background preloader

PRISM (programme de surveillance)

PRISM (programme de surveillance)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Prism. PRISM, également appelé US-984XN[1], est un programme américain de surveillance électronique par la collecte de renseignements à partir d'Internet et d'autres fournisseurs de services électroniques[2],[3],[4],[note 1]. Ce programme classé, relevant de la National Security Agency (NSA), prévoit le ciblage de personnes vivant hors des États-Unis[10]. Edward Snowden, ex-consultant de la NSA, a dénoncé ce programme ; les périodiques The Guardian et The Washington Post ont signalé son existence le . PRISM est utilisé en conjonction avec le programme Upstream par les autorités de sécurité américaines. Selon Edward Snowden, liste des entreprises utilisées par PRISM et l'année où la collecte d'information à commencé. Sa création en décembre 2007 a été permise par le Protect America Act of 2007 (en), adopté sous la présidence de George W. Selon le Directeur du renseignement national James R. Related:  Il n'y a pas de vie privée sans libertésNSA, PRISM, Echelon, etc...

"Grandes oreilles et bras cassés" La Revue Dessinée (Twitter, Facebook) a été créée par une bande de potes, dessinateurs & auteurs de bandes dessinées, qui ont décidé de proposer à des journalistes de faire des reportages & enquêtes en mode BD. Ils m'ont contacté, j'ai adoré l'idée, et leur ai donc proposé de dessiner : « Les aventures des Pieds Nickelés chez Kadhafi » Quelque peu interloqués, je leur ai donc raconté l'histoire d'Amesys, cette PME française qui avait conçu un système de "surveillance massive" de l'Internet à la demande du beau-frère de Kadhafi, condamné (le beauf', pas Kadhafi) à la prison à perpétuité par la justice française pour son implication dans le pire attentat terroriste qu'ait jamais connu la France, et qui a depuis pris le contrôle de BULL. Un jour, quelqu’un m’a dit que, du temps de Nicolas Sarkozy, une entreprise française avait vendu (et installé) un système de surveillance massive de l’Internet à la Libye de Kadhafi. Signaler ce contenu comme inapproprié

Echelon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Echelon est un nom de code utilisé pendant de nombreuses années par les services de renseignements des États-Unis pour désigner une base d'interception des satellites de télécommunications commerciaux. Par extension, le réseau Echelon désigne le système mondial d'interception des communications privées et publiques (SIGINT), élaboré par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande dans le cadre du traité UKUSA. Le réseau Echelon est géré conjointement par les services de renseignements des États membres du UKUSA : la NSA (National Security Agency) pour les États-Unis qui en est le principal contributeur et utilisateur ;le GCHQ (Government Communications Headquarters) pour le Royaume-Uni ;le CSTC (Centre de la sécurité des télécommunications Canada) pour le Canada ;l'ASD (Australian Signals Directorate) pour l'Australie ;le GCSB (Government Communications Security Bureau) pour la Nouvelle-Zélande.

Il ne faut pas gracier Edward Snowden Pour moi, Daniel Ellsberg, l'homme qui a permis la révélation des Pentagon Papers, est un patriote américain. Parmi les journalistes, j'ai été l'un des premiers à écrire que le directeur du renseignement national, James Clapper, aurait dû être viré pour ses mensonges devant le Congrès à propos de la surveillance de la NSA. Le 7 juin, soit deux jours après les premières révélations de l'affaire Snowden, j'ai publié un article signalant (et soutenant) les préoccupations de Brian Jenkins, éminent expert en matière de lutte contre le terrorisme, quant «aux fondations d'un État très répressif» créées par les programmes de surveillance massive du gouvernement. Et pourtant, je suis en total désaccord avec l'éditorial du New York Times du 1er janvier («Edward Snowden, lanceur d'alerte»), qui en appelle au président Obama pour qu'il accorde à Snowden «une certaine clémence» pour les «grands services» rendus à son pays. publicité Mais Snowden est allé beaucoup plus loin. Il a menti Fred Kaplan

NSA Nicknames and Codewords (Updated: January 18, 2014) Below is a listing of nicknames and codewords related to US Signals Intelligence (SIGINT) and Communications Security (COMSEC). Most of them are from the NSA, some are from other government or military agencies. NICKNAMES are generally unclassified. CODEWORDS are always classified and always consist of a single word. Due to very strict secrecy, it's not always clear whether we see a nickname or a codeword, but terms mentioned in public sources like job descriptions are of course unclassified nicknames. Please keep in mind that a listing like this will always be work in progress (this list has been copied on some other websites and forums, but only this one is being updated frequently!). See also the lists of Abbreviations and Acronyms and British Nicknames and Codewords

