background preloader

De la surveillance de masse à la paranoïa généralisée

Facebook Twitter

De la surveillance de masse à la paranoïa généralisée. DGSE/Orange : joue-là comme SuperDupont (#oupas) Le Sénat organise ce jeudi 22 mai 2014 un colloque intitulé "Numérique, renseignement et vie privée : de nouveaux défis pour le droit" (et qui sera retransmis en direct sur le site du Sénat).

DGSE/Orange : joue-là comme SuperDupont (#oupas)

Le secret entourant le fonctionnement des services de renseignement est prompt à générer fantasmes & paranoïa. Des "liaisons incestueuses" "France Télécom est un acteur important du système de surveillance en France", avançait en effet Le Monde, en mars dernier, dans un article sur les "relations incestueuses" entre Orange et la DGSE qui, par son intermédiaire, disposerait, "à l'insu de tout contrôle, d'un accès libre et total à ses réseaux et aux flux de données qui y transitent". Un second article affirme même que "Les services secrets britanniques ont accès aux données des clients français d'Orange". Les services secrets britanniques ont accès aux données des clients français d'Orange. LE MONDE | • Mis à jour le | Jacques Follorou Selon l'un des services secrets britanniques, le GCHQ – la direction technique du renseignement – a joué la carte d'une coopération si poussée avec la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) qu'elle lui a ouvert, comme jamais, l'accès à l'expertise française.

Les services secrets britanniques ont accès aux données des clients français d'Orange

Mieux, ils ont même pu travailler avec des agents de France Télécom-Orange, cheville ouvrière du renseignement technique français. Lire les autres éléments de l'enquête Espionnage : comment Orange et les services secrets coopèrent Lire les autres éléments de l'enquête Les X-Télécoms, maîtres d’œuvre du renseignement Lire les autres éléments de l'enquête Surveillance : « Les opérateurs n’ont pas les moyens de résister aux Etats » Traditionnellement, l'échange d'informations entre services secrets, même amis, est mesuré. Les détails de ce jeu risqué étaient-ils connus du pouvoir politique français ? Qosmos : itinéraire d’un (ex-)marchand d’armes de surveillance numérique. En janvier 2011, alors que le Printemps arabe commençait à fleurir, une entreprise française envoyait l’un de ses ingénieurs en Syrie, pour y préparer le déploiement d’un système d’interception des télécommunications.

Qosmos : itinéraire d’un (ex-)marchand d’armes de surveillance numérique

Les « SpyFiles 3 », la nouvelle « fuite » de documents de WikiLeaks, révèlent que Qosmos, l’entreprise française dont il est question, commercialisait alors un système de surveillance d’Internet à l’échelle de « tout un pays ». Alors que la France se prépare à bombarder la Syrie, on découvre que si la guerre civile n’avait pas éclaté en Syrie, le pays serait équipé de « grandes oreilles » made in France. NSA Nicknames and Codewords. (Updated: January 18, 2014) Below is a listing of nicknames and codewords related to US Signals Intelligence (SIGINT) and Communications Security (COMSEC). Most of them are from the NSA, some are from other government or military agencies. Some of them also have an abbreviation which is shown in brackets. NICKNAMES are generally unclassified. Electrospaces sur Twitter : "And regarding Snowden's claim of "Collect Everything", former NSA director Alexander said that only applied to Iraq:

Projet de loi relatif au Renseignement : agissons contre la surveillance de masse ! Déclaration commune contre la surveillance généralisée d'Internet. LOI n°91-646 du 10 juillet 1991 relative au secret des correspondances émises par la voie des télécommunications. Art. 1er. - Le secret des correspondances émises par la voie des télécommunications est garanti par la loi.

LOI n°91-646 du 10 juillet 1991 relative au secret des correspondances émises par la voie des télécommunications

Il ne peut être porté atteinte à ce secret que par l'autorité publique, dans les seuls cas de nécessité d'intérêt public prévus par la loi et dans les limites fixées par celle-ci. TITRE Ier. Laurent Chemla sur Twitter : "Exclu, les 1ères images des boites noires de #PJLRenseignement. Loi renseignement – où et comment placer les "boîtes noires", pour quelle efficacité ? - Mon blog-notes à moi que j'ai.

La loi renseignement a été votée à l’Assemblée nationale.

Loi renseignement – où et comment placer les "boîtes noires", pour quelle efficacité ? - Mon blog-notes à moi que j'ai

En attendant le vote au Sénat et les recours, continuons la réflexion au sujet des « boîtes noires ». Aujourd’hui : où et comment les déployer. On sait de manière à peu près certaine que les algorithmes de détection ne fonctionneront pas : il génèreront beaucoup trop de faux positifs (individus considérés comme suspects par erreur), mais également de vrai négatifs (terroristes non détectés). Dpi-pjlrenseignement-1200-cc-by.png (PNG Image, 1200 × 913 pixels) - Scaled (85%) L'étude d'impact du #PJLRenseignement semble méconnaitre la réalité de l'exploitation d'un réseau d'un FAI. (with tweets) · AlexArchambault.

#PJLRenseignement : mais au fait, combien ça va coûter ces boites noires ? (with images, tweets) · AlexArchambault. Imgur. Original.80337.png (PNG Image, 747 × 429 pixels) Guerre de l’information made in France. “La guerre du Golfe fut une guerre où une once de silicium dans un ordinateur a pu avoir plus d’effet qu’une tonne d’uranium“.

Guerre de l’information made in France

Alan D. Campen, The First Information War “Le secteur des technologies de l’information et de la communication doit constituer une priorité nationale, comme le fut en son temps le nucléaire“, déclarait le député (UMP) Bernard Carayon dans son rapport sur le budget 2006 intitulé “Environnement et prospective de la politique de défense“. De même que, sous l’impulsion du général de Gaulle, la France se lança dès 1945 dans la course à la bombe atomique, la France investit aujourd’hui dans la “guerre de l’information“, tant pour ne pas être distancée par les Etats-Unis que pour conforter sa souveraineté nationale, et l’Europe de la défense. Notion parfois fourre-tout, recoupant à la fois les mondes civils et militaires, elle connaît de nombreuses définitions (.pdf).

“Eh oui, chers amis continentaux, nous vous avons espionnés” Les Etats-Unis sont encore plus clairs. Salle des inventaires virtuelle. Traitement en cours Mot de passe oublié ?

Salle des inventaires virtuelle

Enquête en ligne : faites connaître votre avis sur la SIV Veuillez saisir au moins un des champs "Recherche libre", "Lieu", "Producteur". Veuillez sélectionner au moins un site de consultation. Ce que l'on sait du Pôle national de cryptanalyse et de décryptement (actualisé -2) Publié le - Mis à jour le Présenté par le journal Le Monde comme un «Big Brother dissimulé au coeur du renseignement», le PNCD reste entouré de nombreux mystères.

Ce que l'on sait du Pôle national de cryptanalyse et de décryptement (actualisé -2)

Lors du débat sur le projet de loi sur le renseignement, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a brièvement abordé le sujet, dans la soirée du mercredi 15 avril (voir sur le site de l'Asemblée nationale). PNCD ne signifie pas «Plateforme nationale de cryptage et de décryptement», mais «Pôle national de cryptanalyse et de décryptement», a indiqué le ministre.

«Consacré au déchiffrement, c’est-à-dire au traitement des chiffres, il a été créé en 1999. Ce n’est pas une plate-forme et les informations données (par Le Monde, ndlr) à ce sujet sont erronées. Il est complexe d'en apprendre plus. Jacques Raillane on Twitter: "Il n'y a pas de surveille de masse, il y a recueil de masse. La différence vient de l'usage que l'on fait des données captées." Imgur. « Les écoutes made in France », ma 1ère BD. La Revue Dessinée (Twitter, Facebook) a été créée par une bande de potes, dessinateurs & auteurs de bandes dessinées, qui ont décidé de proposer à des journalistes de faire des reportages & enquêtes en mode BD.

« Les écoutes made in France », ma 1ère BD

Ils m'ont contacté, j'ai adoré l'idée, et leur ai donc proposé de dessiner : « Les aventures des Pieds Nickelés chez Kadhafi » Quelque peu interloqués, je leur ai donc raconté l'histoire d'Amesys, cette PME française qui avait conçu un système de "surveillance massive" de l'Internet à la demande du beau-frère de Kadhafi, condamné (le beauf', pas Kadhafi) à la prison à perpétuité par la justice française pour son implication dans le pire attentat terroriste qu'ait jamais connu la France, et qui a depuis pris le contrôle de BULL.

Une histoire incroyable, mais vraie. PEBKAC. Zeroprivacy.jpg (JPEG Image, 800 × 600 pixels) I have a D-RAM - 2m3.net.