background preloader

Flore mellifère et pollinifère

Facebook Twitter

Plantes attractives abeilles (juin 2017) Dix arbres mellifères à planter pour les abeilles (ép. 1) Pour que vos abeilles aient suffisamment de nourriture tout au long de la saison apicole, implantez votre rucher à proximité d'espèces qui présentent le meilleur potentiel de pollen et de nectar.

Dix arbres mellifères à planter pour les abeilles (ép. 1)

Vous souhaitez créer un rucher dans votre jardin ou vous avez trouvé un emplacement pour héberger votre colonie d’abeilles... Avant de vous décider, prenez le temps d’inventorier votre environnement végétal, pour savoir si celui-ci va fournir à votre ruche, du printemps à l'automne, suffisamment de nectar, pollen et miellat.Parmi les 4500 plantes à fleurs que comporte la flore de nos régions, environ 450 sont en effet considérées comme mellifères et constituent une source de nourriture non négligeable pour les abeilles. Parmi ces espèces, préférez celles qui présentent les meilleurs potentiels nectarifères et pollinifères. Abréviations employées :Syndicat des apiculteurs de Thann : lettre T.Centre horticole de Gembloux: lettre G.Guide Delachaux: lettre D. Saule marsault Cerisier-merisier. Dix arbustes mellifères à planter pour les abeilles (ép. 2) Pour que vos abeilles aient suffisamment de nourriture tout au long de la saison apicole, implantez votre rucher à proximité d'espèces qui présentent le meilleur potentiel de pollen et de nectar.

Dix arbustes mellifères à planter pour les abeilles (ép. 2)

Il est indispensable de fournir aux abeilles – et aux abeilles solitaires – un environnement le plus diversifié possible, afin qu’elles puissent se nourrir et demeurer en bonne santé. Selon le site du Cari, consacré à l’apiculture wallone et bruxelloise, une colonie d’abeilles a en effet besoin, à chaque saison, de plus ou moins 140 kg de nectar et 20 kg de pollen.Choisissez donc des arbres, des arbustes et des fleurs (billet à venir) à la floraison la plus étalée possible, au lieu de vous concentrer sur une seule variété ou sur une seule époque.

Les avettes doivent avoir à disposition des ressources du printemps jusqu’à l’automne, cette dernière saison étant vitale pour qu’elles puissent bénéficier d’un bon hivernage. Cornouiller mâle Prunellier Aubépine monogyne Buisson ardent Bourdaine Néflier. Florapis - Recherche participative. Le biotope du Noisetier - le pollen de l'hiver. Le calendrier des fleurs - Cari. En librairie : guide des plantes mellifères. Un nouveau livre très intéressant va trouver sa place dans les bibliothèques des apiculteurs.

En librairie : guide des plantes mellifères

Edité par Delachaux et Niestlé, ce guide présente 200 plantes facilement repérables dans notre environnement. Guide des plantes mellifères Les auteurs Thomas Silberfeld et Catherine Reeb sont bien connus des fidèles lecteurs de la revue Abeilles et Fleurs. Chaque plante est décrite et joliment illustrée par Yves Doux. Période de floraison et intérêt apicole sont mentionnés (nectar, pollen, propolis). J'aime : J'aime chargement… Les Saules. Les saules sont des arbres, arbustes et arbrisseaux de la famille des salicacées, que l'on retrouve généralement dans les zones fraiches et humides.

Les Saules

On en connait environ 360 espèces, dont une dizaine à l'état spontané dans nos régions. Le nom latin, Salix, proviendrait de deux racines celtiques sal, "près de", et lis, "eau", illustrant ainsi l'amour de ces plantes pour les zones humides. Le nom français, saule, proviendrait plutôt de l'ancien francique, dérivant lui-même du germanique salχaz. Noisetier commun. Le noisetier est un arbrisseau commun dans les haies, les taillis et les lisières de bois.

Noisetier commun

La plante est dite monoïque : chaque individu possède des fleurs mâles (chatons, jaunes) et des fleurs femelles (ressemblant à des bourgeons, avec des stigmates rouges) distinctes, mais celles-ci ne s'épanouissent pas en même temps, afin d'éviter l'autofécondation. Les fleurs mâles arrivent à maturité avant les fleurs femelles (on parle de protandrie) et, puisque tous les individus ne fleurissent pas de manière synchrone, le mécanisme permet une pollinisation croisée. Le noisetier et les abeilles Puisqu'ils fleurissent l'hiver, dès la fin décembre parfois (avant même l'apparition des feuilles), on comprend vite que les noisetiers doivent se passer des insectes pollinisateurs comme intermédiaires à leurs amours ; la plante est donc anémophile, c'est-à-dire que le pollen, très abondant, est transporté par le vent.

Plus grosses et plus fermes, les fraises profitent de la pollinisation par les abeilles. TAILLE.

Plus grosses et plus fermes, les fraises profitent de la pollinisation par les abeilles

La pollinisation de fraises par les abeilles produit des fruits plus gros, plus rouges et plus fermes, selon une étude publiée mercredi 4 décembre qui tend à démontrer que les bénéfices économiques liés aux abeilles sont encore sous-estimés. Les travaux, coordonnés par Björn Klatt de l'université de Goettingen en Allemagne, ont comparé des fraises issues de la pollinisation par les abeilles, par le vent et par autopollinisation. L'expérience a montré que les fruits qui avaient été pollinisés par les abeilles avaient un poids supérieur, moins de malformations, une couleur plus rouge et étaient plus fermes, cette dernière caractéristique allongeant la durée de vie des fruits sur les étals. Les fraises pollinisées par les abeilles pesaient en moyenne 11% de plus que celles l'ayant été grâce au vent et 30% de plus que celles ayant été auto-pollinisées, selon les travaux publiés dans la revue Bristish proceedings of the Royal society B.