background preloader

ART ECOLOGIQUE

Facebook Twitter

Rubbish Fairy: Berlin Junk Artist Turns Discarded Trash Into Kitschy Costumes And Masks. Junk artist Rubbish Fairy (Sophie Soni) is constantly hoarding, collecting, cutting, gluing and arranging, yeap you guessed it, rubbish. She manages to take discarded plastic bits and pieces and turns them into wearable, kitschy, technicolor rainbow explosions.

Soni fashions together chunky head pieces, masks, breastplates, dresses for different performers, musicians, artists, and fashion shoots. Basically anything that can adorn the body, she has it covered. Her pieces include stunningly ornate chandelier head dresses, or Victorian-style flouncy dresses littered with cheap and cheerful gems, or balaclava masks covered with red silicon lips, pig noses and multiple strings of beads. She has even chopped up soft toys in the past and used their various limbs and heads as different bits of jewelry. Ms Fairy piles everything on all at once and manages to bask in the chaos she creates. Vik Muniz et ses oeuvres réalisées à partir de substances inattendues ! - 22 mars 2013 - Un regard certain. 22/03/2013 par Typhaine Vik Muniz est un artiste contemporain brésilien qui réalise des oeuvres d’une façon bien surprenante !

Vik Muniz et ses oeuvres réalisées à partir de substances inattendues ! - 22 mars 2013 - Un regard certain

Déchets, confiture, chocolat, terre sont des matériaux qui composent ses oeuvres. Différents matériaux, substances… Vik Muniz a pour habitude de transformer n’importe quel matériau en oeuvre. Reverse Graffiti : Ossario : street art by Alexandre Orion. GREEN CAR - OEUVRE - ÉMERIC CHANTIER - ARTISTE. RESSOURCE. COAL Art et développement durable. L’association COAL, Coalition pour l’art et le développement durable, a été créée en France en 2008 par des professionnels de l’art contemporain, du développement durable et de la recherche dans le but de favoriser l’émergence d’une culture de l’écologie.

COAL Art et développement durable

Résumé de l'activité de COAL en 2 minutes et notre mission de lier #art #ecologie et #durabilite. B4 Collective. La méthode de travail du collectif B4 Les outils > interviewer, arpenter, cartographier, cueillette visuelle, observer, questionner (se et les autres) La méthode > En partant d’un lieu, d’une histoire et d’une géographie, imaginer.

B4 Collective

Le processus est toujours ancré. Ietm art pour le bien de la planete jan2016.

Document repéré grâce a netvibes, flux RSS de COAL. – jzl

La COP21, versant artistique. Le Monde | • Mis à jour le | Par Emmanuelle Jardonnet La tenue de la COP21 à Paris a fédéré les envies dans le champ artistique : les initiatives se sont multipliées du côté des artistes comme des institutions pour mettre en résonance les problématiques climatiques ou pour s’engager plus directement sur les enjeux environnementaux.

Manifeste a l'image la cop21 - Engagements des artistes – jzl
Lien pour suivre le manifeste pour la culture du monde de demain – jzl
La COP21, versant artistique

NUMÉRO #04 Art et biodiversité : un art durable ? - Art, culture et préservation de la biodiversité - [plastik] Face à la crise actuelle de la biosphère et ses multiples enjeux écologiques, socio-économiques et culturels, les collaborations entre art et science peuvent alimenter une culture écologique citoyenne nécessaire pour affronter cette crise, c’est-à-dire limiter l’impact croissant des sociétés sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes.

NUMÉRO #04 Art et biodiversité : un art durable ? - Art, culture et préservation de la biodiversité - [plastik]

Face au triple constat de l’ampleur de la crise actuelle de biodiversité, de ses multiples enjeux - écologiques, économiques et sociaux - et de ses causes massivement humaines (dites anthropiques), un objectif général des sciences de la conservation est aujourd’hui de doter les sociétés de connaissances, approches, méthodes et outils leur permettant d’harmoniser et réduire leurs pressions sur les écosystèmes dont elles dépendent, pour en préserver la diversité et le fonctionnement (cf. par exemple MEA, 2005 ; C.A.

Miller 2009). R53 : Regard sur les éco-artistes, par Loïc Fel et Joanne Clavel. La Société Française d’Ecologie (SFE) vous propose cette semaine le « regard » de Loic Fel et Joanne Clavel, respectivement philosophe et chercheuse en écologie, sur les éco-artistes.

