background preloader

La complexité d'une évaluation des compétences à travers des situations complexes

La complexité d'une évaluation des compétences à travers des situations complexes
Quel que soit leur cadre de référence, tous ceux qui inscrivent leur réflexion, ou mieux leur pratique pédagogique, dans l'approche par compétences s'accordent aujourd'hui pour dire que celles-ci s'exercent lorsqu'il s'agit de résoudre des situations-problèmes nécessitant la mobilisation de plusieurs ressources. Que ce soit pour l'apprentissage des compétences ou pour leur évaluation, il convient donc de situer l'élève dans un environnement complexe et de l'amener à mobiliser ses différents acquis pour résoudre une situation complexe. L'évaluation des compétences à travers des situations complexes est elle-même un processus complexe, ce qui peut décourager les enseignants lors de sa mise en oeuvre. Malgré cette complexité, le recours à des situations complexes est une modalité indispensable et économique pour l'évaluation des compétences, en complément d'autres pratiques comme le portfolio par exemple. 1. Compétences et complexité Mais qu'est-ce que la complexité ? 2. 1. 2. 3. 3. 4.

http://www.fmgerard.be/textes/complexeval.html

Related:  tâches complexesevaluationSOINS INFIRMIERSTâches complexesCompétences

Un exemple d'activité avec tablette: rédiger avec le "parcours questions" Parti du constat que les élèves de mon collège ont du mal à rédiger un paragraphe en 4ème, je me suis mis en tête de les faire progresser. Les années précédentes, j’ai d’abord fait rédiger les paragraphes des élèves sur un transparent pour les rétro-projeter. Cela n’a pas fonctionné. évaluation par ceintures Quels documents ? Quelles ressources pour la constituer ? Documents institutionnels 1- Les programmes (BO + modifications + allègements 3e) listent pour chaque séquence les capacités. Des fonctions et des plans de support à l’apprentissage à investir par les tuteurs à distance. Par Jacques Rodet La littérature sur le tutorat à distance (cf. la base documentaire de t@d) s’intéresse depuis longtemps à définir les fonctions des tuteurs. Il existe un relatif consensus entre les auteurs pour distinguer les fonctions suivantes : i) fonction d’accueil et d’orientation, ii) fonction organisationnelle ; iii) fonction pédagogique ; iv) fonction socio-affective et motivationnelle ; v) fonction technique ; vi) fonction métacognitive ; vii) fonction d’évaluation. En 2003, j’ai proposé d’aborder les questions relatives aux interventions des tuteurs à distance non pas à travers le prisme des fonctions tutorales mais à partir des plans de support à l’apprentissage à investir auprès des apprenants. A la suite d’autres auteurs, en particulier André-Jacques Deschênes et Céline Lebel, j’ai distingué les plans cognitif, socio-affectif, motivationnel et métacognitif.

Documents - sitEColes 1. Pourquoi enseigner par tâches complexes ? - Pour permettre aux élèves d’acquérir les compétences du socle commun Dossier compétences Le DNB actuel est une impasse tant pour les élèves que pour les enseignants. Ses partisans lui reconnaissent une seule qualité : celle de préparer aux conditions d’un examen… qui […] Lire l’Article → Enseigner par tâches complexes au collège : des exemples en histoire - Histoire-géographie Jean-François Tavernier, professeur au collège de Barr, est intervenu lors du stage « Travailler par compétences en histoire géographie » au printemps 2012 pour présenter des exemples concrets de la démarche par tâches complexes dans les cours d’histoire géographie. La tâche complexe est une tâche mobilisant des ressources internes (culture, capacités, connaissances, vécu...) et externes (aides méthodologiques, protocoles, fiches techniques, ressources documentaires...) que les élèves doivent résoudre de manière autonome, en élaborant leurs stratégies. Elle fait donc partie intégrante de la notion de compétence. Exemple 1 : Rédiger le journal intime d’un citoyen romain Jean-François Tavernier propose dans ce cas de figure de faire construire à ses élèves le journal intime d’un citoyen romain. Exemple 2 : Rédiger la notice d’information d’un musée

