background preloader

Verdun et la Première Guerre mondiale vues par le cinéma

Verdun et la Première Guerre mondiale vues par le cinéma
VIDÉOS - Dimanche 29 mai, les Français commémoreront officiellement le centenaire de la bataille de Verdun. À cette occasion, Le Figaro vous propose de découvrir une sélection de films qui ont mis en scène cet évènement historique. La France célèbrera ce dimanche 29 mai le centenaire de la bataille de Verdun. À cette occasion, Le Figaro vous propose de découvrir une sélection de films qui ont mis en scène cet évènement historique. Si la première guerre mondiale a inspiré les cinéastes et les documentaristes depuis un siècle, sa bataille la plus sanglante, Verdun (21 février -19 décembre 1916), à la différence de celle de Stalingrad (17 juillet 1942-2 février 1943), n'a pas encore vu un film qui lui aurait été entièrement dédié. Les réalisateurs, jusqu'à maintenant, ont préféré replacer cet affrontement crucial dans le contexte plus général de la guerre 14-18. De grands noms du 7e art, metteurs en scène et acteurs, apparaissent dans notre sélection.

http://www.lefigaro.fr/cinema/2016/02/21/03002-20160221ARTFIG00020-verdun-et-la-premiere-guerre-mondiale-vues-par-le-cinema.php

Related:  La Première Guerre mondialeCHAP 1 PGMcivils et militaires durant la Grande GuerreHistoire géographie

Verdun, il y a cent ans : « C’était une boucherie inouïe » C’est un petit paquet de feuilles jaunies par le temps, qui sommeille aujourd’hui dans le tiroir d’une vieille commode. Une vingtaine de pages noircies d’une écriture fine, qui racontent l’une des semaines les plus sanglantes de l’histoire de France. Un récit clinique, celui des tout premiers jours de la bataille de Verdun, tels que les a vécu un jeune homme de 23 ans que rien ne prédestinait à ce rôle de chroniqueur. Il s’appelait René Prieur. Né le 10 août 1891, ce fils d’un professeur d’histoire enseignant au lycée Charlemagne, à Paris, fait partie des quelque trois millions et demi de jeunes Français qui ont répondu à l’ordre de mobilisation générale en août 1914.

Première Guerre mondiale: des photos inédites de la vie dans les tranchées HISTOIRE - Ce sont des clichés encore jamais vus de la Première Guerre mondiale. Ils sont l'œuvre du caporal nord-irlandais George Hackney, qui a capturé clandestinement la vie dans les tranchées en France lors de la bataille de la Somme en 1916. S'il avait été vu avec un appareil photo sans autorisation, ce soldat aurait fait face à une cour martiale... D'abord diffusés par la BBC dans un documentaire intitulé The Man Who Shot the Great War (L'homme qui photographia la Grande Guerre), ces photos sont décrites comme une "collection unique" par son réalisateur Brian Henry Martin, offrant "une fenêtre sur ce qu'il était de vivre et mourir sur le front occidental". "Qui est cet homme?

Jean Jaurès et la guerre Depuis 1905 - une première crise au Maroc et, plus loin, la guerre russo-japonaise, la "mondialisation heureuse" alors à l'oeuvre se sentait comme traversée par l'inquiétude. Cependant, en 1912, les dirigeants européens imaginent encore que les conflits qui éclatent ici, là, ailleurs peuvent être localisés. Et, après l'attentat contre l'archiduc héritier d'Autriche-Hongrie, ils le pensent toujours. La bataille de Verdun Repères pour l’enseignant La bataille de Verdun Verdun occupe une place à part dans la mémoire française. Dès 1916, cette bataille est devenue le symbole même du conflit, « une guerre tout entière contenue dans la guerre », comme l’a écrit Paul Valéry. Verdun est une bataille totale. Par les moyens mis en œuvre, d’abord.

"La séance est ouverte" : un comité secret de 1916 Les débuts de la guerre ont laissé le beau rôle aux chefs militaires. En France, à Joffre notamment, qui cultive dans son état-major de Chantilly le style du dictateur à la romaine, le genre Cincinnatus sauveur de la patrie. Abel Ferry, député et mobilisé, se plaint que "les généraux mangent du civil." Fin 1914, lorsque les ministres et les parlementaires quittent enfin Bordeaux et rejoignent Paris, les équilibres traditionnels se rétablissent peu à peu. Colbert présente à Louis XIV les membres de l’Académie royale des sciences Contexte historique Le règne de Louis XIV est marqué par une centralisation de toutes les formes de création artistique et intellectuelle au service du prince. Cette création étatisée se déploie, sur le modèle italien, dans le cadre d’académies : l’Académie de danse (1661), l’Académie de musique (1669), l’Académie d’architecture (1671) s’ajoutent à l’Académie française (1635) et à l’Académie de peinture de sculpture, créée en 1648, réformée par Colbert en 1663.

14-18 : La mobilisation économique en France Semaine spéciale « 14-18 : les fronts intérieurs » Au départ,aucun des dispositifs économiques nécessaires à une guerre de longue durée n'est au point. On n'a même pas vraiment imaginé que la récolte de l'été 14 puisse pourrir sur pied. Mais il ne s'agit pas seulement d'organiser l'agriculture et le commerce: la guerre est maintenant industrielle. Le peupe habile des machines que chantait Apollinaire avant 14 devient une armée.

Ex.séquence Laïcité (Ina-Jalons) parcours pédagogique Christophe Gracieux - professeur agrégé d'histoire de l'Académie de Versailles Présentation À travers une sélection de vidéos croisées avec des grands textes de référence, ce parcours s’intéresse à la laïcité en France. 14-18: les écrivains et la guerre Semaine spéciale "14-18 : les fronts intérieurs" Apollinaire lui-même, pourtant parti en 14 flamberge au vent dans un élan chevaleresque, sentira le sens de son combat se dérober peu à peu. Au fil des mois d'une guerre inouïe, à nulle autre pareille, tous les écrivains qui participent au combat voient pareillement les motifs premiers qui les animaient se détacher d'eux, un peu comme des écailles, les laissant à vif. Barbusse, par exemple, avait annoncé publiquement dans "L'Humanité" son engagement volontaire: bien que pacifiste et socialiste, il croyait qu'il fallait défendre la nation attaquée. Puis l'expérience avait pulvérisé le sens qu'il avait d'abord donné à son acte. Deux ans plus tard, son livre, "Le Feu", cherchait à éclairer ce qui naissait dans l'écroulement brutal de la vieille Europe civilisée.

Related: