background preloader

"NSA"

Facebook Twitter

Projet de loi relatif au Renseignement : agissons contre la surveillance de masse ! [Mediapart] Espionnage d'intérêts français par le renseignement allemand : la France se tait. […] Les services de renseignement extérieurs allemands (Bundesnachrichtendienst, ou BND) ont espionné des personnalités et des entreprises européennes pour le compte de l’agence américaine NSA.

[Mediapart] Espionnage d'intérêts français par le renseignement allemand : la France se tait

Les révélations du magazine allemand Der Spiegel, jeudi 23 avril, ont fait l’effet d’une bombe en Allemagne. Les auditions prévues ce jour-là devant la commission d’enquête du Bundestag sur les agissements de la NSA ont été immédiatement stoppées. Quelques heures plus tard, les informations du Spiegel ont été confirmées à certains députés par un proche de la chancelière Angela Merkel. La Chancellerie s’est fendue d’un communiqué reconnaissant, sans plus de précisions, des « déficits techniques et organisationnels au sein du BND » dont elle a exigé qu’ils soient « corrigés sans retard ».

Le gouvernement a toutefois démenti tout « espionnage massif des citoyens allemands et européens ». Mais du côté des autorités françaises, on affiche pour l’heure un silence total. […] Espionnage : l’Allemagne sous-traitante de la NSA. Communiqué du 24 avril 2015 Ce billet a été lu 1 367 fois.

Espionnage : l’Allemagne sous-traitante de la NSA

Le gouvernement Merkel vient de reconnaître que les services secrets allemands ont agi en sous-traitants des espions américains de la NSA. Les aveux ont été faits par un porte-parole d’Angela Merkel et révélés par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. La France, ses entreprises et ses ressortissants figureraient parmi les principales victimes de cet espionnage américano-allemand. LaTribune sur Twitter : "Ecoutes de la #NSA : deux ONG se portent partie civile en France >> La surveillance, vigile de la paix sociale au service des plus riches ? Cory Doctorow, auteur de science-fiction canadien et américain, cofondateur du site boing-boing, est l’un de ces monstres sacrés du monde du logiciel libre, du partage de la connaissance, bref, de l’époque qu’Internet profile à l’horizon des historiens du futur.

La surveillance, vigile de la paix sociale au service des plus riches ?

Dans le dernier numéro de LocusMag, journal de science-fiction en langue anglaise, il évoque avec son habituelle précision deux sujets qui me sont chers : la stabilité de nos sociétés et la surveillance des populations. Sur l’instabilité de nos sociétés, j’évoque souvent la complexité croissante du droit, Cory va ici beaucoup plus loin. Sur la surveillance de masse, on compare souvent à tort la NSA et la Stasi d’ex-RDA, à nouveau Doctorow enfonce le clou et nous pousse dans nos derniers retranchements, invitant à mots couverts à une révolution du partage et de l’égalité. Benjamin Sonntag Co-fondateur de la Quadrature du Net par Cory Doctorow article original publié initialement dans le numéro de mars 2015 du magazine Locus Note. La NSA aurait infiltré les serveurs du g.

Post-Snowden : parfois très intimes, les. Le .gif qui révèle la parano&iuml. NSA Observer : tout connaître des program. La NSA espionne aussi les applications des smar. La petite négligence d'Apple qui fait pl. La NSA collecterait aussi des centaines de mill. La NSA scruterait aussi iOS, Android et BlackBe... Les USA consacrent 11 milliards de dollars au d... Théorie du complot: Windows 8 est-il au... Lettre ouverte à mes anciens coll&egrave... PRISM : la NSA a versé plusieurs million... La NSA a surveillé l'ONU et intercept&ea... Le Guardian s'allie au New York Times pour part... Glenn Greenwald, le blogueur qui défie Big Brother.

Est-ce le nouveau Julian Assange ?

Glenn Greenwald, le blogueur qui défie Big Brother

Cet avocat-journaliste multiplie les révélations sur l’espionnage d’Internet et des télécoms par les Etats-Unis. Le logiciel Boundless Informant, utilisé par la NSA pour exploiter les données, et dont l’existence a été révélée par Glenn Greenwald. (Capture d’écran) Glenn Greenwald, 46 ans, est Américain, mais c’est le journal britannique The Guardian qui héberge ses articles sur « la sécurité et la liberté ». Mercredi, premier « scoop » : la National Security Agency (NSA), le service chargé de surveiller les télécommunications aux Etats-Unis, bénéficie d’un accès illimité aux données de Verizon, un des principaux opérateurs américains. Internet mis sous surveillance Le blogueur publie même la décision de justice confidentielle qui contraint Verizon à fournir ces « fadettes » à la NSA : Jeudi, nouveau « scoop », encore plus retentissant.

Le scandale est mondial. Obama se défend tant bien que mal.