background preloader

Un monde sans humains

Related:  Le monde qui vienttranshumanisme

Les données, puissance du futur LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Grumbach, Stéphane Frénot Nous vivons une période de rupture, celle de la numérisation de tout : l'homme, la société, les organisations, le savoir, les interactions, le corps biologique de chacun, etc. Tout devient donnée numérique, et par là même a vocation à une existence dans le monde virtuel en émergence. L'écart entre le monde des données et le monde réel, bien anticipé par Jorge Luis Borges dans sa nouvelle visionnaire De la rigueur de la science, évoluera pour devenir de plus en plus subtil. Il nous est aussi difficile d'imaginer les évolutions de la société de l'information qu'il l'était de prévoir au milieu du XIXe siècle les possibilités permises par l'électricité. Les données constituent les briques de base de la société de l'information. Désormais qualifiées de Big Data dans le monde anglo-saxon, elles représentent déjà des masses considérables pour lesquelles on recourt à de nouvelles mesures. Cela n'a pas été simple.

Technologie: Google embauche le pape du transhumanisme - High-Tech Technologie Le géant informatique a recruté Ray Kurzweil au poste de directeur de l’ingénierie. Gourou de la fusion homme machine, il prédit l'immortalité pour 2049. Ray Kurzweil est un informaticien respecté, un futurologue écouté, et un penseur influent du transhumanisme.Image: Archive/AFP Articles en relation Signaler une erreur Vous avez vu une erreur? Veuillez SVP entrez une adresse e-mail valide Partager & Commenter Votre email a été envoyé. Voilà qui ne manquera pas d’inquiéter les personnes qui se méfient de Google et de la place que le géant occupe dans nos vies. La firme de Mountain View vient d’engager le célèbre informaticien Raymond Kurzweil, 64 ans, pour travailler sur des projets relatifs à l’apprentissage automatisé et au traitement du langage. Prévisions avérées Cette vision du monde est régulièrement mise en doute pour son manque de fondements scientifiques. Le géant de Mountain View ne veut pas louper le train du transhumanisme. (Newsnet)

La société idéale peut-elle naître dans le cyberespace ? Qu'est-ce qui change dans un monde où l'espace disparait ? C’est la question posée par Nils Aziosmanoff, président du Cube, à l’occasion du lancement du second numéro de la revue du centre de création numérique d’Issy les Moulineaux. Organisé autour de la notion de territoires numériques, cet échange co-animé par le journaliste et écrivain Pierre de la Coste réunissait le physicien, philosophe et informaticien Jean-Gabriel Ganascia, l’anthropologue Jacques Lombard et l’artiste numérique Hugo Verlinde. Au cœur des débats, l’idée selon laquelle Internet a ouvert une nouvelle dimension du réel : le cyberespace, qui véhicule un idéal de cité où tout le monde peut communiquer avec tout le monde. En examinant quatre utopies et autant de contre-utopies, les intervenants nous livrent leurs visions de cet espace d'un nouveau genre. > L’utopie de l’« infosphère » Ainsi, pour Hugo Verlinde la promesse de la cité idéale serait de rendre visible l'invisible, et de nous connecter à ce qui nous entoure.

Le transhumanisme, une aubaine pour l'Afrique En 1982, le réalisateur anglais Ridley Scott enchantait les fans de science-fiction avec son film Blade Runner. Vingt ans plus tard, l’athlète Oscar «Blade Runner» Pistorius marque les Jeux olympiques de Londres. En prenant le départ des séries et des demi-finales du 400m, le Sud-Africain, amputé des deux pieds, entre définitivement dans l'histoire. Le coureur s’était déjà frotté à des valides sur la piste, mais l’épopée londonienne marque une étape majeure. Pour les transhumanistes, l'Homme doit utiliser la technologie pour améliorer ses capacités. Le symbole Pistorius Dès l’Antiquité, les intellectuels s’intéressent à l’évolution de l’homme. «La science montre que l'humain n’est pas fixe. «L'humain est de plus en plus capable d’intervenir sur lui-même. La technologie au service de l’humain. Les transhumanistes souhaitent que la technologie prenne une plus grande place dans nos sociétés. Oscar Pistorius n’est pas le premier athlète transhumain. Problème éthique, forcément Et d’ajouter:

Internet, c’est un truc de hippies Conçu en pleine période Flower Power par des barbus libertaires, Internet n'a jamais perdu – malgré les tentatives de récupération politiques et commerciales – son esprit profondément lié au partage. Cette prise de conscience doit perdurer et produire un acte de résistance face à la tentative forcenée de nivellement du monde par les inconscients qui nous gouvernent. Je suis souvent présenté comme un dinosaure d’Internet, mais c’est faux : même si je suis trop vieux pour faire partie de la génération “digital-native”, j’étais trop jeune quand Internet est né, trop jeune pour pouvoir vivre une époque à laquelle toutes les utopies étaient encore imaginables. Ça n’a jamais empêché personne de me considérer comme un utopiste libertaire (par exemple, dans ce billet qui aligne un nombre d’idées fausses assez stupéfiant), vous êtes prévenus. Et je voudrais, pour replacer mon propos dans son contexte historique, revenir quelques instants sur ce monde dans lequel Internet est né. Les voleurs 2.0

Humanity+ | Technology & the Future Humanity+ @ Conferences Our Humanity+ conferences explore innovations of science and technology and their relationship to humanity. Recent conferences have been held at San Francisco State University, Polytechnic University in Hong Kong, Parsons The New School for Design in New York City, California Technology Institute, and Harvard University. H+ Magazine H+ Magazine covers technological, scientific, and cultural trends that are changing humans in fundamental ways. H+ Magazine aims to reflect the newest edge culture by featuring creative expressions of humanity on a razor’s edge where daily life and science fiction seem to be merging. H+Connect H+ Connect is a planned, dynamic social network for Humanity+ members and other transhumanists throughout the world. Chapters Join a Chapter or start one! The Humanity+ Student Network is an international coalition of student organizations dedicated to discussing transhumanist ideas.

Internet ça change la vie » OWNI, News, Augmented - Iceweasel "Révolution numérique". C'est l'expression consacrée des verbiages politiciens, mais concrètement ça veut dire quoi ? Laurent Chemla raconte en une allégorie le chamboulement Internet. Un des problèmes majeurs qu’on rencontre, quand on essaie de comprendre l’impact d’Internet dans nos sociétés, c’est de prendre le recul nécessaire : il est si difficile d’imaginer notre vie sans lui qu’on n’arrive pas à voir ce qu’il change. Il est plus facile – du coup – de tenter l’exercice de l’allégorie. Il était une fois Imaginons quelque chose de vraiment très improbable : les Mayas se sont plantés et la fin du monde n’est pas pour dans un mois. Imaginons que, du coup, notre technologie continue d’évoluer et que d’ici une dizaine d’années un groupe de hackers invente dans son coin une imprimante 3D capable de reproduire à peu près n’importe quoi, au niveau moléculaire. Au tout début, les fichiers sont rares. Une nouvelle économie Peu à peu, une nouvelle économie se met en place. Un monde nouveau

Transhumanisme H+, un symbole du transhumanisme. Le transhumanisme est un mouvement culturel et intellectuel international prônant l'usage des sciences et des techniques afin d'améliorer la condition humaine notamment par l'augmentation des capacités physiques et mentales des êtres humains. Les transhumanistes considèrent certains aspects de la condition humaine tels que le handicap, la souffrance, la maladie, le vieillissement ou la mort subis comme indésirables. Le transhumanisme partage de nombreux éléments avec l'humanisme, y compris le respect de la raison et de la science, une volonté de progresser et une valorisation de l'existence humaine (ou transhumaine). Il en diffère cependant par la reconnaissance et l'anticipation des changements radicaux que pourraient entraîner les techniques émergentes[1]. Le terme « transhumanisme » est symbolisé par « H+ » (anciennement « >H »[3]) et est souvent employé comme synonyme d'« amélioration humaine ». Histoire[modifier | modifier le code] (en) Allen E.

Peur sur le Web » OWNI, News, Augmented - Iceweasel Propagande, pensée unique, méfiance et peur de l'autre : on n'est jamais responsable du malheur qui nous arrive. Alors les malheurs du monde, autant tous les mettre sur le dos d'Internet. L'avantage, c'est qu'on ne peut pas l'entendre pleurer dans la nuit. Axiome : si une société va mal, ce ne peut être la faute de ses dirigeants. La stratégie du bouc émissaire ne date pas d’hier et Moïse lui-même n’en fut pas l’initiateur : combien de jeunes vierges, sacrifiées pour apaiser la colère du volcan (qu’on croyait trop vieux), furent désignées à la vindicte du peuple par un chef de clan, pour se dédouaner de son manque de prévoyance ? Nous avons évolué, bien sûr : nous avons, depuis, appris à industrialiser la technique. Le juif, le tzigane… plus près de nous le rom ou le musulman : ce que nous ne comprenons pas nous fait toujours un peu peur. Et, donc, citoyens, tremblez, ayez peur. Ayez peur de l’autre, de l’étranger, du compliqué et de la nouveauté. La crise ? Impossible. Le terrorisme ?

Technological singularity The technological singularity is the hypothesis that accelerating progress in technologies will cause a runaway effect wherein artificial intelligence will exceed human intellectual capacity and control, thus radically changing civilization in an event called the singularity.[1] Because the capabilities of such an intelligence may be impossible for a human to comprehend, the technological singularity is an occurrence beyond which events may become unpredictable, unfavorable, or even unfathomable.[2] The first use of the term "singularity" in this context was by mathematician John von Neumann. Proponents of the singularity typically postulate an "intelligence explosion",[5][6] where superintelligences design successive generations of increasingly powerful minds, that might occur very quickly and might not stop until the agent's cognitive abilities greatly surpass that of any human. Basic concepts Superintelligence Non-AI singularity Intelligence explosion Exponential growth Plausibility

Bientôt, les devoirs seront notés par des machines Recevez nos newsletters : Harvard et le MIT ont inventé un logiciel capable d’évaluer des dissertations qui sera distribué gratuitement aux établissements qui en feront la demande. Des doutes subsistent pourtant sur son efficacité. On connaissait les machines capables de corriger automatiquement les QCM ou les exercices mathématiques, mais les dissertations ou les questions nécessitant des réponses «écrites» résistaient pour l’instant aux ordinateurs. Ce ne sera bientôt plus le cas. EdX, un site internet créé par Harvard et le MIT ,a conçu un système lui permettant de corriger les devoirs des élèves participant aux MOOC (cours gratuits et en libre accès sur internet) qu’il diffuse. Ce nouvel outil permet une correction immédiate des fautes. Un système capable de fournir une note et une appréciation Pour que le système fonctionne, des professeurs «humains» doivent d’abord noter 100 dissertations ou questions nécessistant une réponse «écrite». Les critiques ont pourtant rapidement fusé.

Related: