background preloader

Rapport bien être et santé au travail

Rapport bien être et santé au travail
Related:  SCIENCES DE GESTION

Le mal-être des salariés coûte 13.500 euros par an et par salarié Crédits photo : Shutterstock.com "Le bien-être des collaborateurs" est un enjeu social majeur pour les entreprises, surtout pour leur pérennité et leur performance. La mauvaise qualité de l'organisation du travail coûterait 13.500 euros par an et par salarié aux entreprises. En outre, la désorganisation du travail entraînerait une dégradation de la performance socio-économique des entreprises françaises de 27 %. Ces chiffres illustrent que le désengagement des salariés se paient au prix fort par les employeurs. Conscients du délabrement des conditions de travail et de l'impact de celui-ci sur les résultats des entreprises, le groupe de protection sociale Apicil et le cabinet de conseil en organisation Mozart Consulting s'associent, depuis 2011, pour réaliser chaque année un baromètre sur le bien-être au travail. Chiffres clés L'énergie, les télécoms, la banque et les assurances, plus favorables au bien-être L'IBET, qu'es-aquo ? Les salariés du tertiaire, stressés

Travail-Emploi - Le coût horaire de la main-d'œuvre en France Antoine Luciani, division Salaires et revenus d’activité, Insee Résumé En 2012, en France métropolitaine, un salarié coûte en moyenne 51 839 euros par an à son employeur dans les entreprises de dix salariés ou plus. Rapporté au nombre d’heures effectivement travaillées, le coût du travail est légèrement inférieur à 34 euros de l’heure. Il est le plus élevé dans la production-distribution d’électricité et de gaz et dans les activités financières et d’assurance, où la proportion de cadres est forte. L’essentiel du coût provient des salaires et traitements bruts (65 %) et des cotisations sociales patronales (31 %). Sommaire Publication Un coût horaire un peu plus élevé dans le secteur privé En 2012, en France métropolitaine, hors agriculture, le coût annuel en équivalent temps plein (EQTP) d’un salarié dans les établissements dépendant d’entreprises de dix salariés ou plus est en moyenne de 51 839 euros. Retour au sommaire Le coût horaire moyen varie fortement selon le secteur

Quels indicateurs pour la gestion des talents ? Publié le 03/11/2010 Attention, cet article a été publié le 03/11/2010. Ce dispositif d'archives vous donne accès à l'ensemble des publications du site FocusRH. Assurez-vous de lire les dernières dépèches et dossiers publiés en utilisant notre moteur de recherche Quels sont les principaux indicateurs pour mesurer la gestion des talents ? Basée sur l’analyse des informations renseignées par un millier d’entreprises de 20 pays dans l’outil d’évaluation développé par Bersin & Associates et StepStone Solutions, l’étude révèle que pour 57 % des organisations, l’implication des collaborateurs est l’indicateur le plus utilisé pour mesurer l’impact de la gestion des talents sur l’entreprise. Les salaires passés en revue Autre indicateur de plus en plus suivi, les revues salariales qui permettent aux responsables RH de voir comment leurs salariés sont payés par rapport à la moyenne du marché, de manière à rectifier le tir lorsque la politique de rémunération ne se révèle plus compétitive.

Conditions de travail dans les entreprises et développement durable Dans tous les pays, qu'ils soient en voie de développement ou développés, les entreprises ont la responsabilité des conditions de travail de leurs salariés. Elles ont l'obligation de procurer à leurs employés des conditions de travail décentes et propices à un bien-être physique et mental, ainsi qu'à une meilleure productivité qui bénéficiera au final à l'entreprise. Les conditions de travail regroupent beaucoup de paramètres : matériels, physiques, moraux, en termes de risques... De nombreux critères doivent être pris en compte : la pénibilité du travail, les risques et accidents au travail, les pathologies relevant du travail, l’hygiène et la sécurité, le bruit, la chaleur ou le froid, l’exposition à des produits toxiques, le harcèlement moral, le harcèlement sexuel, le type de contrat de travail, la rémunération, l’accès à la formation, la possibilité d'expression et d'initiative, etc.

Mon Epicerie Locale, des produits du coin en quelques clics Le concept a germé dans les têtes de Sarah Barby et Stéphanie Dehours. Parce que ces locavores ont de la suite dans les idées, elles ont créés leur entreprise pour encourager la consommation de produits sains issus des exploitations régionales. « En arrivant à la campagne, nous voulions manger des produits fermiers mais nous nous sommes rendus compte que cela prenait énormément de temps », se souvient Sarah Barby. Après une première expérience chacune de leur côté l'année dernière avec l'ouverture de franchises La Ruche qui dit oui, fermées depuis car jugées trop contraignantes, elles ont décidé de s'associer pour monter Mon Epicerie locale. Depuis fin août, cette entreprise mêle vente en ligne et livraison en point relais. Sarah Barby explique son fonctionnement. « Les clients s'inscrivent sur le site gratuitement. Fanny Lattach

Les composantes de la rémunération La rémunération, contrepartie du travail accompli, comporte des éléments fixes et des éléments variables. Le salaire de base consiste en une somme fixe versée en échange du travail effectué. Il peut être calculé de différentes manières : Le salaire au temps : calculé en fonction du temps passé au travail Le salaire au rendement : proportionnel aux quantités produites Le salaire au pourcentage ou à la commission : dépend du chiffre d’affaires réalisé (commerciaux) •* Le salaire au service : calculé sur la note (facture) en hôtellerie -restauration Les compléments de salaire s’ajoutent au salaire de base. Leur attribution peut être d’origine interne ou externe, ils peuvent donner lieu à un versement monétaire ou non. Ce versement peut être immédiat ou différé. Prime : somme d’argent versée au salarié soit pour récompenser la fidélité (prime d’ancienneté), pour obtenir un résultat (prime de rendement), pour tenir compte des conditions d’exécution du travail (prime d’insalubrité).

Ressources Humaines | Vidéos | Découvrez l'expertise SVP en images Vidéo : comment appréhender la religion dans l'entreprise ? Un Directeur des ressources humaines interroge SVP sur la question de la religion en entreprise. Quelle est la réglementation en matière de signes religieux dans une entreprise ? Est-ce légal ? Lire la suite >> Les conséquences de l'invalidité et de l'inaptitude sur le contrat de travail Après avoir reçu un avis d'invalidité 2ème catégorie pour un salarié en arrêt de travail longue durée, UN DRH appelle SVP pour savoir si ce document lui permet de licencier ce salarié. Lire la suite >> Conversation vidéo : accord sur l'égalité professionnelle Hommes / Femmes Une Directrice des ressources humaines d'une entreprise dans le secteur du bâtiment interroge SVP au sujet de l'accord sur l'égalité professionnelle Hommes / Femmes. Lire la suite >> Départ à la retraite : formalisme & indemnités Un DRH d'une PME de 40 personnes souhaite connaitre le formalisme d'une demande de départ à la retraite. Lire la suite >>

« Entreprenez votre vie » à Reims Le coup d'envoi de l'opération « Entreprenez votre vie » à Reims a été lancé lundiObjectif : recruter 100 Rémois désireux de créer leur propre activité. Ils bénéficieront gratuitement d'un bouquet d'outils de promotion et de financement. « Entreprenez votre vie » est un mouvement qui vise à fédérer celles et ceux qui veulent une France d’entreprenants autour d’un objectif : un million d’entrepreneurs individuels supplémentaires dans les trois ans. Pour atteindre cet objectif, elle agit avec l’association « Entrepreneurs Demain ! 100 Rémois accompagnés gratuitement A Reims, grâce à une convention signée entre Bleu Blanc Zèbre et la mairie, qui investit 14 000€ dans ce projet, et le groupe Engie (ex GDF-Suez), 100 Rémois souhaitant créer leur entreprise ou déjà engagés dans le processus de création se voient ainsi offrir un accompagnement. « Reims est un laboratoire pour Bleu Blanc Zèbre, se réjouit Alexandre Jardin. Julien Debant

la vie au bureau La prise de parole des collaborateurs sur les réseaux sociaux : aspects juridiques et RH Initiée par les salariés, la présence des entreprises sur les réseaux sociaux crée un creux incontrôlable dans la communication des grands comptes. Une volonté se dessine d’œuvrer à maitriser le chaos, notamment par les directions de communication et les services RH. Ces derniers prennent conscience du potentiel de ces outils pour mobiliser ou valoriser leurs marques, que ce soit en interne ou en externe. Mais comment faire ? La prise de parole sur les réseaux sociaux est intrinsèquement spontanée et libre. Une expression soumise à des règles… La loi est claire et sans appel : les salariés, stagiaires et collaborateurs ont un devoir de respect et de confidentialité vis-à-vis de leur employeur et de leurs collègues, ce qui s’applique évidemment aux réseaux sociaux professionnels ou personnels. Ajouter de l’humain aux échanges et mettre en place un cadre : créer une charte ? Le cas GRDF : DigitALL La possibilité d’évaluer le ROI de ces expérimentations

Plus de 3 millions de Français au bord du burn-out Plus de 3 millions d'actifs courraient un risque élevé d'épuisement professionnel. Faut-il mieux reconnaître cette dépression liée au travail ? Plus de 3 millions d'actifs ont un risque élevé de faire un burn-out, selon une étude publiée mercredi 22 janvier par le cabinet Technologia. A l'occasion de cette étude, ce cabinet de prévention des risques professionnels lance un appel pour la reconnaissance par les autorités de ce syndrome d'épuisement professionnel. Lire notre enquête (édition abonnés) : L'inquiétante banalisation du dopage des cadres Technologia s'est fondé sur un sondage mené auprès de 1 000 actifs. Le cabinet d'experts, qui est notamment intervenu chez France Télécom après la vague de suicides de 2008-2009, relève que le risque de burn-out, caractérisé par un travail excessif et compulsif, est particulièrement élevé chez les agriculteurs (23,5 %), devant les artisans, commerçants et chefs d'entreprise (19,7 %) et les cadres (19 %).

Travail collaboratif : le succès de l'intelligence collectve Entreprendre.fr Publié le 14 sep 2015 Ces dernières années, de nombreux travaux de recherche portent sur le thème de l’intelligence collective ou du moins se réfèrent à cette notion. La plupart des auteurs soulignent le fait qu’elle représente un enjeu important pour le bon fonctionnement des organisations. à lire aussi De plus, certains travaux (Lévy, 1997) indiquent qu’elle serait déjà présente de façon opérationnelle au sein des organisations. L'intelligence collective, c’est quoi en fait ? L'intelligence collective désigne les capacités cognitives d'une communauté résultant des interactions multiples entre ses membres. Collective ou collaborative ? L'intelligence collective se distingue de l'intelligence collaborative (efficacité des échanges centrés sur une tache) et de l'intelligence projective (synergie des motivations individuelles et collectives, porteuse de sens individuel et collectif). Différentes formes d'intelligence collective Les fondements de l’intelligence collective

« Suicide au travail : les employeurs devant la justice » Un documentaire de Charlotte Bienaimé et Gilles Davidas Tribunal des affaires de Sécurité Sociale de Toulouse © DR Les affaires de suicide au travail sont de plus en plus souvent l’objet de plaintes contre l’employeur. La plupart du temps, les affaires sont jugées au Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale. Les victimes tentent d'y faire reconnaître le suicide en accident du travail et parfois attaquent l'employeur pour faute inexcusable. Les familles n'hésitent plus à porter plainte au pénal contre l'employeur pour homicide involontaire, évoquant même parfois la « mise à mort » par le travail. Quelle que soit la juridiction, chaque procès est lourd, douloureux, éprouvant, la défense n'hésitant pas à mettre en avant les fragilités personnelles du salarié. Bien plus que de demander une réparation (impossible) la motivation des familles semble plutôt qu'on établisse la gravité des faits ainsi que la responsabilité. Rencontre avec : Sylvie Topaloff, avocate de Claude Poulain ;

Julien Lesaicherre (Facebook) : "Avec Facebook at Work, nous voulons connecter 3 milliards de salariés" Facebook est en train d'adapter son réseau social à l'entreprise. Le service est testé par quelques centaines d'organisations dont quelques dizaines en France. Interview exclusive. JDN. Comment positionnez-vous Facebook at Work ? Julien Lesaicherre. En parallèle, nous avons pris conscience que des centaines de milliers d'entreprises utilisaient Facebook pour travailler, de start-up à des grands groupes. Depuis le début de l'année, vous avez commencé à ouvrir Facebook at Work à quelques entreprises. Il faut bien comprendre d'abord que ces entreprises ont accès au même produit que celui déployé en interne chez nous. "Lagardère Active déploie Facebook at Work auprès de ses 4 000 salariés" Quelles sont vos premières références ? En France, Century 21 fait notamment partie du programme.

Related: