background preloader

Combien avons-nous de bactéries dans le corps ?

Combien avons-nous de bactéries dans le corps ?
Au secours, les bactéries sont partout ! Sur les poignées des portes, dans les claviers des ordinateurs, sur les sièges du métro, et bien sûr sur vos mains ! Mais rassurez-vous, tout cela n’est rien à côté des bactéries installées bien confortablement au chaud chez vous. Petite plongée dans nos entrailles… 10 contre 1 Notre organisme est un endroit idéal pour certaines bactéries : nous leur donnons un support pour se développer, et leur fournissons chaleur et nourriture. En plus de celles qui vivent sur notre peau, nos bactéries logent principalement dans notre système digestif (bouche, œsophage, estomac, colon) ainsi que dans le vagin pour mesdames. Ce sont tous ces organismes que l’on désigne généralement sous le terme poétique de « flore intestinale ». Nous en arrivons à la question qui fait peur : combien y-a-t-il de bactéries qui logent tranquillement chez nous ? Oui, vous lisez bien : il y a dans votre corps 10 fois plus de bactéries que de cellules de votre propre organisme. D. C.

Obésité : le risque de complication dépend de la flore intestinale Pour en savoir plus E. Le Chatelier et al., Richness of human gut microbiome correlates with metabolic markers, Nature, doi : 10.1038/nature12506, 29 août 2013 A. Cotillard et al., Dietary intervention impact on gut microbial gene richness, Nature, doi : 10.1038/nature12480, 29 août 2013 S. L'auteur Marie-Neige Cordonnier est journaliste à Pour la Science. Si la plupart des personnes en surpoids ou obèses ont un métabolisme normal, certaines développent des maladies métaboliques telles que le diabète, des inflammations chroniques de l’intestin et des maladies cardiovasculaires. La première, menée par le consortium international MetaHIT, montre que la diversité des bactéries intestinales influe sur l’obésité et ses complications. Si chaque groupe comportait des personnes obèses, celles-ci constituaient 80 pour cent du groupe caractérisé par une faible diversité bactérienne. Est-ce parce que la diversité bactérienne augmente que l’état de santé des personnes s’améliore ?

Comment l'organisme cohabite avec sa flore intestinale L'auteur Marie-Neige Cordonnier est journaliste à Pour la Science. Du même auteur Pour en savoir plus M. Ch. N. N. Ceci aussi peut vous intéresser Les petits thématiques n°10 - Les allergiesmai 2013Les allergies L’intestin humain héberge en permanence pas moins de 1014 bactéries, qui participent à la digestion des aliments. Le système immunitaire intestinal est constitué de cellules variées réparties le long du tube digestif, derrière la couche de cellules épithéliales qui le tapisse et forme la première barrière de l’intestin. Dès la naissance, l’organisme, soumis à de nombreux agents pathogènes, produit des cytokines qui renforcent la barrière intestinale, tandis que, au fil de l’alimentation, la flore intestinale évolue. Pour répondre à ces questions, G. Le mécanisme en jeu reste à décrypter.

scandales relatifs aux relations pécuniaires entre laboratoires pharmaceutiques et médecins Suite à une série de scandales relatifs aux relations pécuniaires entre laboratoires pharmaceutiques et médecins servant de « relais d'opinion », les États-Unis ont mis en place une base de données publique, Open Payments, recensant tous les versements de ce type. Ce qui permet aujourd'hui au Monde de pointer plusieurs cas emblématiques de médecins rémunérés par Sanofi pour promouvoir ses médicaments auprès de leurs confrères ou de l'administration fédérale américaine. « Au total, Sanofi a versé 9,5 millions de dollars aux médecins américains au cours des cinq derniers mois de l'année 2013 (soit 22,8 millions de dollars sur l'année en extrapolant) », note le quotidien. Des pratiques qui ne sont peut-être pas sans rapport avec les récents changements à la tête du groupe pharmaceutique français : Sanofi n'a pas souhaité répondre à nos questions au sujet de ses liens financiers avec quelques médecins triés sur le volet.

Sylvie Simon Santé/ Conscience Désinformation et Mensonges LA NOUVELLE DICTATURE MÉDICO-SCIENTIFIQUE : Sylvie Simon 9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 11:27 Loin d'être un réquisitoire contre la science ou la médecine, ce livre pointe du doigt l'inquiétante corruption de ces milieux, cause de scandales et de mensonges institutionnalisés : médicaments dangereux (voire mortels), résultats falsifiés, sang contaminé, pollutions diverses, mensonges sur le cancer, le sida, la grippe aviaire, les hormones, les vaccinations... Sylvie Simon indique clairement à qui profite cette désinformation. Sylvie Simon est écrivain et journaliste. Lien de téléchargement

LE CERVEAU DU VENTRE - Les voyages spirituels de James Colpin Digérer une émotion qui nous est restée sur l’estomac, écouter son instinct viscéral et faire confiance à ses tripes… tant d’expressions populaires qui pourraient s’avérer ne pas être que des métaphores. Enquête au cœur de notre ventre où un deuxième cerveau serait doté de capacités véritablement surprenantes. Tout le monde le sait, nous avons un cerveau dans la tête - bien que parfois c’est à se demander s’il est bien là. Logé à l’abri de la boîte crânienne, il est souvent considéré comme étant l’organe le plus précieux que nous ayons. La science a récemment découvert que nous avons d’autres cerveaux dans le corps. Une anatomie insoupçonnée et autonome C’est relativement tard, au 19ème siècle, qu’une présence neuronale à été détectée dans nos intestins par Léopold Auerbach, un anatomiste allemand. Autonomie d’action, voilà ce que cela veut dire. La décentralisation a le vent en poupe La délocalisation ne serait pas juste une nouvelle idée politique, mais une réalité de terrain.

Le ventre, notre deuxième cerveau Il y a quelques années, les scientifiques ont découvert en nous l’existence d’un deuxième cerveau. Notre ventre contient en effet deux cents millions de neurones qui veillent à notre digestion et échangent des informations avec notre "tête". Les chercheurs commencent à peine à décrypter cette conversation secrète. Ils se sont aperçus par exemple que notre cerveau entérique, celui du ventre, produisait 95 % de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions. On savait que ce que l'on ressentait pouvait agir sur notre système digestif. Espoirs thérapeutiques En outre, certaines découvertes ouvrent aujourd’hui d’immenses espoirs thérapeutiques.

« Le ventre, notre deuxième cerveau » - Le blog de Ferlinpimpim Samedi 1 février 2014 6 01 /02 /Fév /2014 11:15 Info que je connais depuis 20 ans, mais un bon rappel. Ne vous étonnez donc pas si les premières émotions se font sentir au niveau du ventre.... C’est un étrange voyage au cœur de nos entrailles que propose Cécile Denjean dans ce documentaire parfois complexe mais passionnant. Notre ventre abrite plus de 200 millions de neurones connectés qui transmettent des ordres. Ce « cerveau du bas », qui règne sur une impressionnante colonie de bactéries, décide-t-il de nos humeurs ? Lire : Ces microbes qui nous gouvernent « Les scientifiques se sont aperçus qu’il existait quantité de neurones dans notre ventre, à peu près autant que dans le cortex d’un chat ou d’un chien. Des chercheurs ont, par exemple, découvert que notre cerveau entérique – celui du ventre – produisait 95 % de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions. Cécile Denjean - (France, 2013, 55 minutes) Diffusion le vendredi 31 janvier à 22h20 sur Arte.

Agence prise de conscience shared their... - Agence prise de conscience Inform'Action - En finir avec le scandale de la faim dans le monde... Fruits qui contiennent le plus et le moins de pesticides Libre Expression Actualité On ne peut pas toujours manger 100% bio. Chaque année l’Environmental Working Group (EWG) établit aux Etats-Unis la liste des fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides (en se basant sur les tests réalisés par le Department of Agriculture, Food and Drug Administration). Une étude sur 48 des fruits et légumes fréquemment consommés Les scores sont normalisés donc comparables entre chaque aliment, ce qui permet de réaliser le classement. Par ailleurs, sachez que les pesticides passent au travers de la peau des fruits et légumes, donc même en les épluchant, malheureusement cela ne suffit pas… Top 12 des fruits qui contiennent le plus de pesticides : PommeFraiseRaisinCéleriPêcheEpinardPoivronNectarineConcombreTomate cerisePetits poisPommes de terre près la publication par l’ONG américaine Environmental Working Group (EWG) de la liste des fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides aux Etats-Unis, voici celle des moins contaminés.

Related: