourtant, ce coin fascinant mérite joliment le détour. Labor Conditions | Burj Dubai. Dubaï. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : Dubaï, sur le Wiktionnaire Dubaï ou Doubaï peut désigner :

Le plus haut gratte-ciel du monde inauguré à Dubaï. Le nouveau monde (1) - Dubaï, paradis de la spéculation - Natach. Les îles artificielles de Dubaï. Dubaï, un des sept membres de la fédération des Émirats arabes unis (EAU), cherche à diversifier ses sources de revenus et à pallier l’épuisement de ses réserves pétrolières. À cet effet, l’émirat a misé sur les industries de transformation des métaux ou des produits minéraux non métalliques, les nouvelles technologies — création de la Dubai Silicon Oasis —, le commerce et le tourisme. Dubaï, avec ses 3 840 km2, n’a qu’une courte façade littorale.

Aussi, le petit émirat s’est-il lancé à partir de 2001 dans de pharaoniques projets touristiques, complétant les audacieux hôtels qui se sont multipliés ces dernières années (le Burj al-Arab, qui vient d’être mis en service, culmine à 321 m et dispose d’un vertigineux atrium de 180 m de haut !) , dans le dessein d’augmenter ses côtes en construisant les plus importantes îles artificielles du monde. Les deux Palm Islands, Palm Jumeirah et Palm Jebel Ali (photo 1) vont accroître de 120 km la longueur du littoral de Dubaï.

Jean-Christophe Gay. Boom immobilier à Dubaï. Dans son article «Les îles artificielles de Dubaï» (Mappemonde N°76), Jean-Christophe Gay décrivait les «pharaoniques projets touristiques» de l’émirat, dont les îles artificielles en forme de palmier (Palm Island) ou de planisphère (The World), en mentionnait de plus ambitieuses encore et concluait «Une affaire à suivre». Quatre ans plus tard les faits lui ont donné raison, le boom touristique et immobilier s’est amplifié et les projets sont devenus encore plus ambitieux. De la vieille ville, modeste escale sur la route des Indes, il ne reste pas grand-chose, à part le Fort Al Fahidi, bâti vers 1799 afin de défendre la ville contre les invasions et rénové pour en faire un musée.

Dubai Creek, le petit estuaire qui avait été le site originel de la ville, bien que dragué dans les années 1960 pour pouvoir admettre de plus grands bateaux, a perdu de son importance par rapport à la nouvelle Dubaï, centrée sur l’avenue (à deux fois six pistes) Cheik Zayed Road. Hervé Théry Références Les malls: Dubaï : une faillite prévisible, et une explic. Pendant le ClimateGate, qui m'a quelque peu occupé ces derniers jours, la terre, bizarrement, a continué de tourner. Entre autres mauvaises nouvelles routinières, la crise financière aux USA, sur laquelle je reviendrai ce week-end ou lundi, la mise en redressement d'Olympia, un scandale législatif à la française, sur lequel j'aimerai trouver le temps d'écire, mais hélas, mes journées n'ont que 24 heures, et surtout, la faillite déclarée hier matin de la première entreprise publique de Dubaï, le promoteur immobilier chargé du développement de l'émirat, entrainant son état de tutelle avec elle.

Cette faillite n'aurait dû surprendre personne. Pourtant, de très nombreux prêteurs, selon l'article du monde lié plus haut, semblent pris au dépourvu, et se retrouvent en danger de devoir enregistrer de nouvelles très lourdes pertes. Il est question de 13 milliards d'euros pour les banques européennes dont quelques banques Françaises... Dubaï : la malédiction des gratte-ciels ? Nb. Dubaï, du Disneyland immobilier à la friche touristique ? | LE G. Vous le savez déjà sûrement, la crise financière désormais révolue a plus particulièrement touché certains pays tel que l’Islande. Et, comme le faisait remarquer George, Dubaï bien que tardivement atteinte a été touchée elle aussi. Contrairement à ce que pensent certain, Dubaï n’est pas seulement un lointain émirat du Moyen Orient ou une ville que l’on aurait du mal à localiser sur une carte. C’est aussi un exemple d’explosion urbaine assez particulière. A la différence de nos vieilles villes européennes, parfois vieilles de plusieurs millénaires, Dubaï est très récente.

La première mention apparaît en 1799 et fait référence à un petit village qui vit de la pêche, notamment de perles. Dubaï n’est gère plus grand que le département du Tarn-et-Garonne, mais c’est aujourd’hui un des 7 émirats des émirats arabes unis (système d’états fédéral). Dubaï, du pétrole au décollage économique : Dubaï, hot spot de la planète aux allures fantaisistes : Dubai World to offer full debt repayment: report. Sociétés : Armani ouvre son premier hôtel à Dubaï. Le créateur italien a inauguré son nouvel établissement dans la tour Burj Khalifa. Une dizaine d'autres dans le monde sont prévus, en partenariat avec le promoteur émirati Emaar Properties.

Cent soixante chambres et suites ainsi que 144 résidences privées, cinq restaurants, un spa, des salles de réception grandioses: le premier hôtel Armani a été inauguré ce mardi dans la plus haute tour du monde (828 mètres), Burj Khalifa, à Dubaï. «Après cinq ans de travail sur photos et dessins, je découvre enfin l'aboutissement de ce projet», s'est réjoui Giorgio Armani, venu participer aux cérémonies d'ouverture de ce premier établissement portant son nom.

A distance, le créateur a personnellement supervisé le moindre détail, des courbes douces du design des chambres, au choix des tissus ou des couverts, provenant pour l'essentiel de sa collection Armani Casa. «Dans mon idée, Dubaï était le Las Vegas du Moyen-Orient, l'inverse du minimalisme dont je suis adepte, a-t-il ajouté.