background preloader

Tout savoir sur l'addiction au numérique

Tout savoir sur l'addiction au numérique
Christine Mateus | | MAJ : L'addiction au numérique entre à la faculté avec le lancement d'un cours... en ligne. Pouvons-nous nous passer des écrans ? Comment bien vivre avec Internet ? L'université de Nantes s'empare de ces questions de société en créant son premier MOOC, un e-enseignement collaboratif ouvert à tous et gratuit, sobrement intitulé @ddict. Une première en France. Ces cours démarrent aujourd'hui avec une semaine de découverte du sujet et d'apprentissage du fonctionnement de la plate-forme France université numérique (FUN) qui abrite cet enseignement. Les intervenants entreront dans le vif du sujet le 5 janvier avec les six thématiques qui seront développées. Réflexion autour des nouveaux comportements Il s'agit avant tout -- pour les étudiants mais aussi pour toute personne intéressée -- d'un espace de partage et de réflexion autour des nouveaux comportements engendrés par la multiplication des écrans. Dépendant au numérique ? La formation ouvre à titre expérimental.

http://www.leparisien.fr/informations/tout-savoir-sur-l-addiction-au-numerique-22-12-2014-4391947.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F

Related:  Les comportements addictifs liés à l’usage du numériquenoemie_groupe2_psyArticles presse

Numérique et comportement : Entretien avec Michel Lejoyeux Professeur de psychiatrie, de psychologie mais également spécialiste en addiction, Michel Lejoyeux nous parle de cet attrait parfois extrême que nous avons pour les nouvelles technologies. Appelée par certains addiction au numérique ou pathologie mentale, qu’en est-il réellement et comment s’en prémunir ? Spécialiste des comportements, Michel Lejoyeux est l’auteur de plusieurs ouvrages de développement personnel. ARTE : On parle aujourd’hui de l’attrait poussé pour le numérique comme d’une addiction voire d’une pathologie dans certains cas. Quel est votre positionnement ? Je pense qu’il ne s’agit pas d’une addiction au sens où on l’entend quand on parle d’alcool ou de drogues.

« Journée sans Facebook » : peut on parler d’addiction aux nouvelles technologies L’initiative de la « journée sans Facebook » est un indice, parmi d’autres, d’une préoccupation grandissante autour des effets de l’usage abondant de certains services ou outils numériques. Le succès actuel de la notion de « binge watching » qui indexe la visualisation de séries télévisées sur la consommation excessive et répétée d’alcool en est un autre signe. La terminologie psychopathologique de l’addiction est aujourd'hui dans toutes les bouches : dans une enquête récente, nos interviewés se disent volontiers « addict » (à leur téléphone, à Facebook, à Twitter, aux séries TV…), de nombreux articles de presse fleurissent sur le sujet, des robinsonnades qui vantent les mérites de quelques mois « sans » ( internet, mobile, …) paraissent dans plusieurs pays (dont « J’ai débranché, Comment revivre sans Internet après une overdose », de Thierry Crouzet), et des études quantitatives mesurent désormais combien de français se déclarent « dépendants ». Agir contre soi

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? 1. Les addictions numériques : Internet et les jeux vidéo La formule de M. Addictions ou nouveaux usages ? Alcool, drogues, jeux vidéos, facebook… – Caen, 5 mars 2012 De plus en plus de parents sont inquiets sur les principes éducatifs à employer au vu des usages et comportements excessifs de leurs enfants. Médias et experts pointent du doigt ces parents démunis en les mettant en position de « mauvais parents » et en leur apportant de fausses réponses caricaturales. Le parent « suffisamment bon » peut-il encore exister et se réapproprier ses propres réponses dans tous ces discours « biens pensants » basés sur la morale et la bonne conduite ?

Trouble d’utilisation d’Internet et addiction à Facebook Est-ce que l’utilisation de Facebook affecte le cerveau et la façon de penser ? Une nouvelle infographie proposée par Best Masters In Psychology : Facebook psychology : Is addiction affecting our minds a capitalisé des données chiffrées de différentes études sur la captation de l’attention, la concentration ou les modifications du cerveau produites par une utilisation intensive (temps passé) de Facebook et plus largement de l’Internet. Trouble d’utilisation d’Internet (UID) officiellement reconnu par les psychiatres américains Si l’on souligne habituellement les bénéfices du numérique pour les individus et les organisations, l’infographie indique que l’addiction à l’Internet est reconnue comme telle officiellement par l’Association Américaine de Psychiatrie (American Psychiatric Association, APA) avec le trouble d’utilisation d’Internet, Internet Use Disorder (IUD) défini ainsi par l’association en partant de 9 dispositions de l’Internaute « affecté » :