Les ceintures de compétences C’est dans les tuyaux depuis un moment, et c’est la suite logique de l’évolution de mon système d’évaluation autogérée : aujourd’hui je vous parle de ceintures de compétences. Le bilan de ce qui a déjà été fait Pour commencer remettons en contexte le pourquoi de ce système. La vocation première de mes plans de travail c’est (je vous le donne en 1000) la différenciation. Je pars du principe que tous les enfants avancent à des rythmes différents. Ecole et numérique : Evaluer autrement grâce aux tablettes L’introduction des tablettes dans les classes a déjà permis d’ouvrir le champs des possibles et surtout de pousser les limites usuelles des apprentissages en apportant sens, complexité et inédits[1] dans le quotidien des classes. L’évaluation au combien décriée, stigmatisée et remise en question dans les systèmes éducatif français et internationaux, pourrait peut-être tirer partie de ce complexe inédit apporté par les tablettes. Comment ?

Situations/tâches complexes La tâche complexe est une tâche mobilisant des ressources internes (culture, capacités, connaissances, vécu...) et externes (aides méthodologiques, protocoles, fiches techniques, ressources documentaires...). Confronter les élèves à des tâches complexes permet de : les former à gérer des situations concrètes, nouvelles de la vie réelle en mobilisant des connaissances, des capacités, des attitudes c’est-à-dire à exprimer de véritables compétences dans des situations nouvelles. faire acquérir à chacun les mêmes connaissances, les mêmes méthodes mais en tenant compte des différences entre individus. laisser à chacun le choix des procédures de base présentes dans le répertoire de ses ressources et de leur combinaison selon sa propre démarche intellectuelle. les motiver tout en leur donnant le goût des sciences. En téléchargement : 4 diapositives pour mieux comprendre la notion de tâche complexe.

Dangers, incertitudes et incomplétude de la logique de la compétence en éducation 1 La déferlante des compétences touche également d’autres pays, mais nous sommes dans l’incapacité d’ (...) 1L’école ressemble à une mer tumultueuse : au déferlement d’une vague fait suite le déferlement d’une autre. Dans le champ pédagogique, ces vagues ont pour nom : pédagogie active, pédagogie par centres d’intérêt, pédagogie fonctionnelle, pédagogie par projets, pédagogie par objectifs et, dernière écume, pédagogie par compétences. Ces courants successifs ne sont pas des modes : chacun a sa logique propre et, généralement, a pour ambition de combler une défaillance du courant précédent et/ou du système éducatif. Quel(s) problème(s) éducatif(s) et/ou sociétal (ou sociétaux), l’approche par compétences a-t-elle l’ambition de résoudre ? 2Pour Delvaux (2003), le concept de compétences constitue un concept étendard dans la mesure où il réalise, autour de lui, le consensus de groupes de pression traditionnellement en opposition.

Les tâches complexes : le plein de ressources ! Depuis la loi de 2005 instituant le socle commun, les enseignants ont été incités à recourir aux tâches complexes dans leurs classes. Si l’étiquette était nouvelle, cette pratique pédagogique était déjà présente dans la boîte à outils de certains enseignants. Élaborer une tâche complexe, c’est mettre les élèves en situation pour qu’ils analysent et résolvent un problème.

Correction, un mal nécessaire ? - L'élève chercheur Pour la rentrée 2014, nous nous lançons dans un projet de "classe sans copies". Voici l'appel lancé à nos collègues : Constat : On passe un temps non-négligeable à corriger des copies (6h en moyenne par semaine, d’après la dernière étude INSEE sur le temps de travail des enseignants). C’est un sujet assez récurent en salle des profs. Le plaisir de correction n’est pas vraiment une notion existante. De l'intérêt des objectifs pédagogiques L’objectif pédagogique, c’est « ce que l’apprenant sera capable de faire à l’issue de la formation ». Il concerne donc les apprentissages, tandis que l’objectif opérationnel a pour objet les transferts visés en situation professionnelle. L’objectif pédagogique est un incontournable de la formation de formateurs, un élément essentiel du « contrat » entre le formateur et ses apprenants. Et pourtant, il reste souvent mal utilisé, plus « figure de style » que véritable outil pour la conception pédagogique. Une vision « néo taylorienne »? Les objectifs pédagogiques font leur apparition avec l’enseignement programmé, de Skinner.

Related: