background preloader

TRANSHUMANISME – EN ROUTE VERS L'HOMME 2.0

TRANSHUMANISME – EN ROUTE VERS L'HOMME 2.0
Il existe un fort courant libertarien chez les transhumanistes – l'économiste Friedrich Hayek est encensé sur plus d’un de leurs sites et Ayn Rand est sur la liste des lectures recommandées de l’Extropian Institute. Selon Christophe Dewdney, professeur à l'Université York de Toronto, « il y a des cyber-libertariens qui font paraître les vieux libertariens pour des travailleurs sociaux. Ces gens veulent démanteler le gouvernement », disait-il en parlant de l'aile californienne des transhumanistes (Andy Lamey, « Away with all flesh », National Post, 31 juillet 1999, p. B-12). L’idée de pouvoir, à votre mort, téléverser (ou uploader) les données contenues dans votre cerveau sur le réseau Internet vous plaît? Toujours est-il que le mouvement existe depuis le début des années 1980. En 1988, Max More et Tom Morrow publient la première édition du magazine Extropy. Les transhumanistes ne croient pas que « la nature humaine est et devrait rester essentiellement inaltérable ». Related:  shot (essai multi)

Le cerveau, des lignes de code ? Le transhumaniste Kurzweil se plante Quand on s’intéresse à ce que le monde du numérique dit du corps et de la vie, il y a des chances pour qu’on tombe assez vite sur des prédictions intimidantes : « Bientôt, nous serons tous des cyborgs » ; « En 2045, nous aurons complètement fusionné avec les machines » ; etc. Un des spécialistes de ce genre de déclarations, c’est un type du nom de Ray Kurzweil – dont je vous ai déjà parlé ici. Inventeur assez génial, homme d’affaires avisé, Kurzweil est devenu depuis une vingtaine d’années le promoteur d’un courant qu’on appelle le transhumanisme – et qui considère que l’homme fusionnera bientôt avec les machines, donnant ainsi naissance à une posthumanité –, des idées que Kurzweil vend dans le monde entier à coup de livres et de conférences, des idées qu’il vend aussi à des entreprises surpuissantes : Google l’a engagé pour diriger un programme sur l’apprentissage du langage par les machines. Le cerveau, un million de lignes de codes « Le design du cerveau est dans le génome.

Transhumanisme et robotique:l’humain est-il l’avenir de l’homme? Podcast: Lire dans une autre fenêtre | Embed Pour cette dernière émission de l’année, Dessine-Moi Un Mouton se met La Puce à l’oreille sur un sujet sensible (et parfois peu intelligible!): la transformation de l’homme par la machine! Transformation du corps humain avec le transhumanisme, mais avec en arrière-fond de ce mouvement techno-citoyen un projet idéologique de dépassement de l’espère humaine; Mais aussi transformation de l’homme par son mode de vie en société avec la robotique, puisque avec l’arrivée des robots humanoïdes, ce sont à la fois nos modes de sociabilité avec les non-humains et nos structures sociales (écoles, travail, recherche) qui se trouvent remises en question C’est donc pour mieux poser ensemble les questions propres aux sciences cognitives et à la robotique avec les enjeux moraux et de société, que l’émission scientifique de Radio Campus Paris: La Puce à l’oreille, s’est jointe à l’équipe du Petit Prince. Au programme: Entretiens avec: Chroniques: Reportage:

Rétroingénierie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La rétroingénierie (traduction littérale de l'anglais reverse engineering), également appelée rétroconception, ingénierie inversée ou ingénierie inverse, est l'activité qui consiste à étudier un objet pour en déterminer le fonctionnement interne ou la méthode de fabrication. Plusieurs objectifs peuvent être visés par cette analyse : comprendre le fonctionnement de cet objet, pour être en mesure de l'utiliser correctement, de le modifier, ou encore de s'assurer de son bon fonctionnement[1];fabriquer une copie de cet objet alors qu'on ne peut en obtenir ni les plans ni les méthodes de fabrication (activité généralement illégale sur un plan juridique)[réf. nécessaire] ;créer un nouvel objet ayant des fonctionnalités identiques à l'objet de départ, sans viol de brevet ;analyser un objet produit par un concurrent, soit dans le cadre d'une activité de veille concurrentielle soit pour détecter d'éventuelles violations de brevets.

Transhumanisme : la technologie plus forte que la mort ? Cela sonne un peu comme une secte, il faut bien le dire. Pourtant, il n’en n’est rien, rassurez-vous. Le transhumanisme, c’est une idéologie qui vient de Californie, le pays des hippies et de la high-tech, et qui date des années 1980. Le transhumanisme, c’est ce courant de pensée qui dit que la technologie va sauver le monde et surtout sauver l’homme. Le colloque international, organisé aujourd’hui à Paris, baptisé Transvision, est le premier du genre. On n’en n’est pas encore là. Les fondateurs de Google, Larry Page et Serguei Brin, sont de fervents adeptes du transhumanisme, comme bon nombre d’entrepreneurs high-tech de la Silicon Valley. Pour en savoir plus sur ce colloque qui dure trois jours à Paris :

Kurzweil still doesn’t understand the brain Ray Kurzweil has responded to my criticisim of futurist fortune-telling. It really just compounds the problems, though, and gullible people who love Ray will think he’s answered me, while skeptical people who see through his hocus-pocus will be unimpressed. It’s kind of pointless to reply again, but here goes. His first point is silly. For starters, I said that we would be able to reverse-engineer the brain sufficiently to understand its basic principles of operation within two decades, not one decade, as Myers reports. I don’t care. I didn’t make an issue of his timescale in the first place; in fact, I said it made no difference. I mentioned the genome in a completely different context. I think I understand it better than Kurzweil. For instance, you can’t measure the number of transistors in an Intel CPU and then announce, “A-ha! I presume they understand that if you program a perfect Intel emulator, you don’t suddenly get Halo: Reach for free, as an emergent property of the system.

Transhumanisme Le transhumanisme est un mouvement culturel et intellectuel prônant l'usage des sciences et des techniques pour développer les capacités physiques et mentales des êtres humains. Le transhumanisme considère certains aspects de la condition humaine tels que le handicap, la souffrance, la maladie, le vieillissement ou la mort subie comme inutiles et indésirables. Dans cette optique, les penseurs transhumanistes comptent sur les biotechnologies et sur d'autres techniques émergentes. Les dangers comme les avantages que présentent de telles évolutions préoccupent aussi le mouvement transhumaniste[1]. Le terme «transhumanisme» est symbolisé par «H+» ou «h+» et est fréquemment employé comme synonyme d'«amélioration humaine». Les visions transhumanistes d'une humanité transformée ont suscité de nombreuses réactions tant positives que négatives émanant d'horizons de pensée particulièrement divers. Histoire Théorie Article détaillé : Liste des thèmes transhumanistes. Buts Ethique Courants de pensées

Pearltrees Radically Redesigns Its Online Curation Service To Reach A Wider Audience Pearltrees, the Paris-based online curation service that launched in late 2009, was always known for its rather quirky Flash-based interface that allowed you to organize web bookmarks, photos, text snippets and documents into a mindmap-like structure. For users who got that metaphor, it was a very powerful service, but its interface also presented a barrier to entry for new users. Today, the company is launching a radical redesign that does away with most of the old baggage of Pearltrees 1.0. Gone are the Flash dependency, the tree diagrams, the little round pearls that represented your content and most everything else from the old interface. Here is what Pearltrees 1.0 looked like: And here is the new version: Pearltrees’ mission is still to allow you to organize everything you want on the service (in that respect, it almost competes with Evernote). 3. “We took what everybody liked about the old version and put it into a visualization that everybody could grasp right away,” Lamothe said.

Technopôle 1. Technopôle (nom masculin) Un technopôle (avec un accent circonflexe) réunit, sur un site le plus souvent périurbain ou suburbain, des activités qui ont en commun de recourir à des technologies innovantes sur des thématiques communes (génie génétique et biotechnologies, informatique, sciences de la matière par exemple). S'y trouvent rassemblés des centres universitaires ou de recherche, des entreprises (souvent petites ou moyennes, formant « pépinières »). La notion de technopôle est apparue en France vers 1970, à l'initiative de la DATAR, comme application des théories de François Perroux sur les pôles de croissance. Le modèle existait déjà aux Etats-Unis : route 128, près de Boston, Silicon Valley dans le sud de San Francisco, près de l'université de Stanford. Le technopôle se distingue du district industriel qui peut concerner des activités traditionnelles et pas seulement innovantes. En 2015, on dénombre 47 technopôles réunis au sein du réseau RETIS. 2. Pour compléter Liens externes

Fête des mères : une école décide de ne plus fabriquer de cadeaux Pour « éviter les situations délicates », les enseignants d'un établissement de Haute-Savoie ont décidé de ne plus fabriquer de présents en classe pour la fête des mères ou des pères. Un choix qui ne passe pas auprès de tous les parents. Ce dimanche, les mamans des enfants de l’école d’Allinges, en Haute-Savoie, n’auront pas droit au traditionnel collier de nouilles ou au cœur en pâte à sel fabriqué à l’école pour la fête des mères. Les enseignants de l’établissement ont décidé de supprimer les ateliers créatifs visant à fabriquer à l’école un cadeau à cette occasion. Pas de jaloux cependant, les papas n’auront pas non plus de présent le 15 juin prochain, pour la fête des pères. Pour répondre à la situation de quelques-uns, on impose des choix à tous Ce qui n’est pas sans rappeler les arguments des élus UMP qui s’opposent à la loi famille, qui prévoyait notamment la reconnaissance d’un statut de beau-parent. « Il faut rappeler que 80 % des enfants vivent avec leurs deux parents.

L’immortalité ; un concept réalisable ? 9 décembre 2011 | 1 commentaire(s) | vu 586 fois Image Flickr par pifou2010 Depuis plusieurs années, les avancées technologiques ne cessent de nous surprendre. Tout d’abord, le sida, une maladie qui a causé des millions de morts depuis son apparition, connaît une importante baisse de décès. Ensuite, un autre progrès dans le domaine de la médecine qui nous laisse croire que nous pourrons peut-être vivre indéfiniment est l’étude réalisé sur des vers marins. La découverte de la nanotechnologie est une autre avancée qui nous montre les améliorations qui ne cessent de se produire dans le domaine de la santé. Les philosophes d’antan auraient des opinions différentes sur la vie éternelle. Toutes ces avancées montrent à quel point les progrès dans le domaine de la médecine avancent. Pour conclure, si tous ces traitements viennent à voir le jour, beaucoup de vies pourront être sauvées.

Le vote blanc va-t-il vraiment sortir de l'ombre aux européennes ? A l’occasion des élections européennes, la chronique «Qui a le droit ?» est consacrée pendant tout le mois de mai à des questions européennes. Dimanche, pour la première fois, ils pourront se compter. Qui ? Les électeurs du vote blanc. Avant la réforme, l’article L.66 du code électoral mettait dans le même sac le vote blanc et toutes les formes de vote nul, de la plus rageuse à la plus maladroite : «Les bulletins blancs, ceux ne contenant pas une désignation suffisante ou dans lesquels les votants se sont fait connaître, les bulletins trouvés dans l’urne sans enveloppe ou dans des enveloppes non réglementaires, les bulletins écrits sur papier de couleur, les bulletins ou enveloppes portant des signes intérieurs ou extérieurs de reconnaissance, les bulletins ou enveloppes portant des mentions injurieuses pour les candidats ou pour des tiers n’entrent pas en compte dans le résultat du dépouillement.» Blancs et nuls étaient donc indifférenciés. Le vote blanc décompté mais pas «exprimé»

Les Penseurs du Transhumanisme - Écologie humaine Accueil / Les Penseurs du Transhumanisme Date : 22 juin 2016 - Auteur : Courant pour une écologie Humaine - Catégorie(s) : Non classé2 commentaires Cet article de fond sur l’origine du transhumanisme et ceux qui en sont les influenceurs aujourd’hui a été réalisé par Hélène de Warren, Philippe Holidote et Michel Hugon qui font tous les trois partie de l’alvéole « Très-Humaniste ». Avant de présenter le transhumanisme, il est important de garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’un courant de pensée unifié, mais davantage d’une famille de pensées. Le but de cet article est de rappeler brièvement l’histoire du transhumanisme et les principaux acteurs de ce courant de pensée. Le terme transhumanisme apparaît pour la première fois sous la plume de Julian Huxley, premier directeur de l’Unesco dans New Bottles for New Wine (1957). En France, la principale association transhumaniste a été fondée officiellement en 2010, même si elle était active sur les réseaux sociaux auparavant. • David Pearce :

Twitter bloque des contenus jugés «blasphématoires» par le Pakistan Le site de microblogage Twitter a bloqué pour la première fois au Pakistan du contenu web portant atteinte au prophète de l’islam Mahomet à la demande des autorités, a appris l’AFP vendredi. Le Pakistan avait brièvement bloqué Twitter en mai 2012 en raison de la diffusion de contenus «blasphématoires» relatifs à un concours controversé de caricatures du prophète Mahomet. Le «pays des purs» avait aussi à l’époque demandé à Facebook de retirer du contenu heurtant «les sentiments des musulmans», mais le géant américain s’était alors plié à sa demande. Quelque mois plus tard, le Pakistan avait interdit YouTube après la diffusion du film anti-islam L’innocence des musulmans.

Le transhumanisme: ce qui est possible n’est pas toujours souhaitable | Humanités numériques Sommaire Qu’est que le transhumanisme ? Passage de l’homme au posthumain. État de l’art : aujourd’hui ou en est on ? Qui sont les acteurs du transhumanisme? Innovation très controversée : extrait des arguments des partis Qu’est ce que le transhumanisme ? Dans cette partie je m’attacherais à définir la notion de transhumanisme pour pouvoir ensuite m’intéresser aux problématiques liées à l’intégration du numérique dans le corps humain. « Le transhumanisme est une classe de philosophies ayant pour but de nous guider vers une condition posthumaine. Les transhumanistes s’engagent dans des approches interdisciplinaires pour comprendre et évaluer les possibilités de dépasser les limitations biologiques. Il existe plusieurs sous catégories de courant de pensées dans le transhumanisme. (Schéma de Marc Roux, président de l’association française de transhumanisme, Passage de l’homme au post humain. Sources:

Related: