background preloader

Elinor Ostrom ou la réinvention des biens communs

Elinor Ostrom ou la réinvention des biens communs
La théorie des biens communs, ou plus précisément des « communs », suivant le terme anglais commons, qui est plus général et moins focalisée que la traduction française actuellement utilisée, a connu plusieurs périodes : les études historiques, l’analyse du fonctionnement des communs naturels et la construction des communs du numérique. Elinor Ostrom et l’approche institutionnelle de l’économie politique des communs est essentielle dans ce parcours pour comprendre le renouveau de l’étude des communs et l’apparition de mouvements sociaux qui se revendiquent de la défense ou de la construction des communs. Leçons de l’histoire L’histoire de l’Angleterre et du mouvement des enclosures, qui opposa très violemment les pauvres des campagnes aux propriétaires terriens entre le XIIIe et XVIIe siècle a été la première incarnation des analyses et des mouvements sur les communs. De la tragédie à l’écologie Les communs du numérique Continuer de construire une théorie des communs

http://blog.mondediplo.net/2012-06-15-Elinor-Ostrom-ou-la-reinvention-des-biens-communs

Related:  Ostrom

Bonne nouvelle pour la théorie des biens communs L'attribution du prix "Nobel" d'économie à Elinor Ostrom est une excellente nouvelle pour le développement d'une réflexion politique et sociale adaptée aux défis et aux enjeux du XXIe siècle. Le prix «·Nobel » d'économie a été décerné ce matin à Elinor Ostrom et Oliver Williamson. Leurs travaux, quoique très différents, portent non plus sur la modélisation économique, mais sur le « retour au réel ». Ils prennent en compte des interactions humaines en s'échappant du modèle de la « rationalité économique » qui prévaut dans les constructions mathématiques à la mode au cours de la décennie précédente. C'est une confirmation du changement d'orientation des Nobels entamé par la reconnaissance du travail de Paul Krugman l'an passé et de Muhammad Yunus précédemment.

Repriser ses vieilles chaussettes Que faire ? Un trou dans votre chaussette ? Attendez avant de la jeter (comme une vieille chaussette) à la poubelle et de filer à Carrouf en acheter une autre paire de tout aussi mauvaise qualité ! Vers une foule sans maître ? Comment se construit la figure du "chef" au XXe siècle ? En rapport avec quelles pratiques de gouvernement, avec quelles mutations des subjectivités individuelles, avec quelles transformations du monde productif ? Comment penser ces figures de l'autorité et ces foules, dociles ou rétives, qui leur ont fait face au fil de l'histoire ? Pour Contretemps l'historien Yves Cohen revient sur ces questions, auxquelles il a consacré une recherche au long cours. Une occasion de revisiter l'histoire du XXe siècle et d'en tirer des leçons pour penser des formes non autoritaires d'organisation du travail et d'expression politique. L’histoire des pratiques tayloriennes d'organisation du travail s’est imposée à moi quand j'ai commencé à faire de la recherche pour ma maîtrise et pour ma thèse.

«Le domaine public est aussi un moteur économique» Conservateur à la Bibliothèque d’histoire internationale contemporaine, juriste et cofondateur de la plateforme SavoirsCom1 qui se mobilise pour la défense des «biens communs de l’existence», Lionel Maurel décrypte régulièrement sur son blog (1) les attaques qui visent le domaine public. Comment analysez-vous cette «affaire» Sony-Dylan ? C’est carrément une provocation, puisqu’ils ont sous-titré ce disque «The Copyright Extension Collection». Plus largement, la gratuité dérange profondément les industries culturelles. Pour elles, dans la musique comme dans d’autres secteurs, c’est quelque chose qu’il faut combattre.

GOUVERNANCE DES BIENS COMMUNS ELINOR OSTROM CHAPITRE 1 - La Garde Guérin NOTES DE LECTURE (Chap. 1) Ces notes relèvent de la lecture de la traduction française en 2010 de la Gouvernance des biens communs d’Élinor OSTROM , prix Nobel d’économie 2009. L’œuvre originale date de 1990, cette analyse ne tient pas compte de l’évolution de sa pensée depuis 20 ans. « Nous pouvons observer, dans le monde, que ni l’État ni le marché ne réussissent à permettre aux individus une utilisation productive à long terme des systèmes de ressources naturelles.

Interventions université d’automne LdH sur le thème des communs JOURNÉE 1 – Samedi 26 novembre Introduction Par Fabienne Messica, membre du Bureau national de la LDH Mon année open source ou le projet un peu fou d'un néo-zélandais berlinois Vis ma vie en terre inconnue de l’open source… À partir du premier août prochain un jeune réalisateur néo-zélandais vivant à Berlin se propose de passer « une année open source ». Mais attention, il ne s’agit pas seulement de migrer vers GNU/Linux et surfer avec Firefox, il veut essayer de tout faire avec du Libre, son approche et sa philosophie ! Il a essayé d’expliquer le concept à sa maman, en prenant l’exemple d’Open Cola, pour conclure qu’il n’irait pas dans un restaurant qui ne lui fournirait pas les recettes des plats !

Michel BAUWENS- Et si la ville anticipait l’émergence d’une économie peer-to-peer ? Propos recueillis par Emile Hooge-Octobre2012. Michel Bauwens est le fondateur de la Foundation for Peer-to-Peer Alternatives. Il est chercheur associé en sciences de l’information à l’Université d’Amsterdam, et expert auprès de l’Académie Pontificale des Sciences Sociales. Il est également administrateur de l’Union des Associations Internationales (Bruxelles).Il a commencé sa carrière dans l’industrie pour British Petroleum et Belgacom et créé plusieurs start-up dans le domaine de l’Internet. Depuis, il a enseigné l’anthropologie numérique à ICHEC/St. Louis à Brussels puis à Payap University et Dhurakij Pandit University's International College en Thaïlande et aujourd’hui à IBICT, Rio de Janeiro. Alain Lipietz » Blog Archive » Elinor Ostrom : prix Nobel pour Copenhague ? (I) L’attribution du prix Nobel d’économie à Oscar Williamson et Elinor Ostrom, spécialistes, respectivement, des formes de gouvernance et des biens communs, n’est probablement pas un hasard. Les jurés ont sans doute voulu éclairer l’événement historique de l’année : la conférence de Copenhague pour sauver le climat de la planète. Passons rapidement sur Williamson. Son intérêt majeur est d’avoir réhabilité, dans le langage du mainstream, une opposition oubliée, quoique classique : entre « marché » et « hiérarchie ».

Related: