background preloader

Le fast-food est le nouveau leader de la restauration en France

Le fast-food est le nouveau leader de la restauration en France
FAST FOOD - Au pays de la gastronomie, le fast-food est roi: le marché de la restauration rapide, qui a représenté 34 milliards d'euros de ventes en France en 2012, pèse désormais plus lourd que la restauration traditionnelle avec service à table. "Malgré un ralentissement et une conjoncture économique peu optimiste, le marché de la restauration rapide fait encore bonne figure en 2012" avec une croissance de près de 4% des ventes, indique le cabinet Gira conseil, spécialiste du secteur, dans une étude publiée jeudi. "Cette croissance est très supérieure à celle de l'ensemble de la restauration", détaille le directeur du cabinet Bernard Boutboul, ajoutant que la restauration rapide pèse désormais 54% des ventes de tout le secteur. La France, 2e marché dans le monde Depuis 2004, année où la restauration rapide a accéléré sa montée en gamme et sa diversification, les ventes du secteur ont bondi de +74%. "Montée en gamme" » Découvrez à quoi ressemblera le fast-food de demain Contactez-nous

http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/28/le-fast-food-est-le-nouveau-leader-de-la-restauration-en-france/

Related:  Etude de marché de la restauration rapidela restauration rapideprojet keeb naananeleloalexverdu34

France: le fast-food est roi du marché Au pays de la gastronomie, le fast-food devient roi: le marché de la restauration rapide, qui a représenté 34 milliards d'euros de ventes en France en 2012, pèse désormais plus lourd que la restauration traditionnelle avec service à table. "Malgré un ralentissement et une conjoncture économique peu optimiste, le marché de la restauration rapide fait encore bonne figure en 2012" avec une croissance de près de 4% des ventes, indique le cabinet Gira conseil, spécialisé en restauration, dans une étude publiée aujourd'hui. "Cette croissance est très supérieure à celle de l'ensemble de la restauration", détaille le directeur du cabinet Bernard Boutboul, ajoutant que la restauration rapide pèse désormais 54% des ventes de tout le secteur. Depuis 2004, année où la restauration rapide a accéléré sa montée en gamme et sa diversification, les ventes du secteur ont bondi de +74%.

La restauration rapide surfe sur la crise L'Île-de-France est la région où se concentrent 30 % des salariés du secteur de la restauration rapide. Le nombre d’établissements (plus de 13.000) a progressé de 74 % au cours de la décennie 2000-2010, avec des pointes à + 124 % en Seine-et-Marne et à 100 % ou plus dans les autres départements de la couronne parisienne. La vitalité de la restauration rapide est aussi remarquable si l’on se réfère au chiffre d’affaires : il s’est accru de 5 % par an en moyenne entre 2000 et 2010, selon la chambre de commerce et d’industrie de Paris, soit beaucoup plus vite que le reste de l’économie. La crise a du bon Surtout, il s’agit d’un secteur que la crise n’affecte pas, au contraire. Les pauses déjeuner doivent être de plus en plus courtes et de plus en plus économiques : 71 % des repas pris en dehors de son domicile coûtent moins de 10 euros, boisson comprise, l’équivalent d’un ticket-restaurant (8 euros en moyenne).

McDo, kebab, sandwich... comment la restauration rapide a conquis la France La restauration rapide a conquis les Français. Que ce soit la grande enseigne américaine, le kebab du coin ou encore le bar à salade à la mode, les Français sont de plus en plus nombreux à se ruer au comptoir. Explications. Observatoire des métiers de la restauration rapide 25 années auront suffi à la restauration rapide pour s'imposer comme un incontournable de notre société. L'absence de service à table, l'utilisation de vaisselle et de conditionnements jetables, ont su révolutionner les habitudes d'une clientèle en attente de modernité, de simplicité, de rapidité. L'éventail des activités est large. Il se divise en plusieurs familles, animées par des chaînes ou des acteurs indépendants: hamburgers, sandwicherie et viennoiserie, pizzas livrées à domicile, produits à base de poulet, sushis, dégustation de boissons. Forte de sa diversité et de ses spécificités, la restauration rapide s'est aussi imposée comme un acteur essentiel de l'économie, de l'emploi, et plus largement de la vie sociale. Une réponse pertinente aux nouveaux besoins

La restauration rapide tire profit de la crise Selon une étude du CROCIS*, 23% des établissements de restauration rapide en France sont situés en Ile-de-France. Ce sont essentiellement des indépendants, qui cohabitent toutefois avec les opérateurs majeurs que sont les chaînes (Mac Donald's, La Brioche Dorée, Quick, Paul, Subway…). En dix ans, de 2000 à 2010, leur nombre a enregistré une croissance de 74 %. En comparaison, sur la même période, la restauration traditionnelle a vu le nombre de ses établissements augmenter de 20%. Crise : les Franciliens privilégient la restauration rapide La restauration rapide tient une place de choix pour les Franciliens, comme en témoigne l'explosion du nombre d'établissements la pratiquant en Ile-de-France. Le Centre régional d'observation du commerce, de l'industrie et des services (CROCIS) annonce mercredi une augmentation de 74% entre 2000 et 2010 de l'installation de ce type de commerce. Les établissements traditionnels ont également vu leur nombre augmenter, mais dans une moindre mesure, avec une hausse de 20% sur la même période. Forte de 31,2 milliards d'euros de revenus en 2010, la restauration rapide représente désormais 40% de la consommation alimentaire hors domicile partout en France, tandis que la restauration de table a connu un recul en fréquentation et en dépense, selon le CROCIS. En 2010, elle a accusé le coup avec une baisse de 2,3% de sa clientèle, contre une hausse de 0,2% pour les établissements rapides. 71% des repas pris hors domicile coûtent moins de 10 euros

Burger King ouvre à Paris et il y a foule : votre fast-food préféré ou succès éphémère Burger King a ouvert ses portes à Paris Saint-Lazare le 16 décembre. C'est votre fast-food préféré ? (T.SAMSON / AFP) BURGER MANIA. Les Français sacrifient les sorties au restaurant La fréquentation des établissements a chuté de 2% en 2012 par rapport à 2011, selon The NPD Group. Les professionnels craignent l'effet durable de la crise, ainsi que les conséquences des récents scandales alimentaires. Tandis que leur pouvoir d'achat a baissé en 2012 pour la première fois depuis 1984, les Français taillent toujours plus dans leurs dépenses. Victime de ces arbitrages budgétaires, la restauration commerciale accuse une sévère baisse de régime. La fréquentation des établissements a chuté de 2% en 2012, après un léger rebond de 0,8% l'année précédente, selon le bilan annuel de l'institut The NPD Group. Au total, les restaurants de France ont enregistré une perte de 113 millions de «visites» en un an.

Related:  jakarovicmathildeemery