background preloader

Broadcast Yourself

Broadcast Yourself

http://www.youtube.com/watch?v=wpyO81duDG0

Related:  Stratégies pédagogiquesEvaluationsévaluationjourdaivir

Enseigner à un grand groupe sans endormir personne Les amphis universitaires comptent plusieurs centaines de places. Tout enseignant ou chargé de cours a donc en tête cette question : comment ne pas endormir les étudiants avec mon enseignement ? La question est d'autant plus difficile en 2013 que les cours magistraux n'ont pas beaucoup la cote dans les médias. Même à Thot Cursus, il nous arrive parfois de casser du sucre sur le dos de cette méthode pédagogique, même si, selon notre bonne habitude, nous nous faisons aussi l'écho de méthodes visant à l'améliorer.

Pôle Académique de Soutien à l'Innovation - PASI Nancy-Metz DES QUESTIONS -- 2016/2017 : est-il possible de solliciter le PASI-CARDIE ? Peut-on proposer une innovation ou une expérimentation pour cette année scolaire ? Quel accompagnement propose le PASI-CARDIE ? -- 2017/2018 : quand et comment proposer une expérimentation ? L'évaluation, plus juste et plus efficace : comment faire ? L'évaluation, plus juste et plus efficace : comment faire ? propose de regarder d’un œil neuf les pratiques d’évaluation les plus courantes dans l’enseignement en France, la circulaire de rentrée 2014 s'est montrée claire à ce sujet : « Il importe de faire évoluer les pratiques en matière d'évaluation des élèves. », et cet ouvrage se veut être l'un des outils incontournables pour y parvenir. Comment évaluer les élèves sans les noter ? Quels paramètres prendre alors en compte pour l'évaluation des compétences ? Pour répondre à ces questions le livre s'interroge sur les paramètres de l’évaluation (ses formes et fonctions) qui font partie des choix que chaque enseignant va devoir opérer. Il oriente la réflexion en observant ce qui se fait déjà dans les établissements (notamment des collèges) où les équipes pédagogiques ont pris à-bras-le-corps la question de l’évaluation.

Constante macabre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. André Antibi considère que la constante macabre est à l'origine de nombreux échecs scolaires. La constante macabre est un phénomène qui serait observé lors de la notation d'examens, par lequel la proportion de mauvaises notes serait similaire quel que soit le sujet de l'examen et quel que soit le correcteur, indépendamment de la qualité véritable des réponses données par ceux qui passent l’examen. Le terme a été créé en 1988 par André Antibi[1], chercheur en didactique, qui a publié en 2003 un livre sur le sujet[2].

Les vertus scolaires (4/4) : Des vertus de l'erreur... pour réussir Cet échec, l’échec dans les apprentissages, l’échec dans les compétitions et autres concours marque la vie de ceux qui le rencontrent. Peut-être nous identifions nous trop à nos échecs et identifions trop les élèves à leurs erreurs. Charles Pépin, philosophe et enseignants nous livre une jolie réflexion sur l’échec, qui serait au fond le véritable tremplin de la réussite. Nous avons eu l'idée de d'organiser une rencontre avec Yves Reuter, chercheur en sciences de l’éducation, enseignant, spécialiste de la didactique du français qui a, lui, écrit sur la place de l'erreur à l'école.

Évaluer pour mieux faire apprendre, un défi pour l’École, selon Olivier Rey Olivier Rey est ingénieur de recherche en éducation, responsable du service Veille & Analyses de l’Institut français de l’éducation à l’ENS de Lyon, spécialisé sur les questions d’évaluation, de curriculum et de développement des compétences en contexte scolaire. 1. Vous venez de publier, avec Annie Feyfant, un dossier de veille de l’Ifé intitulé "évaluer pour [mieux] faire apprendre" ? Peut-on dire que le titre que vous avez choisi reste encore un défi pour l’école française ? C’est un défi pour l’École car dans une large mesure, celle-ci est articulée autour d’épreuves d’évaluation qui ont pour fonction de contrôler ce qu’ont fait les élèves plus que de les aider dans les apprentissages.

Selon l'Ined, dans un siècle, plus d'un humain sur trois sera africain Selon les projections publiées mercredi par l'Institut national d'études démographique (Ined), la planète est au bord d'un grand bouleversement. La population du continent africain pourrait notamment quadrupler d'ici un siècle et atteindre 4,4 milliards d'habitants. « Il est illusoire de croire que la population mondiale va diminuer, même s’il y a une baisse de la fécondité. La majorité des quelque 10 milliards d’humains qui vivront en 2050 sont déjà nés et beaucoup sont en âge de procréer […] S’y ajouteront les nouveau-nés des prochaines années qui feront à leur tour des enfants », explique Gilles Pison, auteur de cette étude bisannuelle de l’institut français d’études démographiques publiée mercredi 9 septembre. La population mondiale en 2015 est estimée autour de 7,3 milliards d’habitants et devrait donc continuer de croître jusqu’à atteindre peut-être 11 milliards d’habitants à la fin du XXIe siècle, selon les projections de l’Ined.

La tyrannie des examens et des concours Cette tyrannie aussi bien que l’étendue des programmes transforment la plupart des cours en épreuve de vitesse. Quand l’examen arrive, une sélection est déjà faite ; et la plupart des concurrents sont déjà hors de course. Méthode excellente, si l’on ne pense qu’à distribuer de bons emplois aux plus méritants. Méthode détestable, si l’on veut instruire le plus grand nombre. Si l’on croit que la culture de l’intelligence ne convient qu’à un petit nombre d’hommes bien doués, qui gouverneront ensuite les autres, alors oui il faut enseigner mal, et enseigner vite ; et c’est tant pis pour celui qui ne saura pas comprendre à demi-mot ; il apprendra, au cours de ses études, le respect qui est dû à l’élite ; et cela suffit, dans un régime aristocratique. A ce point de vue l’enseignement secondaire défie toute concurrence ; il possède l’art d’enseigner mal ce que l’on sait bien ; et ce n’est pas si facile qu’on le croirait.

D’une culture de l’évaluation à une culture de l’apprentissage Apprendre, c’est faire des liens, se pratiquer, faire des erreurs, recommencer, devenir meilleur… Évaluer, c’est diagnostiquer, rétroagir, guider, commenter, porter un jugement, communiquer… Comment faire pour que l’évaluation soit au service de l’apprentissage et non l’inverse? Voilà une question complexe que plusieurs se posent en ce moment, même le ministre de l’Éducation, semble-t-il. Que nous apprend le numérique sur l'évaluation ? Le numérique aurait-il pu amener l'Ecole à évaluer autrement ? Bruno Devauchelle rappelle l'approche révolutionnaire du B2i avec son évaluation par compétences déliée de toute discipline. Mais au final, la participation du numérique à l'évaluation, ce sont les logiciels de notes.

10 syntaxes pour des recherches efficaces sur Google Comment faire une recherche efficace sur Google ? Le moteur de recherche est parfois source de frustration pour les utilisateurs que nous sommes. La plupart des visiteurs se contentent d’indiquer un ou deux mots pour lancer une recherche parfois particulièrement pointue en espérant avoir la réponse qu’ils recherchent dans les trois premiers liens de la page de résultats. On peut grandement améliorer la pertinence des résultats en s’habituant à utiliser dans ses requêtes des opérateurs de recherche avancés. Une syntaxe particulière qui va vous permettre de faire des recherches comme un pro.

Faut-il abolir les notes ? « Le débat sur les notes est l’un des plus passionnants et passionnés qui traversent le monde de l’éducation dans les pays occidentaux francophones. Sont-elles une aide à l’apprentissage ? Une entrave ? Faut-il les abolir ?

Perso, je veux bien participer en mai 2016 au colloque au Canada, ça vous dirait ? Hélène cherchait des pédagogues qui travaillent sur l'évaluation...Merci aussi :) by danouka Sep 8

Voià qui est fort intéressant, merci by morganedebretagne Sep 8

Related:  Pädagogikévaluationdroits et autres