background preloader

TRANSHUMANISME – EN ROUTE VERS L'HOMME 2.0

TRANSHUMANISME – EN ROUTE VERS L'HOMME 2.0
Il existe un fort courant libertarien chez les transhumanistes – l'économiste Friedrich Hayek est encensé sur plus d’un de leurs sites et Ayn Rand est sur la liste des lectures recommandées de l’Extropian Institute. Selon Christophe Dewdney, professeur à l'Université York de Toronto, « il y a des cyber-libertariens qui font paraître les vieux libertariens pour des travailleurs sociaux. Ces gens veulent démanteler le gouvernement », disait-il en parlant de l'aile californienne des transhumanistes (Andy Lamey, « Away with all flesh », National Post, 31 juillet 1999, p. B-12). L’idée de pouvoir, à votre mort, téléverser (ou uploader) les données contenues dans votre cerveau sur le réseau Internet vous plaît? Toujours est-il que le mouvement existe depuis le début des années 1980. En 1988, Max More et Tom Morrow publient la première édition du magazine Extropy. Les transhumanistes ne croient pas que « la nature humaine est et devrait rester essentiellement inaltérable ». Related:  shot (essai multi)

ET S’IL FALLAIT EVITER QUE L’IMMORTALITE NE TUE L’HUMANITE J’ai décidé de consacrer notre #JourDuPenseur dominical à une réflexion sur le TRANSHUMANISME, ce mouvement qui prône l’usage des sciences et des techniques pour améliorer les caractéristiques physiques et mentales des êtres humains, à l’occasion de la sortie, dans le numéro d’octobre de Philosophie Magazine, d’un dossier remarquable intitulé « Liberté, Inégalité, Immortalité : le monde que nous prépare la silicon Valley ». Les géants de l’internet, non contents d’avoir acquis en quelques années des capitaux colossaux, sont en train de les réinvestir dans des projets de recherche en nanotechnologie, biotechnologies ou intelligence artificielle, dont le point de convergence est ce qu’on a coutume d’appeler le « transhumanisme », ce projet de transformer l’homme, en allongeant sa durée de vie ou en augmentant ses compétences.

Le Transhumanisme Thème. Prospective Pour obtenir une vue générale des différentes pages composant ce dossier, consulter le Plan * Sur le transhumanisme, voir notre interview de Nick Bostrom et les liens associés Même si le mouvement transhumaniste (certains disent posthumaniste) reste encore confidentiel en France, il mérite d’être étudié car il marque une évolution philosophique qui correspond à l’évolution convergente et accélérée des technologies (voir notre page La Singularité) Définition Le transhumanisme postule que l'espèce humaine n'a pas atteint son état définitif et ne l'attendra sans doute jamais car elle subit, comme toutes les autres espèces, des évolutions multiples. On retrouve là le concept d'homme augmenté (enhanced) de plus en plus utilisé aujourd'hui. Les sciences qui permettent la transition vers le transhumanisme Il ne faut pas prêter à la nature des qualités qu'elle n'a pas.

Le cerveau, des lignes de code ? Le transhumaniste Kurzweil se plante Quand on s’intéresse à ce que le monde du numérique dit du corps et de la vie, il y a des chances pour qu’on tombe assez vite sur des prédictions intimidantes : « Bientôt, nous serons tous des cyborgs » ; « En 2045, nous aurons complètement fusionné avec les machines » ; etc. Un des spécialistes de ce genre de déclarations, c’est un type du nom de Ray Kurzweil – dont je vous ai déjà parlé ici. Inventeur assez génial, homme d’affaires avisé, Kurzweil est devenu depuis une vingtaine d’années le promoteur d’un courant qu’on appelle le transhumanisme – et qui considère que l’homme fusionnera bientôt avec les machines, donnant ainsi naissance à une posthumanité –, des idées que Kurzweil vend dans le monde entier à coup de livres et de conférences, des idées qu’il vend aussi à des entreprises surpuissantes : Google l’a engagé pour diriger un programme sur l’apprentissage du langage par les machines. Le cerveau, un million de lignes de codes « Le design du cerveau est dans le génome.

Transhumanisme et robotique:l’humain est-il l’avenir de l’homme? Podcast: Lire dans une autre fenêtre | Embed Pour cette dernière émission de l’année, Dessine-Moi Un Mouton se met La Puce à l’oreille sur un sujet sensible (et parfois peu intelligible!): la transformation de l’homme par la machine! Transformation du corps humain avec le transhumanisme, mais avec en arrière-fond de ce mouvement techno-citoyen un projet idéologique de dépassement de l’espère humaine; Mais aussi transformation de l’homme par son mode de vie en société avec la robotique, puisque avec l’arrivée des robots humanoïdes, ce sont à la fois nos modes de sociabilité avec les non-humains et nos structures sociales (écoles, travail, recherche) qui se trouvent remises en question C’est donc pour mieux poser ensemble les questions propres aux sciences cognitives et à la robotique avec les enjeux moraux et de société, que l’émission scientifique de Radio Campus Paris: La Puce à l’oreille, s’est jointe à l’équipe du Petit Prince. Au programme: Entretiens avec: Chroniques: Reportage:

Hubert de Vauplane » Blog Archive » Les liens dangereux entre transhumanisme et Finance La bourse traditionnelle avec sa corbeille et ses agents de change a disparu depuis le milieu des années 90 avec l’apparition des premiers ordinateurs. Les marchés financiers se sont depuis électronisés, la machine remplaçant l’homme dans le transfert des ordres de bourse, le « matching » des ordres, puis le règlement et la livraison des transactions. Ce qui est vrai sur le marché des actions l’est sur les autres marchés (obligataires, dérivés, marchandises…). Dans cette organisation, l’homme garde un rôle essentiel : celui de la prise de décision d’investissement. Acheter ou vendre un actif constitue le fruit d’une réflexion, d’une analyse de risques, d’une anticipation rationnelle de la valeur de cet actif. La question ne touche pas que la finance mais l’économie dans sa globalité. Les premières victimes de cette révolution dans le monde de la finance ont été. Qu’y-a-t-il de commun entre transhumanisme et économie collaborative ? Présentation des enjeux (et dangers) du transhumanisme

Transhumanisme Démocratique James Hughes Ph.D. Public Policy Studies Williams 229B, 300 Summit St., Hartford, CT 06106 860-297-2376 - james.hughes@trincoll.edu Une version antérieure, mais considérablement différente de cet essai a été publiée dans Transhumanity, 28 avril, 2002 Version originale anglaise Résumé La biopolitique est un axe émergent de la politique moderne au côté de la politique économique et culturelle. Cependant, la biopolitique ne fait que compliquer le paysage politique préexistant, elle ne le remplace pas. Les transhumanistes démocrates, les sociaux-démocrates pro-technosciences ou les techno-utopistes de gauche sont manifestement absents de leur niche théorique dans ce nouveau paysage politique. Le transhumanisme démocratique provient de l’affirmation que les êtres humains seront généralement plus heureux quand ils prendront le contrôle rationnel des forces naturelles et sociales qui contrôlent leurs vies. Politique du 21ième siècle Transhumanisme démocratique Techno-utopisme et la Gauche Les biopunks

Rétroingénierie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La rétroingénierie (traduction littérale de l'anglais reverse engineering), également appelée rétroconception, ingénierie inversée ou ingénierie inverse, est l'activité qui consiste à étudier un objet pour en déterminer le fonctionnement interne ou la méthode de fabrication. Plusieurs objectifs peuvent être visés par cette analyse : comprendre le fonctionnement de cet objet, pour être en mesure de l'utiliser correctement, de le modifier, ou encore de s'assurer de son bon fonctionnement[1];fabriquer une copie de cet objet alors qu'on ne peut en obtenir ni les plans ni les méthodes de fabrication (activité généralement illégale sur un plan juridique)[réf. nécessaire] ;créer un nouvel objet ayant des fonctionnalités identiques à l'objet de départ, sans viol de brevet ;analyser un objet produit par un concurrent, soit dans le cadre d'une activité de veille concurrentielle soit pour détecter d'éventuelles violations de brevets.

Transhumanisme : la technologie plus forte que la mort ? Cela sonne un peu comme une secte, il faut bien le dire. Pourtant, il n’en n’est rien, rassurez-vous. Le transhumanisme, c’est une idéologie qui vient de Californie, le pays des hippies et de la high-tech, et qui date des années 1980. Le transhumanisme, c’est ce courant de pensée qui dit que la technologie va sauver le monde et surtout sauver l’homme. Le colloque international, organisé aujourd’hui à Paris, baptisé Transvision, est le premier du genre. On n’en n’est pas encore là. Les fondateurs de Google, Larry Page et Serguei Brin, sont de fervents adeptes du transhumanisme, comme bon nombre d’entrepreneurs high-tech de la Silicon Valley. Pour en savoir plus sur ce colloque qui dure trois jours à Paris :

Les villes flottantes: la dernière utopie des marxistes de droite Les libertariens américains engouffrent des millions de dollars pour construire d’utopiques cités en mer où une seule loi serait imposée: le libre-marché. Les villes flottantes, c’est du sérieux. The Economist y dédie un dossier entier, leur principal financeur est Peter Thiel, le cofondateur multimillionnaire de Paypal, et le Seasteading Institute, un lobby de recherche et de promotion sur le «seasteading» («seasted communities» se réfère aux futures villes flottantes) se dédie complètement à leur réalisation technologique, légale et financière. «Beaucoup de fous» L’idée d’aller vivre au milieu de l’océan pour y développer «des communautés permanentes et autonomes dans l’océan pour permettre d’expérimenter divers systèmes sociaux, politiques et légaux innovants» n’a rien de burlesque ni d’utopique pour les fondateurs du Seasteading Institute. «L’Amérique, tu la détestes, et tu la quittes!» Tom Marshall édite un magazine libertarien dans les années 1960, The Innovator. Emmanuel Haddad

Séquençage du génome : dans un an il vous coûtera 1.000 $ Lancé il y a environ vingt ans, le premier séquençage d’un génome humain a coûté pas loin de 3 milliards de dollars et a pris plus de dix ans. Selon Jonathan Rothberg, le Steve Jobs de la biotechnologie, il suffira pour le faire de deux heures et de 1.000 $ d’ici la fin de l’année 2012 grâce à la technologie que développe la société dont il est le P-DG. L’accès démocratisé au séquençage du génome serait imminent... c’est ce qu’a déclaré Jonathan Rothberg, le fondateur de la société Ion Torrent , lors d’une conférence sur les technologies émergentes organisée par le MIT, où enseigne Walter Lewin . Cette déclaration a été reprise par le site de Ray Kurzweil , l’un des principaux apôtres du transhumanisme. Selon Jonathan Rothberg, les progrès basés sur l’emploi d’ ordinateurs et de puces à semi-conducteur sont tels (en ce qui concerne la vitesse de séquençage et la chute de son coût) qu’ils sont plus rapides que ce à quoi on s’attendrait en se basant seulement sur la loi de Moore .

Kurzweil still doesn’t understand the brain Ray Kurzweil has responded to my criticisim of futurist fortune-telling. It really just compounds the problems, though, and gullible people who love Ray will think he’s answered me, while skeptical people who see through his hocus-pocus will be unimpressed. It’s kind of pointless to reply again, but here goes. His first point is silly. For starters, I said that we would be able to reverse-engineer the brain sufficiently to understand its basic principles of operation within two decades, not one decade, as Myers reports. I don’t care. I didn’t make an issue of his timescale in the first place; in fact, I said it made no difference. I mentioned the genome in a completely different context. I think I understand it better than Kurzweil. For instance, you can’t measure the number of transistors in an Intel CPU and then announce, “A-ha! I presume they understand that if you program a perfect Intel emulator, you don’t suddenly get Halo: Reach for free, as an emergent property of the system.

Transhumanisme Le transhumanisme est un mouvement culturel et intellectuel prônant l'usage des sciences et des techniques pour développer les capacités physiques et mentales des êtres humains. Le transhumanisme considère certains aspects de la condition humaine tels que le handicap, la souffrance, la maladie, le vieillissement ou la mort subie comme inutiles et indésirables. Dans cette optique, les penseurs transhumanistes comptent sur les biotechnologies et sur d'autres techniques émergentes. Les dangers comme les avantages que présentent de telles évolutions préoccupent aussi le mouvement transhumaniste[1]. Le terme «transhumanisme» est symbolisé par «H+» ou «h+» et est fréquemment employé comme synonyme d'«amélioration humaine». Les visions transhumanistes d'une humanité transformée ont suscité de nombreuses réactions tant positives que négatives émanant d'horizons de pensée particulièrement divers. Histoire Théorie Article détaillé : Liste des thèmes transhumanistes. Buts Ethique Courants de pensées

Lettres à mes parents sur le monde de demain – « Google : la vie privée est une anomalie » Les parents d’hier transmettaient à leurs enfants le savoir du passé pour les préparer à l’avenir. Les enfants d’aujourd’hui initient leurs géniteurs aux nouvelles technologies pour qu’ils ne soient pas complètement perdus dans le monde de demain. Emile, 27 ans, vit depuis plus de six mois à San Francisco, où il travaille pour UbiFrance, qui aide les PME hexagonales à se développer en Californie. La vingtaine de lettres qu’il écrit à ses parents durant un an nous révèle les bouleversements en cours dans tous les champs de la connaissance. Des steaks de synthèse, aux cerveaux augmentés par l’intelligence artificielle, des automates remplaçant les travailleurs, aux cours en ligne remplaçant les enseignants, des drones livrant les colis, à l’argent virtuel, en passant par l’utopie libertarienne de techno-paradis offshore affranchis de tout contrôle par les Etats : c’est le rêve ou le cauchemar d’un monde nouveau qui s’invente sous nos yeux dans les labos de la Silicon Valley. J'aime :

Nos émotions les plus enfouies détectées par un ordinateur De temps à autre, l’art contemporain dépasse la science et vient alimenter nos fantasmes les plus fous. Dans cette veine, une vidéo surprenante, repérée sur le site The Creators Project, qui rend compte du dernier projet de l’artiste franco-canadien Grégory Chatonsky : Emotional State. Un homme muni d’un casque EEG (utilisé pour l'électro-encéphalographie) voit son état affectif détecté en temps réel. Attente, joie, excitation : toutes ses émotions sont converties en descriptions disponibles sur Internet. Le résultat a de quoi laisser perplexe.

Related: