background preloader

La lutte pour les communs, une réponse au problème du numérique?

Facebook Twitter

Partie la plus engagée de ce devoir, elle s'appuie essentiellement sur la connaissance du blog de Silvère MERCIER et de recherches via le moteur interne de Pearltree avec le tag "Communs numériques"

Le gouvernement contre les communs, embrasement de la tweetosphè

Ecologie et Numérique, l’avenir en Commun. Ecologie et Numérique, l’avenir en Commun pour une Région de l’innovation économique, citoyenne et inclusive. par Claire MONOD - Julien BAYOU – Gilberte CARON, candidatEs EELV en Ile de France avec Emmanuelle Cosse Nous percevons tous la formidable mutation qui est en marche, aussi complexe que certaine.

Ecologie et Numérique, l’avenir en Commun

Accélération, décomposition, recomposition… Notre monde bouge à chaque « clic ». L’ancien monde a atteint la limite de ses ressources, un autre le pousse. En 2015, une large part de l’inventivité est tournée vers le développement de services rendus possibles par le numérique. En première ligne de cette mutation fulgurante, la Région Île-de-France a un rôle fondamental. Les nouvelles économies, sociales, solidaires et numériques constituent un gisement considérable en matière d’emploi et de création d’entreprises. Biens communs numériques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Biens communs numériques

Les biens communs numériques correspondent à l'ensemble des ressources numériques produites et gérées par une communauté. Comme les autres biens communs informationnels, ils se caractérisent par leur non-rivalité : leur utilisation n'est pas exclusive et elle ne leur inflige aucune détérioration. Pour de nouveaux droits et libertés numériques - JLM 2017.

Bien commun. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bien commun

Le bien commun est une notion théologique, philosophique et politique qui désigne l'idée d'un bien partagé par les membres d'une même communauté, au sens spirituel et moral du mot « bien » aussi bien qu'au sens matériel et pratique (les biens). Si une réflexion philosophique sur ce qui nous constitue en tant que communauté s'est amorcée au moins dès Platon, le concept de bien commun est présent dans la théologie chrétienne à partir de Thomas d'Aquin, au xiiie siècle, où il désigne l'inclination naturelle de la Création dans son ensemble (dont la communauté humaine) vers le Bien qui est Dieu[1].

Entretien avec Louise Merzeau : culture numérique, média, communs et vivre ensemble. Parce que nous suivons avec grand intérêt ses travaux autour de (entre autres) la présence numérique, du transmédia, de l’environnement-support et des communs, et parce que ce qu’elle dit nous semble fondamental et transférable lors de nos séances d’EMI et de culture numérique, nous avons sollicité Louise Merzeau qui a accepté de participer au jeu des interviews de Doc pour Docs.C’est lors de la lecture du conducteur de la conférence « L’expérience transmédiatique, ou comment vivre ensemble dans le monde numérique ?

Entretien avec Louise Merzeau : culture numérique, média, communs et vivre ensemble.

» qu’a germé l’idée de cet entretien. Projet de loi Numérique : vers la notion de communs informationnels ? — Droit des technologies avancées. Le projet loi pour une République numérique porté par Axelle Lemaire, vise à élaborer un cadre juridique permettant de construire une véritable « économie de la donnée » (intitulé du chapitre 1er du projet de loi).

Projet de loi Numérique : vers la notion de communs informationnels ? — Droit des technologies avancées

La « data » est en effet le nerf de la guerre. Elle devient l’enjeu majeur en raison du caractère potentiellement inépuisable de cette ressource. Deux éléments essentiels structurent cette économie : les « communs » et la « recherche scientifique ». Au fondement de ce texte se trouve l'idée qu'il existe des biens communs appartenant à l’humanité, et que la création de la recherche publique est un des éléments clés du devenir des hommes. Il n’y a pas de clivage politique à ce niveau-là, la recherche et la science sont universelles. 1.

Révolution numérique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Révolution numérique

L'ordinateur constitue l'élément clé du phénomène « révolution numérique ». À la fin des années 1970, les premiers ordinateurs personnels sont fabriqués à grande échelle. La constitution du réseau internet, par lequel des ordinateurs du monde entier peuvent se connecter entre eux, a constitué le deuxième facteur décisif de la « révolution numérique ». On dénombre un million d'ordinateurs connectés en 1992 et 36 millions quatre ans plus tard.

Les lettres http (Hyper Text Transfer Protocol) et www (World Wide Web) peuvent être considérées comme le symbole de cette mutation. On appelle « révolution numérique[2] » (ou plus rarement « révolution technologique[3] » ou « révolution internet »[4]) le bouleversement profond des sociétés survenu globalement, dans les nations industrialisées (notamment Europe occidentale, Amérique du Nord, Japon) et provoqué par l'essor des techniques numériques, principalement l'informatique et Internet. On[Qui ?] Favorisons la libre diffusion de la culture et des savoirs. Le projet de loi numérique donne enfin un fondement juridique aux biens communs de la connaissance. Mais il est urgent d’endiguer des pratiques qui limitent l’accès du public à des oeuvres qui se trouvent pourtant dans le domaine public, au profit d’intérêts commerciaux, alerte un collectif où figurent Pierre Lescure, Bruno Latour, Denis Podalydès et Benoît Thieulin.

Par Collectif. Tribune : Favoriser la libre diffusion de la culture et des savoirs ( lemonde.fr ) - Conseil National du Numérique. Dans une tribune publiée le 10 septembre 2015 dans le journal Le Monde, soixante-quinze personnalités de la communauté scientifique, de la recherche, du numérique et de la culture soutiennent les mesures du projet de loi numérique sur le domaine public informationnel, l’open access des publications scientifiques et le text and data mining .

Tribune : Favoriser la libre diffusion de la culture et des savoirs ( lemonde.fr ) - Conseil National du Numérique

Vous pouvez retrouvez l’article en accès libre sur le site : lien Vous aussi devenez signataire : lien Voici la liste des 75 premiers signataires :