R53 : Regard sur les éco-artistes, par Loïc Fel et Joanne Clavel

Ce “regard sur la biodiversité” n°53 sera également publié par la revue Plastik, partenaire thématique de la SFE pour ce projet, dans son prochain numéro « Art et Biodiversité: un art durable? » à paraître en février-mars 2014. MERCI DE PARTICIPER à ces regards et débats sur la biodiversité en postant vos commentaires et questions sur les forums de discussion qui suivent les articles; les auteurs vous répondront. - Cairn.info.

Cairn info est une source tres pertinente. L'article est très pédagogique. Joanne Clavel a écrit avec Loic Fel – jzl

R19 : Ecologie et esthétiques de la nature, J. Clavel et L. Fel. La Société Française d’Ecologie (SFE) vous propose le regard de Joanne Clavel et Loïc Fel, respectivement chercheuse en écologie et philosophe, sur la mutation actuelle des arts et de l’esthétique de la nature, sous l’influence de l’écologie.

R19 : Ecologie et esthétiques de la nature, J. Clavel et L. Fel

MERCI DE PARTICIPER en postant vos commentaires après cet article. Les auteurs vous répondront. Les esthétiques de la nature sous l’influence culturelle de l’écologie. Acteurs du Paris durable. 1/ Pour un passage à l’action vers une société du développement durable, l’art vous semble t’il un vecteur efficace ?

Acteurs du Paris durable

Pour rendre le passage à un développement durable effectif il ne suffit pas d'inventer les technologies et d'identifier les comportements qui le permettent. Le développement durable est aussi une question culturelle. Nous devons intégrer ces questions, comportements et solutions dans notre quotidien, dans notre culture commune. A ce titre, l'art est un formidable catalyseur. Les arts plastiques en particulier ont une triple fonction au regard du développement durable. Loïc Fel, le philosophe de « l’esthétique verte » Tout d’abord, qui est Loïc Fel ?

Loïc Fel, le philosophe de « l’esthétique verte »

Un surdoué du développement durable, un top model du «développement désirable» de 28 ans, à la fois écologue, économiste et philosophe. Vivant avec 450 espèces dans son appartement (dont une appartenant au genre humain), jonglant avec des jardins en Alsace et en Bretagne pour tester le réchauffement climatique sur les déplacements d’espèces, sa germanophilie aurait pu le conduire sur la route du romantisme allemand, sur le sentier de la Nature menant vers le Vrai.

Mais, Loïc, piercé, rock’n roll et hyperactif…n’est pas vraiment du genre à ramer sur un lac du Salzkammergut. Revenons à cette thèse qui nous vaut la naissance d’un philosophe et de son nouveau bébé concept. « L’art écologique » l’est-il vraiment ? Lorsque le scientifique Ernst Haeckel invente le terme « oekologie » en 1866, cela fait déjà quelques années que des photographes américains ont compris la nécessité d’alerter grâce à leur art des dangers planant sur certains sites exceptionnels.

« L’art écologique » l’est-il vraiment ?

La plupart des études s’accordent ainsi sur l’année 1861 pour dater les premières pressions exercées sur les décideurs politiques en faveur de la protection de sites naturels à partir d’une première série du photographe Carleton Watkins dans la vallée du Yosemite. Cette campagne d’information photographique – dont l’ironie du sort veut qu’elle ait été initialement commandée par une compagnie aurifère dans un but prospectif – a finalement été utilisée par le politique Thomas Starr King, l’architecte de Central Park Frederick Law Olmsted et le photographe pour pousser le gouvernement à protéger ces territoires.

Entre coup médiatique et utilité publique Pourquoi remonter si loin lorsqu’il s’agit d’aborder les pratiques écologiques artistiques ? L’enjeu écologique dans le travail des Land et Reclamation Artists. 1 Le terme Reclamation qui les désigne, signifie réhabilitation au sens de « gros œuvre » puisqu’il (...) 1Avec l’émergence de l’écologie en tant que système de pensée politique, on voit apparaître, dans les années 1960 et 1970, un certain nombre de pratiques artistiques liées aux questions environnementales. Aux États-Unis, les Reclamation Artists - ou Land Reclamation Artists – sont représentatifs de ce mouvement de pensée.

Comme les Land Artists à la même époque, ils n’hésitent pas à imaginer des œuvres monumentales en extérieur. Des œuvres constituées d’éléments naturels, bruts ou manufacturés, d’essences vivantes ou inertes, et qui interviennent dans la morphologie des sites dans lesquels elles sont réalisées.