Snowden documents show NSA deemed Google networks a "target." Photo by Win McNamee/Getty Images The National Security Agency is keen to portray its surveillance efforts as primarily focused on detecting and preventing possible terror attacks. But a new trove of freshly leaked secret documents suggests that the agency also uses its powerful spying apparatus to infiltrate and monitor multinational companies. Ryan Gallagher is a journalist who reports on surveillance, security, and civil liberties. Follow On Sunday, Brazilian TV show Fantastico published previously undisclosed details based on documents obtained by Guardian journalist Glenn Greenwald from former NSA contractor Edward Snowden. Aside from targeting Petrobras, Fantastico revealed that in a May 2012 presentation reportedly used by the agency to train new recruits how to infiltrate private computer networks, Google is listed as a target. (Google declined a request for comment.

Pourquoi il faut gracier Edward Snowden A la veille de Noël, nous publiions un article de Ryan Gallagher annonçant qu'Edward Snowden, l'homme à l'origine des révélations sur les programmes d'espionnage «tentaculaire» du gouvernement américain qui ont fait la une des médias du monde entier en 2013, allait sans doute aussi être l'homme de l'année 2014. Les révélations basées sur les documents qu'il a fournis à différents médias ne sont en effet pas terminées, et seront accompagnées de «leur lot de décisions de justice, d'auditions parlementaires, de scandales et de réformes», écrivait Gallagher. Le premier jour de l'année semble avoir donné raison au journaliste. publicité Il faut dire que la situation actuelle de Snowden est peu enviable. Activement recherché par le gouvernement américain pour espionnage et vol de documents officiels, il risque la prison à perpétuité en cas de capture, et vit actuellement en Russie pour échapper à la justice de son pays. The Guardian écrit de son côté: À lire aussi sur Slate.fr

Quiz: rions un peu avec la DGSE Quelle agence de renseignements utilise des mails @laposte.net? Les stations d'écoute françaises sont-elles protégées par des clôtures en bois, en plastique ou en pierre? C'est fou ce qu'on apprend sur les services de renseignements français rien qu'avec leurs marchés publics, disponibles pour tous sur Internet. En août 2013, le twittos & blogueur Zone d'intérêt a découvert des plans détaillés du système de détection d'intrusion et des réseaux de télécommunication d'une partie de la caserne Mortier dans un appel d'offres passé par la DGSE, disponibles tout simplement sur Internet. En septembre, il publiait un long billet passionnant sur ce que révèlent les appels d'offre de la DGSE. J'ai décidé de plonger moi aussi dans les autres marchés publics. En parcourant ces stations via Google Street View, on découvre des choses étonnantes, à l'instar de cette station dont l'accès est protégé par... une ficelle. 1.Les adresses mails pas sécurisées de la DGSE 1. Cliquez là pour avoir la réponse 1. 2.

NSA files – reaction to spy chiefs' grilling – live | World news Welcome to our hub for all Edward Snowden, NSA and GCHQ-related developments around the world, as controversy over revelations leaked by the whistleblower continue to make headlines. As arguments rage over how much of our day to day life should be monitored in the name of security, we'll be tracking the growing global debate about privacy in the digital age. We'd like to know what you think about the whole NSA story, what you're worried about – and any new areas you'd like to read more about. Good morning. Yesterday the heads of GCHQ, MI5 and MI6 gave evidence to the parliamentary intelligence and security commitee in public for the first time. I live-blogged it here, and here’s how the Guardian reported it this morning: • Five months ago, the heads of Britain's spy services would probably have had little appetite for appearing before a parliamentary committee to talk about their work, writes Nick Hopkins. • Here Michael White sketches the scene.

Edward Snowden Pour les articles homonymes, voir Snowden. Edward Joseph Snowden, né le 21 juin 1983 à Elizabeth City, Caroline du Nord, est un lanceur d'alerte américain. Informaticien[1], ancien employé de la Central Intelligence Agency (CIA) et de la National Security Agency (NSA)[2],[3], il a révélé les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques[4]. S'exilant à Hong Kong en juin 2013 puis à Moscou, Edward Snowden obtient le 31 juillet 2013 l’asile temporaire en Russie[12]. Le 1er août 2014 il obtient un droit de résidence pour trois ans en Russie[13]. Le 14 avril 2014, l’édition américaine du Guardian et le Washington Post se voient décerner le prix Pulitzer pour la publication des révélations sur le système de surveillance de la NSA, rendues possibles grâce aux documents fournis par Snowden[14],[15],[16]. Le 18 janvier 2017, la Russie prolonge son droit d'asile de trois ans (jusqu'en 2020). Biographie[modifier | modifier le code] Le 17 février 2014, James R.

Related: