background preloader

L'avenir de l'Humanité

Facebook Twitter

La fonte du permafrost libère des bactéries, des virus et du méthane par Claude-Marie Vadrot. Plusieurs experts anglais, canadiens, américains, norvégiens et français des régions nordiques ont profité de leur présence à la COP 24 de Katowice, en Pologne, pour relancer un thème d’observation et de réflexion qui les inquiète depuis des années : les multiples conséquences de la fonte du permafrost (ou pergélisol).

Cette couche de terre et de débris végétaux en partie décomposés est souvent mêlée à des cristaux ou des lentilles de glace et, à partir de quelques mètres de profondeur, parfois seulement un ou deux, le permafrost restait en permanence gelé depuis des dizaines de millénaires. Cela explique que les pays concernés aient pu depuis des années appuyer leurs constructions, leurs usines et leurs installations sur ce sous-sol dur comme du béton. Problème : ce sous-sol réputé stable a commencé de fondre il y a une vingtaine d’années.

Un potentiel de 1 700 milliards de tonnes Retour de bactéries et virus inconnus. 2118 : comment Noa Darwin a sauvé l'humanité. En 2118, la catastrophe écologique est derrière nous. Mais l'humanité a dû, pour y parvenir, écarter la notion de sélection naturelle. C’est l'utopie qu’a imaginée Michel Maruca, jardinier et contributeur régulier d’Usbek & Rica. Dans une fiction précédente, déjà située en 2118, il envisageait des musées pour rappeler la folie destructrice du XXIe siècle. Il conçoit ici l'interview fictive de la directrice de l'un de ses musées. C’est en grande partie Darwin qui révolutionna au milieu du XXIe siècle notre civilisation pour la sortir du gouffre écologique. Cette année 2118 célèbre le centenaire de sa naissance, une occasion de plus de se rappeler sa vie et son oeuvre.

Usbek & Rica : Pourriez-vous résumer pour nos lecteurs en quelques mots ce que Darwin a apporté à notre civilisation ? Megha Jain : Ce que vous me demandez-là est impossible ! Prenons le temps alors ! En 2018, l'humanité pensait complètement différemment de nous. Ce fait semble aujourd'hui si absurde ! Non, pas du tout !

« On ne sapera le capitalisme qu'en lui opposant une merveilleuse alternative » Enseignant en permaculture, Rob Hopkins est connu pour avoir lancé le Transition network, ou mouvement de Transition, en 2006, dans sa ville britannique de Totnes. Partant notamment du constat de l’épuisement inéluctable des énergies fossiles et de leurs dégâts sur l’environnement, il prône la transition vers un mode de vie plus résilient, qui apprenne à se passer du pétrole, relocalise les activités, développe l’auto-organisation et promeuve la justice sociale. Le mouvement a depuis pris de l’ampleur, et des villes entrent dans le réseau de la transition dans une cinquantaine de pays.

De passage à Paris, Rob Hopkins donnait une conférence à la REcyclerie le 21 novembre. Nous en avons profité pour lui demander si la Transition pouvait sauver le monde de sa destruction annoncée. Usbek & Rica : Douze ans après sa fondation, jusqu’où a essaimé votre mouvement de transition ? On parle d’environ 1 500 groupes en transition répertoriés… Croyez-vous que l’on puisse changer d’échelle à temps ? Repartir de zéro : la nouvelle utopie de la science-fiction. Parfois incroyablement visionnaire, la science-fiction s'intéresse malgré tout en premier lieu à notre présent.

Elle l'extrapole pour interroger les conséquences des transformations qui agitent son époque. Aujourd'hui, cet exercice donne presqu'exclusivement lieu à des imaginaires dystopiques mais de nouvelles utopies commencent à émerger. À la différence de la SF des décennies passées, ces utopies semblent se détacher de l'imaginaire du progrès pour intégrer les risques d'effondrement et penser un monde meilleur qui naisse de l'après. C'est la réflexion que livre ici un lecteur d'Usbek & Rica, Lionel Meneghin, proposant quelques recommandations de lecture au passage.

Nous fêtons cette année un bicentenaire. Il y a deux cents ans exactement paraissait Frankenstein ou le Prométhée moderne, roman épistolaire publié anonymement par une femme de 21 ans, Mary Shelley. Avec ce livre, Mary Shelley donne naissance à un nouveau genre littéraire, la Science-Fiction. Cul-de-sac civilisationnel. Human Impacts. Changement climatique : l’humanité est déjà affectée de 467 façons différentes. Une étude inédite, originale et très inquiétante, publiée dans « Nature Climate Change » lundi aborde les risques cumulés entraînés par le dérèglement climatique. LE MONDE | 19.11.2018 à 17h03 • Mis à jour le 20.11.2018 à 11h01 | Par Audrey Garric Dans la Bible, Dieu a puni l’Egypte en lui infligeant dix plaies.

L’humanité actuelle, elle, a subi les foudres du changement climatique d’au moins 467 façons différentes. Surtout, ces châtiments vont redoubler, puisqu’en 2100, la moitié de la population pourrait être menacée par trois à six catastrophes climatiques (sécheresses, vagues de chaleur, inondations, etc.) d’intensité maximale de manière simultanée si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites drastiquement. Voilà les deux conclusions d’une étude inédite, originale et très inquiétante, publiée dans Nature Climate Change lundi 19 novembre, qui aborde pour la première fois les risques cumulés entraînés par le dérèglement climatique. L'espèce humaine souhaite-t-elle réellement éviter sa propre extinction ? L'espèce humaine souhaite-t-elle réellement éviter sa propre extinction ? L'immobilisme actuel, ou du moins la lenteur de la transition que nous opérons aujourd'hui face à l'urgence, nous invite à en douter.

À la suite de la lecture du dossier de notre dernier numéro consacré à la collapsologie, Christian Davy, lecteur et abonné d'Usbek & Rica, a souhaité réagir en nous soumettant la réflexion suivante. Il y appelle à « cultiver l'intention » de nous sauver nous-mêmes, et ce en créant un espace politique et médiatique qui aurait tiré les leçons de l'histoire « depuis le point de vue de l'Anthropocène », mais aussi en donnant bien plus de pouvoir à la nouvelle génération, seule capable d'abandonner le « toujours plus, toujours mieux, toujours plus vite » au profit du « mieux avec moins ».

La lucidité est une épreuve douloureuse en ces temps incertains. Les optimistes lui opposent un positivisme naïf, voir infantile. Qui veut éviter sa propre extinction ? « Une fois qu'un écosystème s'effondre, on ne peut plus revenir en arrière » Nous sommes habitués aux annonces catastrophiques sur la biodiversité mais, en un sens, pour nous, tout va bien. La destruction continue des écosystèmes n'a que peu d'impact sur notre quotidien. Près de 80 % des insectes auraient disparu en Europe en moins de 30 ans ; les campagnes françaises ont perdu un tiers de leurs oiseaux en 15 ans ; 60 % des animaux sauvages ont disparu dans le monde depuis 1970 ; 50 000 km2 de forêts sont rasés chaque année (deux fois la superficie de la Bretagne) ; 7 % des espèces auraient déjà été éradiquées, nous faisant entrer à une vitesse record dans la 6e extinction de masse de l'histoire de la Terre.

Bien sûr, cette dégradation régulière du vivant est dramatique en elle-même. Usbek & Rica : Extinction massive d’espèces, crise de la biodiversité, effondrement d’écosystèmes… Ces expressions semblent parfois interchangeables dans les médias. Avant d’entrer dans le vif de sujet, essayons de clarifier ce dont on parle. Qu’est-ce qu’un écosystème ? Worldometers. La Champy’Soupe | Champigny en Transition. La Champy’Soupe est un rendez-vous qui a lieu 3 fois par an : à l’automne, en hiver et au printemps, dans différents quartiers de Champigny. Le concept Les Campinois sont invités à proposer des projets destinés à améliorer la vie locale sur le territoire de Champigny. Les projets peuvent concerner des domaines très divers : social, agriculture urbaine, activité économique, éducation, technologie, art, mobilité… Un appel à projets est donc lancé en amont, et 4 finalistes retenus auront l’opportunité de présenter leur projet en public dans le cadre de la soirée« Champy’Soupe », de le faire connaître et de tenter de bénéficier d’un soutien pour son développement.

Chaque participant à la soirée dispose d’un dîner (soupe, salade, pain) et d’un vote, contre un droit d’entrée de 5€ (prix minimum suggéré). Les finalistes ont 4 minutes pour présenter leur projet, sans vidéoprojection, puis répondent à 4 questions du public. Pour cette édition, les inscriptions sont closes ! Une question ? 60 % des populations d'animaux sauvages ont disparu depuis 1970.

Les animaux sauvages auraient perdu 60 % de leur population depuis 1970, selon le dernier rapport Planète vivante de l’ONG WWF. Les chiffres ne font que confirmer l’aggravation de l’extinction de masse en cours mais révèle des situations régionales très variables et des points d’urgence. Accessoirement, le rapport rappelle que l’effondrement de la biodiversité met en jeu la survie de l’humanité, et invite au sursaut collectif d’ici la Conférence mondiale sur la biodiversité en 2020.

Le monde vivant disparaît de la planète Terre à une vitesse sidérante. Les chiffres du rapport Planète vivante 2018, publié mardi 30 octobre par le Fonds mondial pour la nature (WWF), sont éloquents. Entre 1970 et 2014, les populations de vertébrés ont chuté de 60 % au niveau mondial, assure l’ONG. . « Anéantissement biologique » Le constat ne fait que confirmer les études qui se multiplient sur le sujet.

La Grande Accélération La source de ce désastre planétaire en cours est rappelé sans suspens. Climat : pourquoi la voiture électrique n'est pas la solution. Le marché de la voiture électrique est en pleine croissance. Elle est présentée comme la solution miracle : à la fois vertueuse contre le réchauffement climatique et alternative indolore pour notre confort, nous permettant d’entrer en transition sans rien changer de nos habitudes de vie et d’une mobilité construite autour de la voiture individuelle.

Malheureusement, la voiture électrique n’est pas si propre. Si l’on veut encore espérer limiter le réchauffement climatique à un niveau soutenable, l’effort à soutenir passera nécessairement par l’adoption collective d’autres modes de transports. Le salon de l’auto parisien, qui s’achève le 14 octobre, résume assez bien les tiraillements d’une société mise sous tension par la crise écologique. D’un côté, on y observe dépité la fuite en avant de consommateurs irresponsables cédant à la mode des SUV. Les électriques arrivent trop tard La croissance des voitures électriques est impressionnante. Les électriques ne sont pas propres. Start [Le JTerre]

Interactive: The impacts of climate change at 1.5C, 2C and beyond | Carbon Brief. UN Says Climate Genocide Coming. But It’s Worse Than That. You now have permission to freak out. Photo: George Rose/Getty Images Just two years ago, amid global fanfare, the Paris climate accords were signed — initiating what seemed, for a brief moment, like the beginning of a planet-saving movement. But almost immediately, the international goal it established of limiting global warming to two degrees Celsius began to seem, to many of the world’s most vulnerable, dramatically inadequate; the Marshall Islands’ representative gave it a blunter name, calling two degrees of warming “genocide.”

The alarming new report you may have read about this week from the UN’s Intergovernmental Panel on Climate Change — which examines just how much better 1.5 degrees of warming would be than 2 — echoes the charge. “Amplifies” may be the better term. Hundreds of millions of lives are at stake, the report declares, should the world warm more than 1.5 degrees Celsius, which it will do as soon as 2040, if current trends continue.

It is. Il est encore temps. Écotopia : bienvenue dans le futur désirable. Sorti en 1975, Ecotopia fut rapidement intégré par la contre-culture américaine, jusqu’à devenir un classique et un modèle rare de science-fiction utopique. Le roman d’Ernest Callenbach imagine la fondation d’une nouvelle nation entièrement dévouée à la construction d’un mode de vie durable, en harmonie avec la nature : zéro déchet, zéro pollution, pour un équilibre perpétuel entre l’homme et son environnement. Traduit à l’époque aux éditions Stock, Ecotopia est longtemps resté confidentiel en France.

Il a été de nouveau traduit et publié depuis le 4 octobre dernier, aux éditions Rue de l’échiquier. L’occasion de découvrir une oeuvre d’une incroyable actualité. Car il s'agit bien d'une invitation enthousiasmante à cultiver des imaginaires alternatifs et à croire, envers et contre tous, que le monde peut encore éviter l’effondrement. Imaginez un pays où tous les pesticides et engrais chimiques sont interdits et où les énergies fossiles ont disparu. Sécession à l’ouest Parti de la survie. Les câbles d’Internet : qui sont-ils, quels sont leurs réseaux ? De la concurrence pour notre Président : voici « Jupiter », un nouveau câble transpacifique qui sera déployé d’ici 2020 par Amazon, Facebook et Softbank, comme l’ont annoncé les deux géants du numérique et le groupe japonais le 30 octobre dernier.

Longueur du câble : 14 000 kilomètres. Capacité : 60 térabits par seconde. À l’intérieur, plusieurs fibres optiques, de l’épaisseur d’un cheveu, par lesquelles transiteront bientôt des milliards de données entre l’Asie et l’Amérique du Nord. Si Softbank participe au déploiement de ce nouveau câble, c’est pour « anticiper la croissance exponentielle de l’Internet des objets », explique l’entreprise. Faut-il comprendre que l’explosion des données, qui ne fait que s’accentuer, pourrait poser problème à terme ? Comment expliquer l’intérêt grandissant des géants de la tech pour l'Internet « physique » ? Vingt mille lieues sous les mers Jupiter, qui doit relier l’Asie aux Etats-Unis en 2020, s’ajoutera donc à cet empire sous-marin. Le numérique, mauvais élève de la transition énergétique. La consommation d’énergie du numérique augmente en moyenne de 9 % chaque année. C’est le constat édifiant d’un rapport publié le 4 octobre par le think tank The Shift Project, qui « oeuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone ».

Selon ce groupe de réflexion présidé par Jean-Marc Jancovici, la part de l’industrie numérique dans les émissions de gaz à effet de serre pourrait doubler pour atteindre 8 % de l’ensemble en 2025. Mais il existe des solutions, résumées par le rapport, qui s’appuie sur 170 études rédigées entre 2014 et 2018, sous le terme de « sobriété numérique ». Le « cloud », le « virtuel »… Autant de termes qui participent à l’invisibilisation de la consommation d’énergie de nos appareils connectés. . « La transition numérique participe au dérèglement climatique plus qu'elle n'aide à le prévenir » Il est possible de contenir la hausse de la consommation d'énergie de l'industrie numérique à 1,5 % par an > Peut-on éteindre Internet ?

Le rôle central et dangereux de l’océan face au changement climatique. De nombreuses solutions existent pour protéger l’océan et lui permettre de s’adapter au changement climatique, mais aussi pour en faire le premier levier de lutte contre le réchauffement planétaire. Une équipe internationale de chercheurs, comprenant notamment des scientifiques du CNRS, de l’Iddri et de Sorbonne Université, a synthétisé les connaissances sur le sujet pour en tirer « 13 mesures qu’offre l’océan pour lutter contre le changement climatique ».

Mais certaines mesures impliquent une modification volontaire des écosystèmes et du climat et nécessitent plus d’études avant d’être éventuellement déployées, soulignent les chercheurs. À défaut de quoi les solutions pourraient être pires que le mal. Face au réchauffement climatique, il est notre plus précieux allié en même temps que notre première victime. Sans l’océan, la situation serait bien pire. La contrepartie, c’est que ce rôle tampon l’abîme considérablement. 13 solutions océaniques Géo-ingénierie Approfondir les recherches. La Servante écarlate, un manuel pour les dystopies du XXIe siècle. Des chercheurs veulent nous préparer à l'effondrement climatique.

» Voilà comment les scientifiques de l’ONU se préparent à la fin du capitalisme. La Particule humaine : Jean-Marc Barr dans les ruines de notre civilisation. Over the next decade vertical farms will have to hire 100,000 workers. 7 classiques de l'anticipation à (re)voir d'urgence. « La science-fiction expérimente les conditions de la vie en commun » « Thermostat 6 », le court-métrage qui critique le déni écologique. Heineken et Nestlé: deux multinationales aux méthodes contestables. « Changer de système ne passera pas par votre caddie » Climat : la société civile n'est malheureusement pas la solution | LVSL.

Effondrement de la civilisation ? Pablo Servigne [EN DIRECT] Pablo Servigne: penser l’effondrement de notre monde. Présages #7 - Pablo Servigne : collapsologie, intuition et émotions. Animaux trop Humains : Entraide Animale (Documentaire) Au cœur des réseaux de l'évolution. K2264. "La loi de la jungle, c'est aussi la loi de l'entraide" Comment réduire l’empreinte environnementale du web. Quelle est l’empreinte environnementale du web. Internet, une histoire pas tellement virtuelle. Pour sauver la biodiversité, il faut limiter le changement climatique. Les humains ont déjà détruit la moitié de la biomasse sur Terre. « Tous les indicateurs sont au rouge pour la biodiversité » « La survie du monde vivant doit passer avant l'économie »

Addiction à la technologie : la faute aux designers ? « Plus vous lisez en diagonale, plus votre cerveau réclame de la rapidité » Imaginez : en 2038, la France a réussi la transition écologique. Une croissance tournée vers le climat génèrerait 26 000 milliards de dollars.

2118 : la « grande dystopie » du XXIe siècle rangée dans un musée. 15 espèces communes en voie de disparition. #BrightMirror, saison 2, chapitre 5 : transport. « La baisse catastrophique des populations d'oiseaux continue » Comment commencer en Permaculture ou en Agroécologie ? Mon Jardin en Permaculture. « Les eaux usées sont une ressource » | Usbek & Rica. Usbek & Rica. Les fermes verticales ou l'utopie d'une écologie hors sol | Usbek & Rica.

Sans Lendemain. BULLE : La Vie du Terrible Midgley - Destructeur de la Planète. La Terre va-t-elle devenir un immense désert ? Etat des populations d'oiseaux en France. Pablo Servigne : « Je défends un catastrophisme positif » Changement climatique : les 8 apocalypses à venir. Réchauffement : un emballement catastrophique du climat possible dès 2°C. La “lassitude de l'apocalypse” nous empêche de sauver le climat. « Parler de solutions au problème climatique est un mensonge » Pour une révolution politique et spirituelle. L’écosocialisme comme alternative politique, sociale et écologique au capitalisme. Letemps - Mayas, Vikings, Île de Pâques... Comment ces grandes civilisations ont disparu.

Collapsologie – L'actualité scientifique de l'effondrement. L’effondrement des sociétés humaines est-il inévitable ? Les cinq stades de lE28099effondrement par Dmitry Orlov. » [Article] Les cinq stades de l’effondrement, par Dmitry Orlov. Page d'accueil - Alter Santé. « L'immeuble-ville », une bonne réponse à la surpopulation urbaine ? #BrightMirror, saison 2, chapitre 3 : Ville verticale.