background preloader

Le portfolio pour évaluer les apprentissages des étudiant-e-s

Le portfolio pour évaluer les apprentissages des étudiant-e-s
3 novembre 2010 par Amaury Daele Dans le cadre d’une réflexion large dans mon université à propos des usages des portfolios et e-portfolios, nous avons conçu, mon collègue Denis Berthiaume et moi-même, un document de synthèse sur l’utilisation de portfolios pour l’évaluation des apprentissages des étudiant-e-s (PDF – 116Ko). J’ai ensuite organisé un atelier d’une heure trente sur ce thème auquel une douzaine d’enseignant-e-s, assistantes et conseillères pédagogiques ont participé. Dans cette note, je présente ce document ainsi que la présentation orale que j’ai préparée pour l’atelier. Les autres notes de ce blog à propos des portfolios se trouvent ici et j’ai rassemblé plusieurs ressources à cet endroit. La définition du portfolio (pour l’évaluation des apprentissages) que nous avons retenue est la suivante: Un portfolio est une collection ciblée de travaux qui montre les efforts individuels, les progrès et les prestations de l’apprenant-e dans un ou plusieurs domaines. Paulson, F.

http://pedagogieuniversitaire.wordpress.com/2010/11/03/le-portfolio-pour-evaluer-les-apprentissages-des-etudiant-e-s/

évaluation : Une menace ? "On pourrait s'étonner de la partialité des recherches présentées ici, qui montrent toutes les effets délétères des notes, sans présenter en contrepartie les recherches qui montrent des effets positifs. En ré alité,, si on reste dans le domaine des apprentissages et de la motivation, on ne trouve pas de recherches qui montrent des effets positifs". Ce passage extrêmement dur donne une bonne idée de l'ouvrage dirigé par Fabrizio Butera (Université de Lausanne), Céline Buchs (Genève) et Céline Darnon (Clermont-Ferrand).

Les innovations pédagogiques en enseignement supérieur Nous avons le plaisir de vous annoncer que le prochain colloque QPES 2013 sera organisé par l'Université de Sherbrooke, en collaboration avec le Centre d’étude et de développement pour l’innovation technopédagogique (CEDIT) et le Cégep de Sherbrooke. Cette septième édition de QPES portera sur " les innovations pédagogiques en enseignement supérieur : pédagogies actives en présentiel et à distance " et se déroulera du 2 au 5 juin 2013. Un pré-colloque sera également proposé à l'intérieur de ces dates et il se tiendra au Cégep de Sherbrooke. Plusieurs moments de découverte et activités viendront agrémenter cette semaine. Les six derniers colloques de " Questions de pédagogies dans l'enseignement supérieur " ont été organisés en 2001 (TELECOM Bretagne), 2003 (ENSTA Bretagne), 2005 (l’École Centrale de Lille) et 2007 (l'UCL de Louvain-la-Neuve), 2008 (TELECOM Bretagne, l'ENSTA Bretagne, l'École navale et l'Université de Bretagne Occidentale) et 2011 (Université d’Angers).

L'ePortfolio, un outil avantageux pour les futurs enseignants Dans le cadre de leur formation en enseignement, les étudiants de dernière année sont invités à bâtir un portfolio démontrant le chemin qu’ils ont accompli depuis le début de celle-ci. Ce portfolio doit être bien construit, car lorsqu’ils seront sélectionnés par les commissions scolaires pour passer une entrevue, ils devront le présenter afin de faire valoir leurs compétences professionnelles. Ce portfolio peut être présenté sous plusieurs formes, dont une qui demeure encore méconnue : la version multimédia, appelée ePortfolio. Puisque l’ePortfolio semble encore bien peu utilisé par les futurs enseignants, je me suis questionnée à savoir s’il était profitable pour eux d’élaborer un portfolio numérique plutôt qu’un portfolio traditionnel.

Le portfolio d’apprentissage en formation des maîtres À l’occasion du dernier colloque international en éducation organisé par le CRIFPE, la professeure Carole Raby a présenté les conclusions d’une étude sur l’utilisation du portfolio professionnel utilisé en formation des maîtres. D’entrée de jeu, Carole Raby a expliqué qu’afin de documenter le développement des compétences et aider les futurs enseignants à développer leur identité professionnelle, on a instauré le portfolio d’apprentissage à l’UQÀM. Il est utilisé au baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire depuis 2009-2010. Cependant, la seule rubrique obligatoire pour les étudiants est celle concernant les compétences professionnelles.

Le cahier d’apprentissage (portfolio) : évaluation finale par excellence «... apprendre c’est simultanément faire et se regarder faire, penser sa pensée, avoir conscience de sa conscience » Michel De Velay Le cahier d’apprentissage est-il un outil permettant aux étudiants de développer des régulations métacognitives, une meilleure autonomie et une meilleure estime de soi ? Dans le cadre de ma pratique, il est fort difficile d'évaluer les répercussions de cet outil pédagogique sur les apprentissages de mes élèves. Tant de variables entrent en jeu, non ? Ce que je sais c’est que le cahier d’apprentissage est clairement considéré comme une alternative à l’évaluation plutôt traditionnelle et un moyen de lutter contre l'échec scolaire ou d’aider les étudiants plus faibles.

À quoi servent les notes ? - Pierre Merle, article Éducation Les notes constituent-elles une mesure fiable des compétences et de la valeur des élèves ? Hélas, non ! confirment les recherches sur la question. De multiples biais viennent s’introduire dans l’évaluation des copies. C’est pourquoi, selon Pierre Merle, remplacer le baccalauréat par un contrôle continu présente certains dangers. « J’ai été saqué ! Journée de la réussite universitaire Un expert en pédagogie vient expliquer comment les universités peuvent favoriser la réussite de leurs étudiants Réussir ses études universitaires, c’est une grande fierté. Toutefois, cet exploit ne dépend pas seulement de l’implication de ceux qui briguent un diplôme. D’autres facteurs jouent. C’est ce que croit fermement Marc Romainville, professeur en éducation à l’Université de Namur, en Belgique, et auteur de l’ouvrage Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur. Cet expert de renom sera à l’Université le 9 novembre pour donner une conférence.

Mieux responsabiliser les élèves : le portfolio ou dossier de progrès] La réflexion sur le portfolio / dossier de progrès et sa mise en place a débuté sur la circonscription de Bourgoin 1 en 1997 à l’occasion du stage « la citoyenneté au cœur du savoir ». Elle s’est poursuivie au fil des années avec de plus en plus d’enseignants s’inspirant de cette démarche d’évaluation qui donne du sens aux apprentissages aussi bien pour les élèves que pour l’enseignant ou les parents. Voici un état de cette réflexion élaboré au cours d’animations pédagogiques. On y trouvera l’analyse qui a été élaborée autour des notions de réussites ou progrès, d’évaluation en partant de l’idée usuelle pour aller vers les caractéristiques à réunir pour faire de l’évaluation un véritable outil au service des apprentissages. On y trouvera également la description de l’outil "portfolio / dossier de progrès", son utilisation ainsi que les commentaires de ceux qui l’utilisent : enfants, enseignants et parents.

une vision du portfolio d’apprentissage Yves Morin présente dans son blog un article très pertinent sur le portfolio où il indique comment il l’utilise pour évaluer le travail de ses étudiants. Je vous en propose une synthèse en deux citations et un graphique. "[Utiliser le portfolio] pour faire travailler les étudiants significativement et leur apprendre à s’assumer comme apprenant, à se responsabiliser, à s’autoréguler, à s’impliquer et à être autonome." Notes et compétences, quelle équation ? C'est une question qui agite la salle des profs, à l'heure de la mise en oeuvre du socle commun. J'émets l'hypothèse de l'incompatibilité. La note sur 20 permet, à travers l'exemple de la dictée, de sanctionner les fautes. On peut rétorquer que dans les multiples évaluations notées, les points sont comptés en positif : on pointe les réussites des élèves par un point, qu'on pourra d'ailleurs décliner jusqu'au quart de point selon le degré d'approximation de la formulation de l'élève. Retirer un demi ou un quart de point sur une question permet de signifier à l'élève que sa réponse n'est pas parfaite, mais qu'elle comprend tout de même un élément de réponse positif.

Related: