background preloader

Biens communs

Facebook Twitter

Shaarli.fr. Hervé Le Crosnier : « Le réseau est devenu un des nouveaux lieux de la lutte des classes » – Le Comptoir. Ancien conservateur de bibliothèque, Hervé Le Crosnier est actuellement enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la documentation à l’Université de Caen Basse-Normandie. Également éditeur chez C&F éditions, il publie des ouvrages sur des sujets divers – les utopies d’Internet, l’évaluation de l’information en ligne, l’adolescence ou encore le moteur de recherche Google –, tous liés à la problématique du numérique et son impact sur nos sociétés.

Influencé par les travaux de la politologue et économiste américaine Elinor Ostrom (1933-2012), il a fait des biens communs, et en particulier des communs de la connaissance, son cheval de bataille. Partisan des travaux collectifs comme Wikipédia, promoteur du libre sur Internet et observateur des phénomènes contemporains d’expropriation du commun, il se fait un point d’honneur à adopter un discours accessible et à mettre à disposition ses travaux en ligne. Un autre exemple : les luddites, en Angleterre, au début du XIXe siècle. Loi Numérique : les députés disent non au domaine commun informationnel. Il n’y aura pas de définition positive du domaine commun informationnel.

Loi Numérique : les députés disent non au domaine commun informationnel

Les députés partisans d’une telle définition se sont heurtés à un mur ce matin, les opposants dénonçant des dispositions mal ficelées. Dans les amendements au projet de loi Lemaire, œuvrant pour cette définition, il s’agissait d’insérer dans un tel domaine « les informations, faits, idées, principes, méthodes, découvertes, dès lors qu’ils ont fait l’objet d’une divulgation publique licite, notamment dans le respect du secret industriel et commercial et du droit à la protection de la vie privée ».

Y étaient encore intégrés « les œuvres, dessins, modèles, inventions, bases de données, protégés par le code de la propriété intellectuelle », du moins, ceux « dont la durée de protection légale, à l’exception du droit moral des auteurs, a expiré ». Aucun n’aurait alors pu « faire l’objet d’une exclusivité, ni d’une restriction de l’usage commun à tous, autre que l’exercice du droit moral ». 04A - Les communs de la connaissance (CN15-16) - Centre d'Enseignement Multimédia Universitaire (C.E.M.U.) Université de Caen Basse-Normandie.

E-penser. Autour des pratiques collaboratives. Pour la première fois de son histoire, notre société est confrontée à la gestion de l'abondance. La création, la contribution, l'expression de millions de personnes est "maintenant sous la main" (M. Serres). Pour bénéficier de cette abondance rendue possible par le numérique, il nous faut apprendre non plus à cacher notre copie, mais à réutiliser, partager, enrichir, et échanger en réseau. Voici une collecte de références pour se former, échanger autour des pratiques collaboratives initiée par Michel Briand, Telecom Bretagne, à compléter (wiki ouvert). Pour faciliter cette transition vers un monde du numérique ouvert et en réseau ouvert,nous faisons ici le choix des biens mis en communs en privilégiant les contenus, réseaux qui se place sous le signe du partage et des droits d'usage élargis.

Une bibliographie complémentaire du magazine contributif "Pratiques Collaboratives" qui relie et diffuse initiatives, réflexions et contenus autour des pratiques collaboratives. Fil d'actualité. Biens communs de la connaissance et de l’information : Dossier complet. La notion de biens communs de la connaissance et de l’information n’est absolument pas nouvelle mais depuis plusieurs années, elle connaît une nouvelle jeunesse dans le discours et les actions de projets numériques d’associations et collectivités territoriales voire d’entreprises.

Biens communs de la connaissance et de l’information : Dossier complet

Des projets de ressources pédagogiques comme biens communs De plus en plus d’EPN et projets qui produisent, collectent et diffusent des ressources et cherchent à définir ce qui fait lien et partage de ces données, réalisations pédagogiques, créations… Dans ce cas, la notion de biens communs fait sens car elle souligne l’organisation de ces ressources par une gestion à plusieurs avec des décisions collectives. Les EPN (espaces publics numériques) ne sont-ils pas déjà des Maisons des biens communs ?

Dossier complet sur les (biens) communs Autre question évoquée : l’enseignement des communs. Sommaire Licence : Contrat spécifique : merci de prendre contactGéographie : France.