background preloader

6- Transhumanisme : intervenir sur le génome

Facebook Twitter

Arte. A écouter : France inter - La manipulation du génome. En 2012, une française, Emmanuelle Charpentier et une américaine, Jennifer Doudna, découvrent un technique révolutionnaire de découpage du génôme.

A écouter : France inter - La manipulation du génome

CRISPR Cas9 permet de découper la molécule d'ADN de n'importe quel organisme vivant, mais aussi de retirer, ajouter, modifier des gènes. CRISPR-Cas9 : le couteau suisse qui révolutionne la génétique. Six millions de dollars.

CRISPR-Cas9 : le couteau suisse qui révolutionne la génétique

À lui seul, ce chiffre résume l’engouement actuel pour un nouvel outil de génie génétique aussi puissant qu’imprononçable : « CRISPR-Cas9 ». Cette somme a en effet été décernée à ses deux co-inventrices – la Française Emmanuelle Charpentier et l’Américaine Jennifer Doudna – par le prestigieux Prix « Breakthrough 2015 in Life Sciences » créé par les fondateurs de Google et Facebook. Il faut dire que CRISPR-Cas9 constitue une véritable révolution en mettant le génie génétique à la portée de n’importe quel laboratoire... À la clef, l’espoir de traiter de nombreuses maladies génétiques incurables. Et l’enthousiasme est palpable dans le milieu médical : pour Alain Fischer, grand spécialiste français de thérapie génique, cet outil pourrait même valoir le prix Nobel au duo Charpentier-Doudna !

Palindrome d'ADN Retour en 1987. Trois ans plus tard, les choses s’accélèrent. Première utilisation de CRISPR/Cas9 pour tenter de combattre le cancer. CANCER.

Première utilisation de CRISPR/Cas9 pour tenter de combattre le cancer

Pour la première fois, la technique d'édition génétique Crispr-Cas9 a été utilisée pour tenter de combattre le cancer chez l'homme. Une équipe de chercheurs de la Sichuan University de Chengdu en Chine a injecté le 28 octobre 2016 des cellules génétiquement modifiées pour reconnaître et attaquer les cellules tumorales d'un patient atteint d'un cancer du poumon métastatique. Une première réalisée dans le cadre d'un essai clinique qui devrait inclure au total une dizaine de patients en situation d'échec thérapeutique. L'essai a été autorisé au mois de juillet 2016 par un comité d'éthique chinois. Concrètement, les chercheurs ont prélevé des cellules du système immunitaire, les lymphocytes T, et ont désactivé un gène spécifique avec Crispr-Cas9. Rendre à nouveau visibles les cellules tumorales. CRISPR-Cas9, une révolution génétique qui promet beaucoup (et pose de nombreuses questions) SCIENCE - Modifier génétiquement un embryon, éradiquer des maladies héréditaires, ou encore faire revivre les mammouths, de la science-fiction?

CRISPR-Cas9, une révolution génétique qui promet beaucoup (et pose de nombreuses questions)

Plus pour très longtemps. Depuis quelques années, le monde scientifique est bousculé par une nouvelle méthode révolutionnaire permettant de modifier l'ADN de tout être vivant avec une facilité déconcertante. CRISPR/CAS9 : une méthode révolutionnaire / Tout en images. CRISPR-Cas9: des ciseaux génétiques pour le cerveau. En permettant d’intervenir sur l’ADN de manière chirurgicale, les ciseaux génétiques CRISPR-Cas9 ne font pas que révolutionner les techniques d’édition du génome, ils ouvrent aussi des opportunités enthousiasmantes pour l’étude du cerveau.

CRISPR-Cas9: des ciseaux génétiques pour le cerveau

CRISPR-Cas9… Derrière cet acronyme barbare se cache une innovation révolutionnaire : remplacer un gène par un autre ou le modifier. La méthode paraît presque trop simple, et pourtant elle est le fruit de près de trente ans de recherche. CRISPR-Cas9 (prononcez « crispère ») fonctionne comme des ciseaux génétiques : il cible une zone spécifique de l’ADN, la coupe et y insère la séquence que l’on souhaite. CRISPR-Cas9 est un complexe formé de deux éléments : d’un côté, un brin d’ARN, de séquence homologue à celle de l’ADN que l’on veut exciser, et de l’autre, une endonucléaseFermerEnzyme capable de couper au milieu d’une chaîne ADN., le Cas9.

Dans la cellule, le brin d’ARN va reconnaître la séquence homologue sur l’ADN et s’y placer. A écouter : France culture - Jusqu’où la génétique façonnera-t-elle notre ADN ? Notre troisième grand parrain a vécu, ces dernières années et surtout ces derniers mois, l’une des avancées les plus importantes, on pourrait dire une révolution dans ses deux domaines, la génétique et l’éthique.

A écouter : France culture - Jusqu’où la génétique façonnera-t-elle notre ADN ?

Grâce au système CRISPR-Cas9, on peut désormais couper, coller dans l’ADN presque aussi facilement qu’en tapant control C control V sur un clavier d’ordinateur. Mais à grand pouvoir viennent de grandes responsabilités. Aujourd’hui, nous sommes en compagnie d’Axel Kahn. Il est généticien, docteur en médecine, et directeur de recherche à l’INSERM. Outre ces travaux, il a également été membre du Comité Consultatif National d’éthique, qui a élaboré la toute première loi de bioéthique en 1994. Et notre programme du jour concerne précisément à la fois la génétique et l’éthique. A écouter : France culture - Ingénierie génomique : jusqu’où manipuler le vivant ?

Début décembre, plus de 150 ONG signaient un appel contre le « forçage génétique », un moratoire contre ces pratiques qui consistent à modifier des populations entières d’individus en intervenant directement sur le génome des cellules reproductrices.

A écouter : France culture - Ingénierie génomique : jusqu’où manipuler le vivant ?

Pratiques déjà mises en œuvre par exemple sur des moustiques pour endiguer des épidémies de malaria ou de virus Zika. Et c’est tout le paradoxe des nouveaux outils mis à disposition des généticiens et des laboratoires, comme le désormais célèbre CRISPR-Cas9, de permettre de modifier les racines du vivant, le code ADN, mais jusqu’à quelle limite ? Avec «Crispr/Cas9», modifier un ADN devient presque aussi simple qu'un copier-coller. «Crispr/Cas9».

Avec «Crispr/Cas9», modifier un ADN devient presque aussi simple qu'un copier-coller

Derrière ce nom barbare se cache une petite révolution dans le domaine de la modification génétique. Cette méthode, à laquelle le mensuel Wired consacre un long papier, est développée depuis 2012. Elle permet de neutraliser les propriétés de gènes défaillants dans l’ADN d’un individu. Pourtant, les scientifiques s’inquiètent déjà des répercussions sur le plan éthique. Les modifications génétiques de l'individu soulèvent déjà les craintes et cette technique pourrait aller jusqu'à créer des mutations héréditaires.