background preloader

Prendre en compte la diversité des élèves : la différenciation pédagogique

Prendre en compte la diversité des élèves : la différenciation pédagogique
Comment gérer l’hétérogénéité dans une classe, comment prendre en compte les difficultés scolaires des élèves ? Présentation d’un dispositif : la différentiation pédagogique Pour répondre à la diversité et aux difficultés des élèves, il existe différents dispositifs dont : C’est la première aide à mettre en place par l’enseignant dans la classe car tout groupe est hétérogène. Elle ne vise pas seulement les élèves en difficulté Il s’agit d’adapter l’enseignement à la diversité des élèves. « c’est une démarche qui consiste à mettre en œuvre un ensemble diversifiés de moyen et de procédures d’enseignement et d’apprentissage pour permettre à des élèves d’âge d’aptitudes, de compétences, aux savoirs hétérogènes d’atteindre par des voies différentes des objectifs communs. " (AUZELOUX) Les activités de différentiation ne sont pas forcement des aides individuelles : elles peuvent se conduire au sein d’un groupe d’élève ou en classe entière. Les postulats de Burns : les groupements d’élèves

http://neo.snuipp.fr/prendre-en-compte-la-diversite-des,69

Related:  psycho pédacuriosityPedagogie

Enseigner l'oral (Circonscription Havre Nord) par nicolas.pinel sur Genially Enseigner l'oral Cycles 2 et 3Ressources de formation Les ressources et documents présentés ici s'inscrivent dans un parcours de formation non linéaire sur la base des besoins relevés. Production N. Pinel IEN / F.Bertrand CPCA. Elargir les compétences à l’ère du numérique Cinq compétences pour l’apprentissage de demain Si le développement de l’informatique et de l’internet ont mis à portée de la main des sources documentaires très impressionnantes, ainsi que des moyens d’y accéder, seul ou à plusieurs jamais connus auparavant sous cette forme et cette quantité, alors il est probable qu’un rééquilibrage des compétences individuelles à accéder aux savoirs et à construire ses connaissances est indispensable. L’accès aux savoirs, sous sa forme de recherche et de veille, est déjà bien développé et les référentiels se sont multipliés au cours des dernières années ainsi que les débats et propositions pour le développer. Par contre la notion de construction des connaissances, souvent moins travaillée, est particulièrement marquée par cette évolution. Le modèle de l’apprentissage scolaire, chemin prescrit de cette construction est concurrencé par des formes nouvelles issus d’univers différents et parfois concurrents. Compétence 1 : L’auto-direction

Ce que le numérique change à ma façon d’évaluer les élèves Jean-Pierre Costille est professeur d’histoire et géographie au lycée Jules-Haag, à Besançon. Il utilise depuis plusieurs années les outils numériques en classe, comme expliqué dans cet article. Il raconte ici, concrètement, comment ils lui permettent de mesurer régulièrement les progrès ou difficultés de ses élèves. Alors qu’une nouvelle année scolaire commence et que mes élèves de seconde sont en train de réviser – du moins, je l’espère ! –, le chapitre de géographie « Du développement au développement durable », je me suis demandé ce que le numérique avait changé depuis cinq ans à ma façon d’évaluer. Trop souvent l’évaluation n’a lieu qu’à la fin du chapitre, et toute erreur est définitive.

ADAPTER - Canopé Christelle EL JAMALI @ELJAMALI7 Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC BY-SA 4.0) Elèves à besoins éducatifs particuliers ? Les élèves à besoins éducatifs particuliers « Les élèves à besoins éducatifs spécifiques ou à besoins éducatifs particuliers regroupent une grande variété d’élèves qui ont, de manière significative,- plus de mal à apprendre que la majorité des enfants du même âge quand ils sont dans une situation particulière ou- qu’ils souffrent d'un handicap qui les empêche ou les gêne dans leurs apprentissages... » Vers une école de l’inclusion, Carlos CRUZ – IEN, 2010

François Taddei – Pour un nouveau modèle d’éducation François Taddei Chercheur en biologie des systèmes à l’INSERM Filmé à l'Espace Pierre Cardin le 30 janvier 2010 Ingénieur devenu généticien, François Taddei est chercheur en biologie des systèmes à l’Inserm. [ANALYSE DE FOND] L’importance des émotions dans l’apprentissage - KnowledgeOne Il n’y a pas si longtemps, on pensait qu’apprendre était un processus strictement rationnel dans lequel les émotions n’avaient pas grand-chose à voir. Une croyance qui s’est cristallisée avec une certaine définition de l’intelligence dérivée des « fameux » tests de QI, pourtant conçus pour détecter les difficultés d’apprentissage chez les enfants. On sait aujourd’hui que les émotions tiennent un rôle à ce point important dans la cognition qu’elles peuvent servir de levier ou, au contraire, devenir un frein. Que vous soyez enseignant ou apprenant, voici quelques points sensibles à garder en tête!

Coup de pied dans les habitudes... ou transition en (relative) douceur ? - Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs. Ce blog n'est pas un forum de débat entre partisans et adversaires de la pédagogie. Il veut être un lieu de réflexion et d'échanges Quelle stratégie pour que ça change ? Le coup de pied est suggéré par Benjamin, et d'autres, sûrement... Mais Charles Pépinster, l'ami Wallon, voit les choses autrement. Il est évidemment intéressant de voir ce que nos lecteurs et amis pensent de ce type de choix pour agir Car le moment d'agir est là : les moyens concrets, il faut les trouver maintenant. Génération X, Y et C : 3 visions du monde différentes, 1 même combat ! – Le Prince du Web Tout le monde ne sait pas à quoi correspondent ces lettres. Je vais donc vous expliquer rapidement ce qu’on appelle génération X, Y et C. La génération X regroupe les personnes qui sont nés entre 1959 et 1981. La Génération X était, à l’origine, connue sous le nom génération Baby Bust, en raison du faible taux de natalité par comparaison à la période précédente du Baby-boom. La génération Y est celle des personnes nées entre 1981 et 1996.

(1) A l’école, les introvertis, ça va sans dire Tribune. Si pour vous la solitude est une aventure féconde tandis que vous vivez chaque soirée mondaine comme un exil forcé, si vous préférez l’intimité des textos à la contrainte des appels téléphoniques et si vous avez cette tendance rendue étrange à observer, à recueillir beaucoup d’informations avant de vous exprimer, vous êtes probablement ce que Carl Gustav Jung aurait catégorisé comme «introverti». C’est ainsi que ce psychologue, en 1921, avait qualifié les personnes qui puisent plus facilement leur énergie dans le calme et la solitude, et qui la perdent avec davantage de fracas là où les interactions sociales sont incontournables.

Related: