background preloader

Biens communs

Facebook Twitter

Les communs de l'information et de la connaissance — Enseigner avec le numérique. Vers une littératie des Communs : un parcours professionnel et universitaire. Un an après l'avoir présenté, je publie (enfin) le mémoire de Master 2 Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication sous la direction de Louise Merzeau.

Vers une littératie des Communs : un parcours professionnel et universitaire

Ce mémoire qui m'a accompagnée de 2013 à 3015. Vous y retrouverez de nombreux extraits de ce blog puisqu'il a été mon journal de bord. J'ai essayé de montrer que les Communs, au carrefour des débats sur l’économie, le politique, la culture ont toute leur place dans l'éducation. Développer une conscience des enjeux de la culture numérique et de l'EMI, transmettre des savoir-faire et savoir-être permettent de garantir des capacités à créer et préserver les Communs de la connaissance à travers la littératie des Communs (lire/écrire dans une logique de savoirs et connaissances partagés). Entretien croisé avec Thomas Fourmeux et Eric Garnier : Bibliobox, CDIBox, un pas de plus vers les Communs à l'Ecole. Depuis la brève publiée en septembre dernier « BiblioBox, dispositif de partage de ressources numériques pour les bibliothèques », la BiblioBox ne cesse d’intéresser les enseignants, et les professeurs documentalistes plus particulièrement.Ces dernières semaines, plusieurs enseignants relatant des expérimentations autour des BiblioBox ont émergé sur la toile.

Entretien croisé avec Thomas Fourmeux et Eric Garnier : Bibliobox, CDIBox, un pas de plus vers les Communs à l'Ecole

Il suffit pour s’en convaincre de suivre le mot dièse #BiblioBox (et #CDIBox) sur Twitter.La BibloBox fait l’objet de nombreuses présentations et déclinaisons. Voici une petite sélection : Éric Garnier en mars dernier relatait son expérimentation en CDI Dans le cadre de #Bibdoc37 « La bibliothèque augmentée : regards croisés sur la co-construction des savoirs » à Parçay-Meslay (Tours nord) le 16 avril 2015 : La présentation de Cyrille Jaouan Alors que nous préparions cet entretien, Corinne Christophe a lancé un appel sur le forum du site BiblioBox pour en créer dans le cadre de Ecritech6 à Nice : BiblioBox ?

Aucun souci pour moi ! Les (Biens) Communs : vers une littératie des Communs. Repenser nos communs. -C’est à mes étudiants que je pense.

Repenser nos communs

À ceux d’aujourd’hui, à ceux que j’ai croisés depuis maintenant presque 30 ans, à ceux aussi qui sont encore sur les bancs de l’école ou du lycée et que je ne rencontrerai que dans quelques années. Que leur ai-je transmis ? Ai-je fait ce qu’il fallait pour les aider à penser, à questionner, à comprendre ? Ai-je œuvré à les rendre plus responsables, plus exigeants, plus honnêtes ? Ai-je réussi à leur passer un peu de ma passion pour l’intelligence, la culture et la rigueur intellectuelle ? Pour quelques-uns au moins, sans doute. Mais leur ai-je assez dit combien cette voie était fragile ? Depuis plusieurs générations maintenant, j’ai vu les comportements changer, d’une soumission plus ou moins passive envers l’autorité universitaire à une pratique consumériste de plus en plus individuelle envers l’enseignement.

Et la République dans tout ça ? Marche républicaine du 11 janvier 2015 à Paris – photo Sébastien Amiet CC BY 2.0. « Les biens communs nous offrent davantage de liberté et de pouvoir que ne le font l’État et le marché. La notion de « biens communs » attire de plus en plus l’attention et l’intérêt de divers acteurs du changement social.

« Les biens communs nous offrent davantage de liberté et de pouvoir que ne le font l’État et le marché

Qu’il s’agisse d’écologie, de défense des services publics, de culture ou de technologie, les biens communs – ou, plus simplement, les « communs » – ont pour principal attrait de dessiner une alternative pratique aux logiques de commerce et de contrôle, mettant l’accent sur la coopération et le partage, et redonnant du pouvoir et de l’autonomie aux simples citoyens. La notion de « biens communs » est invoquée à propos de choses très différentes entre elles, depuis la gestion collective des ressources naturelles jusqu’à Linux et Wikipedia, en passant par la préservation des traditions indigènes, les services et infrastructures publics, les coopératives et l’économie solidaire, les jardins partagés et les AMAP… Difficile parfois de trouver un fil conducteur. Basta !