Des cas d'"hikikomori" en France LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Marc Gozlan Touchant essentiellement les garçons, l'"hikikomori" se manifeste, en l'absence de schizophrénie ou de retard mental, par un mode de vie centré sur le domicile, un intérêt ou un désir nuls pour l'école ou le travail, et la persistance des symptômes depuis plus de six mois. Le phénomène est surtout observé au Japon. Le docteur Alan Teo, psychiatre à l'université du Michigan à Ann Arbour, a publié, en mars, dans l'International Journal of Social Psychiatry, un article sur le premier cas d'hikikomori observé aux Etats-Unis : un homme de 30 ans, qui a vécu reclus pendant trois ans dans son appartement. "La première année, il est resté dans un cabinet de toilettes assez spacieux, se nourrissant de plats qu'on lui apportait, a-t-il expliqué.

Accro au numérique ? Les nouvelles addictions... - La gazette de Danièle : "Des idées et des Arts..." Nous en avons tous un usage régulier, à partir de quel moment pouvons-être considérés comme addicts aux nouvelles technologies ? Comment cette addiction se traduit-elle au quotidien ? Michael Stora : Cela ne se traduit pas tant en terme d’heures passées sur les nouvelles technologies qu’en termes de rupture des liens sociaux réels. L’addiction se manifeste par un décrochage de la vie sociale : refus de participer à des repas de famille, moins de sorties en couple, abandon de ses responsabilités de parent... Pour les enfants cela commence par l’absence de présence au repas du soir et cela peut aller jusqu’à la déscolarisation.

Misère de notre addiction numérique LE MONDE | • Mis à jour le | Groupe Marcuse Comment combattre la tyrannie de la surveillance? L'affaire Snowden, du nom de l'ex-consultant pour l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) à l'origine des fuites sur le programme de surveillance électronique, a révélé l'ampleur du contrôle des citoyens du monde entier. Le phénomène d'Hikikomori (isolement des jeunes) touche également la France Au Japon, le mot "Hikikomori" désigne les adolescents ou les jeunes adultes qui choisissent de rester enfermé dans leur chambre. Une rupture avec le monde extérieur qui dure parfois pendant des années. La France semble à son tour confronté à ce phénomène qui inquiète les psychiatres. On a longtemps cru que cette forme d'isolement volontaire était une spécificité japonaise. Victimes d'un esprit de compétition effréné pendant leurs études et d'une grande dureté dans le monde du travail, certains jeunes Japonais préféreraient se cloîtrer chez eux, se replier dans un monde virtuel, saturé de jeux vidéo. Mais, les cas de Hikikomori ne se limitent plus à l'archipel nippon.

Flipd : dites adieu aux usages excessifs ! Ce n’est plus un secret, les nouvelles technologies peuvent parfois envahir notre quotidien plus que de raison ! Sara Thomé, chercheur à l’Académie Sahlgrenska à l’Université de Gothenburg, a mené une étude qui a conduit à un résultat assez alarmant : « La conclusion est que l’utilisation intensive des nouvelles technologies peut avoir un impact sur la santé mentale des jeunes adultes. ». Face à un tel constat, Cristian Villamarin a donc décidé de surfer sur la vague des nouvelles applications de digital détox en créant Flipd ! Le concept Lancée en février, Flipd a été créé avec pour objectif de contrôler l’utilisation excessive que nous faisons de nos smartphones et souhaite réduire nos distractions. Cristian Villamarin a eu l’idée de cette application après avoir offert à son frère un iTouch.

Comment devient-on accro au numérique ? Les nouvelles technologies sont partout au point qu'on ne peut pas y échapper, ou presque. Ainsi, entre usage régulier et vraie addiction au numérique, la frontière est mince. Premier épisode de l'addiction numérique, demain : Comment s'en sortir. Nouvelles addictions Les nouvelles technologies sont de plus en plus performantes et intrusives Crédit Reuters Ajouter au classeurSuivre ce contributeurLecture zen

Serge Tisseron: blog Posté par Serge Tisseron le 9 septembre 2012. Le mot japonais Hikikomori désigne les adolescents et les jeunes adultes qui abandonnent leur scolarité pour rester dans leur famille. Ils n’ont pas de projet professionnel, ne pensent pas se marier ni avoir d’enfants, et ont en général très peu d’amis (mon blog du 29 avril 2012). Ce phénomène est parfois lié à une pathologie mentale identifiée (notamment une psychose, une dépression ou une phobie grave) et on parle de « Hikikomori secondaire ». Mais il peut aussi en être manifestement indépendant, et on parle de « Hikikomori primaire ». C’est évidemment cette seconde éventualité qui est la plus intéressante à étudier.

J'ai débranché - Thierry Crouzet - Livre Thierry Crouzet Fayard, 2012 Au début, vous regardiez vos mails une ou deux fois par jour. Combien de fois aujourd’hui ?

Related: